jeudi 10 décembre 2020 - par Sylvain Rakotoarison

Remdesivir : la polémique qu’on n’a pas eue en France…

« Le médicament antiviral remdesivir n’est pas conseillé pour les patients hospitalisés pour le covid-19, quel que soit le degré de gravité de leur maladie, car il n’y a actuellement pas de preuve qu’il améliore la survie ni qu’il permette d’éviter d’être placé sous ventilation artificielle. » (Communiqué de l’OMS du 20 novembre 2020).

La gestion de la crise sanitaire depuis le début de la pandémie de covid-19 est loin d’être une promenade de santé. Heureusement que les Français ont Olivier Véran que je soutiens totalement dans sa politique sanitaire : médecin hospitalier (neurologue), député de Grenoble à sa nomination, habile politique, bon communiquant et d’une forme physique formidable pour être ainsi sur tous les fronts. Il fallait bien cela pour être le Ministre de la Santé de la pire crise sanitaire depuis au moins un siècle. Heureusement qu’il sait "un peu" ce qu’est la recherche scientifique, la méthodologie expérimentale, la médecine, etc.

Tout ce que le coravirus fait ou ne fait pas, provoque ou ne provoque pas, c’est lui, le ministre. Du moins, en France, car à l’étranger, si on critique, ce n’est pas lui mais ses homologues des pays concernés. Il y a une part d’hypocrisie, une part de militantisme politique, une part d’angoisse sincère, et puis maintenant, une part de complotisme dans le flux nauséeux de critiques adressées au gouvernement. Et pourtant, évidemment qu’il n’a pas été parfait, on ne l’est jamais, mais ces critiques excessives, définitives, sont tellement insignifiantes par rapport à l’enjeu de santé publique qu’elles en arrivent à masquer (c’est le cas de le dire !) les vraies erreurs, souvent assumées, du gouvernement.

Pourtant, la plupart du temps, je crois plus à une sincérité angoissée qu’à un militantisme calculateur des critiques. Le vrai problème, c’est qu’à notre époque, il est absolument impensable qu’on ne sache pas ! qu’on ne sache pas ce qu’est un virus qui a apparu il y a moins d’un an, qu’on ne sache pas comment soigner la maladie qu’il déclenche, la maladie mortelle, qu’on ne sache pas trouver une manière de sortir de ce tunnel sans mettre en péril l’économie, la vie sociale, culturelle, et même le baiser pourtant peu appétissant de mémé. Cette incapacité mondiale à contrôler notre destin est un véritable scandale et les gouvernants sont les premiers boucs émissaires, c’est logique ou du moins, c’est psychologiquement et sociologiquement compréhensible. Mais c’est intellectuellement désolant. Désespérant. Épuisant.

Et à tous ces contempteurs du gouvernement, la question qui titille l’esprit : et vous, qu’auriez-vous fait ? que feriez-vous à la place du ministre ? En tout cas, les sondages le disent régulièrement depuis le début de la pandémie : personne n’est crédité de pouvoir faire mieux que le pouvoir actuel. C’est peut-être triste, mais c’est un fait : tout le monde, gouvernants comme gouvernés, a été surpris, angoissé, traumatisé par cette pandémie. Certains d’entre nous en sont même morts. Leurs proches sont décapités de leurs êtres chers.

D’où l’introduction de gourous, de charlatans, aussi réputés qu’ils aient pu être dans un passé suffisamment lointain pour que la "profession" soit capable de prendre des distances avec eux bien avant cette crise. Ils peuvent être des médecins, des professeurs de médecine, ils disent aujourd’hui n’importe quoi, parfois avec sincérité, ils ont le droit à l’erreur, on a le droit de se tromper, parfois avec orgueil, l’amour-propre d’un mandarin est sans égal, et puis, ils découvrent ce que certaines personnalités politiques solitaires savent depuis longtemps : lorsqu’on erre sur des sentiers de traverse, on attire les médias, on attire la lumière, et cela fait un bien fou pour son ego ! Ça ne construit rien pour le collectif, mais ça fait vivre sa petite entreprise personnelle.

Dans cette crise, le gourou principal est Didier Raoult dont la personnalité est très attachante. Il dit n’importe quoi, dit rouge un jour, vert le lendemain, explique que c’était bien bleu, et quand c’est jaune, il a encore une explication. À force, seuls les profanes peuvent le suivre. Les profanes et les canards boiteux de la profession, ceux qui ont été rejetés pour une raison ou une autre, les aigris, les frustrés, les ambitieux désenchantés, sans oublier les délirants.

En janvier 2020, Didier Raoult a parlé d’un petit virus purement chinois sans gravité pour nous et qu’il ne fallait même pas en parler, puis il a parlé de la fin de la pandémie en début avril 2020, à l’époque où la première vague était à son sommet en France, puis que les masques étaient inutiles (le gouvernement aurait-il dû éviter de l’écouter à l’époque ?), puis que la deuxième vague était impossible, puis… puis… (attention s’il nous dit qu’il n’y aura pas de troisième vague après le nouvel an, je suis déjà rassuré qu’il ne croit pas au vaccin, c’est un début très prometteur pour la future campagne de vaccination)… mais le premier fonds de commerce de Didier Raoult, c’est évidemment l’hydroxychloroquine (qu’il n’a pas inventé, et d’ailleurs, rappelons-le, il est microbiologiste, plus spécialisé en bactériologie qu’en virologie).

