mardi 9 octobre - par Vera Mikhaïlichenko

Olivier Rey : « Combattre l’hostilité à l’immigration de masse par l’ocytocine, j’ai cru à un canular, mais non... »

Invité le 3 octobre 2018 par Le Figaro, le mathématicien et philosophe Olivier Rey, auteur de Leurre et malheur du transhumanisme, évoque une hormone, citée dans une revue scientifique, qui permettrait de vaincre l'hostilité des Européens envers les migrants :

"Quand j'ai pris connaissance de cet article sur le rôle que pourrait jouer l'ocytocine pour rendre les populations "caucasiennes" accueillantes aux migrants, d'abord j'ai cru à un canular, et puis non, je me suis aperçu que c'était bien publié dans une revue scientifique tout à fait sérieuse..."

Olivier Rey affirme que, même si l'idée est au départ généreuse, puisqu'il s'agit de rendre les gens plus altruistes, pour y parvenir, on les traite comme du bétail. En effet, selon lui, il serait question de "faire inhaler" aux populations européennes "certaines hormones qui induiront le comportement souhaité". Et de conclure : "Là, on rentre vraiment dans la manipulation totale."

A ce moment-là, on se pince pour y croire... Olivier Rey est-il en train de délirer ? Ou dit-il vrai ? Car, avec son histoire, on est dans le même registre qu'avec les chemtrails ou les puces RFID destinées à contrôler la population... Le complotisme le plus débridé devient soudain réalité.

Allons donc à la source. L'étude scientifique en question est accessible ici (en anglais). Elle a été publiée en juillet 2017 par une équipe de psychiatres dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences. Sa référence est la suivante :

Nina Marsh, Dirk Scheele, Justin Feinstein, Holger Gerhardt, Sabrina Strang, Wolfgang Maier, Rene Hurlemann : "Oxytocin-enforced norm compliance reduces xenophobic outgroup rejection", Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Voici la traduction (sans doute perfectible) des premières lignes, qui disent l'enjeu de l'étude :

"Dans le contexte de la mondialisation rapide, la coexistence pacifique des cultures nécessite une compréhension plus profonde des forces qui obligent le comportement prosocial et combattent la xénophobie. Cependant, les conditions favorisant un tel altruisme dirigé hors groupe n'ont pas encore été déterminées. Nous rapportons ici les résultats d'une expérience à double insu contrôlée par placebo montrant qu'une activité accrue du système d'ocytocine associée à des signaux sociaux bienfaisants peuvent aider à contrer les effets de la xénophobie en favorisant l'altruisme envers les réfugiés. Ces résultats suggèrent que la combinaison d'ocytocine et de normes altruistes dérivées des pairs réduit le rejet du sous-groupe, même chez les individus les plus égoïstes et xénophobes, et devrait par conséquent augmenter la facilité avec laquelle les personnes s'adaptent aux écosystèmes sociaux en rapide mutation."

Et la traduction du résumé de l'étude :

"Jamais auparavant les individus n'avaient eu à s'adapter à des environnements sociaux définis par une telle ampleur de diversité ethnique et de différenciation culturelle. Cependant, les preuves neurobiologiques sur les stratégies visant à réduire le sentiment xénophobe et à encourager la coopération altruiste avec des étrangers sont rares. Dans une série d'expériences réglées dans le contexte de la crise actuelle des réfugiés, nous avons testé la propension de 183 participants de race blanche à faire des dons à des personnes dans le besoin, dont la moitié étaient des réfugiés (outgroup) et des natifs (ingroup). Les participants dont les attitudes xénophobes étaient faibles ont manifesté une préférence altruiste pour le groupe externe, qui a encore augmenté après la délivrance nasale de l'ocytocine, un neuropeptide. En revanche, les participants présentant des niveaux de xénophobie plus élevés n’ont généralement pas fait preuve d’un altruisme accru à l’égard du groupe externe. La combinaison de l’ocytocine et des normes altruistes dérivées des pairs a permis de contrer cette tendance, ce qui a entraîné une augmentation de 74% des dons aux réfugiés. Ensemble, ces résultats révèlent les conditions sociobiologiques sous-jacentes associées à l'altruisme dirigé vers le groupe externe en montrant que les signaux sociaux de bienfaisance associés à une activité accrue du système d'ocytocine atténuent les effets de la xénophobie en facilitant le comportement prosocial envers les réfugiés."

Continuons avec le début de l'étude proprement dite : 

"Nous assistons actuellement à l'un des plus importants mouvements de réfugiés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (1, 2). Les conflits en cours, les persécutions et la pauvreté au Moyen-Orient et en Afrique ont perpétuer les déplacements forcés de plus de 65 millions de personnes depuis 2015 (2). S'adapter à l'afflux massif de migrants défie non seulement les capacités humanitaires des pays européens, mais aussi oblige leurs populations autochtones à s'adapter à la croissance rapide de la diversité ethnique, du pluralisme religieux et de la différenciation culturelle. Cependant, l'élan nécessaire pour s'adapter à l'évolution des écosystèmes sociaux est sujet à une hétérogénéité interindividuelle considérable (3). La résistance à cette transition va souvent de pair avec un sentiment xénophobe (4) et, par conséquent, les récentes élections en Europe ont favorisé les candidats populistes qui ont ouvertement exprimé des attitudes xénophobes à l'égard des réfugiés (5). Cependant, dans le même temps, le travail bénévole des migrants dans les pays d’accueil a atteint des sommets sans précédent et on estime qu’il dépasse 1,6 million d’heures par mois en Allemagne (6). Face aux tensions croissantes sur les différences d'ethnie, de religion et de culture (3), il est urgent de concevoir des stratégies pour aider à favoriser l'intégration sociale des réfugiés dans les sociétés caucasiennes."

Puis, passons à la partie "Discussion" :

"Nous apportons ici la preuve que le rejet xénophobe des réfugiés peut être inversé en associant une activité accrue du système OXT à une incitation normative à la coopération avec des pairs  ; aucune intervention à elle seule n'était suffisante pour modifier les réponses égoïstes chez les marqueurs Xi, ce qui illustre la résistance relative du rejet du groupe externe à une modification exogène.

Malheureusement, la xénophobie ouverte et latente reste un défi majeur pour les démocraties européennes. Étant donné que les sociétés fourragères ont toujours été touchées par des conflits intergroupes, une forte tendance à différencier de manière catégorique les membres de leur groupe (« nous ») et de leur groupe externe (« eux ») peut avoir conféré des avantages évolutifs (39). La guerre peut même avoir catalysé la sélection culturelle, les groupes dominants ayant imposé leurs préférences et leurs normes sociales aux groupes vaincus (7, 27). (...)

