samedi 5 août 2023 - par LATOUILLE

France comme au Niger où est le président

Alors que la police, organe de la sécurité du pays, est en rébellion depuis plusieurs jours, le président de la République se terre dans le silence et part en vacances. Quelles significations faut-il voir dans cette attitude, quel risque peut-on supposer pour la République et la démocratie ?

Au Niger une junte (militaire, par définition) a pris le pouvoir et retient le président de la République prisonnier en son palais. En France, alors que la police défie les institutions, plus particulièrement la Justice, et met à mal le principe de séparation des pouvoirs qui est un des principaux piliers de la démocratie, le président de la République se terre dans un silence inquiétant pour le pays qui est désormais en droit de se demander : où est le président ?

Alors que la France vit une situation sociopolitique difficile, de nature à mettre en cause sa cohésion ainsi que son fondement républicain et démocratique, le président est en vacances. Certes personne doutera de ce qu’il a emporté des cahiers de vacances et qu’entre deux coloriages il se penchera sur le désarroi du pays : quelle image donne-t-il de l’intérêt qu’un président doit porter aux citoyens, et quel manque de respect pour la fonction que le peuple lui a confiée !

Nous aurions pu espérer que le ministre de l’Intérieur prit le relais pour rétablir l’ordre républicain qui lui est si cher. Nenni, il est en vacances lui aussi après avoir pris fait et cause pour les policiers.

Qui au sommet de l’Etat va rappeler les règles de conduite de chacun dans un Etat républicain et démocratique ? Alors qu’il aurait dû sanctionner le directeur général de la police nationale pour les propos innommables et antirépublicains, qu’il a prononcés en soutien inconditionnel aux policiers en rébellion, le ministre de l’Intérieur l’a approuvé, et le président de la République, entre deux avions, a distillé quelques propos creux, incohérents et sans impact. Donc, les policiers continuent leur mouvement de contestation qui quoiqu’ils en disent est surtout tourné contre une décision de justice et contre l’institution judiciaire. Certains syndicats de policiers manifestent là leur hostilité à la Justice et leur attachement à l’exercice, sans contrainte, de la force ; combien entend-on nous que les policiers détiendraient la légitimité de la violence ce qui est un dévoiement dangereux de la théorie émise par le sociologue Max Weber. À moins qu’en se parant de la légitimité de la violence les policiers, soutenus en ça par tout ce que les partis politiques de la droite la plus extrême ont de plus virulent et d’antidémocratique, ils n’expriment comme le ferait une junte leur volonté d’accéder au pouvoir soit en s’emparant de la tutelle du pays soit en encadrant les actes du président de la République. Ce serait alors un coup d’État !

Le mutisme du gouvernement et des parlementaires Renaissance (le parti du président de la République) ou, quand ils s’expriment comme un député Renaissance de l’Hérault, leur volonté d’excuser voire de soutenir le mouvement de revendication montrent que pour le moins, sans être (pas encore) prisonniers des mutins, ils en ont peur. Quant au ministre de l’Intérieur, qui soutien le mouvement des policiers, il semble endosser avec satisfaction les habits de Brutus. En présence d’un président de la République, marionnette du « grand capital », sans beaucoup de consistance politique et qui dépourvu de charisme comptait sur sa séduction de narcissique pour gouverner, seules la force et la brutalité pouvaient maintenir les gens dans le cercle de soumission où les gouvernants voulaient les contraindre : ce furent les Gilets Jaunes, les manifestants contre la réforme de retraite, les mouvements écologistes, les récentes émeutes qui eurent à supporter les massacres organisés par l’Etat, et qui, acceptant au passage quelques poignés de cacahuètes sont, sous la contrainte des matraques et de grenades, docilement rentrés à la maison. Il fallait un maître d’œuvre de la répression : ce fut le 3e ministre de l’Intérieur des quinquennats depuis 2017. Mais il a tellement exigé des troupes qu’aujourd’hui elles sont épuisées et qu’il ne sait pas comment contenir la colère issue de cet épuisement.

Les troupes sont épuisées par un rythme de travail épouvantable, par des conditions de travail innommables, par des salaires très nettement insuffisants voire dérisoires au regard de la mission et surtout, pour une grande partie des policiers, un travail en opposition avec leurs valeurs et leur éthique professionnelle. C’est sur cet humus de mécontentement que les syndicats et les partis politiques « extrêmes » ont posé les graines d’une déstabilisation des institutions du pays, confortés par un ministre qui les soutient et les encourage, trop content de voir là l’opportunité d’un accès au poste de Premier ministre et son image grandir à tel point qu’il serait présidentiable en 2027. Ainsi, le ministre endosse les habits de Brutus face à un président désormais nu comme le Roi.