Beaucoup y ont cru car in vitro, cela se comportait bien. Tout le monde était plein d’attente. Aurait été heureux si ça marchait. L’absence de traitement efficace est une véritable angoisse. Mais hélas, toutes les études ont montré qu’il n’y avait ni efficacité ni innocuité. Au contraire, elles ont montré que le produit non seulement n’était pas efficace mais il était dangereux dans les doses prescrites. Depuis six mois, d’ailleurs, ce n’est plus un sujet scientifique, juste un sujet sociologique ou politique. Les chercheurs ont tourné la page depuis longtemps. Normal : il n’y a pas de temps à perdre. L’épidémie court toujours, on a dépassé le seuil de 1,5 million de décès, pas loin de 1,6 million (près de 57 000 décès en France), ce mercredi 9 décembre 2020, le nombre de décès par jour est autour de 12 000 ! Par jour ! Et c’est loin d’être terminé, très loin hélas.

Du reste, ceux qui, hier, défendaient l’absence d’étude clinique en bonne et due forme de l’hydroxychloroquine (par l’urgence à soigner, mais au bout de dix mois, cet argument tombe) sont les mêmes qui critiquent, aujourd’hui, l’arrivée des premiers vaccins contre le covid-19, sous prétexte qu’ils n’auraient pas fait l’objet des essais cliniques en bonne et due forme. Ce qui est toutefois faux, les vaccins qui seront mis sur le marché ne peuvent être autorisés sans cette phase 3 des essais cliniques.

Ceux qui ont défendu voire qui défendent encore ce produit qui a fait des merveilles contre le paludisme (heureusement qu’il existe !) n’ont pas trouvé les réponses de la science comme satisfaisantes (pourtant, la science, c’est la science) et les plus "fanatiques" sont tombés dans le déni et dans le complotisme de bas étage. Ceux qui sont contre l’hydroxychloroquine, pour eux, ce sont forcément tous des "vendus" à monsieur "BigPharma" (ou madame, je ne sais pas trop). Simplisme antiscientifique et très politique.

BigPharma, c’est l’entité magique pour expliquer tous les problèmes. On les critique pour vouloir gagner de l’argent, et pourtant, c’est le principe numéro un d’une entreprise qui embauche : pas de profit, plus d’entreprise, plus d’emplois. Et puis, ces bénéfices, ils sont généralement réinvestis pour rechercher d’autres médicaments (sinon, plus de profit, plus d’entreprise, etc.). Les pauvres patients ou futurs patients que nous sommes, en particulier nous Français qui sommes particulièrement des consommateurs de médicaments, nous sommes heureux que BigPharma existe, que la médecine progresse, que les maladies autrefois incurables commencent à être soignées, etc.

Cela ne me choque pas qu’un laboratoire pharmaceutique gagne de l’argent. S’il n’en gagnait pas, il mettrait la clef sous la porte et qui trouverait les nouveaux médicaments ? Rappelons-nous les compagnies aériennes. Par exemple, Air Liberté. Oui, comme voyageur, je pouvais être heureux de payer un billet vraiment pas cher pour aller de Paris à Toulouse. Mais mes proches, qu’en pensaient-il ? Pourquoi je refusais de voyager chez Aeroflot par exemple ? Acheter une chemise pas chère qui s’use en quelques semaines, pourquoi pas ? pas d’enjeu, j’achète une nouvelle chemise. Réduire les coûts dont les coûts de sécurité pour un vol aérien, cela donne à réfléchir. Des vies humaines sont en jeu. Idem pour un médicament. Ces patrons qui s’enrichissent de nos médicaments, ils sont sûrement plus soucieux de vies humaines que ceux qui les consomment. De facto.

Or, bizarrement, parce qu’il était l’un des candidats les plus prometteurs, avec l’hydroxychloroquine, le remdesivir a été la cible des "pro-hydroxycholoroquine" (c’est un peu débilitant d’employer cette expression mais quelle autre choisir sinon ? proraoultiens ?). Son producteur, Gilead, est américain (ce qui nourrit le complotisme antiaméricain classique). Tous vendus à Gilead !

Le problème, c’est que le remdesivir est à peu près comme l’hydroxychloroquine : sans efficacité et sans innocuité. On rappelle alors que la Commission Européenne a précommandé pour 1 milliard d’euros de doses de remdesivir. En fait, il s’agit d’un accord-cadre (négociation du prix pour les pays européens) et seulement 220 millions d’euros ont été engagés dans cette affaire (certes, beaucoup trop pour un médicament qui ne fonctionne pas). Qu’importe le détail, la France n’y a mis aucun euro. La France a refusé de suivre ses partenaires européens, à tel point que Gilead a même renoncé à demander une autorisation de mise sur le marché en France.

Dans son communiqué du 17 septembre 2020, la Haute Autorité de Santé (HAS) a indiqué : « Le service médical rendu est jugé faible compte tenu des données actuelles préliminaires qui montrent une réduction globale de 4 jours du délai de rétablissement clinique du patient (11 jours au lieu de 15) par rapport au placebo, et en complément des soins de support, ce qui est de pertinence clinique discutable. Le remdesivir ne montre pas à ce stade d’effet global sur la mortalité à 14 jours, avec un possible effet suggéré uniquement chez les patients nécessitant une oxygénothérapie à faible débit. (…) Enfin, la HAS considère que l’accès au remboursement n’est pas justifié pour les patients hospitalisés pour covid-19 avec une pneumonie nécessitant une oxygénothérapie à haut débit, ou une oxygénothérapie lors de la ventilation assistée non invasive ou invasive ou une oxygénothérapie par membrane extracorporelle, aucun bénéficie clinique n’ayant été suggéré dans ces populations à partir des données disponibles. ».