Compte tenu des preuves indiquant que les activités de groupe social avec les pairs, telles que chanter dans une chorale (44), sont associées à une libération endogène élevée de OXT (45), nos résultats suggèrent qu'il faudrait mettre davantage l'accent sur la possibilité de rencontres sociales positives entre les citoyens des pays hôtes qui communiquent une norme prosociale  ; c’est-à-dire en affirmant et en soulignant les avantages de la diversité ethnique, du pluralisme religieux et de la différenciation culturelle. Cela peut inclure la promotion d’un reportage médiatique équilibré et informé, l’intégration des thèmes des réfugiés dans les programmes scolaires et universitaires, ou l’organisation d’événements impliquant le grand public et rassemblant les communautés en favorisant une expérience soutenue et le partage d’informations sur la situation des réfugiés (46). L’effet de solutions combinant l’amélioration sélective de la signalisation OXT et l’influence des pairs devrait permettre de réduire les motivations égoïstes et, partant, d’accroître la facilité avec laquelle les populations s’adaptent à des écosystèmes sociaux en mutation rapide. Plus généralement, nos résultats impliquent qu'une adhésion aux normes sociales fortifiées par OXT pourrait être déterminante pour inciter à une acceptation plus généralisée de la diversité ethnique, de la pluralité religieuse et de la différenciation culturelle résultant de la migration, en proposant que les interventions visant à accroître l'altruisme soient plus efficaces lorsque des signaux sociaux inculquent la notion selon laquelle un membre du groupe montre une forte affection pour un groupe externe. En outre, l’UNESCO a souligné qu’il importait d’élaborer des stratégies d’information neurobiologique visant à réduire les attitudes xénophobes, hostiles et discriminatoires (47). Par conséquent, la prise en compte d'incitations normatives fortifiées par OXT lors de l'élaboration d'interventions et de programmes politiques futurs visant à réduire le rejet des groupes externes peut constituer une étape importante pour faire du principe d'inclusion sociale une réalité quotidienne dans nos sociétés."

JPEG - 132.9 ko
Prof. Dr. René Hurlemann, Dr. Holger Gerhardt, Nina Marsh et Dr. Dirk Scheele.

L'université de Bonn a publié une présentation de cette étude ; en voici la traduction :

L'ocytocine et les normes sociales réduisent la xénophobie

Des chercheurs de l'université Hospital Bonn ont accru le comportement altruiste, même chez ceux qui craignaient les étrangers.

Comment réduire la xénophobie et renforcer l'altruisme ? Des chercheurs de l'université Hospital Bonn ont montré dans une nouvelle étude que l'ocytocine, une hormone de liaison, ainsi que les normes sociales renforcent considérablement la volonté de donner de l'argent aux réfugiés dans le besoin, même chez les personnes qui ont tendance à être sceptiques à l'égard des migrants. Les résultats sont publiés dans les Actes de la National Academy of Sciences (PNAS).

Nous avons tendance à être plus altruistes envers notre propre famille et nos amis qu'envers de parfaits inconnus. La récente migration de réfugiés du Moyen-Orient dans des sociétés européennes a encore aggravé le problème, avec un large fossé dans la société entre les personnes qui soutiennent ou non les réfugiés. « Cela est en partie dû à l'évolution : ce n'est que par la solidarité et la coopération au sein de son propre groupe qu'il a été possible d'élever des enfants et de survivre face à des groupes inconnus et rivaux pour des ressources rares à l'époque pré-civilisée », explique le professeur Rene Hurlemann du département. de psychiatrie, centre médical de l’Université de Bonn. Cependant, ceci est diamétralement opposé à la parabole du Bon Samaritain, qui sert d'exemple d'altruisme désintéressé en décrivant un Samaritain qui engage des coûts personnels pour aider un étranger dans le besoin. « D'un point de vue neurobiologique, les fondements de la xénophobie et de l'altruisme ne sont pas encore compris avec précision », déclare Hurlemann.

Sous la supervision du psychiatre, une équipe de chercheurs de l’Université de Bonn, de l’Institut Lauréat de recherche sur le cerveau de Tulsa (États-Unis) et de l’Université de Lübeck ont ​​mené trois expériences dans lesquelles ils ont testé un total de 183 sujets, tous originaires de l’Allemagne. Au Laboratoire d'économie expérimentale (BonnEconLab) de l'Université de Bonn, ils ont effectué une tâche de donation sur un ordinateur. La tâche de donation comprenait 50 vignettes de cas authentiques décrivant les besoins personnels des pauvres, dont 25 représentaient la population locale dans le besoin, tandis que les 25 autres personnes étaient décrites comme des réfugiés.

Avec une dotation de 50 euros, les participants pouvaient décider, pour chaque cas individuel, s'ils souhaitaient faire un don allant de zéro à un euro. Les sujets du test ont été autorisés à conserver l’argent qui n’a pas été donné. « Nous avons été surpris de voir que les participants à la première expérience avaient donné environ 20% de plus aux réfugiés qu’aux populations locales dans le besoin », déclare Nina Marsh, de l’équipe du professeur Hurlemann.

Questionnaire sur l'attitude envers les migrants

Dans une autre expérience indépendante impliquant plus de 100 participants, les attitudes personnelles des sujets à l’égard des réfugiés ont été évaluées dans un questionnaire. Ensuite, la moitié du groupe a reçu l'ocytocine, une hormone de liaison, via un spray nasal, tandis que l'autre moitié du groupe a reçu un placebo avant d'être exposée à la tâche de donation établie dans la première expérience : les participants ont à nouveau décidé du montant de leur voulait faire un don à la population locale ou aux réfugiés.

Sous l’influence de l’ocytocine, les personnes qui avaient tendance à adopter une attitude positive à l’égard des réfugiés ont doublé leurs dons à la population locale et aux réfugiés. Cependant, l'ocytocine n'a eu aucun effet chez les personnes qui ont exprimé une attitude plutôt défensive à l'égard des migrants : chez ces participants, la tendance à faire un don était très faible pour les habitants et les réfugiés. "L'ocytocine augmente clairement la générosité envers les personnes dans le besoin, cependant, si cette attitude fondamentale altruiste est absente, l'hormone seule ne peut pas la créer", déclare Hurlemann.

L'ocytocine en combinaison avec les normes sociales diminue la xénophobie

Comment les personnes qui ont tendance à avoir une attitude xénophobe peuvent-elles être motivées pour être plus altruistes ? Les chercheurs ont supposé que l'ajout de normes sociales pourrait être un point de départ. Dans une troisième expérience, ils ont ainsi présenté aux participants le don moyen que leurs pairs avaient fait lors de la première expérience sous la vignette de chaque cas. La moitié des participants a de nouveau reçu de l'ocytocine. Le résultat était stupéfiant. « À présent, même les personnes ayant une attitude négative à l'égard des migrants ont donné aux réfugiés jusqu'à 74% de plus que lors du cycle précédent », rapporte Nina Marsh. Grâce à l'administration combinée d'ocytocine et d'une norme sociale, les dons pour les réfugiés sceptiques envers les migrants ont presque atteint la moitié des sommes versées par le groupe, ce qui montre une attitude positive à l'égard des réfugiés.

