lundi 11 septembre - par voxpopuli

Gros n’importe quoi

Au hasard de mes pérégrinations sur Facebook, je suis récemment tombé sur un article faisant état d'une de ces polémiques ridicules dont notre époque a le secret, mais allez savoir pourquoi celle-ci m'a interpellé plus qu'une autre et m'a conduit à un bref état des lieux de notre société.

La polémique ?

Elle commence sur TMC dans l'émission "Quotidien" du 4 septembre 2017 lorsqu'est diffusé une vidéo où apparaît Quantasia Sharpton, une femme de forte corpulence, "célèbre" pour avoir attrapé un herpès suite à des rapports intimes avec le chanteur Usher, du moins c'est ce qu'elle prétend pour réclamer à ce dernier un dédommagement sonnant et trébuchant.

Sur le plateau du "Quotidien", Jamel Debbouze, arborant la moustache du sergent Garcia et vêtu d'une veste fabriquée avec le rideau de douche de ma grand-mère, se gausse de Madame Sharpton en la traitant à plusieurs reprises de "menteuse", faisant rire les autres personnes présentes sur le plateau ainsi que le public.

L'article m'ayant "informé" de cette affaire est une reprise des états d'âme de certains spectateurs n'ayant pas apprécié cette séquence au motif que grosso modo : "c'est pas cool de se moquer de la grosse".

L'histoire aurait pu s'arrêter là et cette article disparaître de ma mémoire aussi vite que le fil d'actualité défile sur un écran de smartphone. Oui mais voilà cet article avait un titre très accrocheur qui a eu le mérite de m'apprendre un nouveau mot, la "grossophobie" (pas le mot le plus élégant que la langue française ait porté on en conviendra).

Car oui, en se moquant de Madame Sharpton, Jamel Debbouze ne s'est pas juste "moqué de la grosse", non, il a commis un acte "grossophobe". Autrement dit il s'agit là d'une affaire très sérieuse et très grave puisque l'on prend la peine d'utiliser un mot de plus de deux syllabes et un de ceux qui font peur puisqu'il finit en "phobe".

Si l'on s'en tient à la première définition trouvée sur Internet, la grossophobie consisterait dans une "aversion ou attitude hostile envers les personnes en surpoids, grosses ou obèses". Autrement dit et pour faire le lien avec les autres "phobies" de ce genre (homophobie, islamophobie, handiphobie...), il s'agirait d'une attitude d'une personne allant du rejet à la haine pour un groupe humain déterminé en raison d'un critère précis.

Alors qu'a fait Jamel Debbouze sur le plateau du "Quotidien" en traitant Madame Sharpton de "menteuse" et en ricanant ? A-t-il manifesté un rejet ou une haine des gros en tant que groupe humain ou seulement de Madame Sharpton en raison de son poids ? Evidemment que non. Alors qu'a-t-il fait ? Simplement se moquer de la très faible probabilité de la situation qui lui était présentée.

Et si l'on sort deux minutes de l'hypocrisie consistant à s'imaginer dans le monde merveilleux où tout un chacun ne s'intéresse chez l'autre qu'à sa beauté intérieure et que l'on revient dans le monde réelle où la première chose que l'on regarde chez l'autre est son physique, on se dit que oui les allégations de Madame Sharpton sont a priori peu crédibles.

Car oui, même si tous les goûts sont dans la nature, il existe pour les hommes (et pour les femmes on va pas se mentir) des critères de beauté majoritaires auxquels ne correspond absolument pas Madame Sharpton qui n'est pas vraiment le type de femme que l'on a l'habitude de retrouver au bras/dans le lit d'hommes riches et célèbres.

Peut-on en rire ? La réponse est évidemment oui, cela relève de la liberté d'expression la plus élémentaire. On peut rire de tout mais ça ne veut pas dire que cela fera rire tout le monde. (Concernant la citation de Desproges, je renvois en lien à un article de Libération, très intéressant si l'on excepte la tentative de définition "scientifique" de l'humour).