Au moins, c’est clair. En d’autres termes, le remdesivir est comme l’hydroxychloroquine, à oublier pour le traitement du covid-19. Heureusement, Olivier Véran a évité d’en faire, par précaution, des commandes inutiles.

_yartiRemdesivir02

C’est ce qu’il a expliqué lors d’une émission spéciale "La grande confrontation" diffusée en direct sur LCI ce mardi 8 décembre 2020 dans la soirée. L’idée était de donner l’occasion au Ministre des Solidarités et de la Santé de répondre à des Français choisis (à mon avis très mal) dans un "panel" supposé représentatif. En particulier, il a eu à répondre à des questions peu courtoises d’une jeune femme manifestement militante politique dont le ton, elle ne s’était pas écoutée, était particulièrement contreproductif pour sa chapelle (si Olivier Véran n’a des opposants que de cet acabit, il n’aura pas trop de soucis d’explication à avoir).

La question essentielle de la confiance a été abordée. Olivier Véran a saisi l’occasion pour raconter un exemple de sa vie faite de multiples décisions importantes à prendre chaque jour : « Sur la question de la confiance, vous savez, d’abord, c’est faire preuve de transparence. Être capable de dire les choses. Je vais vous donner, tiens, une notion d’une polémique à côté de laquelle on est passé en France. ».

Et à partir de là, il a évoqué la bête noire des chloroquineurs : « Vous avez un médicament qui était un médicament qui était plutôt prometteur, il s’appelait le remdesivir, commercialisé par un laboratoire qui s’appelle Gilead, qui est un laboratoire américain, et à un moment donné, on m’a dit : est-ce que la France va en commander, la plupart des pays européens en commandent, avec une grosse commande de stocks etc. Moi, j’ai regardé les données scientifiques, j’ai demandé aux scientifiques de me donner leur avis sur ce traitement. Au début, ils disaient : pourquoi pas ? Et puis après, ils m’ont dit : le truc, heu, le traitement ne marche pas, pas plus que la chloroquine, et donc, il ne faut pas acheter ce médicament-là, en tout cas, ce n’est pas un intérêt majeur à le faire. ».

Finalement, détruisant un argument sans arrêt évoqué : « J’ai décidé de ne pas en acheter. Il y a eu des essais cliniques en France, c’est Discovery, c’est utilisé dans le cadre de protocole de recherche de traitements, c’étaient des doses gratuites. Je n’en ai pas acheté. Aujourd’hui, tout le monde sait, et c’est reconnu, que le médicament remdesivir ne fonctionne pas. Et donc tout le monde considère aujourd’hui que ce traitement-là ne doit pas être donné aux malades. Eh bien, je vais vous dire une chose : je suis plutôt content d’avoir fait le choix de ne pas céder à un moment donné à l’appel de certains scientifiques qui disaient : il faut en acheter pour voir. Et donc, la France est le seul pays avec le Luxembourg de l’Union Européenne à ne pas en avoir acheté. La France n’a pas acheté de remdesivir. On est passé à ça d’une polémique qui en plus concernait un labo en qui généralement les gens n’ont pas confiance. C’est un exemple parmi d’autres. ».

Revenant à sa jeune interlocutrice désagréable : « Voyez, voyez le problème, vous me parlez de la défiance et de la confiance, alors je vous donne des données factuelles, chacun peut vérifier, mais quelle que soit la vérification, madame, que je vous aurai apporté, je ne suis pas sûr qu’en définitive, je vous aurai convaincu sur ce point. Il n’empêche que je continuerai ces [explications]. Libre à vous de me croire ou de ne pas me croire. Tout ce que je vous demande, tout ce que je vous demande, in fine, ce n’est pas d’aimer votre ministre, ce n’est pas de juger que je sois compétent ou incompétent. Ce que je vous demande, madame, c’est de faire attention aux vôtres, de faire attention aux gens qui vous entourent, de respecter les règles, je suis sûr que vous le faites, et de vous protéger vous-même. C’est cela qui est le plus important pour moi. À la fin, je veux dire, je ne vous demande pas de considérer que j‘aurai sauvé vos propres parents. Je vous demande de vous, de vous, avoir cette démarche-là. Et pour moi, la confiance, elle est fondamentale pour ça. ».

Enfin, Olivier Véran a rappelé par la même occasion qu’il ne faut pas forcément se précipiter quand il s’agit de la santé des Français : « Une autorisation de mise sur le marché, avec ce qu’on appelle, en France, on a une évaluation du service médical rendu et de l’amélioration du service médical rendu. C’est pour ça que des fois, on me dit : mais en France, vous êtes longs, pourquoi les tests sortent plus tard en France qu’ailleurs, etc. On nous reproche quand on prend un peu plus de temps que les autres. Mais parfois, prendre un peu plus de temps que les autres, ça nous permet la prudence, ça permet aussi d’être un peu plus efficace dans certaines choses. ».

Bien sûr, comme le ministre l’a indiqué, la démonstration n’aura pas convaincu l’arrogante contradictrice, parce qu’elle restait dans le domaine sectaire et était irréconciliable. Olivier Véran, et c’est probablement ce qui donne prise à la critique, il n’est pas dans le sectarisme, il est dans le pragmatisme. Il est aussi dans le doute, la prudence verbale, et surtout, dans l’humilité de la connaissance scientifique.