Quelles conclusions peut-on tirer de ces résultats ? Il semble que l'association de l'ocytocine à une norme sociale peut aider à contrer les effets de la xénophobie en renforçant le comportement altruiste envers les réfugiés. « L’augmentation combinée de l’ocytocine et de l’influence des pairs pourrait réduire les motivations égoïstes », déclare Hurlemann. Si des personnes en qui nous avons confiance, telles que des superviseurs, des voisins ou des amis, servent de modèle en rendant publique leur attitude positive à l’égard des réfugiés, davantage de personnes se sentiraient probablement motivées à aider. Dans un tel contexte prosocial, l'ocytocine pourrait augmenter la confiance et minimiser l'anxiété - l'expérience montre que le niveau d'ocytocine dans le sang augmente pendant les interactions sociales et les activités partagées. « Dans les bonnes circonstances, l'ocytocine pourrait aider à promouvoir l'acceptation et l'intégration des migrants dans les cultures occidentales », déclare Hurlemann.

Alors, qu'en est-il de l'interprétation alarmiste d'Olivier Rey ?

Le 19 août 2017, le site What the Fake, "qui lutte contre la haine, l’extrémisme et la manipulation en ligne", s'est penché sur des rumeurs qui, en Allemagne notamment, commençaient déjà à circuler au sujet de cette étude. Son verdict était des plus affirmatifs :

Le debunking consiste d'abord à dire que "l’ocytocine accroit la générosité, mais pas chez tout le monde" : "oui, l’ocytocine augmenterait, chez certains sujets, la générosité envers les étrangers, mais pas chez ceux qui se présentent comme xénophobes." Cette réponse est pourtant incomplète ; elle passe en effet sous silence les résultats "stupéfiants" de l'une des expériences menées ; rappelons-les :

"Dans une troisième expérience, ils ont ainsi présenté aux participants le don moyen que leurs pairs avaient fait lors de la première expérience sous la vignette de chaque cas. La moitié des participants a de nouveau reçu de l'ocytocine. Le résultat était stupéfiant. « À présent, même les personnes ayant une attitude négative à l'égard des migrants ont donné aux réfugiés jusqu'à 74% de plus que lors du cycle précédent », rapporte Nina Marsh. Grâce à l'administration combinée d'ocytocine et d'une norme sociale, les dons pour les réfugiés sceptiques envers les migrants ont presque atteint la moitié des sommes versées par le groupe, ce qui montre une attitude positive à l'égard des réfugiés."

Selon What the Fake, ce sont essentiellement des sites d'extrême droite qui estiment que l’étude vise à promouvoir une "drogue". D'ailleurs, on nous rapporte les réactions outrées des auteurs de l'étude, qui assurent que leur objectif est purement théorique et en rien pratique :

"Pour les auteurs de l’étude scientifique, ces récupérations sont consternantes. « Nous suivons avec consternation la propagation de ce type d’article », a ainsi affirmé par mail à Radio-Canada Nina Marsh, l’une des scientifiques responsables de l’étude. « Nous ne voulons absolument pas “droguer” des gens pour modifier leur attitude envers les réfugiés, a déclaré pour sa part (par mail également à Rdio-Canada) le Dr Dirk Scheele, un des chercheurs. D’un point de vue scientifique, nous nous intéressons simplement aux processus neurobiologiques qui affectent les décisions altruistes et égoïstes. »"

Conclusion de What the Fake :

"L’objectif de l’étude conduite sur l’ocytocine n’est pas de “droguer” les gens pour qu’ils acceptent les réfugiés, s’indigne le professeur Hurlemann, mais de mieux connaître les composants biologiques de l’altruisme et de la coopération, en identifiant notamment le rôle de l’ocytocine dans ces comportements, en particulier lors de rencontres et de rassemblements qui favorisent la libération de cette hormone."

On veut bien croire les scientifiques qui sont les auteurs de cette étude. Mais la présentation qui en est faite, et que nous avons déjà citée, comporte tout de même quelques formulations curieuses ; citons-les de nouveau :

"Comment réduire la xénophobie et renforcer l'altruisme ? (...)

Comment les personnes qui ont tendance à avoir une attitude xénophobe peuvent-elles être motivées pour être plus altruistes ? (...)

Quelles conclusions peut-on tirer de ces résultats ? Il semble que l'association de l'ocytocine à une norme sociale peut aider à contrer les effets de la xénophobie en renforçant le comportement altruiste envers les réfugiés. « L’augmentation combinée de l’ocytocine et de l’influence des pairs pourrait réduire les motivations égoïstes », déclare Hurlemann. Si des personnes en qui nous avons confiance, telles que des superviseurs, des voisins ou des amis, servent de modèle en rendant publique leur attitude positive à l’égard des réfugiés, davantage de personnes se sentiraient probablement motivées à aider. Dans un tel contexte prosocial, l'ocytocine pourrait augmenter la confiance et minimiser l'anxiété - l'expérience montre que le niveau d'oxytocine dans le sang augmente pendant les interactions sociales et les activités partagées. « Dans les bonnes circonstances, l'ocytocine pourrait aider à promouvoir l'acceptation et l'intégration des migrants dans les cultures occidentales », déclare Hurlemann."

J'ai beau tourner ces phrases dans tous les sens... L'étude ne semble pas être animée par de simples objectifs de recherche théorique ; la dimension pratique, et même politique, est clairement formulée. On se demande bien comment rendre les gens moins intolérants envers les migrants et plus altruistes.

Et si je confronte ce propos du professeur Hurlemann, rapporté par What the Fake...

« L’objectif de l’étude conduite sur l’ocytocine n’est pas de “droguer” les gens pour qu’ils acceptent les réfugiés, s’indigne le professeur Hurlemann, mais de mieux connaître les composants biologiques de l’altruisme et de la coopération. »

... et cet autre propos, rapporté par l'université de Bonn...

« "Dans les bonnes circonstances, l'ocytocine pourrait aider à promouvoir l'acceptation et l'intégration des migrants dans les cultures occidentales", déclare Hurlemann. »

... je suis obligée de voir comme une contradiction flagrante.

Alors, bien sûr, il n'est pas dit qu'on va "droguer" la population, qu'on va lui faire inhaler de force, ou à son insu, de l'ocytocine. En ce sens, Olivier Rey a peut-être commis une erreur, ou une extrapolation ; puisqu'il y a eu inhalation d'ocytocine durant l'expérimentation, on prévoirait, d'après lui, d'utiliser le même procédé sur l'ensemble des populations européennes. C'est une hypothèse, mais on ne la trouve pas formulée dans l'étude. 

D'ailleurs, dans Le Devoir, le 16 août 2017, René Hurlemann, qui a conduit l'étude, a formellement démenti cette idée : «  Notre intention n’est absolument pas d’administrer de l’ocytocine aux gens comme on l’a fait dans l’étude !  » Il poursuivait ainsi :

« L’ocytocine est une hormone endogène qui est libérée quand les gens célèbrent ensemble, dansent ensemble ou chantent ensemble dans un choeur, par exemple. Cela se produit aussi lors des grands rassemblements de partis politiques. Une telle situation favorise la libération d’ocytocine endogène chez les personnes rassemblées alors qu’au même moment les officiels leur parlent des enjeux qui les concernent. Les xénophobes pratiquent le même mécanisme, ils se rassemblent pour écouter leurs modèles sociaux, mais ils sont exposés à des signaux négatifs. »

Compte-t-on mettre tous les Européens à la chorale ou à la danse afin d'aboutir à une "activité accrue du système d'ocytocine" ? Dans l'étude, on préconise aussi de "mettre davantage l'accent sur la possibilité de rencontres sociales positives entre les citoyens des pays hôtes qui communiquent une norme prosociale". Dans la présentation de l'université de Bonn, on lit encore que "le niveau d'ocytocine dans le sang augmente pendant les interactions sociales et les activités partagées". Cela reste assez vague. Mais rien n'indique que l'on envisage la production d'une quelconque drogue.

