jeudi 25 février 2010 - par Lucilio

Déjà trois générations de Cubains sacrifiés en vain

La dictature castriste a reconnu que durant l’année 2009 les exportations avaient chuté de 23%, les importations de 37% et les investissements de 16%. Mais ces chiffres parlent assez peu, même si l’on devine bien que ce ne doit pas être la fête à La Havane. Un autre chiffre, par contre, dit plus et décrit de manière éloquente le panorama général : en 2009, Cuba a produit la même quantité de sucre qu’en 1902, quand il n’y avait ni tracteurs, ni électricité, ni camions.

On a appris mardi le décès, à l’âge de 42 ans, d’Orlando Zapata Tamayo. Dissident politique cubain, maçon de profession, incarcéré par le régime castriste depuis 2003, il est mort dans une clinique de La Havane à la suite d’une grève de la faim. Initialement accusé de ne pas « respecter l’autorité », il avait été condamné par la dictature à trois ans de prison, mais sa peine avait été rallongée de 25 ans en raison de ses activités en faveur de la liberté politique qu’il poursuivait derrière les barreaux. Pour le responsable de la Commission pour les Droits de l’Homme et la Réconciliation nationale, Elizardo Sanchez, il s’agit d’un « assassinat virtuel, prémédité », les autorités ayant trop tardé à offrir des soins au dissident en grève de la faim depuis plus de deux mois qui avait été transféré la semaine dernière de la région centrale de Camaguey, où il était incarcéré, à l’hôpital Hermanos Ameijeiras de La Havane. Rappelons que selon Amnesty International ils restent encore aujourd’hui 58 prisonniers d’opinion « officiels » (leur nombre réel doit plutôt se calculer en centaines), embastillés pour le seul fait d’avoir exprimé leurs positions politiques et qu’en plus ceux-ci souffrent régulièrement de persécutions du fait de leurs gardiens ou d’autres détenus sous l’instigation des autorités. Le tout dans un cadre répressif impitoyable où sont systématiquement bafouées les libertés d’expression, d’association et de réunion et où les services de police harcèlent et intimident quotidiennement les journalistes et politiques dissidents.
 
Cette triste nouvelle nous fait nous pencher une fois de plus sur sort pitoyable de ces Cubains qui vivent depuis plus de 50 ans lamentablement dirigés par les frères Castro, sans espoir visible de changement proche, d’amélioration ou de soulagement. Malgré les illusoires espérances et assurances qui suivirent le retrait du pouvoir de Fidel Castro, le régime castriste ne quitte pas la ruineuse voie sans issue de la planification centralisée, des plans quinquennaux, du collectivisme, de la bureaucratie indolente qui contrôle tout, des coups de chicote contre quiconque lève la tête, sous l’autorité d’un parti unique à l’idéologie totalitaire guidé par le leader aimé et son frère – parce que, comble de la bigamie courtisane, il faut maintenant adorer simultanément deux repoussants dictateurs.
 
Il y a un demi-siècle, Fidel et Raúl Castro s’emparèrent du pouvoir à Cuba sans expérience aucune du gouvernement. Ils ont réussi à ne rien apprendre durant tout ce temps. Un véritable tour de force. Aujourd’hui, ce sont deux petits vieux minutieusement incompétents qui ont dégradé jusqu’au sadisme les cinq secteurs essentiels qui donnent du sens et une forme matérielle à toute société moderne : l’alimentation, l’eau potable, le logement, les transports et les communications. S’il existait un prix à l’incompétence gestionnaire, on devrait l’accorder pratiquement chaque année aux deux frères. La dictature castriste a reconnu que durant l’année 2009 les exportations avaient chuté de 23%, les importations de 37% et les investissements de 16%. Mais ces chiffres parlent assez peu, même si l’on devine bien que ce ne doit pas être la fête à La Havane. Un autre chiffre, par contre, dit plus et décrit de manière éloquente le panorama général : en 2009, Cuba a produit la même quantité de sucre qu’en 1902, quand il n’y avait ni tracteurs, ni électricité, ni camions. En 1902, il y avait un million et demi de Cubains et qui se déplaçaient à dos de cheval. Aujourd’hui, il y en a onze et presque plus de chevaux. Le pays s’enfonce chaque fois plus jusqu’à l’indescriptible à cause du manque de productivité insensé d’un système qui n’a jamais fonctionné nulle part, mais qui à Cuba a atteint des sommets inimaginables d’inefficience.
 
Pour nous aider à comprendre l’état d’esprit de la société cubaine, il est également utile de se rappeler qu’entre 1902, date officielle de la naissance de la République cubaine, et 1958, malgré les crises économiques – y compris celle de 1929 –, les désordres politiques, la corruption endémique et les périodes de dictatures, Cuba ne cessa de progresser de manière notable et constante jusqu’à se trouver dans le peloton de tête d’Amérique latine. Durant cette période, chaque nouvelle génération de Cubains vécut mieux que la précédente. En revanche, depuis 1959 et l’installation de la dictature socialiste, chaque nouvelle génération de Cubains vit plus mal que la précédente. Et c’est bien pour cette raison qu’aujourd’hui la seule pensée des Cubains est d’émigrer. Ils ont bien appris la cruelle leçon des frères Castro : le futur sera chaque fois plus sombre, pauvre et désagréable que le misérable présent qu’ils subissent. Dernièrement, une enquête réalisée par le parti communiste à l’université de La Havane (un lieu peuplé de 30.000 personnes pourtant supposées acquises au régime) donna des résultats dévastateurs : les trois quarts des étudiants, professeurs ou administrateurs souhaitaient l’abandon du système et son remplacement par un mode rationnel d’organisation. Les frères Castro en tirèrent les conclusions logiques et ils expulsèrent de son poste le recteur, un type manifestement incapable d’insuffler l’esprit de la Révolution à ses ouailles.
 