Les informations sur le covid-19 arrivent par milliers chaque jour, et parfois, des idées qu’on croyait vraies au début se révèlent fausses ensuite, ou l’inverse (c’était le cas sur la capacité de contamination des enfants), chaque jour on apprend du nouveau. Et c’est déjà suffisamment difficile de trouver ce qui est établi, reconnu, de ce qui n’est que supputation, spéculation, pari, qu’ajouter la désinformation à objectif commercial ou politique ne rend la situation que plus confuse et angoissante aux yeux des citoyens.

La note optimiste, c’est que la plupart des Français comprennent cette difficulté actuelle et sont prêts à se comporter avec rationalité, et c’est probablement ce qui nous sauvera. La prochaine épreuve, ce sont les vacances de Noël à un moment où l’épidémie ne redescend plus. Dans un sondage chez Louis Harris, plus de deux tiers des sondés seraient prêts à mettre une croix sur les fêtes de Noël pour assurer la sécurité sanitaire. Sans doute que la conférence de presse de Jean Castex ce jeudi 10 janvier 2020 à 18 heures présentera les mesures définitives sur nos libertés de circuler et de profiter des fêtes de fin d’année. Pour Olivier Véran, on ne pourra pas parler de troisième vague en janvier tant que la deuxième vague n’est pas encore terminée…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (09 décembre 2020)
http://www.rakotoarison.eu



Pour aller plus loin :
Remdesivir : la polémique qu’on n’a pas eue en France…
Les messes à l’épreuve du covid-19.
Nouvelles attestations de déplacements à partir du 28 novembre 2020 (à télécharger).
Il regarde le soleil dans tes yeux !
Pâques 2020, le coronavirus et Dieu…
Covid-19 : faut-il rendre contraignant l’isolement des personnes contaminées ?
Allocution télévisée du Président Emmanuel Macron le 24 novembre 2020 (texte intégral et vidéo).
Le calendrier de l’Avent du Président Macron.
Covid-19 : vaccins et informations parcellaires.
La lune de Jupiter.
Faudra-t-il rendre obligatoire le futur vaccin contre le covid-19 ?

_yartiRemdesivir03



56 réactions


  • phan 10 décembre 2020 15:17
    MESSAGE de Jean-Dominique Michel à Mr. Olivier VÉRAN. (vidéo 5’12’’)

    Avoir mis en échec, comme vous l’avez fait, les médecins généralistes, qui dans tous les textbooks épidémiologiques, sont le premier rideau face à un phénomène de cette nature, est une violation crasse des droits des soignants et des patients dont vous aurez à répondre devant la haute cour de justice.
    Les conséquences des mesures que vous avez prises, monsieur le ministre, sont infiniment pires que le tribu que cette maladie a pris sur la population, en fauchant essentiellement des personnes en fin de vie et gravement malades.
    Vous êtes en train d’organiser, monsieur le ministre un saccage des forces vives de la société, un effondrement de l’économie, une asphyxie de la culture. Il n’existe pas une seule catégorie de la population qui n’est endommagée par les décisions excessives que vous prenez les unes après les autres, avec un autoritarisme qui laisse pantois ; et ce d’autant plus qu’elles ne reposent PAS sur des bases scientifiques.
    Le seul pays d’Europe qui n’a pris que des décisions basées sur des données probantes, c’est la Suède, dont « on » s’est beaucoup gaussé, et qui aujourd’hui est en bien meilleure position que les pays latins d’Europe face à ce qu’il reste de cette épidémie.
    « Épidémie », ce n’est pas un mot qu’on dit parce qu’il nous vient à l’esprit. Ce sont des critères objectifs. Vous savez comme moi, monsieur le ministre, qu’en ce qui concerne les infections respiratoires virales, on parle d’épidémie dès lors qu’il y a 150 cas de personnes avec des symptômes et malades pour 100 000 habitants. Vous avez baissé ce seuil à 60 pour le covid, avec des tests qui, jusqu’à hauteur de 9 sur 10, peuvent être positifs sans que la personne soit malade, infectée ou infectieuse.
    Il est urgent de mettre les priorités dans le bon ordre, et d’arrêter cette destruction qui, déjà, conduit à des millions de chômeurs en plus, à des centaines de milliers de fermetures et de faillites d’entreprises. Tout ça pour une épidémie respiratoire virale qui n’aura été que la dixième la plus pire depuis l’après guerre.
    Nous sommes dans un délire collectif. Il est urgent d’en sortir. Confiez les reines des décisions à des personnes compétentes en qui les Françaises et les Français ont confiance, comme le professeur Raoult ou le professeur Perronne qui a assumé cette fonction pendant longtemps dans le cadre des politiques de santé. Et puisque votre action et votre communication sont désormais devenues toxiques pour le pays, monsieur le ministre, prenez vos responsabilités ; et, je vous en prie, démissionnez !

  • Adèle Coupechoux 10 décembre 2020 16:24

    « Le problème, c’est que le remdesivir est à peu près comme l’hydroxychloroquine : sans efficacité et sans innocuité »

    Fallait l’oser, l’innocuité du remdesivir, A la fin d’octobre, Gilead avait annoncé que le remdesivir lui avait déjà rapporté près de 900 millions de dollars au troisième trimestre. Je me demande quand Gilead nous ment ou ne nous ment pas.

    https://www.sante-sur-le-net.com/covid19-reins-danger/

    https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/11/20/l-oms-deconseille-le-remdesivir-dans-le-traitement-des-malades-du-covid-19-hospitalises_6060508_3244.html


    • leypanou 11 décembre 2020 08:00

      @Adèle Coupechoux
      A chaque fois que Sylvain R. écrit un article, je me dis : « çà y est, il a touché le fond ». Grave erreur : avec cet article, il s’est encore surpassé.
      Je ne connais aucun journaliste qui le dépasse en léch.ge, et pourtant les journalistes, brosser ils savent faire, les pires à mon avis étant ceux des services publics.