Conclusion :

A mon humble avis, il est erroné de prétendre, comme le fait Olivier Rey, que l'étude allemande préconise de faire inhaler de l'ocytocine aux populations pour modifier leurs réactions face aux migrants. Je n'ai vu cette préconisation nulle part.

Il est d'ailleurs étonnant que la journaliste du Figaro qui l'interroge abonde dans son sens, aussi ahurissante que soit cette information. Enfin, ce n'est pas si étonnant que cela... car, pour se rendre compte de la méprise probable d'Olivier Rey, il aurait fallu qu'elle lise elle-même l'étude scientifique, ce qu'elle n'a sans doute pas fait.

J'aurais donc tendance à être d'accord sur un point avec le débunkage de What the Fake : les chercheurs ne veulent pas droguer des gens pour leur faire accepter les migrants (en tout cas, ils ne l'écrivent pas et même s'en défendent).

En revanche, la présentation que fait What the Fake de cette étude est tout de même assez malhonnête, en laissant penser que son objet est purement théorique. La même malhonnêteté se retrouve dans les déclarations des chercheurs eux-mêmes. Il y a une dimension pratique, politique et même militante manifeste dans ce texte. Elle saute aux yeux à chaque ligne.

Les chercheurs souhaitent trouver des moyens de modifier les comportements des Européens face aux migrants, ils veulent leur faire accepter les bouleversements que les migrations vont faire subir à leurs sociétés. Par l'entremise d'activités de groupe qui favoriseraient la production d'ocytocine dans nos cerveaux, d'une part, et par la mise en valeur de comportements favorables aux migrants, venant de personnes en qui nous avons confiance (voisins, médias, universités...), d'autre part.

Qu'on soit d'accord ou non avec l'accueil des migrants en Europe, ce que préconisent ces chercheurs (combiner ocytocine et influence des pairs pour vaincre les motivations égoïstes des Européens) a un nom : c'est de la manipulation, du conditionnement. En cela, au moins, Olivier Rey a raison.

Et puis, est-ce bien normal de trouver autant d'idéologie dans une étude scientifique ? Est-il bien sain d'orienter des recherches psychiatriques en fonction d'intérêts politiques ?

Toujours selon mon humble avis, si ces psychiatres militants n'envisagent pas de nous droguer avec leur « hormone du bonheur », équivalent du Soma du Meilleur des mondes, c'est tout bêtement parce qu'ils n'en ont pas (encore) les moyens. Ils ne savent pas faire. Mais ce n'est certainement pas l'envie qui leur manque.

"Le Soma est, dans le roman dystopique Le Meilleur des Mondes d'Aldous Huxley, une drogue artificielle de synthèse présentée au peuple comme étant un simple médicament.

Les citoyens sont tous incités à utiliser ce produit qui peut, à forte dose, plonger celui qui en prend dans un sommeil paradisiaque.

Il se consomme sous forme de comprimés, distribués au travail en fin de journée. Cette substance est le secret de la cohésion de cette société : grâce à elle, chaque élément de la société est heureux et ne revendique rien.

Les individus de toutes les castes se satisfont de leur statut par le double usage du conditionnement hypnopédique et du Soma."

Rendez-vous dans quelques années... lorsque le soma sera enfin au point. On pourra alors planer sans fin, et communier tous ensemble, migrants et "caucasiens", main dans la main.

***

"Soma", The Smashing Pumpkins (Siamese Dream, 1993) :



69 réactions


  • Abou Antoun Abou Antoun 9 octobre 10:39
    Rendez-vous dans quelques années... lorsque le soma sera enfin au point.
    Mais enfin, le soma est au point depuis des années (benzodiazépines et autres). Les gens (consentants) sont drogués sur ordonnance avec remboursement par la sécu. Nous sommes dans un monde situé à mi-chemin entre « Brave New World » et le « Big Brother ».

    • V_Parlier V_Parlier 9 octobre 14:29

      @Abou Antoun
      Comme je l’ai posté sur le même sujet mais sur Agoravox TV : Beaucoup de gens ici font souvent référence à la défunte Union Soviétique. Mais ici on a bien dépassé son niveau, question volonté décomplexée de conditionnement des masses. (A moins que la revue soit celle qui a servi à faire ce test : https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/deux-chercheurs-et-une-essayiste-78817 mais ça donne quand même une idée de la fiabilité des revues « scientifiques » politiquement correctes).


    • Arogavox 9 octobre 17:02

       ahurissant !

       
        En même temps pouvons-nous encore ignorer (cf ’devoir de mémoire’) que les hallucinations collectives, et, bien pire, des dérives collectives démentielles ont existé ... et sont donc loin d’être improbables !

  • Aéroclette Aéroclette 9 octobre 10:39

    Tout de suite pensé au soma, effectivement. Mais des veaux ogm, plus définitif.
    L’epsilon soumis, du meilleur des mondes de « gauche muticulturelle mondialiste », ne doit pas si difficile à programmer génétiquement. Mettre du gène de larve de limace pour un « où inclusif » optimal ?
     
    En fait cette idée est plus vieille qu’il y parait. Elle a été imaginée d’abord pas le métissage eugéniste de l’homme européen blanc trop « grégaire », communiste où fasciste de nature, par le fameux européiste Coudenhove de Kalergi, par les psy Lewin et Murray aux conférences de Macy,
     
    Les conférences d’Olivier Rey sur la société algorithmique sont bien. Il a fait un passage sur RTaddeï, culture 1


    • Aéroclette Aéroclette 9 octobre 10:43

      Et Todd reprend l’idée de l’européen trop grégaire pour le néolibéralisme, émission RTaddeï sur l’UE, lui l’expliquant par les systèmes familiaux.
       
      On comprend mieux pourquoi Mélenchon, l’eugéniste métisseur, est le meilleur pote de Macron et Soros...


    • Oceane 10 octobre 10:34

      @Aéroclette

      Le « multiculturalisme mondialialiste » est une vieille connaissance des « Autres ». Mais une nouvelle pour son createur. L’Europe devient simplement le suivant de la liste de l’ogre, qui est curieusement l’Europe. Le chien qui se mord la queue.

      Moins d’hypocrisie et de nombrilisme permettrait pourtant de le voir.


  • Christian Labrune Christian Labrune 9 octobre 10:54
    à l’auteur,

    Avant de penser à rendre les citoyens, par l’inhalation de quelque substance chimique, plus favorables à l’immigration, est-ce qu’il ne conviendrait pas de mettre au point une molécule qui permette d’inhiber certains comportements induits par la lecture du Coran, de sorte qu’on n’entende plus jamais, au coin d’une rue, crier « Allah akbar ! » ?

