lundi 13 septembre - par LATOUILLE

Justice et Ministre

 L’enquête concernant l’action de l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn puis sa mise en examen ont réveillé le chœur des rosières de la politique ; de droite comme de gauche chaque politicienne, chaque politicien s’émeut qu’on puisse ainsi, par Justice interposée, demander des comptes à un ministre à propos de son action. Pourtant chacun, dans la vie de la société civile, rend compte de ses actes, des conséquences de ses actions. Politiciennes et politiciens n’ont pas eu autant d’émotions lorsque François Fillon a été mise en examen ; mais il s’agissait d’éliminer un candidat à l’élection présidentielle. Là, cependant les époux Fillon étaient appelés devant une juridiction pénale comme cela se fait dans la très grande majorité des pays ; peut-être faut-il remettre en cause la Cour de Justice de la République. Toutefois le problème restera entier sauf, comme pour le président de la République, à immuniser les ministres contre tout recours pénal.

 Mais, nous dit-on, si les ministres devaient être amenés à rendre compte de leurs actions (et de leurs conséquences) devant la justice à la demande de citoyens, plus personnes ne briquera un poste de ministre. Foutaise que cela ! Par le passé de nombreux politiciens dont des ministres ont côtoyé les prétoires voire le box des accusés, pour autant le flot des candidats n’a pas tari, quand ce ne sont pas les anciens condamnés qui se présentent à nouveau. Je ne dresserai pas ici la listes de ceux-ci qui tient dans une encyclopédie à plusieurs volumes.

 Nous raconter que la sanction à opposer à un ministre c’est le scrutin électoral épisodique ne tient pas. Certes on peut ne pas réélire un politicien si tant est qu’il se présente devant les électeurs, mais l’action de la justice n’a pas comme unique mission de sanctionner. La mission première de la justice c’est aussi d’éclairer les citoyens ; on nous en rebat suffisamment les oreilles à propos du procès fleuve des « attentats de novembre 2015 ». La justice a à dire si Agnès Buzyn a commis des fautes, si c’est non l’affaire est classée, si c’est oui soit la faute est intentionnelle soit elle est involontaire et alors la sanction tombe proportionnellement à l’intentionnalité et aux conséquences qu’elle a eu.

 

Alors les propos d’une classe politique, qui agit en caste de privilégiés, sont inconvenants comme ceux, sur Europe1 ce dimanche 12 septembre, de Bernard-Henri Lévy qui déplore "un climat de populisme pénal". Le microcosme se protège du peuple qui lui réclame des explications qu’aucune campagne électorale ne permet.

 

Mais ce peuple de citoyens sait que « selon que vous serez puissant ou misérable / Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir », alors il n’a aucune illusion sur la suite de la mise en examen de madame Buzyn.

 



11 réactions


  • Docteur Faustroll Séraphin 13 septembre 09:03

    Vous citez La Fontaine : "Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir..."

    Cette « morale » se trouve dans "Les Animaux malades de la peste », à la fois sida et covid du monde des fables. Mais si le « mal » porte un autre nom, la symbolique du bestiaire est restée la même : le chef de l’état est représenté par le lion, le ministre ou le conseiller (celui qui garde sa place en donnant raison au roi) par le renard, d’autres courtisans par l’ours et le tigre et un homme non courtisan (mais de la basse noblesse) par l’âne.

    Le « peuple n’a même pas son mot à dire là-dedans. On lui offre simplement la tête d’un bouc émissaire de temps en temps, ça le calme.


    • sirocco sirocco 13 septembre 14:07

      @Séraphin
      "On lui offre simplement [au peuple] la tête d’un bouc émissaire..." 

      En vedette à la télé, oui. Pas sous la lame de la Louison, malheureusement...


  • sirocco sirocco 13 septembre 14:02

    https://francais.rt.com/france/90496-agnes-buzyn-dixieme-membre-dun-gouvernement

    Et heureusement qu’on ne compte pas les sous-fifres comme Benalla, sinon on aurait vite le tournis...

    Réjouissons-nous d’avoir un « gouvernement exemplaire » !


  • troletbuse troletbuse 13 septembre 15:10

    Il me semble aujourd’hui qu’elle est à l’OMS, l’Organisation des Menteurs Sanitaires. Son mari Yves Lévy conseiller d’état EXTRAORDINAIRE, nomme par Le Poudré en 2018.

    Comme le Bataclan, Charlie, ce problème ne sera qu’une mascarade.