    • babelouest babelouest 11 décembre 2020 08:18

      @leypanou il est peut-être natif de la Creuse, mais d’ancêtres venus des Mascareignes....

      https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/les-enfants-de-la-creuse-une-histoire-de-deportation/


    • V_Parlier V_Parlier 11 décembre 2020 10:00

      @leypanou
      Je suis d’accord. Il me semble même que là il a dépassé Barbier, exploit que je croyais impossible.


    • Samson Samson 11 décembre 2020 12:16

      @Adèle Coupechoux
      « Je me demande quand Gilead nous ment ou ne nous ment pas. »

      En sous entendant par son recours, décidément par trop subversif, qu’il puisse encore émerger quelque forme de « vérité » du nihilisme et du chaos ambiant, le terme « mentir » devrait très bientôt se voir officiellement biffé du registre de la novlangue.

      Disqualifiant d’entrée de jeu toute alternative possible à la doxa de rigueur et permettant ainsi l’économie de toute réflexion critique ou de tout débat sur notre réalité présente, une gestion pleinement « optimisée » du Nouvel Ordre Mondial et ses filiales en €urocratie et donc de la start-up « France » implique désormais le recours aux slogans marketing de « fake news », « populisme », « complotisme », « extrémisme »,... développés par la Pensée Unique.

      C’est pourtant simple ! En Marche vers Nulle Part et suivant le carnet de charge transmis par leurs maîtres, nos managers ne gouvernent plus, ils gèrent la « gouvernance » . Et ils ne « mentent » donc plus, ils « communiquent » !

      Vous ne lisez pas les journaux ??? smiley smiley smiley


    • Samson Samson 11 décembre 2020 12:28

      @Samson
      PS : le meilleur exemple presque un modèle du genre ! en sont les communiqués très réguliers sur AV de l’auteur, qui nous abreuve de sa prose sans jamais condescendre à participer avec les « gens qui ne sont rien » aux débats qu’il prend pourtant plaisir à susciter ! smiley


    • Samson Samson 12 décembre 2020 15:38

      @Samson

      J’ai regardé hier soir le documentaire français « Mal Traités » qui vient de sortir et — mieux que se limiter à dénoncer l’incurie crasse et les conflits d’intérêts à l’œuvre dans la gestion de l’actuelle pandémie — propose aussi des solutions accessibles à chacun-e pour autant que faire se peut s’en prémunir !

      Ce documentaire relève en ce sens pleinement de l’utilité publique et citoyenne.

      A ne manquer sous aucun prétexte !!!


  • samy Levrai samy Levrai 10 décembre 2020 16:31

    Qui vote pour de tel torchon de propagande lèche cul ? Pourquoi de vrais articles semblent être bloqués et que des articles qui recueillent en moyenne un zero pointé par les lecteurs ont ils table ouverte et systématique  ?


    • sylvain sylvain 10 décembre 2020 19:55

      @samy Levrai
      il se peut aussi que rako ai plusieurs comptes et valide ses articles lui même . Moi ça m’étonnerait pas vu que personne n’aime ce qu’il écrit et qu’aucun de ses milliers d’articles n’est jamais refusé


    • foufouille foufouille 10 décembre 2020 20:44

      @sylvain

      il suffit de payer.
      gogofachovox.


    • Doume65 10 décembre 2020 20:50

      @samy Levrai
      Ça s’appelle la liberté d’expression et la confrontation des idées. J’espère que ceux qui ont voté pour cet articles ne l’ont pas fait pour leur adhésion aux idées contenues, mais au fait qu’il est bien construit et suit une argumentation cohérente.
      Perso, je le trouve très biaisé. Il oblitère l’épisode « lancet » et l’interdiction de l’hydrochloroquine qui s’en est suivi (depuis quand interdit-on aux médecins de soigner !?), les contradictions du ministre dans le temps, etc. Mais c’est le propre des billet orientés. Après tout, un peu de pluralité sur ce média ne peut pas faire de mal. Surtout que grâce aux commentaires, on peut contre-argumenter. C’est un débat. Ce site ne s’appelle-t-il pas Agoravox ? Et on voudrait faire taire les idées qui ne nous conviennent pas, Comme au Monde ou à Libé ?


    • Aimable 10 décembre 2020 21:15

      @sylvain
      Au nom de la liberté de parole tout simplement, sauf pour ceux q’ AV censure .  smiley


    • babelouest babelouest 11 décembre 2020 08:20

      @samy Levrai les modérateurs-auteurs font ce qu’ils peuvent, mais ils ne sont pas les patrons....


    • samy Levrai samy Levrai 11 décembre 2020 11:05

      @Doume65
      taratata... Je parle d’articles bloqués de très bonne qualité et de mouises imbuvables qui s’étalent en lieu et place... Quand tous les médias de masse disent la même chose ( propagande inouïe) devons nous vraiment avoir une piqure de rappel dans les espaces dit de « liberté » ? 


    • sylvain sylvain 11 décembre 2020 16:18

      @samy Levrai
      le problème de la modération est le vote partisan . Certains feront passer une bouze si ils estiment qu’elle va dans leur sens . il faut quand même un peu d’impartialité pour faire une modération de qualité


  • Jeekes Jeekes 10 décembre 2020 16:31

    ’’Olivier Véran que je soutiens totalement dans sa politique sanitaire’’

     

    Tu soutiens totalement le varan véreux, rat-ko-to-lèche-fion ?