Comment tout cela terminera-t-il ? Sans aucun doute avec la disparition de cette désastreuse forme de gouvernement. Le système socialiste a peu de réels partisans dans le pays. Même s’ils ne manquent pas ceux qui applaudissent ou prêtent la main pour tyranniser les dissidents politiques dans des pogroms organisés par la police politique du régime, ils restent bien peu désormais ceux qui conservent réellement leurs convictions marxistes et sont persuadés que ce mode cruel de traiter la société apportera un jour le bonheur aux Cubains. Quand tout cela terminera-t-il ? Certainement comme pour l’Espagne franquiste – quand l’opposition démocratique était incapable de contester le pouvoir en place –, à la mort, d’abord, de Fidel (83 ans) et ensuite de Raúl (78). Mélancolique solution biologique. Certes, Raúl tente bien de consolider le parti communiste avec ses partisans inconditionnels, comme en son temps Franco essaya de le faire (assurant sur son lit de mort que tout était « ficelé, bien ficelé »). Mais cela ne fonctionnera pas. Les deux dictateurs ne se font plus obéir que par la crainte et l’inertie propre des longues tyrannies. Mais une fois morts tous les deux, nous le savons tous : surgiront les véritables désirs de l’immense majorité des Cubains désireux d’enterrer une fois pour toute cette étape de violence irrationnelle qu’ils ont dû supporter depuis trop longtemps.
 
 


188 réactions


  • OrphelinPolitique 25 février 2010 14:42

    Rassurez-moi : c’est un troll ?

    Pas un mot sur le blocus de Cuba.


    • Lucilio Lucilio 25 février 2010 14:43

      Non. Effectivement, pas un mot sur un « blocus » qui n’existe que dans l’imagination enfiévrée des zélateurs de la dictature communiste qui désole Cuba depuis trop longtemps.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 février 2010 07:32

      Orphelin politique :


       Evidemment, pas un mot sur le blocus. Le but est de ne PAS parler du blocus Si je me fâche, je chercherai QUI est l’auteur de cet article. Exemple de désinformation planifiée avec habileté, la propagande d’un systeme que je hais de toutes les fibres de mon corps. Parce que je le connais bien.

      De quoi parte-t-on ici ? La situation à Cuba est mauvais elle l’est depuis longtemps ;personne de sérieux ne le conteste. LA population en a assez du castrisme ? Bien sûr, on en a toujours assez de la pauvreté et, quand on est jeune, on veut autre chose que l’héritage des vieux qui n’ont pas réussi
       
      Cela est indiscutable, mais ce n’est pas le but de cet article de propagande. Le but est de nous convaincre que tout ça est la faute d’une révolution qui n’aurait pas dû se faire. Or ça, c’est un mensonge. La révolution cubaine était nécessaire et a été un succès en ce qu’elle a redonné sa dignité à ce qui était devenu un peuple de prostitués, d’escrocs, de malfrats et de lèche-culs

      J’y étais et j’ai vu la chenille devenir papillon. Ensuite j’ai compris qu’on allait écraser le papillon et j’ai cessé de regarder de trop près. Je n’aurais pas aimé voir la brute son voisin arracher les ailes du papillon et un geste impulsif est regrettable.

      Aujourd’hui, oui, Cuba doit changer. Le changement doit se faire en gardant les acquis de cette renaissance qu’a apportée Castro et sans oublier que la cause des problèmes de Cuba a été l’impardonnable turpitude de l’attitude américaine. Puisse-t-elle être maudite, détruite, mais jamais oubliée.




      Pierre JC Allard

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 février 2010 07:50

      @ L’auteur :


       Vous etes un ignare de mauvais foi et sans doute payé pour ce torchon. J’ai moi-meme, avocat canadien, organisé en 1960 le transport vers Cuba via Mexico de médicaments, de catgut et d’aiguilles chirurgicales dont les USA interdisaient même le transit vers Cuba. 

      Pierre JC Allard

    • José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 26 février 2010 08:09

      @ Pierre JC Allard :

      « Evidemment, pas un mot sur le blocus. »

      Bien sûr. À quoi bon s’étendre sur cette propagande castriste ? Comme il a été dit à plusieurs reprises ici : Cuba ne souffre d’aucun blocus ; ce pays peut commercer avec le monde entier et commerce avec un grand nombre (Espagne, France, Canada, etc. qui ont largement investi dans ce pays, essentiellement dans le tourisme) et aussi avec les États-Unis qui sont devenu le premier fournisseur du régime socialiste (produits agricole et alimentaires, médicaments, fournitures médicales, etc.)


      « La révolution cubaine était nécessaire et a été un succès en ce qu’elle a redonné sa dignité à ce qui était devenu un peuple de prostitués, d’escrocs, de malfrats et de lèche-culs... »

      La dictature castriste est un tel succès que la majorité des Cubains ne rêvent que de s’échapper de l’île, que le régime fait tout pour empêcher par la force, la menace, le chantage ou la coercition les gens de foutre le camp de ce paradis socialiste, que la plupart d’entre ne peuvent survivre que grâce à l’aide qui leur est envoyée par des familiers depuis les États-Unis, qu’aujourd’hui il y a mille fois plus de prostitution qu’à l’époque de Batista - Fidel Castro n’a même plus cherché à nier le fait, il s’est seulement vanté que les prostituées cubaines étaient les plus instruites au monde.


    • oncle archibald 26 février 2010 08:29

      JC ALLARD : « La révolution cubaine était nécessaire et a été un succès en ce qu’elle a redonné sa dignité à ce qui était devenu un peuple de prostitués, d’escrocs, de malfrats et de lèche-culs »...