  • ETTORE ETTORE 13 septembre 20:25

    Dites moi à quelle laisse est attachée la Buse, et je vous dirai la sentence ;

    Nous avons tous compris, ( ceux qui sont encore à chercher les raisons sanitaires, désinfectées de toute salissure morale, je les plains ) que les membres de ce corps d’état, ont tous un tronc commun, avec de multiples bras ( SHIVA, peut se rhabiller)

    Chercher la faute chez l’exécutant, sans en faire la demande en paternité, au tronc central....

    Quand on veut s’occuper d’une hydre malfaisante,( Au secours Hercule)il faut couper toutes les têtes à la fois. Sinon, elles repoussent.

    Je veux, mon n’veu !


  • zygzornifle zygzornifle 14 septembre 09:02

    ça finira certainement en « chat perché » comme d’habitude, on va lui trouver pleins d’excuses a 2 balles et elle sortira en disant « je suis sereine » l’expression favorite des politiques devant les caméras ....


  • zygzornifle zygzornifle 14 septembre 09:05

    J’aimerai voir Véran, Salomon et autres quand ils disaient a la télé que le masque ne servait a rien sauf en milieu hospitalier ....


  • ETTORE ETTORE 14 septembre 11:58
    zygzornifle 14 septembre 09:05

    J’aimerai voir Véran, Salomon et autres quand ils disaient a la télé que le masque ne servait a rien sauf en milieu hospitalier ...


    Ces « énergumènes » ont le « masque de la couardise et du mensonge », qui leur colle à la peau.

    C’est même devenu un lifting de crapulerie.

    C’est le propre de ces politiques camé-léon,

    Pas d’honneur, pas de parole, pas de bon sens, pas d’intelligence si pas cornaqué par des cabinets en com, qui coutent un pognon de dingue.


  • uleskiserge uleskiserge 15 septembre 12:00
    ESBROUFE JUDICIAIRE : AGNÈS BUZYN, UNE MISE EN EXAMEN QUI FERA TRÈS VITE PSCHITT !

    10 SEPTEMBRE 2021

    Rédigé par Serge ULESKI et publié depuis Overblog

     

          Esbroufe judiciaire... écran de fumée... aucun juge ne décidera de poursuivre un ministre ou un directeur général de la santé à propos de la gestion de l’épidémie de Covid-19…

    Une mise en examen ( et celles qui suivront) qui fera très vite pschitt !

    Souvenons-nous de la mise en examen d’un Fabius, ancien premier ministre, aujourd’hui Président du conseil constitutionnel ; souvenons-nous de celle d’une Lagarde aujourd’hui présidente de la Banque Centrale Européenne après un passage au FMI, là encore... à sa présidence. 

    Quiconque est mis en examen aurait donc tort de s’inquiéter puisque cette décision vous propulse, à terme, au sommet ! Aussi, doit-on s’attendre à ce que tous réclament à cor et à cri d’être à leur tour mis en examen à propos de la gestion de l’épidémie de Covid-19 ? Dans le cas contraire, tous seront-ils tentés de s’en plaindre ? 

          D’autre part, on ne manquera pas de noter chez les salariés des médias dominants leur désir à tous de qualifier d’une manière péjorative le travail de cette Cour de justice de la République en termes de « juridiciarisation de la vie politique » ; il faut bien reconnaître qu’en France, si la démocratie devait être sur le point de triompher un jour, ce même personnel et toute la classe politique avec lui, n’hésiteraient pas à l’abattre d’une main vengeresse, la haine au ventre selon l’adage propre à ces deux classes : « La transparence et la démocratie, c’est fasciste ! » - dixit un certain BHL. 


  • ETTORE ETTORE 15 septembre 16:37

    De Fabiusiolla, à Busygnat , la démocratie creuse sa tombe à grande pelletée de gueules sales, et de mains crades...... Jugées trop propres .

    Français, ne sentez vous pas cette mauvaise odeur monter à vos narines ?,

    Celle de cette ignominie putride, création du parfumeur libératoire Elyséen

    « Responsable mais pas coupable  ».

    Toujours et encore, cet Airwick désinfectant de la morale à deux balles, dont certains s’en aspergent généreusement......Histoire de désinfecter l’air des tribunaux, lavatories de ce pays, une fois, qu’ils ont y ont laissé la trace malodorante de leur passage..

    Peu importe le CONtenu, seul le flaCON, compte !


Réagir