    Remarque, ça m’étonne pas de toi.

     

    Donc, en plus d’être une sous-merde de lécheur de cul, te voila aussi complice d’assassinat !

     

    J’espère qu’on t’a promis de t’exfiltrer quand viendra l’heure des comptes...

    Sinon, tu devrais commencer à faire de l’huile !

     

     


  • ᙅᖺ'ᗩしᓮᕮƝ DarkTrooper 10 décembre 2020 16:35

    Bien sûr, comme le ministre l’a indiqué, la démonstration n’aura pas convaincu l’arrogante contradictrice, parce qu’elle restait dans le domaine sectaire et était irréconciliable.

    Un passage très révélateur , quand on argumente et qu’ on refuse de se laisser aller a la propagande d’ état , alors on est sectaire comme un COMPLOTISTE.

    Ca aurais plus a GOEBBEL je pense .


  • Albert123 10 décembre 2020 16:52

     « il a eu à répondre à des questions peu courtoises d’une jeune femme »


    je n’aie vu qu’une citoyenne concernée adressant des questions claires à une anguille macroniste, avec son regard de chien battu, défendu par un chien de garde qui mériterait de voir ses roustons se faire exploser à coup de rangers..

    ça fait d’ailleurs beaucoup de bien de ne pas (pour une fois) voir le peuple représenté par une madame michu un peu niaise comme les affectionne tant nos journaputes habituelles.

    « Dans un sondage chez Louis Harris, plus de deux tiers des sondés seraient prêts à mettre une croix sur les fêtes de Noël pour assurer la sécurité sanitaire. »


    le père Louis Harris, il a pas du sortir de son appart pour faire son sondage à la con


    • Le421... Refuznik !! Le421 10 décembre 2020 17:59

      @Albert123
      Sondages « o’ptizognons » pour l’institut OPIF et commandé par Mickey-Parade...


    • leypanou 11 décembre 2020 08:05

      @Albert123
      les sondages bien opportuns, ces sondeurs savent les sortir quand c’est nécessaire.
      J’aimerais bien voir un exemple de tête de cr.tin qui a demandé çà.


    • V_Parlier V_Parlier 11 décembre 2020 10:05

      @Le421
      Hélas, les résultats donnés hier dépassant les 50% de pro-confinement absolu ne me semblent pas trafiqués quand je prends la température des opinions et allures autour de moi. Un an de campagne affolante répétée en boucle ça marche !


    • Albert123 11 décembre 2020 17:57

      @V_Parlier

      « quand je prends la température des opinions et allures autour de moi »

      vous habitez en ville ou dans un village ?

      vous êtes situé sur Paris, petite, moyenne grande couronne ou en province ?

      combien de km du château élyséen ? 

      Flics ou gendarmes par chez vous ?

      vos pro confinements quels sont leur statut, leur niveau de diplôme, profession et orientation politique et genre ?

      sont ils de la bonne chaire à canon républicaine ou des indés ?

      ...

      excusez moi de vous tirer les vers du nez mais j’aie une intuition sur le profil de vos pro confinements 


    • V_Parlier V_Parlier 11 décembre 2020 23:07

      @Albert123
      Je vais tenter de me rappeler les éléments de mon « panel » :

      4 retraités très proches (classe moyenne, anciennement : kyné, prof, garagiste, institutrice). Mais ils ne sont plus tous jeunes, donc on peut comprendre que la balance de risques les inquiète. Un en campagne, deux en ville tranquille, 1 en ville pourrie. Approbation de toutes les mesures. Même pour ceux qui détestent Macron, il faut le savoir.
      Autour de mon lieu d’habitation : Banlieue parisienne pas exceptionnelle mais vivable avec espaces verts, pas trop surveillée : On a des promeneurs qui s’éloignent des sentiers battus sans masque, et de l’autre, plus dans le centre, des habitants très disciplinés appartenant, en apparence, à des classes sociales très variées. Je dirais que ça fait du 2/3 disciplinés et du 1/3 « rebelles » (une fois libres à l’écart du centre), même si c’est difficile à évaluer car on s’adapte selon le lieu pour ne pas être ennuyé.
      Environnement de travail : Beaucoup de cadres, dont beaucoup en ce moment en télétravail (ça peut expliquer le côté avantageux pour certains, ça leur rend les mesures plus agréables). Plus préoccupés par les affaires qui ne sont pas encore les pires, comme les masques de Salomon, l’incohérence des propos des ministres qu’ils mettent sur le dos de l’incompétence, mais c’est un milieu où, même si on pense comme un « complotiste » on ne l’avoue pas. Ca ferait trop péquenaud et type bizarre. Alors je vais évaluer à 3/4-1/4 étant donné que, comme le font les instituts de sondage qui évaluent les intentions de vote, 1 qui avoue l’inavouable vaut 4 qui pensent l’inavouable. (Et pour deux qui avouent ça fait donc 8, sur un total régulièrement fréquenté de 32, à la grosse louche).
      Enfin, déplacements dans Paris intra-muros : Discipline totale. Difficile d’évaluer si c’est par la peur de l’amende ou la pure discipline, mais on voit que les gens sont complètement « rôdés » au masque, au point qu’ils se sentiraient peut-être nus s’ils n’en avaient pas. Personnellement je les plains, ils l’ont toute la journée sur la tronche, où qu’ils soient. Mais s’il y avait un réel refus je pense qu’on ne verrait pas ça. On pète facilement tout dans Paris dès qu’un truc ne plait pas, à tort ou à raison. Donc j’estime que les vrais opposés sont minoritaires.
      Visite d’un ami dans une cité HLM : Le seul endroit où j’ai recueilli un avis vraiment défavorable mais masque en dehors tout de même. On peut supposer évidemment que c’est là qu’il y a largement plus de 50% d’opposés aux mesures, mais ils ne représentent que 1/6 de la population.