    C’est qu’en général, quand on a entendu ça, il est déjà trop tard, et il n’y a plus d’autre remède que les pompes funèbres.

  • bibou1324 bibou1324 9 octobre 10:57

    Moi je pense que c’est un complot des illuminati franc maçon, les migrants ne sont que la première phase de la prise de contrôle des reptiliens.


  • pemile pemile 9 octobre 11:53

    Henri Laborit a démontré que l’homme « fonctionne » avec un cerveau primitif issue de la préhistoire des mammifères, et que dans nos sociétés modernes brimant l’action et la fuite dans des relations toujours basées sur la domination/soumission, il pensait, qu’à défaut de changer nos sociétés, l’emploi de neuroleptique pourrait être nécessaire pour baisser l’agressivité individuelle et étatique (et les somatisations)


    • Abou Antoun Abou Antoun 9 octobre 21:03

      @pemile

      Henri Laborit, est un formidable penseur. Ces essais sont de la philosophie véritable.
      Son film « Mon oncle d’Amérique » est très intéressant aussi.
      Mais il est quand même l’inventeur du soma, donc un contributeur du meilleur des mondes.


  • Olivier 9 octobre 12:30

    Il s’agit évidemment d’une manipulation destinée à faire croire que le sentiment de défense d’une société face à l’invasion immigrée relève d’une pathologie mentale. 


    Cette étude « scientifique » présente l’acceptation inconditionnelle de l’immigration comme un objectif à atteindre, et même comme normale et non-pathologique. Encore un effort et on aura droit aux psychiatres-flics, comme dans l’URSS du regretté L. Brejnev ! 

    On remarque aussi que l’effort d’adaptation est toujours à sens unique : c’est aux « de souche » de s’adapter (de se soumettre) et jamais aux immigrés qui pourtant sont en position de demandeur. C’est pourtant à celui qui va dans un pays étranger de s’adapter aux coutumes locales, sauf bien sur s’il vient le conquérir.



    • exocet exocet 9 octobre 20:40

      @Olivier
      "Il s’agit évidemment d’une manipulation destinée à faire croire que le sentiment de défense d’une société face à l’invasion immigrée relève d’une pathologie mentale. "

      Bonsoir, c’est à rapprocher de l’injonction faite à la leader du parti d’opposition anti-immigration, Marine Lepen : subir une expertise psychiatrique.


  • Gasty Gasty 9 octobre 12:35

    Inutile de vouloir asperger Macron avec de l’ocytocine, ça lui fera rien il est blindé d’absences sociales.

    En tout cas ça fait peur de respirer, déjà que certains respirent comme ils mentent...manque plus qu’on respire la pauvreté avec joie.


  • troletbuse troletbuse 9 octobre 12:52

    Pour Micronimbus, il faudrait lui faire respirer une drogue qui lui fasse aimer les femmes


  • cétacose2 9 octobre 13:34

    J’ai déjà observé que le pain avait un drôle de gout !


  • Loatse Loatse 9 octobre 14:30


     Un francais sur 4 sous psychotropes nous dit une étude sérieuse ! et ne sont pas comptés les fumeurs de shit réguliers, les junkies (coke, hero, crack), les alcooliques (mondains ou pas) et les accros à la nicotine, au sucre..

    C’est déjà zombiland notre pays !

    il est là aussi le problème, pas que dans les élucubrations d’apprentis sorciers sous couvert d’« humanisme » (dont la définition aujourd’hui semble se résumer dans l’interdiction d’épouver des sentiments non conformes), car son truc diffusé par voies aérienne toucherait aussi nos élites qui respirent comme nous et qui seront de fait, enclines à nous augmenter le smic, les retraites, toussa...

    car l’empathie selective (only migrants) provoquée, c’est du domaine du pas possible...

    Il y aurait donc un veto... enfin j’espère..

    Cela dit, depuis un bon bout de temps déjà, on subit la généralisation de la psychiatrisation des comportements innés... (soit la méfiance naturelle envers des inconnus qu’ils soient migrants ou pas), méfiance renforcée dans certain contexte (je ne vous fait pas de dessin)...

    D’ailleurs ce mot « méfiant » n’est plus utilisé, sans doute est il trop connoté discriminatoire car synonyme de différencier, distinguer..

    (on remarquera à cet effet, que des imbéciles s’offusquant que l’on percoivent des différences entre humains - morphologiques, culturels - ne voient pas de contradiction à nous parler de « racisés »...)


    Toujours est il que toutes ces substances visant à modifier les comportements risquent aussi d’inhiber l’instinct de survie.. comme l’alcool modifie le temps de réaction face à un obstacle...

    car rien ne dit qu’une partie de nos « big other », ne soit pas également récalcitrante à l’ocytocine... (cette andouille apparemment, croit dur comme fer comme beaucoup de ses semblables, que seul l’occidental peut -dans certaines situations - ne pas ressentir d’empathie)

    Dans ce cas, les viols (ou du moins la qualification de viol) diminueraient, grâce aux consentements induits...

    L’horreur absolue quoi !

    Ces scientifiques-idéologues ce sont des mengele puissance 1000 ! , leur place est en prison, pour mise en danger d’autrui, incitations à l’abus de faiblesse et à l’empoisonnement , violation des droits de l’homme, atteintes graves à la dignité humaine par incitation d’ utilisation d’arme biologique..






    • pemile pemile 9 octobre 14:38
      @Loatse « comportements innés... (soit la méfiance naturelle envers des inconnus qu’ils soient migrants ou pas) »

      D’où vous sortez que c’est inné ? La protection des enfants contre les pédophiles passe au contraire par leur formation !

    • Loatse Loatse 9 octobre 16:33

      @pemile


       la grande majorité des pédophiles sont des familiers, voire des proches.... qui, selon l’expression bien connue ont su « gagner la confiance de l’enfant »

      Les autres utilisent des stratagèmes pour « vaincre les réticences » de l’enfant... (si le monsieur dit connaitre maman ou papa ou a déjà parlé avec lui, ce n’est plus tout à fait un inconnu")

      quand je dis inconnu, c’est bien inconnu.. le type ou la nana qui sort de nulle part quoi, qui n’est pas le copain de ta meilleure amie en qui tu as confiance ou la dame de maternelle a qui maman t’a confié...








    • pemile pemile 9 octobre 17:07
      @Loatse « quand je dis inconnu, c’est bien inconnu »


    • V_Parlier V_Parlier 9 octobre 17:32

      @pemile
      Parce-que les enfants sont bien entendu plus vulnérables que les adultes, pour les raisons que Loatse vient d’expliquer. Je me demande où vous voulez en venir.


    • pemile pemile 9 octobre 17:41
      @V_Parlier « Parce-que les enfants sont bien entendu plus vulnérables que les adultes »

      Pourtant, le coup de l’uniforme marche aussi avec les adultes.

    • Loatse Loatse 9 octobre 17:43

      @pemile


      On va y passer la journée ?

      Votre inconnu pour vaincre les réticences de l’enfant, ENDORMIR SA MEFIANCE donc, se doit d’utiliser de stratagèmes pour emmener celui ci : soit se déguiser en agent de SECURITE puis demander à l’enfant de l’aider à retrouver son chien...(un homme qui semble être peiné d’avoir perdu son chien ne peut être méchant se dira l’enfant).