      J’ai des amis communistes très convaincus qui sont allés en vacances à Cuba, qui voulaient se rendre compte ... et ce qu’ils ont vu en 2008 ressemble bien à ce que vous décrivez .. des jeunes filles de 15 ans maquées avec de riches allemands, des entourloupes dans chaque bistrot pour « faire payer la tournée » au « riche » étranger (un touriste est toujours « riche » par rapport à la population locale), l’impossibilité de discuter face à face avec des paysans toujours maqués par les « gardiens de la révolution » .. bref ... rien de bien reluisant et on ne sait pas trop ce que), finalement, ils ont gagné en se mettant sous l’aile protectrice du communisme qui se pensait à certaine époque « presque » triomphant .. je ne pense pas que l’installation de fusées à cuba pointées sur les USA ait été un élément très favorable au commerce entre les deux pays .. On peut regretter que l’expérience communiste ait mal tourné, il est difficile de nier qu’elle ait asservi la population des pays ou elle a été tentée ... Mes amis sont revenus consternés de Cuba. Ils pensaient voir des gens certes pauvres mais heureux de partager entre eux, suivant l’idéal communiste .. Ils ont vu ce que vous dites qu’on y voyait avant la révolution : prostitution, arnaques, magouilles, police politique, etc .. 

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 février 2010 09:08

      @ Lopez-martinez


       Vous n’avez rien publié ni même fourni un description au site. Vous etes le prototype du troll qui n’a rien a dire mais ne supporte pas de se taire. Je ne vois aucune raison d’accorder la moindre attention a vos propos. Je vais chercher un contradicteur plus crédible. je vous reviendrez si je en trouve vraiment personne.

       Pierre JC Allard

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 février 2010 09:15

      @ Oncle Archibald :


       J’ai eu la même désolante expérience en 2007. Il semble prouvé qu’avec le temps, tout idéal est soluble dans la misère et la corruption. Mais vous comprenez que e n’est pas le Cuba actuel que je vénére, c’est celui qui a ESSAYÉ de s’en sortir et qu’on a saboté. Et je suis assez furieux contre les saboteurs, récidivistes d’ailleurs.

       Pierre JC Allard

    • morice morice 26 février 2010 09:29

      « Vous etes un ignare de mauvais foi et sans doute payé pour ce torchon. »


      j’’appuie la déclaration : c’est bien un torchon neo-con.

    • José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 26 février 2010 09:32

      @ Pierre JC Allard :

      « Vous etes un ignare de mauvais foi et sans doute payé pour ce torchon. J’ai moi-meme, avocat canadien, organisé en 1960 le transport vers Cuba via Mexico de médicaments, de catgut et d’aiguilles chirurgicales dont les USA interdisaient même le transit vers Cuba. »

      Et vous, vous êtes un raconteur d’histoires à dormir debout : les États-Unis n’ont rompu les relations avec les castristes qu’en 1961 et instauré l’embargo commercial (qui ne concerne ni les produits alimentaires ni les médicaments et les fournitures médicales) qu’à partir d’avril 1962.


    • sisyphe sisyphe 26 février 2010 12:13

      Trop fort, le petit écrivaillon d’extrème-droite ; après avoir fait l’apologie de Panama ; paradis fiscal, et terre des pavillons de complaisance, il nie l’embargo US sur Cube.

      Alors, on va un peu remettre les pendules à l’heure :

      - 1)

      Embargo des États-Unis contre Cuba Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre.

      L’embargo des États-Unis contre Cuba (décrit à Cuba par le terme espagnol el bloqueo qui signifie « le blocus ») est un embargo économique, commercial et financier à l’égard de Cuba par les États-Unis mis en place le 7 février 1962 à la suite de nationalisations expropriant des compagnies américaines. En 2009, l’embargo est officiellement toujours en place, ce qui en fait le plus long embargo commercial de l’histoire moderne. Cependant, l’embargo ne concerne ni les produits alimentaires, ni les médicaments[1][2]. Dans les faits, les États-Unis sont les premiers fournisseurs de produits alimentaires de Cuba[3] et assurent entre 35 à 45 % des importations de nourriture de l’île[4].

      L’embargo demeure un sujet particulièrement controversé : la controverse est notamment alimentée par l’emploi, à la place d’« embargo », du mot « blocus » par les partisans du régime cubain. Ce dernier terme est parfois repris par l’Assemblée générale des Nations unies[5], qui a condamné en 2009 pour la 18ème fois le « blocus » dans le communiqué version française et l’« embargo » dans la version anglaise, par 187 voix contre 3.[6]

      L’Union européenne est opposée à l’embargo car il affecte ses propres relations commerciales, elle soutient par contre un « un processus de transition progressif et pluraliste et qui permette d’améliorer le niveau de vie des Cubains »[7].

      2)

      [ On ne l’aurait jamais cru possible, et pourtant, c’est fait : 185 voix pour, une de plus que l’an dernier ! Et les USA n’ont plus que deux compagnons : l’inévitable Israël, et l’un des deux micro-Etats de Micronésie (je ne me rappelle plus lequel) !!! parce que l’autre a fait faux-bond. Il fallait voir la tête du délégué yankee !! Bien sûr, ça ne sert à rien dans la pratique, puisque les seules résolutions obligatoires sont celles qu’imposent les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, mais c’est tout de même bon de flanquer une rouste diplomatique et morale au maître du monde !!!! Les applaudissements nourris qui ont éclaté dans la salle quand les panneaux lumineux ont affiché le résultat final : 185 pour ; 3 contre ; 2 abstentions (d’autres ayant fui la salle pour ne pas avoir à voter, comme l’Iraq et El Salvador) prouvent bien que la communauté mondiale (en tout cas, ceux du Tiers monde) remercie Cuba de lui offrir cette petite vengeance et revanche... Bonne lecture. Jacques-François BONALDI ]