      Donc mon estimation à légèrement plus de 50% d’approbateurs sur toute la France (même chez les anti-macronistes !) me parait assez juste.


  • TSS 10 décembre 2020 19:07

    l’auteur(ancien juge) ressemble à une limande, à plat ventre dès

    qu’une pseudo autorité se pointe... !!


  • Pere Plexe Pere Plexe 10 décembre 2020 19:20

    Constant dans la médiocrité le nécrologue cireur de pompes.

    Reprendre les mensonges de Veran n’en fera pas des vérités !

    Oui le Remdesivir, inefficace, cher et extrêmement dangereux à bien été mis à disposition des hôpitaux Français.

    Ce document dit clairement « remdesivir détenu par la l’Agence Nationale de Santé Publique »


    • Pere Plexe Pere Plexe 10 décembre 2020 19:50

      @Pere Plexe

      ...notez la date du document !
      L’Agence européenne du médoc s’était (enfin) alerté de la toxicité du pseudo médicament et avait communiqué le 01/12.
      Pour le prix du traitement (2300 USD pour 6 jours) il faut savoir que le prix de revient est de 5 USD.
      Pas mal pour un médoc(?) qui n’a jamais marché, ni pour Ebola , ni pour Covid 19 ni aucune autre pathologie.


    • Doume65 10 décembre 2020 20:53

      @Pere Plexe
      Non, beaucoup plus que 5 dollars, 2000 euros, malheureusement.


    • Pere Plexe Pere Plexe 10 décembre 2020 21:20

      @Doume65
      2300 dollars à la vente pour 5 dollars de coût de production.


    • Doume65 3 janvier 2021 11:50

      @Pere Plexe
      Toutes mes excuses, j’ai mal lu.
      Bonne année à tous !


  • sylvain sylvain 10 décembre 2020 19:57

    Il dit n’importe quoi, dit rouge un jour, vert le lendemain, explique que c’était bien bleu


    Pourtant concernant le redemvisir, il me semble que raoult dit que c’est de la merde depuis quasiment le début et n’a jamais changé sa position . On doit avoir différentes perceptions de la réalité


    • Pere Plexe Pere Plexe 10 décembre 2020 21:08

      @sylvain
      C’est vrai pour le Remdesivir
      Et aussi pour les conflits d’intérêts dans les divers comités et instances médicales.
      Et encore sur l’imaginaire toxicité de l’hydroxychloroquine. 
      Ah et aussi sur le problème des entreprises de publications médicales.
      Et sur le risque pandémique tel qu’il l’a dit en...2006.
      On aimerait un tel bilan chez un Veran une Buzyn ou un Salomon.
      Surtout il n’est pas soupçonné de malversations contrairement à ces trois là.


  • ETTORE ETTORE 10 décembre 2020 20:25
    sylvain 10 décembre 19:55

    @samy Levrai
    il se peut aussi que rako ai plusieurs comptes et valide ses articles lui même . Moi ça m’étonnerait pas vu que personne n’aime ce qu’il écrit et qu’aucun de ses milliers d’articles n’est jamais refusé

    ___________________________________________________________________

    Tiens ? C’est ce que je me disais aussi !

    En gros, il s’auto-léchouille en permanence avec sa langue rapeuse, et voilà le résultat.


    • Le421... Refuznik !! Le421 11 décembre 2020 08:51

      @ETTORE
      Ouais, bon...
      Mais ça participe de la liberté d’expression.
      Par contre, il ne suit JAMAIS le cours des discussions...
      Donc, de fait, peu d’intérêt, hormis de créer un sujet.


  • xbrossard 10 décembre 2020 22:54

    @Rakotoarison

    puisqu’apparemment t’as du temps pour raconter des conneries, passe donc du temps pour consulter des études médicales, ça te fera du bien : https://c19study.com/


  • zygzornifle zygzornifle 11 décembre 2020 07:35

    La gestion de la crise sanitaire depuis le début de la pandémie de covid-19

    Buzyn, c’est une gripette

    Veran, Salomon, Macron le masque ne sert a rien, belle démonstration de mensonges en bande organisée les « yeux dans les yeux » de la part de nos élites.

    Dire qu’il y en a qui sont en prison pour moins que cela .... 


  • leypanou 11 décembre 2020 08:23

    @tous :

    cette jeune femme s’y est très mal prise quand elle a posé ses questions au ministre : il y a une question qu’elle aurait dû poser, c’est le pourquoi de l’interdiction de liberté de prescription¹.

    Aux États-Unis, non seulement les médecins défient le diktat des autorités administratives mais en plus ils le font savoir (cf Dr Brian Tyson) : chez nous, rien de tel.

    Bref, le médecin français est un mouton en général.

    ¹:en ce moment, au Congrès aux États-Unis, ils auditionnent sur l’efficacité de l’ivermectin pour soigner le covid : nous, on attend le vaccin, qui était le but dès le début.


  • Laulau Laulau 11 décembre 2020 09:01

    "Il dit n’importe quoi, dit rouge un jour, vert le lendemain, explique que c’était bien bleu, et quand c’est jaune, il a encore une explication."

    Raoult parle de science ! Et la science ça n’est ni blanc ni noir ni rouge .... C’est compliqué, bien trop compliqué pour un journaleux à la noix comme Rakoto.