La discussion aurait pu s'arrêter là entre d'un côté les "gros beaufs" qui ont ri de bon coeur avec Jamel et de l'autre les "gros coincés" qui se sont indignés du manque de finesse de son intervention. Oui mais voilà, lorsque l'on commence à utiliser des gros mots comme le terme "grossophobie", encore faut-il prendre la peine de les utiliser à juste titre au risque de tout mélanger, ce qui n'a bien sûr pas manqué d'arriver.

Sur la base de "l'affaire" Jamel Debbouze, présentée à tort par certains comme de la grossophobie, on voit fleurir sur Internet toute une série de plaintes et revendications diverses regroupées sous la vocable "grossophobie" qu'il faut combattre comme un tout.

Evidemment que l'employeur qui refuse d'embaucher un salarié en raison de son surpoids doit être sanctionné. Evidemment que l'enfant persécuté par ses camarades dans la cour de récréation en raison de son embonpoint est victime de grossophobie et doit être protégé.

Doit on pour autant interdire la diffusion à la télévision de "blagues" comme celles de Jamel Debbouze au motif de lutter contre la grossophobie ?

Non, tout simplement parce que cela ne serait pas rendre service aux personnes en surpoids que de les placer dans un monde aseptisé. Car dans le monde réel, il y aura toujours des gens à l'humour gras pour leur faire une blague (sans aucune mauvaise intention) sur leur embonpoint. Il y aura toujours un médecin qui n'aura pas vraiment le tact requis pour leur dire que leur problème de poids nuit/risque de nuire à leur santé. La lycéenne obèse ne sera toujours pas celle après laquelle courrent tous les garçons.

Il faut apprendre à surmonter ces petites moqueries, critiques, tracas du quotidien pour être en mesure d'affronter les véritables actes de grossophobie et cela est valable pour toutes les formes de discrimination. L'acceptation de soi passe aussi par l'acceptation du regard des autres.

A l'instar de ceux qui souhaitent voir disparaître toutes formes de notations ou de classement du système scolaire français (histoire que nos enfants soient absolument pas du tout préparés à un monde du travail toujours plus dur), ceux qui veulent voir disparaître de nos écrans des comportements comme celui de Jamel Debbouze commettent une erreur.

Une erreur car il s'agit d'une atteinte totalement injustifiée à la liberté d'expression (celle-ci n'a pas vocation qu'à défendre les propos intelligents). Une erreur car cela vise à créer une bulle totalement aseptisée et déconnectée de la réalité (quid des blagues sur les personnes de petites tailles, les chauves ou les petites poitrines ? ces personnes aussi peuvent mal vivre le type d'humour dont a fait preuve Jamel Debbouze). Une erreur car cela revient à relativiser la gravité des actes en cause en laissant penser que ricaner sur un plateau de télé est aussi grave qu'une discrimination à l'embauche. 

http://www.konbini.com/fr/inspiration-2/jamel-debbouze-quotidien/

http://www.huffingtonpost.fr/gaelle-prudencio/les-grosses-ont-une-vie-sexuelle-et-ca-semble-etre-un-drame_a_23072105/

http://www.ledauphine.com/societe/2017/09/06/la-grossophobie-est-une-veritable-discrimination

http://www.liberation.fr/debats/2016/02/24/on-peut-rire-de-tout-mais-on-peut-aussi-arreter-de-citer-desproges-n-importe-comment_1435056 



25 réactions


  • V_Parlier V_Parlier 11 septembre 10:53

    Les bobos et leurs copains des minorités à l’humour trash qui finissent par se prendre à leurs propres pièges. Ces prochaines années vont être dures pour eux.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 septembre 11:26

      @V_Parlier

      Vous êtes sûr que c’est pas la fachosphère qui verse dans la bienpensance en dénonçant la grossophobie de jamelle ?

      Vous êtes sûr que c’est pas vous l’idiot de la séquence ?

      Réfléchissez bien à cette question :

      Le plus c.., celui qui dit/fait une c......., ou celui qui n’arrête pas de causer de celui qui a dit/fait une c....... ?


