Commentaire de José Lopez-Martinez
sur Déjà trois générations de Cubains sacrifiés en vain


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 26 février 2010 08:31

@ Pierre JC Allard :

« Vous feignez d’ignorer que ce que l’on permet au patient qui est mort est ce dont on l’a privé pendant les 30 ans où il agonisait. »

Pendant 30 ans, la dictature castriste a vécu aux crochets de l’Union soviétique qui subventionnait à mort cette vitrine propagandistique (soit par des subventions directes, soit en achetant le sucre cubain à un prix très au-dessus des cours mondiaux, soit en vendant à Cuba des fournitures à des prix écrasés, soit en faisant pratiquement cadeau du pétrole que les castristes revendaient ensuite sur le marché international à son véritable prix, etc.) Dans les faits, le peuple russe (et polonais, et tchèque, etc.) était lourdement pressurisé en partie pour que les castristes puissent se la péter. Mais quand l’URSS s’est effondré et que la pluie de dollars a cessé de tomber sur Cuba, la réalité crue est finalement apparue, comme en URSS, comme dans les pays soviétique, comme dans la Chine maoïste, comme en Corée du Nord : le socialisme n’apporte que catastrophe économique et misère sociale.


Voir ce commentaire dans son contexte