      Votes aux Assemblées Générales des Nations-Unies sur la nécessité de cesser le blocus des Etats-Unis contre Cuba Année Date Pour Contre votant contre 1992 24 Novembre 59 2 Etats-Unis, Israel 1993 3 Novembre 88 4 Etats-Unis, Israel, Albanie, Paraguay 1994 26 Octobre 101 2 Etats-Unis, Israel 1995 2 Novembre 117 3 Etats-Unis, Israel, Ouzbékistan 1996 12 Novembre 138 3 Etats-Unis, Israel, Ouzbékistan 1997 Octobre 143 3 Etats-Unis, Israel, Ouzbékistan 1998 Octobre 1572 Etats-Unis, Israel 1999 Novembre 155 2 Etats-Unis, Israel 2000 Novembre 167 3 Etats-Unis, Israel, Iles Marshall 2001 Novembre 167 3 Etats-Unis, Israel, Iles Marshall 2002 Novembre 173 3 Etats-Unis, Israel, Iles Marshall 2003 Novembre 179 3 Etats-Unis, Israel, Iles Marshall 2004 Octobre 179 4 Etats-Unis, Israel, Iles Marshall, Palau 2005 Novembre 182 4 Etats-Unis, Israel, Iles Marshall, Palau 2006 Novembre 183 4 Etats-Unis, Israel, Iles Marshall, Palau 2007 Novembre 184 4 Etats-Unis, Israel, Iles Marshall, Palau 2008 Octobre 185 3 Etats-Unis, Israel, Palau
      On notera, avec intérêt, les pays qui ont voté contre la fin du blocus ; Etats-Unis, Israel, Palau ! smiley smiley

      3)

      Conséquences du blocus américain contre Cuba
      79 325,2 millions de dollars. Tel est le montant des dommages et préjudices infligés à l’économie cubaine par le blocus américain depuis plus de 40 ans.
      dimanche 24 octobre 2004.

       .. et ce n’était qu’en 2004 !!!

      Pas de bol, hein, pour la tentative de propagande et de désinformation ; les faits et les chiffres sont tétus, mon brave petit lucilio ! smiley

      A propos, pas encore parti pour le Panama ?
      Pas assez de billes ou pas de c...... ?
       smiley


    • L'enfoiré L’enfoiré 26 février 2010 13:03

      José,
       C’est parfaitement résumé.
       Je crois que Pierre Allard parle des années 60.
       Je parle des années de la fin du 20ème siècle.
       Tout évolue dans le temps.
       J’ai l’habitude de questionner et de réactualiser mes constatations.
       Dernièrement encore, il y avait sous l’atomium la feria espagnole, pendant laquelle, il y avait de petites pavillons cubains et je me suis renseigné de la situation.
       Il ne faut jamais resté sur une impression.
       Cela ne semblait pas avoir changé d’après ce que j’en appris.
       Tout dictateur a toujours de très bons côtés. Pas oublié cela.
       Si tout était négatif, il ne le deviendrait pas.
       smiley


    • Lucilio Lucilio 26 février 2010 14:14

      T’es un vrai comique, le sisyphe. Tu crois nous impressionner avec ton article tronqué extrait de Wikipedia. Tu sais, quand on cite une source - même aussi foireuse que le wikipedia francophone -, on cite complètement.


      Or ta même source nous apprend que les États-Unis sont le troisième fournisseur de Cuba avec 11% des importations en 2006, que les sociétés américaines peuvent vendre des produits agroalimentaires (les États-Unis sont le premier fournisseur de denrées alimentaires de Cuba, entre 35 et 45%) et des médicaments à Cuba, que le gouvernement américain a autorisé la mise en vente aux États-Unis de deux vaccins élaborés à Cuba, que les Cubains exilés en Floride envoient sur l’île de l’argent sous forme de mandats, etc. Par ailleurs, Cuba est le second exportateur mondial de nickel (le Canada a investit massivement dans l’île) et exporte également des médicaments génériques, etc.

      Bref, en un mot comme en cent : Cuba subit zéro blocus. Et l’embargo américain qui limite le commerce entre les États-Unis et Cuba est des plus relatifs. Et si la situation sociale économique à Cuba est complètement désastreuse, c’est bien parce que c’est la logique même d’une société où l’on tente d’imposer le socialisme - comme on l’a déjà observé en URSS, dans les pays soviétiques, dans la Chine maoïste, en Corée du Nord... enfin partout où les dictateurs socialistes se sont emparés du pouvoir.

    • sisyphe sisyphe 26 février 2010 15:24

      C’est ça !

      Et le vote des 187 pays de l’ONU contre l’embargo, c’est du fantasme enfiévré de gauchiste !
       smiley

      Et il me traite de rigolo, le clown !
       smiley


    • Lucilio Lucilio 26 février 2010 16:27

      Ah ça... l’ONU, ce machin qui a élu la Libye à la président de la Commission des droits de l’homme.


    • Goldored Goldored 26 février 2010 17:17

      Si seulement votre esprit critique n’était pas à sens unique...


    • Lucilio Lucilio 26 février 2010 18:35

      « Si seulement votre esprit critique n’était pas à sens unique... »


      Un esprit critique, en observant que chaque année débarquent 2 millions de touristes à Cuba, conclut que ce pays ne souffre d’aucun blocus.

    • Goldored Goldored 26 février 2010 21:17

      Vous répondez à côté.


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 6 mars 2010 00:34

      Bonjour S.


       Suis repassé pour voir les limites de ce que les yankophiles peuvent inventer. Merci pour les stats. Vous auriez du citer un peu plus de wiki, particulièrement les déclaration de juillet 1960 proposant d’affamer Cubam puisque le souten de la population a Castro semble infrangible

      Pour que les jeunes ne voient pas un monde tout croche, je rectifie que l’embargo a été en place dès l’été "60, qu’il a visé SURTOUT au départ les médicaments et que la déclaration formelle d’embargo/blocus en fevrier 62 est venue, selon la tradition américaine, longtemps après que cette guerre eut commence. L’invasion de la Baie des Cochons a eu lieu en avril 1961....

      Je vois ici une equipe de trolls dont le Lopez-martinez, Lucillo et quelques autres insignifiants qui sont a monter une invasion de avox. Une autre Baie des Cochons...

      No pasaran. Venceremos.

      Pierre JC Allard

  • Cogno2 25 février 2010 14:42

    Pas un mot sur les 50 ans d’embargo ni sur l’ingérence des Etats-Unis.

    En clair, article mauvais, car incomplet (voir baclé), d’un parti pris flagrant, qui s’adresse aux convaincus, et donc n’est d’aucun intérêt.