  • Laulau Laulau 11 décembre 2020 09:07

    Le problème, c’est que le remdesivir est à peu près comme l’hydroxychloroquine : sans efficacité et sans innocuité.

    Sans innocuité ? Vous en êtes bien sûr pour le Remdesivir ? C’est un « médicament » utilisé en intraveineuse (danger 5 % de complications) et qui est toxique pour les reins dans près de 20 % des cas. Quid de l’hydroxychloroquine qui était en vente libre au début de cette année et qui a été prise par des centaines de millions de gens ?


  • phan 11 décembre 2020 10:05
    Il a tout faux du début jusqu’à la fin (tests, masques, hydroxychloroquine & étude foireuse du Lancet, Remdesivir) notre sinistre de la santé .
    En interdisant la chloroquine, c’est sa peau que Véran essaie de sauver !
    Et Rakoto a la maladie d’Alzheimer : il s’est précipité à vénérer l’étude foireuse du Lancet.

  • SamAgora95 SamAgora95 11 décembre 2020 14:38

    Moi à la place du ministre si j’avais non seulement interdit un médicament efficace à la suite d’une blague de petits jeunes et d’une VRP actrice porno, et en plus autorisé un médicament néfaste pour confirmer mon amateurisme et bien j’aurais donné ma démission tout simplement !

    PS : Lire un article de propagande c’est déjà difficile, si en plus vous en faites à chaque fois une tartine là ça devient de la torture.


    • Francis, agnotologue Francis 11 décembre 2020 15:18

      @SamAgora95
       
       ’’si j’avais non seulement interdit un médicament efficace à la suite d’une blague de petits jeunes et d’une VRP actrice porno, et en plus autorisé un médicament néfaste pour confirmer mon amateurisme et bien j’aurais donné ma démission tout simplement !’
       
       Il y a des ministres qui se sont suicidés pour moins que ça.


  • MickyPatou 11 décembre 2020 15:46

    Suite à un article récent de cet auteur intitulé « RAOULT  : FIN DE PARTIE »

    après la publication d’une étude (qui s’est révélée rapidement être une escroquerie intellectuelle) parue dans le LANCET au sujet des effets soi-disant néfastes, voire mortels de l’hydroxychloroquine, on peut dire et le clamer à présent sans aucune hésitation :RAKOTOARISON : FIN DE PARTIE


  • ETTORE ETTORE 11 décembre 2020 17:31
    MickyPatou 11 décembre 15:46 :

    ______________________________________________________________

    Pensez vous, son nouveau pseudo est tout trouvé : Le Phénix  !

    Vous m’en direz tant....Il a accumulé tellement de cendres de par ses papiers à brûler, qu’il peut se permettre pareil pseudo.

    Bon, je suis gentil, eut égard à ce qu’à écrit Le421, parce que, au moment ou j’écrivais ces lignes un vol de ...ramiers, venait de faire l’apologie de la patrouille de France.


  • Pere Plexe Pere Plexe 12 décembre 2020 13:20

    BigPharma, c’est l’entité magique pour expliquer tous les problèmes. On les critique pour vouloir gagner de l’argent

    Ben non.

    Une fois de plus l’auteur ment ou n’a rien compris (ou les deux ?)

    Ce qui est reproché à cette industrie mafieuse c’est de corrompre à tour de bras.

    Corrompre et tromper les entreprises de publications genre Lancet BMJ

    Corrompre et tromper les autorités de santé (FDA, ONU, EMA...)

    Corrompre et tromper les medias. (source)

    Corrompre les politiques.

    Et aussi de nuire à la santé et l’intérêt général pour faire plus du pognon.

    Pour info le contrat de l’UE avec Gilead prevoit un prix de 2070 euros/traitements quand le prix de revient de ce traitement est estimé à ...6 euros

    Là ce n’est plus « gagner de l’argent » mais organiser un racket honteux !


  • curieux 13 décembre 2020 14:02

    @ l’auteur,

    Etant en désaccord avec les postulats que vous posez de manière péremptoire, je n’ai donc pas lu la suite de votre prose,

    Et pourtant, évidemment qu’il n’a pas été parfait, on ne l’est jamais, mais ces critiques excessives, définitives, sont tellement insignifiantes par rapport à l’enjeu de santé publique qu’elles en arrivent à masquer (c’est le cas de le dire !) les vraies erreurs, souvent assumées, du gouvernement.

    J’évite les attaques ad nominem (contre productive) mais apporter des éléments concrets pour que votre discours soit plus étayé.

    « Critiques excessives par rapport à l’enjeu de santé publique »

    « erreurs, souvent assumés »

    Là, j’aurais aimé des exemples ....


  • juan 13 décembre 2020 14:48

    Je ne comprends pas que ce type soit encore à ce poste. Aurait-il été désigné d’office pour « remplir sa fonction » afin de servir de micro à Macron et son équipe de NULES-À-CHIER ? Pour qu’un « médecin ? -à voir » se compromette d’une telle manière, ou il n’a aucun scrupule et mal-faisant, ou il est nul-et-dangereux ? j’hésite...Bref, pour la France c’est une calamité.


  • ETTORE ETTORE 13 décembre 2020 23:44

    De toute façon je trouve la photo d’en tête G E N I A L E  !

    On as le nom de l’orateur, juste a côté de son oreille droite !

    Sérieux ! Les techniques actuelles sont extraordinaires de précision !

    Ou alors, ou alors,,,,, la vérité se fraie parfois, toute seule, un chemin, ignoré de tous !


Réagir