Le président est nu, d’abord parce que depuis 2017 il s’isole de plus en plus, ensuite parce qu’aujourd’hui il a peur autant de son ministre que des policiers. Alors il cède aux extrêmes les plus « bruns », les plus autoritaires ; il l’a fait notamment en évinçant le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, dont la tête était demandée par l’extrême droite (autant celle déclarée que celle fallacieuse), il l’a fait, pour satisfaire le « grand capital » avec l’ensemble de ses réformes « sociales » qui n’ont de sociales que l’étiquette usée qu’il leur attribue mais qui représentent un jeu de massacre du système social de solidarité et de cohésion de la société française lentement élaboré entre 1789 et 1946… Lui qui rappelait aux parents leurs responsabilités en leur demandant de faire preuve d’autorité, n’a aucune autorité ni charismatique ni factuelle alors il se terre, derrière les murs d’un fort, en vacances, et sous un verbiage de plus en plus insupportable.

Au fil du temps, révélant sans doute sa vraie nature, le président de la République a jeté le pays dans le lit de l’extrême droite, aidé par une gauche de plus en plus inexistante, noyée dans l’excentricité et les querelles d’ego, soutenu par une presse aux ordres du « grand capital » qui rêve de retrouver une France soumise comme au XIXe siècle, une presse où les syndicats de policiers d’extrême droite disposent d’un bureau et parfois d’une chambre à coucher, et plébiscité par une partie de la population qui frémit devant chaque mouvement de foule apeurée à l’idée qu’elle pourrait voir son épargne et ses privilèges écornés. Faute d’avoir révoqué le directeur général de la police nationale, faute de rappeler avec fermeté leurs obligations aux policiers, le président de la République montre clairement qu’il est sous l’emprise des « sauvageons putschistes » de la police et qu’il ouvre les bras à un gouvernement d’extrême droite.

Comme au Niger, en France le président de la République ne gouverne plus !



20 réactions


  • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 5 août 2023 22:21

    ça fait au moins 30 ans que j’ai pris l’habitude de voir les autres sauter comme un cabri à chaque évenement inabituel dans l’actualité, « ça y est, cette fois ça va péter » « ça y est cette fois c’est la révolution », « ça y est cette fois c’est l’éveil des conciences »

    Et en méme temps, les phrases que j’ai le plus entendu au quotidien sont « Il ne faut pas se casser la téte » « Je ne veux pas me prendre la téte »

    Or comment réellement s’éveiller quand on veux pas faire l’effort de réfléchir ? Comment participer activement à un engagement physique réel quand on a peur de la migraine à chaque chose qui peuvent faire bobo ?

    Et après une centaine d’évenements inabituels plus tard, toujours rien, bien au contraire. Et plus on avance, plus les espérances des gens deviennent superficielles face à une réalité des choses qui a la facheuse habitude de décevoir ceux qui pensent que la pensée magique va faire le boulot à leur place.

    Facile de faire des comparaisons et des fixations systématiques avec les seules références désagréables connues, à savoir le fascisme des années 30 et 40 dont 95% des vivants actuels ne peuvent pas se le représenter et qui trahissent le fait que nous sommes des pourris gatés qui s’ignorent.

    il n’y a pas de hasard et de menaces brunes, juste les résultats logiques de nos contradictions et de nos illusions.


    • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 6 août 2023 09:04

      @Florian LeBaroudeur

      salut, je cite : il n’y a pas de hasard et de menaces brunes, juste les résultats logiques de nos contradictions et de nos illusions.

      oui..ce monde est ce que nous sommes.
      sauf moi multiplié par tous..


    • charlyposte charlyposte 6 août 2023 11:21

      @Florian LeBaroudeur
      À croire que les accords de BERLIN EN 1885 c’est toujours d’actualité quoi qu’il en coûte !!! smiley


  • Rodolphe de Gérolstein Rodolphe de Gérolstein 6 août 2023 08:50

    Le Nigeria vient de suspendre la fourniture d’électricité au Niger, qui en est dépendant.

    Et aujourd’hui, l’ultimatum de l’ECOWAS aux putshistes expire.

     

    Une colonne de l’armée malienne qui escortait des camions en direction du Niger est tombée dans une embuscade djihadiste près de la frontière nigérienne dans la région de Menaka.
    Heureusement qu’ils ont Wagner pour les protéger…ou pas. smiley


    • charlyposte charlyposte 6 août 2023 11:16

      @Rodolphe de Gérolstein
      La géopolitique c’est vraiment pas ton domaine smiley tu devrais cesser de regarder le doigt quant celui-ci indique la lune smiley


    • charlyposte charlyposte 6 août 2023 11:41

      @Rodolphe de Gérolstein
      Question : qui est DAESH ?