    Pourquoi publier ce genre de truc inutile ?
    Si au moins l’auteur n’occultait pas la moitié des faits pour servir sa propre propagande, il y aurait matière, mais là, c’est le vide sidéral.


    • Lucilio Lucilio 25 février 2010 14:49

      « Pas un mot sur les 50 ans d’embargo... »


      Quelqu’un pourrait me dire pourquoi le fait pour les États-Unis de ne pas vouloir commercer avec Cuba devrait poser un problème au phare du socialisme à la mode tropicale ?

      Les castristes rejettent le capitalisme et crachent sur les États-Unis, mais il serait intolérable que les Américains ne veuillent pas commercer avec une dictature socialiste. Allez comprendre.

      Surtout que, dans les faits, les États-Unis commercent bien avec Cuba et sont le premier fournisseur de l’île en produits agricoles (oui, on a faim dans l’île - c’est beau le socialisme).


    • L'enfoiré L’enfoiré 25 février 2010 19:21

      Lucillo,
       Cuba, je connais pour y avoir été en 1996.
       Pays, dans lequel je ne retournerai qu’après le changement de régime.
       Raül n’a été que la copie conforme de son frère.
       Un article qui a suivi sur le sujetsmiley


    • Jean-paul 26 février 2010 02:32

      @l’enfoire
      Vous avez raison de vouloir retourner quand la democratie sera au pouvoir ,mais pendant ce temps le peuple souffre ( 3 e generation ) .


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 février 2010 07:43

      @ L’auteur


      Je vais vous le dire.

      Parce que l’économie cubaine était intégrée à l’économie américaine pour lui fournir beaucoup de sucre , un peu de pétrole et un refuge pour ses mafieux. Quand Cuba a voulu jouer un autre rôle avec ce que la géographie et l’économie lui imposait (les USA), il y a eu escalade dans l’arrogance américaine pour faire mettre à genoux cette nation qu’elle voulait continuer à traiter comme une pute.   Puis il y a eu les baffes. Voyez mes liens au commentaire ci-dessus.
      Je voudrais que les jeunes Cubais sachent ce qu’on a fait à leurs parents.

      Pierre JC Allard



    • José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 26 février 2010 08:19
      @ Pierre JC Allard :

      « Parce que l’économie cubaine était intégrée à l’économie américaine... »

      Jusqu’à 1959. Depuis, en 50 ans, les castristes ont eu plus que largement le temps de réorienter l’économie cubaine vers d’autres pays. C’est ce qu’ils d’ailleurs fait en intégrant à l’époque le COMECON et en devenant un satellite de l’URSS. Et surtout en se faisant subventionner à fonds perdus, par dizaines et dizaines de milliards de dollars jusqu’à la chute de l’URSS. La catastrophique situation sociale et économique cubaine démontre encore une fois, après l’URSS, les pays soviétiques, la Chine, la Corée du Nord, etc., l’échec de la planification socialiste et le fait que la vitrine du socialisme réel à la mode tropicale n’était qu’un village Potemkine tenu à bout de bras par Moscou.

    • zazacubana zazacubana 26 février 2010 13:00

      bonjour,

      bien d’accord, je remplacerais « ingérence » par terrorisme d’état ... ce serait plus juste
       smiley


  • Bardamu 25 février 2010 14:54

    Oui, car on est tellement mieux en Sarkoland !

    Les communistes, le secret est désormais éventé, mangent leurs enfants vivants !

    Les capitalistes, moins malins, se font bouffés par eux ! 


  • Cogno2 25 février 2010 14:59

    Ouiiii, comme les embargos sur l’Iran, l’Irak, ils n’existent pas et en sont que le fruit de notre imagination, la baie des cochons aussi d ’ailleurs.
    Essayez de commercer avec des pays sous embargo US.

    Bref, faut arrêter, je ne défends pas Cuba, mais je m’oppose à vos propos trompeurs, à votre propagande éhontée.

    Osez prétendre que la terre est plate tant que vous y êtes, ça ne changera plus grand chose dans votre cas.

    phare du socialisme à la mode tropicale ?

    Propos méprisant, qui vous situe à votre niveau, celui d’un con... vaincu avec qui il n’y a aucun échange possible.


    • Lucilio Lucilio 25 février 2010 15:04

      « Essayez de commercer avec des pays sous embargo US. »

      Des dizaines de pays commercent avec Cuba. À commencer par les États-Unis eux-mêmes. Des centaines d’entrepreneurs européens, canadiens et d’ailleurs ont investi à Cuba. Les infrastructures touristiques qui ramènent un peu de devises au régime castriste, ce sont bien des investisseurs étrangers (espagnols, français, etc.) qui les ont construites. Etc. etc.


    • samir 25 février 2010 15:54

      Mais en fait c’est destiné a tromper qui votre article ?

      C’est vous qui avez écrit l’article sur Ariane de Rotshcild la philantrope ? lol

      Cuba est affamée a cause des americains non pas a cause de Castro meme si celui ci a ses torts


    • Lucilio Lucilio 25 février 2010 15:59

      « Cuba est affamée a cause des americains... »


      Ah oui ? Et comment font-ils, les Américains ?

    • samir 25 février 2010 16:06

      ca serait perdre mon temps que de vous repondre ca serait donner de la confiture aux cochons

      vous étés payés ou vous faites du lobbying je ne sais pas ce que vous faites ici ? comment ca se passe ? vous etes payé en Dollars en Euros ?

      bref sur ce site beaucoup de gens sont au courants des manipulations dans les coulisses du monde ou du moins se renseignent vous ne duperez personne

      mais Sinon vous pouvez toujours poster votre torchon sur d’autres sites comme le forum de TF1, de M6 etc...vous serez mieux accueilli


    • Jean-paul 26 février 2010 02:36

      @ cogno2 ou plutot cabron2
      Expliquez moi comment Cuba a pu construire des hotels de tourisme internationaux sous embargo ?
      Allez reflechissez.........ne soyez pas un con...vaincu .