    • bruno35 17 septembre 10:53

      @Olivier Perriet
      Mouais les « vous etes surs » ne démontrent rien.Par contre l’observation de la réalité la plus facilement observable que l’on trouve dans tous les médias de masse est que le politiquement correct dénature la démocratie.La démonstration de l’auteur de cet article viens de le prouver.Alors quoi ?Votre positionnement sur l’échiquier politique vous met peut etre mal à l’aise face à ce genre d’article ?Et alors ?Choisissiez donc de défendre nos valeurs communes,comme la liberté d’expression ,vous serez moins obscurs dans vos propos.


    • bruno35 17 septembre 11:05

      Sinon vous tombez immanquablement dans le piège des procès d’intention de gens dont vous ne connaissez pas les motivations.Méditez le.Et sérieusement.


  • Trelawney Trelawney 11 septembre 10:59

    Le blouson de Djamel, c’est comme les chemises Hawaïennes. Il faut avoir un permis pour sortir avec ce genre de vêtement. Si Djamel est juridiquement attaquable, c’est sur ce point. Pour le reste ......


  • Jeekes Jeekes 11 septembre 11:09

    Debbouze ?
     
    Deux bouses ?
     
    Voyons, voyons, il ne s’agirait pas de cette petite racaille qui a mal tourné depuis qu’il est devenu une ’’star’’ du show-biz ?
     
    Ben quoi, pour une fois qu’il y en a un qui porte bien son nom !
     
     


  • bob14 bob14 11 septembre 13:06
    2eme..la censure vire mon commentaire sur cette bouze notoire ?
    Aussi con que lui...déplorable site pour bobos...

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 11 septembre 16:08

      @bob14

      Oui j’avais remarqué, votre commentaire a été viré, ainsi que le mien, qui soulignait l’incroyable réactivité (ou l’incroyable insomnie ?) que vous mettez pour vous précipiter sur notre lecture avoxienne de bon matin (en France) soit en plein milieu de la nuit (aux USA « chez vous » smiley smiley )

      Allez, sans rancune


    • francesca2 francesca2 11 septembre 21:08

      @bob14

      La modération est au Maroc. 

  • L'enfoiré L’enfoiré 11 septembre 14:32

    Nous sommes à une époque très spéciale.
    Une époque dans laquelle tout peut devenir un buzz et où l’humour n’a plus ses lettres de noblesse.
    Une époque où pour exister, il faut sortir de l’ombre, sortir le bon mot au bon moment qui résonne dans la tête de certains comme une blague, et pour d’autres comme un coup de massue.
    Internet est passé par là.
    Un nouveau mot à ajouter à la liste des phobies ?
    Avant cela, cela serait resté incognito avec les arachnophobes.
    Ce site Agoravox en est plein de ces « mots d’artistes » qui font ping et puis pong en résonnant sur une table de pongiste virtuelle.


  • zygzornifle zygzornifle 11 septembre 15:37

    Pfff c’est un supporter de Macron , pas besoin de chercher plus loin......


  • zygzornifle zygzornifle 11 septembre 15:42
    Une chance pour la France ce Debbouze

    Michel Admette et son épouse racontent le drame de leur vie, la perte de leur jeune fils, en 1990, en région parisienne, déchiqueté sous les roues d’un train. Selon eux, c’est Jamel Debbouze qui l’a poussé. Or, ce dernier a bénéficié d’un non-lieu. Ils n’en démordent pas.


  • Giordano Bruno 11 septembre 16:21

    Un jour, je serai sans doute accusé de connophobie ou de néologismophobie.


  • karibo karibo 11 septembre 17:51

    Le culte de la médiocratie dans sa splendeur, allez vive la quenelle pour tous : halal natürlich ...


  • goc goc 11 septembre 18:32

    De Bouze ou la collaboration avec le lobby qui n’existe pas. Bref ses propos auraient mérité de n’être repris que par « Vichy-matin » et rien d’autres.
    il y a des gens qu’on respecte et puis il y a les autres. De Bouze fait parti de ces derniers.
    Alors forcement quand ce triste sir se permet de faire des « réflexions » aussi stupides que lui, on peut se dire qu’au plus haut, ils ont decidé de ne meme plus cacher leur racisme congenital.