      Cela corrobore ce dont je suis certaine : Sans subterfuges destinés à vaincre la méfiance innée de l’enfant avec des stratagèmes tordus à la symbolique rassurante, c’est pas gagné ! 

      ps : ils ont mis le paquet dites donc pour que les résultats de l’étude correspondent aux idées recues ou ou résultats escomptés si vous voulez...

      ps : epargnez moi à l’avenir vos études bidonnées. merci.










    • pemile pemile 9 octobre 17:56
      @Loatse « ENDORMIR SA MEFIANCE »

      Non, la meilleur démonstration est plutôt d’EVEILLER SA CURIOSITE, cela sera spécifique à chaque gosse, mais je vous garantie que c’est l’enfant qui vient tout seul vers l’inconnu et que c’est la parent qui doit être vigilant !

      « On va y passer la journée ? »

      Je ne sais pas, vous pensez vraiment que votre « c’est inné » suffit à clore le débat ?

    • pemile pemile 9 octobre 17:59

      arrgg : Je vous garanti .. c’est le parent ..


    • pemile pemile 9 octobre 18:02

      quand ça le fait pas, ça le fait pas, je vous le garantis smiley


  • cassini cassini 9 octobre 14:55

    Les courriers du fisc devraient être imprégnés d’ocytocine. Ses services ne reçoivent pas assez de versements spontanés en sus de l’impôt exigé. 


  • cassini cassini 9 octobre 15:06
    Lu dans une citation faite dans l’article : 

    Le travail bénévole des migrants........... on estime qu’il a atteint 1,6 millions d’heures par mois en Allemagne

    Voilà qui fait en chiffres ronds une heure et demie par mois par migrant. Je sens que la réticence anti-migrant des xénophobes va disparaître. 

  • ZenZoe ZenZoe 9 octobre 16:16
    Pour mon chat stressé lors d’un déménagement il y a des années, mon véto avait prescrit des phéromones en diffuseur.
    Comme quoi l’utilisation d’hormones de synthèse pour « améliorer » un comportement est loin d’être une idée récente.



  • zygzornifle zygzornifle 9 octobre 16:30

     et une hormone, citée dans une revue scientifique, qui permettrait de vaincre l’hostilité des Européens envers les migrants ....


    Et pourquoi pas une hormone qui donnerai envie aux migrants de rester chez eux ?
    Et pourquoi pas une hormone qui rendrait Macron humain social ?
    Et pourquoi pas une hormone qui donnerai l’envie aux patrons d’augmenter les bas salaires ?

  • bébert 9 octobre 17:01

    Je leur en ferai bouffer de leur saloperie et puis je les lâcherai dans le 9.3 vers 1 heure du matin , et on verrai si à 8 heures ils continueraient à faire des bisous aux gentils immigrés.


    • mmbbb 9 octobre 18:11

      @bébert cette elitte s inquiète de la montée du populisme Ils sont atteint de ceicte de surcroît Moi , je mettrai d office les enfants de cette élite dans ces banlieues, ces habitations afin qu ils tatent de la proximite sociale .


    • Désintox JPB73 9 octobre 19:19
      @bébert

      Calma !

      Et puis, vous devriez vous réjouir puisque l’ocytocine favorise l’orgasme.

      Vous ferez ainsi d’une pierre deux coups : d’abord, vous cesserez d’être raciste ...

    • Cadoudal Cadoudal 9 octobre 19:29
      @JPB73
      La chimie au service de la solidarité exogène, pas sur que nos clodos indigènes apprécient :

      « Nous étions surpris que les participants de la première expérience donnent 20% de plus aux migrants qu’au locaux dans le besoin » a indiqué Nina Marsh, membre de l’équipe du Professeur René Hurlemann.

      « Maintenant, même les gens avec des attitudes négatives à l’égard des migrants leur donnent 74% de plus » selon Nina Marsh.

      https://breizatao.com/2017/08/16/allemagne-des-chercheurs-mettent-au-point-une-drogue-pour-forcer-la-population-a-accepter-les-migrants/





    • bébert 9 octobre 20:56

      @JPB73
      Moi je suis peut être un raciste , mais eux (le mathématicien et le philosophe) auraient le fion en lambeaux.


    • exocet exocet 10 octobre 11:18

      @bébert
      mais eux (le mathématicien et le philosophe)
      ces « chercheurs » ne sont ni mathématicien ni philosophe.
      Ils font dans la psychologie et la sociologie. Une race à part. Au lycée en terminale, ceux qui voulaient aller en fac en psycho-socio c’étaient les fainéants et les limités intellectuellement, car cette filière est réputée demander peu de travail et peu de réflexion.
      Au lycée on se moquait un peu d’eux avec mépris et pitié pour ces têtes molles qui se dirigeaient vers ce qu’on appelle les « sciences molles ».
      .
      Ne pas mettre sur un même plan un Pierre-Gilles de Gennes et ces quelques pauvres gens qui croient avoir découvert la lune...
      .
      Une grande partie de ces psychologues de bazar finissent dans des hypermarchés à étudier les désirs de la clientèle ou dans des agences de publicité de seconde zone rémunérés à leur juste valeur, c’est à dire guère plus que le SMIC.
      .
      Seuls ceux qui bénéficient de pistons arrivent à entrer dans des organismes de recherche...


  • Sergio Sergio 9 octobre 19:04

    Une question, l’ocytocine, c’est remboursé par la sécu ? 


  • banban 9 octobre 19:36

    L’ocytocine je connaissais pas. Moi pour violer mes victimes j’utilise le GHB. avec un peu de Poppers et de vaseline.


  • Zaza Zaza 9 octobre 19:41

    La méfiance de l’altérité est un instinct animal quasi répandu dans toutes les espèces, au dessus de l’instinct maternel. Les groupes de bactéries clones différents se battent, les fourmis de fourmillières différentes mais de même espèce, les meutes de loups, de singes, de lions.
     
    D’ailleurs Darwin explique que ça fait parti de la sélection naturelle, favoriser filiation et organisation : organiser par empathie le groupe et prendre le territoire des autres groupes vus comme ennemis, dans une même espèce (permet la sélection des races/organisations qui deviennent ensuite espèces différenciées). Les loups tue les louveteaux des autres meutes, les lions les lionceaux des autres lions etc.
     
    La « gauche » a les pseudo-penseurs débiles, l’ED les prof de math à X et même Onfray ! smiley


  • foufouille foufouille 9 octobre 19:56
    putain, ils sont tarés ces gauchistes.


    • l' hermite l’ hermite 9 octobre 20:09

      @foufouille

      gauchiste comme droitiste s’ se donne l’ auto-absolution .... gare aux jugement du peuple qui en subit les conséquences .



  • DACH 9 octobre 21:22

    Cette étude oublie la moitié du problème : donner de l’ocytocine aux migrants !!!!!


    • l' hermite l’ hermite 9 octobre 21:34

      @DACH

      Ocytocyne , testosterone , oeustradiol et progesteronne sont les drogues du crime passionel drole de facon de resoudre le probleme ...