    • Jean-paul 26 février 2010 03:31

      Samir
      Allez perdez un peu de votre temps a expliquer l’embargo de Cuba .
      Quoi vous n’avez pas d’arguments ,cherchez bien sur internet .
      www.therealcuba.com


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 février 2010 07:54

      @ Lauteur.


       Vous feignez d’ignorer que ce que l’on permet au patient qui est mort est ce dont on l’a privé pendant les 30 ans où il agonisait. Hypocrisie. Propagande américaine type. Malheureusement efficace pour convaincre une majorité des imbéciles.

      Pierre JC Allard



    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 février 2010 08:10

      @ L’auteur : 

       
      Je vais vous le dire. 

       Au départ ,non seulement l’embargo mais les menaces pour stopper les exportation de vivre à partir des autres pays colonises, comme le Guatemala, le Venezuela, etc 

      La saisie manu militari des navires cubains ou a destination de Cuba, en haute mer et même dans le port de Barranquilla ; quand on est gros et qu’on est un salaud on peut faire n’importe quoi.

      Les épidémies et epizooties qu’on a lâchèes sur l’agriculture et l’élevage cubain

      Ajoutez le temps qu’il faut pour convertir en agriculture de subsistance une agriculture de cash crop ( sucre) totalement tributaire de ses exportations.

       Avec le temps, l’agriculture cubaine s’est développée, mais un énorme déficit alimentaire dans les zones rurales a dû être comblé, creant des disette pendant des années dans les zones urbaines
       
      Une Ile tropicale de 6 millions d’habitants à l’époque ne peut pas être autarcique. Coupez les transports et vous avez une pénurie endémique.

      Imaginez l’approvisionnement de Manhattan si ponts et tunnels étaient détruits 


      Et par dessus tout, l’infâme propagande qui prétendait que Isla de Pinos était devenue une colonie pénitentiaire.... J’y étais. Il n"y avait pas de prisonnier, On y vivait heureux.

      Pierre JC Allard
      .



       

    • José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 26 février 2010 08:31

      @ Pierre JC Allard :

      « Vous feignez d’ignorer que ce que l’on permet au patient qui est mort est ce dont on l’a privé pendant les 30 ans où il agonisait. »

      Pendant 30 ans, la dictature castriste a vécu aux crochets de l’Union soviétique qui subventionnait à mort cette vitrine propagandistique (soit par des subventions directes, soit en achetant le sucre cubain à un prix très au-dessus des cours mondiaux, soit en vendant à Cuba des fournitures à des prix écrasés, soit en faisant pratiquement cadeau du pétrole que les castristes revendaient ensuite sur le marché international à son véritable prix, etc.) Dans les faits, le peuple russe (et polonais, et tchèque, etc.) était lourdement pressurisé en partie pour que les castristes puissent se la péter. Mais quand l’URSS s’est effondré et que la pluie de dollars a cessé de tomber sur Cuba, la réalité crue est finalement apparue, comme en URSS, comme dans les pays soviétique, comme dans la Chine maoïste, comme en Corée du Nord : le socialisme n’apporte que catastrophe économique et misère sociale.


    • Philou017 Philou017 26 février 2010 11:26

      Oui, JCA, l’auteur ignore ce qui fait la quasi impossibilité de construire un régime progressiste dans le monde aujourd’hui : L’incroyable agressivité des élites capitalistes qui sabotent systématiquement ce genre d’initiative. On ne compte plus les régimes qui ont été renversés ou sabotés, notamment par des complots Américains, richement subventionnés par l’état Américain et certains autres.

      Le Venezuela est une exception, ce qui n’a pas empêché Chavez d’être l’objet d’un coup d’état téléguidé par la CIA et de continuer à subir une pression intérieure et extérieure, notamment par la subvention de mouvements d’opposition stériles et destructeurs.

      Pourtant le socialisme sauce Chavez est bien timide et tolérant. Mais il faut voir la campagne de dénigrement systématique et mensongère de TOUS les médias occidentaux.

      Gérer la rupture et les changements vers un régime dit de type « socialiste » est une chose délicate qui demande du temps et de la progressivité. Les voyous payés par les puissances occidentales se chargent de tuer dans l’œuf toute tentative, avec tout et n’importe quel moyen.

      Tout cela, l’auteur veut l’ignorer, comme il ignore les 50 ans de pression sur Cuba par les agences Etatsuniennes.

      C’est le principe de la propagande Occidentale : on fait tout pour casser un régime dit « progressiste », et après on dit : « vous voyez bien que ca marche pas. Il n’y a que le capitalisme avec NOS REGLES qui marche ». Bel instrument de propagande.


    • José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 26 février 2010 11:47

      @ Philou017 :

      « ...l’auteur ignore ce qui fait la quasi impossibilité de construire un régime progressiste dans le monde aujourd’hui... »

      100.000.000 de morts, famines, exécutions, goulag, laogai, génocide, misère noire, pénurie systémique, dictature, répression sans fin, etc. Oui... donnons encore une dernière chance au socialisme.


    • Philou017 Philou017 26 février 2010 12:25


      100.000.000 de morts, famines, exécutions, goulag, laogai, génocide, misère noire, pénurie systémique, dictature, répression sans fin, etc. Oui... donnons encore une dernière chance au socialisme.

      Le vrai socialisme n’a jamais été mis en place, mais seulement des dictatures dogmatiques et répressives.
      Cela est du en partie à l’affrontement constant entre le « communisme » et le capitalisme. Tous les régimes dits « socialistes » ont du se durcir face à l’agressivité constante des puissances occidentales.
      Cela est du aussi au fait que l’élite capitaliste a subventionné ce genre de socialisme.
      Le régime soviétique n’a pu se développer que grâce à l’aide occidentale, financière et technologique, spécialement dans les années 20,30.

      En mettant en place une opposition forte et idéologique entre capitalisme et communisme, toute tentative de mise en place d’un régime progressiste est devenu une lutte implacable entre ces deux influences, rendant impossible toute mise en place de regimes démocratiques et sains, et rendant la reflection et le débat sur le socialisme quasi impossibles.