    • bruno35 17 septembre 11:02

      @goc
      Si seulement ceux qui dénoncaient Debbouzze étaient raciste ,le monde serait plus simple.Non non ils croient vraiment à ce qu’ils dénoncent.Avec toutes ces betises sur l’islamophobie et tous ces maux/mots en « phobes » nous sommes entrés dans l’ère des petits capots de pacotille qui psychiatrisent tout ce qui dépasse un poil de la norme du politiquement correct.Un joyeux monde que l’on nous prépare ou la difficulté sera de rester dans les clous sous peine de tomber sous la condamnation de « déplorables »,ostracisés,perte d’emploi etc.....l’acutalité de tous les jours nous en informe allègrement.Oui oui le politiquement correct existe vraiment et il se contrefiche de la liberté d’expression et adore l’interdiction des blasphèmes


  • Je Me Souviens Je Me Souviens 11 septembre 19:49

    Sachant qu’en Darija(l’Arabe du Maroc) Debbouze veut dire « trop gros »,c’est assez ironique de le traiter de grossophobe.


  • geedorah geedorah 11 septembre 21:21

    j’prefere rire de la gueule de debouze et de sa veste, il ressemble de plus en plus a un gros beauf


  • Michel Maugis Michel Maugis 12 septembre 00:41


    Mais ou est donc la supposée « grossophobie » de Debouze ?

    Il ne s’est pas référer à l’obésité de la dame.

    De plus il semble qu’elle est noire, pourquoi ne pas parler de négrophobie alors ?

  • Jeff84 12 septembre 07:23

    « Evidemment que l’employeur qui refuse d’embaucher un salarié en raison de son surpoids doit être sanctionné. »


    Ben tiens. C’est quoi la phase suivante, interdire d’embaucher en fonction de l’intelligence ? Tirer au sort ?

    Heureusement qu’on a (encore) le droit de choisir en fonction du physique quand c’est important (danse, fonction d’accueil, que sais-je). Et d’ailleurs, même quand ça ne l’est pas.

    Fachiste.

  • rugueux 12 septembre 07:58

    Qui peut raisonnablement croire que ce cageot ait pu être emballé par un sex symbol comme Usher ?

    Non seulement elle est grosse, que dis-je elle est mamouthesque, mais en plus elle porte un nom à coucher dehors avec un billet de logement ! Quantisia ! Y’a que les beaufs afro-américains dégénérés pour oser porter un tel prénom !

    La vérité est bien souvent beaucoup plus cruelle avec les minorités que la pire des caricatures !

    Cette lamentable histoire et le procès d’intention fait à notre jamel deux crottes, qui par ailleurs est une une vraie merde, sont symptomatique de la bienpensance....


  • chantecler chantecler 12 septembre 08:49

    J’appréciais J. Debbouze qui a participé à cette série burlesque , surréaliste , H .
    Il m’a fait rire , lui et son équipe d’acteurs .
    TV réalité ? Oui , mais avec du fond .
    Enfin relatif .
    Ca remonte à des années ...
    Maintenant je n’ai pas compris l’intérêt de l’article .
    Il a ri face aux affirmations de Q.S que je ne connais pas ?
    Faut il le clouer au pilori pour je ne sais quelle raison ?
    Notre époque est morose .
    Faut il bannir tout humour , toute réaction spontanée ?


  • zygzornifle zygzornifle 12 septembre 08:56

    on peut le coaguler avec Nabila et Hanouna (il y en a encore beaucoup d’autres qui hantent les plateaux de télé et les studios de radio) , c’est une fière équipe , ils représentent bien ce qu’est devenu la France .....


  • ricoxy ricoxy 12 septembre 12:11

     
    « un nouveau mot, la « grossophobie » »
     
    Personnellement, je dirais « barophobie » (du grec βάρος [baros] : poids)
     
    Quant à Gamelle de Bouse, je me demande qui il peut faire rire.
     


  • cathy cathy 17 septembre 13:59

    Ce qui est surtout choquant, c’est la plainte de la femme noire, elle aurait pu attraper de l’herpès ??? Mais là personne n’est choqué ?


Réagir