    • Cadoudal Cadoudal 9 octobre 21:54

      @DACH

      Les Allemands ont essayé, très bon aphrodisiaque :

      L’homme prétend qu’il ne savait pas que sa victime n’avait que 13 ans. « Je pensais qu’elle avait 18 ou 19 ans. Elle avait l’air d’une adulte »,

      Après, c’est le stock d’indigènes de 13 ans disponibles qui va poser problème...

      Faudrait que les ONG fassent des razzias pour fournir de la viande fraiche à leurs invités, les appels au don ne suffiront peut-être pas, pour l’instant il n’ont trouvé que Josiane Balasko comme volontaire du progrès progressiste...




    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 9 octobre 23:45

      @Cadoudal

      Hier, en début de soirée, comme je fais de temps à autre pour décompresser, je pique un bouquin au hasard… C’était L’Enlisement, t. I, de la Guerre d’indochine, en 3 volumes, de Lucien Bodard (1914-1998), né à Tchoung-King – je ne me ferai jamais au pinyin, je trouve que ça ne fait pas chinois - son père étant consul de Francel, à… Cheng Tu, à 450 km de là… Ca se tient

      Je dois à mon public de présenter Lucien Bodard. Une légende vivante que j’aurais pu connaître, un des regrets de mon existence dissipée… Le gros Lulu, pas obèse pour autant, tenait à la fois de l’ours – Dans La chasse à l’ours, publié par Grasset, en 1981, c’est lui, le plantigrade – et du crocodile. Plongé dans le marigot jusqu’à hauteur des yeux mi-clos, il a l’air de dormir. Il ne perd pas une miette du spectacle du monde.

      En Indochine, il est le prince des grands reporters, parce que le trône est occupé par un Roi, le Roi Jean, le général cinq étoiles Jean de Lattre de Tassigny qui jeta à un journaliste fraîchement débarqué et qui prétendait poser une question : « Je ne vous connais pas, vous n’existez pas ! » Cinquante ans et mèche plus tard, l’immigration aidant, on en était

      à « Casse-toi, pôv con ! » Triste fin pour le peuple le plus spirituel de la Terre

      Lucien Bodard est le dernier vrai journaliste français. On le soupçonne d’inventer, par ci par là. Il se défend : « Si j’invente, je reste très largement au-dessous de la réalité ! » Personne n’oserait se marrer. C’est en le lisant que j’ai découvert qu’il existait un vêtement appelé « trousse-couilles », sorte de pantalon tombé en désuétude, par les temps qui courent.

      Lulu revient en France, après un détour chez les Yanomamis et au Pentagone, il commet quelques bouquins, rafle sans avoir l’air d’y toucher, le Renaudot 1973, avec Monsieur le Consul, son papa, et le Goncourt 1981, avec Anne Marie, sa maman – ne pas confondre, c’est un homme à femmes et même couvert de femmes, avec trois mariages submergés par les infidélités

      La trilogie sur la guerre d’Indochine L’enlisement, L’humiliation et L’aventure… En feuilletant le tome I, je tombe sur la relation de la visite que fit le prince Lucien à Tây Ninh, en Cochinchine, capitale du Caodaïsme, une religion syncrétiste dont des lamentables colportent qu’un banquier véreux et failli eut, en 1921, la prémonition que l’invention d’une religion était le meilleur moyen de se refaire. Le Pape en personne, Sa Sainteté Phan Cong Tac, débouche une bouteille de champagne tiède à 10 heures du matin. Ses fidèles se comptent en millions.

      Comme guidé par le destin, je passe sans transition à Véganisme, antispécisme et extrême droite, sur AgoraVox – un vrai saut de qualité pour Polony, dans notre prochain numéro Tofu, drag queens et Zyklon B -  Dans l’article, une gonzesse qui se berce d’illusions en portant un soutien-gorge et une mention du IIIe Reich…

      Il m’a suffit de contempler pendant une vingtaine de minutes L’Ile des morts d’Arnold Böcklin (1827-1901) pour en découvrir plus, sur le national-socialisme, que ne m’en ont appris les 30 ou 40 bouquins que je possède dans ma bibliothèque, dont Mein Kampf, Le mythe du XXe siècle, d’Alfred Rosenberg, La Race, de Walter Darré, Le national-socialisme des origines à la guerre, de Johannes Ohlqvist, Le IIIe Reich de Jean Daluces, pseudonyme de Jacques Benoist-Méchin selon certains. A propos, Mein Kampf, c’est d’Adolf Hitler, sait-on jamais

       

      Böcklin, dont l’autoportrait à la mort violoniste, est un archétype du bon goût allemand (guter deutscher Geschmack, selon Google… ça sonne bien) lui-même a peint cinq versions de la même toile, entre 1880 et 1886 L’une d’elle, ô apothéose, celle de 1883, était accrochée au mur derrière le fauteuil de bureau de Hitler, à la chancellerie. Elle serait à l’Alte Nationalgalerie de Berlin, mais nos amis nazis devraient s’informer pour savoir s’il est possible de toucher avant de faire le déplacement.  ;

       

      En toute honnêteté, il faut reconnaître que ce romantisme glaireux, celui de L’Ile donc s’accorde admirablement avec le folklorique paganisme wagnérien - BOUM ! BOUM ! - et le mysticisme plein de flambeaux des cérémonies de l’Oldenburg Vogelsang,

       

      Toutefois, qu’il y ait, aujourd’hui, des gens qui croien encore que Thor, Odin, Freyja existent dans un Walhalla (ou Akbar), conduit à se demander si le national-socialisme, n’était pas, finalement, qu’un vaste caodaïsme lourdement teuton dont les inventeurs allaient être tellement dépassé par leur succès que dire « Pousse, on passe ! », les aurait conduit à l’asile.

      P.S. – Les gazettes m’apprennent le décès de Venantino Venantini, un des deux porte-flingue, avec Mac Ronay,  des Tontons flingueurs – qui n’ont déjà plus le même goût depuis que je sais que c’est l’un des films préférés du petit crevé de l’Elysée…

      Encore un homme qui s’en va. Il n’y en aura bientôt plus… J’avais déjà renoncé aux Ray Ban pour n’avoir rien en commun avec le mari de la première première dame de France que tout le monde a vu à loilpé sans même les pudiques retouches d’autrefois avant sa consécration présidentielle

      On se demande pourquoi l’hérédité masculine a sauté une ou deux générations. Les lopes actuelles ne peuvent pas avoir été engendrées par des gens qu’on a connus et estimés… J’ai plus envie de boire, je ne veux rien oublier… J’aimerais n’avoir jamais appris à écrire… J’aimerais qu’il pleuve…


    • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 9 octobre 23:49

      @Cadoudal

      Böcklin, dont l’Autoportrait à la mort violoniste, est un archétype du bon goût allemand (guter deutscher Geschmack, selon Google…


  • Montdragon Montdragon 9 octobre 22:04
    (((Ils))) se vengent depuis des décennies, en abattant ce monde occidental.
    Hier soir, sur F5 le pédophile F.Miterrand a craché sur Salvini.
    Dans un monde normal ce suceur de pines coupées se fait tellement petit que les enfants de Rabat n’ont plus peur de lui.
    Dans un monde normal....
    Vivement que nous devenions pneumatiques !