      Le communisme a été une forme de dictature tout à fait détestable, même si le 100 millions de morts me paraissent exagérés, comme le tableau caricatural que vous en donnez.
      Par ailleurs, si on fait le compte des massacres Impérialistes de l’occident, ca serait pas mal non plus.

      Une des tentative raisonnable de systeme socialiste à été mise en place en Catalogne en 1936. Elle a été vite étouffée par les régimes fascistes de l’époque, avec l’appui tacite des démocraties y compris Françaises et Anglaises. Et avec l’aide des communistes locaux.

      Les puissances de l’argent sont l’obstacle évident à toute mise en place d’un régime progressiste, ainsi qu’à une reflexion sur l’évolution des systemes sociaux.
      Il n’est qu’à voir la propagande que nous subissons en faveur du libéralisme depuis 30 ans de la part de quasi tous les médias, et qui a abouti à la gabégie actuelle, pour se rendre compte que le débat et la réflexion sont contrôlés par les pouvoirs en place.

      Tant que regnera ce contrôle du débat, toute visée progressiste et socialiste sera impossible, car une évolution requiert réflexion ; débat juste et mise en place progressive.

      Pour finir, je voudrais dire qu’à mon avis, le communisme est l’hydre mise en place par les élites financières pour saboter les idées généreuses qui ont émergé au XIXème siecle.
      Opération réussie.


    • L'enfoiré L’enfoiré 26 février 2010 13:45

      Pierre,
       Vous ramenez l’affaire Cuba à une question de riches contre pauvres.
       C’est vrai et c’est pas vrai.
       Même les pauvres peuvent jouir de privilèges dans les pires régimes de l’extrême.
       Je viens de recevoir aujourd’hui quelque chose qui va remettre l’histoire dans son contexte.

      Réflexions entre Colbert et Mazarin

      >

      > C’est tellement vrai et tellement d’actualité... Il va falloir refaire 1789 !
      > Je vous laisse apprécier comment, sous Louis XIV déjà, les politiciens avaient tout compris : (Extrait du Diable rouge )

      >
      > - Colbert : Pour trouver de l’argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus.
      > J’aimerais que Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y prend pour
      > dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu’au cou...
      > - Mazarin : Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de
      > dettes, on va en prison. Mais l’Etat... L’Etat, lui, c’est différent. On ne peut pas
      > jeter l’Etat en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les Etats font ça.
      > - Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l’argent. Et
      > comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
      > - Mazarin : On en crée d’autres.
      > - Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà.
      > - Mazarin : Oui, c’est impossible.
      > - Colbert : Alors, les riches ?
      > - Mazarin : Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense
      > fait vivre des centaines de pauvres.
      > - Colbert : Alors, comment fait-on ?
      > - Mazarin : Colbert, tu raisonnes comme un fromage ! Il y a quantité de gens qui
      > sont entre les deux, ni pauvres, ni riches... Des Français qui travaillent, rêvant
      > d’être riches et redoutant d’être pauvres ! C’est ceux- là que nous devons taxer,
      > encore plus, toujours plus ! Ceux-là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour
      > compenser... C’est un réservoir inépuisable.

       smiley


    • Goldored Goldored 26 février 2010 13:51

      100 millions de morts sont les chiffres d’auteurs et d’idéologues fascistes qui n’ont été vérifié par aucun historien impartial.


    • Lucilio Lucilio 26 février 2010 14:43

      « Le vrai socialisme n’a jamais été mis en place... »


      Oui, je connais cette théorie.

  • Goldored Goldored 25 février 2010 15:58

    Ils ne commercent que pour les produits alimentaires et médicaux.
    Pour le reste, ils s’exposent à de lourdes sanctions.
    Par ailleurs, les USA champions de la démocratie interdisent à leurs ressortissants de se rendre à Cuba.
    Vous gagneriez en crédibilité à être moins propagandiste...
    Ah c’est vrai ! J’oubliais ! La propagande, c’est du côté des méchants rouges... pas du côté des gentils zaméricains qui nous ont sauvés et ont préservé la démocratie en Afrique du Sud, au Chili, au Brésil, à Haïti, au Panama, en Uruguay, au Paraguay, en Espagne, au Portubal, en Grêce, en Turquie,....


  • Julius Julius 25 février 2010 16:06

    C’est un drôle embargo.
    En 2007, l’exportation américaine officielle à Cuba était de 484 milions $.


  • Lucilio Lucilio 25 février 2010 16:07

    « Ils ne commercent que pour les produits alimentaires et médicaux.
    Pour le reste, ils s’exposent à de lourdes sanctions. »


    Les États-Unis ne commercent que pour les produits agricoles, alimentaires, médicaux, et deux ou trois autres bricoles. C’est déjà pas mal : les Amerloques sont déjà les premiers les premiers fournisseurs de Cuba. Pour le reste, les sanctions, très théoriques, ne s’attachent à ce qui concernerait des anciennes entreprises américaines nationalisées sans indemnisation par le régime castriste.

    Sinon, les autres pays du monde commercent le plus simplement du monde avec Cuba. Le problème, c’est que pour commercer, ils faut bien avoir quelque chose à proposer en échange. Or l’économie planifiée socialiste a été un tel succès que le pays est complètement ruiné et n’a rien à offrir. Et c’est comme ça que dans le paradis socialiste, on n’a plus de savon ni de papier hygiénique.

    Et encore une fois, où est le problème dans le fait que l’immonde Amérique capitaliste ne veuille pas commercer avec Cuba ?

    • Goldored Goldored 25 février 2010 18:37

      Le problème est qu’ils cherchent à en empêcher les autres.
      Quel sens de la Démocratie.
      Supprimer le blocus, le régime tombera. Mais les USA perdront leur bouc émissaire servant à justifier la répression chez eux.
      Et si on parlait des prisonniers politiques américains ? Des cointel ? Des succès économiques de l’économie libérale ? qui ne survie que grâce à l’intervention de... l’Etat...
      Vous seriez crédible, encore une fois, si vous n’étiez si partisan, si vous parliez de choses que vous connaissez réellement et non pas de ouïe-dire vieux de quinze ans et de liens propagandistes fournis par gogole...