    • sylvain sylvain 6 août 2023 15:24

      @charlyposte
      DAESH c’est assez simple : a la base c’est l’ancienne armee de sadam. Quand a son evolution, c’est plus difficile a dire.
      Si ce que tu veux dire c’est que c’est une creature occidentale suite aux propos de clinton, c’est un peu simpliste a mon avis. Maintenant, il est assez evident que l’occident pourrait avoir tout interet a les soutenir au vu de l’etat des choses


  • jocelyne 6 août 2023 11:31

    Macron vous manque ? il doit être perdu en zone de transit dans un aéroport, hagard et sans valise smiley


  • charlyposte charlyposte 6 août 2023 11:51

    Question : que fait à ce jour cette France d’une autre époque en Afrique ?


    • jocelyne 6 août 2023 11:54

      @charlyposte
      nous pauvres missié ! nous vouloir juste uranium pour chauffer nos masures...


    • charlyposte charlyposte 6 août 2023 11:59

      @jocelyne
      Sans oublier l’or pour que vive la place VENDÔME smiley


    • chantecler chantecler 6 août 2023 12:20

      @charlyposte
      L’or a toujours été la valeur refuge quand une monnaie de référence s’effondre .
      Il y en a d’autres : le foncier , l’immobilier , les mines , le pétrole avec les fonds ad hoc ...

      Regarde la progression du prix de l’or (des diamants ,de « l’art ») depuis .....30 ans !

      C’est hallucinant !
      On vend aujourd’hui des lingots de 100 grammes au prix des lingots de 2 kgs d’il y a 40 ans !

      Et tu trouves plein de gens de boites qui te disent « vendez vos bijoux, je vous les rachète »au meilleur prix«  ou investissez dans l’or !
      Ben voyons !

      Picsou se marre !

      Nos sociétés sont fragmentées en deux ou trois niveaux de revenus .

      Et la majorité des gens qu’on a endormie , n’a rien vu venir ? 
      C’est pas que les gens sont idiots : ils sont trop occupés à gagner leur croûte et boucler leurs fins de mois !

      Et puis »un bon tien vaut mieux que deux tu l’auras" surtout si on est pas dans les circuits...

      Ils ont aussi des familles à faire vivre , des emprunts à rembourser ... !

      Et savent la perversité , la cupidité et la violence des maîtres !


    • charlyposte charlyposte 6 août 2023 12:32

      @chantecler
      Bien vu.


  • charlyposte charlyposte 6 août 2023 12:09

    C’est pour quand la fin du franc C.F.A ?


  • amiaplacidus amiaplacidus 6 août 2023 15:04

    Le Niger, sans doute la réponse de la bergère, la Russie, aux sanctions du berger, le Macron.

    C’est un peu con de se brouiller avec un fournisseur d’uranium, au moment où l’on parle de construire de nouvelles centrales nucléaires¹. Il est vrai que le Macron ne fait que suivre la feuille de route dictée par ses mandants UE, eux-mêmes sous instructions US.

    .

    1. S’il s’agit de centrales EPR, inutile de s’alarmer, si l’on suit l’exemple de Flamanville² elles ne sont pas près de voir le jour. En revanche, cela va créer de nouveaux gouffres dans les finances de la France.
    2. Et aussi des EPR chinois, qui après quelques mois de fonctionnement, sont maintenant à l’arrêt depuis plus de temps que leur temps de fonctionnement. Arrêt définitif ?

    • Akerios Akerios 8 août 2023 19:06

      @amiaplacidus 
      Les centrales EPR cela sera le dernier sale mauvais coup du Micron .

      ....................Faillite économique sur fond de mort Radieuse..................


  • zygzornifle zygzornifle 7 août 2023 13:48

    Alors que la police, organe de la sécurité du pays, est en rébellion depuis plusieurs jours, le président de la République se terre dans le silence et part en vacances

    Ils se les bat jusqu’au sang le Toutenmacron, la il est en pèlerinage dans le coffre de Benalla .... 


    • charlyposte charlyposte 7 août 2023 13:53

      @zygzornifle
      MAC Macron n’a qu’un rêve dans le cerveau... nager en juillet 2024 avec sa mère dans la Seine ! hum smiley


  • Akerios Akerios 8 août 2023 18:46

    ................."dans le coffre de Benalla .... 

    " oui cela doit être le cas !


Réagir