  • BA 10 octobre 05:51

    En mai 1974, les électeurs français votent pour Valéry Giscard d’Estaing. C’est le début d’une nouvelle période de l’histoire de France : « les Cinquante Décadentes ».


    Depuis mai 1974, tous les présidents de la République et tous les premiers ministres détruisent la France. Leur politique est fondée sur trois priorités :


    1- la construction européenne

    2- la destruction des frontières nationales

    3- le regroupement familial.


    44 ans plus tard, Valéry Giscard d’Estaing commence à comprendre.


    Regroupement familial : le plus grand regret de Valéry Giscard d’Estaing.


    L’ancien président de la République s’est confié au biographe Éric Roussel sur sa vie d’homme politique. On y découvre ce qu’il considère comme étant sa plus grande erreur de président.


    600 pages consacrées à la vie politique de Valéry Giscard d’Estaing seront publiées dès mercredi 10 octobre dans les librairies de France. À la tête de cet ouvrage publié aux éditions de l’Observatoire, le journaliste Éric Roussel. Il a passé près de 20 heures à écouter l’ancien président lui parler de ses années à la tête du pays. Entre deux joyeux souvenirs, il a abordé son plus grand regret. D’après Le Point qui a consulté les bonnes pages de la biographie, il s’agirait du regroupement familial. Il a été décidé en 1976 par Jacques Chirac par un simple décret.



    À ce moment-là, l’idée de réunir les membres d’une famille d’immigrés paraissait naturelle. Mais à l’heure où l’immigration explose dans le pays, elle pose question. Avec le recul, Valéry Giscard d’Estaing lui-même regrette cette initiative.


    « L’idée en soi était juste et généreuse […] Mais elle a été mal appliquée, et j’ai eu le tort de ne pas plus surveiller l’application ; j’en ai donc la responsabilité […] Nous visions le noyau familial tel que nous le connaissons et nous avons vu arriver des noyaux familiaux totalement différents », a-t-il ainsi déclaré.


    http://www.valeursactuelles.com/politique/regroupement-familial-le-plus-grand-regret-de-valery-giscard-destaing-99651



    • Odin Odin 10 octobre 16:15

      @BA

      « L’idée en soi était juste et généreuse… »

      Comme sa loi du 03/01/1973 avec son « frère » Pompidou smiley

       


  • Jonas 10 octobre 07:52
    " le mathématicien et philosophe Olivier Rey, auteur de Leurre et malheur du transhumanisme, évoque une hormone, citée dans une revue scientifique, qui permettrait de vaincre l’hostilité des Européens envers les migrants "


  • zygzornifle zygzornifle 10 octobre 08:02

    Monsanto fait du roundup , et si on en donnait aux migrants , il parait que c’est l’hormone de l’intégration ....


    • Oceane 10 octobre 15:37

      @zygzornifle

      Cette hormone de l’intégration irait très bien aux migrants des Amériques, de Nouvelle Zélande, d’Australie, du M.O, d’Afrique du Sud et Australe, des Caraïbes. Ce qui sortirait les souchiens de ces terres des camps de « concentration à ciel ouvert » appelés « Reserves ».

      Trump et ses larbins seraient moins belliqueux - y compris leurs monstres Al qaida, Daech. Les avions et navires de guerre de l’Otan serviraient aux parcs d’attraction. Les bedonnant du Golfe enverraient aux chiottes leur idéologie rétrograde. Les « 2000 ans de terreur chrétienne » ne seraient plus qu’un mauvais souvenir tandis le « Peuple juif » redescendrait sur terre en admettant enfin qu’il est une escroquerie. Les patrons des multinationales ne retrouveraient plus aucun intérêt à aller piller et polluer chez les autres.

      Quelle paix pour les peuples ! Et l’application de la vraie démocratie, du vrai pouvoir aux peuples.


  • zygzornifle zygzornifle 10 octobre 08:04

     A « en marche » ils utilisent déjà l’hormone de Macron mon chéri d’amour .....


  • L'Astronome L’Astronome 10 octobre 08:48
     
    Le fameux vaccin de madame Buccin (nom inventé) ne contient-il pas cette fameuse ocytocine (ou ocy-toxine ?) ?
     

  • lala rhetorique lala rhetorique 10 octobre 09:07

    Oui, cela peut aller jusque là, si les peuples continuent à se soumettre, et les migrants à fuir plutot que lutter dans leur pays. Mais le résultat sera la colonisation !


  • zygzornifle zygzornifle 10 octobre 11:23

    Cette hormone fonctionne a merveille , Macron l’a testé sur lui quand il a été aux Antilles et on a pu voir le résultat sur les selfies en compagnie des 2 mecs , il est devenus depuis son traitement copain comme cochon avec ....


  • zygzornifle zygzornifle 10 octobre 11:26

    il y a une hormone pour Musulmans qui leur donne envie de cochon et de s’intégrer et pour Daesh qui vous donnent des bisous au cou au lieu de vous trancher la carotide ....


  • Philippe Huysmans Philippe Huysmans 10 octobre 14:30

    Étrange que nos élites bienpensantes considèrent l’usage des psychotropes comme des menaces vitales pour la société (même la beu), mais qu’ils n’hésiteraient pas une seconde à considérer l’emploi OXT pour altérer à grande échelle le comportement (de rejet) des populations face aux migrants.

    Je note aussi l’extrême hypocrisie du titre de l’article du débunkage : parce qu’évidemment l’étude ne parle pas de mettre ça en pratique... mais elle le suggère à toutes les lignes.

    Brave New World,


  • Phalanx Phalanx 10 octobre 20:50

    Evidemment il s’agit de « scientifiques » allemands ... dans la lignée des Mengele. Il faut toujours que ces gens montent aux extrèmes directement, qu’ils s’agissent de génocider les autres ou eux même ... en entrainant tout le monde avec eux.


    Si ils ont été capables de pondre une telle étude (sans que personne parmi les élites n’en soient particulieremnt choqué), ca veut dire qu’ils envisagent plus que sérieusement de la mettre en pratique.

    Il va falloir que le petit peuple européen se réveille rapidemment sinon il ne sera plus qu’un lointain souvenir. 

  • Phalanx Phalanx 10 octobre 20:52

    Ah oui, et question accessoire, ils ont prévu quelque chose pour « vaincre l’hostilité » des migrants envers la culture des peuples européens ?


  • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 12 octobre 14:14

    Pour faire encaisser aux citoyens lambda, les comportements de nos chers migrants ( viols, meurtres , vols etc etc ), ben, il va en falloir des tonnes d’ocy machin chouette !

    .. Alors le mettre à l’insu de notre plein gré, .. du bromure de potassium,... comme quand j’étais bidasse 58/61

    @+ P@py


    • JC_Lavau JC_Lavau 12 octobre 14:32

      @Gilbert Spagnolo dit P@py. Ce fameux bromure des casernes, produit d’importation ou d’exportation ?

































      Surtout produit de contrebande.

Réagir