    • Lucilio Lucilio 25 février 2010 18:57

      « Le problème est qu’ils cherchent à en empêcher les autres. »


      Personne n’empêche de commercer avec Cuba. Le monde ne commerce pas ou très peu avec Cuba, parce que c’est devenu une ruine économique. Comme personne ou presque ne commerce avec Haïti.


      « Supprimer le blocus... »

      On ne peut pas supprimer quelque chose qui n’existe pas. Va lire la définition du mot blocus.


      « ....si vous parliez de choses que vous connaissez réellement et non pas de ouïe-dire vieux de quinze ans et de liens propagandistes fournis par gogole... »

      Personne ne te demande de me croire sur parole ; mais pourquoi les Cubains veulent-ils tous foutre le camp de l’île du docteur Castro, pourquoi la dictature castriste fait tout pour les en empêcher ?

    • Goldored Goldored 25 février 2010 19:12

      Vous n’êtes pas obligé de devenir grossier par cet excès de familiarité qui vous pousse à me tutoyer pour masquer votre incurie argumentaire et documentaire.
      Blocus ou embargo, c’est la même. C’est si peu différent. Pourquoi donc les USA emmerdent-ils Cuba depuis si longtemps ?
      Au nom de la Démocratie ?
      Ah ?!
      C’est pour cela qu’ils ont soutenu toutes les dictatures fascistes du monde depuis 1945 ?
      Qu’ils ont manigancé pour liquider toute opposition de gauche aux USA depuis 1917 ?
      C’est pour cela qu’ils ont fait la peau aux dirigeants des IWW, seul syndicat véritablement inscrit dans une véritable démarche syndicale contrairement à l’AFL et au CIO ?
      Je ne suis pas castriste mais vous me donneriez presque envie de le devenir !


    • Lucilio Lucilio 25 février 2010 19:53

      « Blocus ou embargo, c’est la même. »


      Non, mon petit gars. C’est complètement différent : un blocus est un acte de guerre visant par des moyens militaires à empêcher une nation d’avoir des contacts avec l’étranger ; un embargo est une politique commerciale qui fait qu’un pays décide de ne plus commercer avec une autre. Cuba ne subit aucun blocus et a des contacts avec le monde entier et peut commercer avec le monde entier. De son côté, les États-Unis ont décidé de ne pas commercer avec Cuba dans certaines limites. Mais dans les faits, ils sont bien le premier fournisseur de Cuba.

      Donc, si les Cubains sont dans la mouise la plus noire, c’est bien parce que le socialisme mène partout et toujours à la ruine, à Cuba, comme dans l’ex-URSS, comme dans les ex-pays soviétiques, comme dans la Chine maoïste, comme au Cambodge, comme en Éthiopie, comme en Corée du Nord, comme au Vietnam avant la libéralisation, etc.

    • Jean-paul 26 février 2010 02:42

      Por favor ne pas tutoyer le companero Goldereh.


    • Jean-paul 26 février 2010 03:33

      @goldored
      Veuillez aller sur le blog de Yoani Sanchez :generation Y
      Elle est credible ,C’est une Cubaine qui vit a Cuba .


    • OrphelinPolitique 26 février 2010 05:14

      Cette modeste blogueuse doit vraiment être très douée pour être capable de traduire en autant de langues ses billets pro-néo-libérales (à ce propos, si Cuba est une dictature dans laquelle la presse est muselée, par quelles privillèges peut-elle encore parler si librement ?).


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 février 2010 08:19

      A l’auteur


      Votre mauvaise foi me degoute. Allez chercher de l’aide. Votre stratégie est de montrer le désastre qu’est devenu Cuba, en occultant soigneusement le fait que ce sont les Américains qui, pendant des décennies, l’ont méthodiquement saboté. Aussi bien reprocher aux Japonais de ne pas avoir vraiment pris soin de Hiroshima. Ma grande consolation est que plus en plus de gens, mieux informés, compennent que la politique américaine est une abomination. Allez lire les liens à mon premier commentaire


      Pierre JC Allard

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 février 2010 08:25

      @ L’auteur :


      On a détruit Cuba. La question est de savoir ce qui l’a détruit. J’ai vu ce pays s’eveiller puis être détruit par les Américains . Ce que vous dites sur la situation actuelle ne change rien a la responsabilité de ceux qui l’ont détruit


      Pierre JC Allard

    • José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 26 février 2010 08:35

      @ Pierre JC Allard

      « On a détruit Cuba. La question est de savoir ce qui l’a détruit. »

      Vous avez raison : on a détruit Cuba. Et on connait les coupables : ce sont les mêmes qui ont détruit l’URSS, les pays soviétiques, ruiné la Chine, coulé la Corée du Nord, massacré 100 millions de personnes à travers le monde, etc. les dictateurs socialistes.


    • morice morice 26 février 2010 11:04

       en occultant soigneusement le fait que ce sont les Américains qui, pendant des décennies, l’ont méthodiquement saboté. Aussi bien reprocher aux Japonais de ne pas avoir vraiment pris soin de Hiroshima. Ma grande consolation est que plus en plus de gens, mieux informés, compennent que la politique américaine est une abomination. 


      EXACTEMENT !!! 

    • morice morice 26 février 2010 11:05

      et que penser d’un Bush qui établit un responsable de gouvernement parallèle officiel de Cuba qui finira en prison ?


    • le-Joker le-Joker 26 février 2010 11:17

      Morice il y a les néo-cons et les vrais. Depuis longtemps sur ce site vous avez pris la tête. On n’attend même plus qu’elle gondole.


    • zazacubana zazacubana 26 février 2010 13:14

      @ José Lopez-Martinez

      et votre capitalisme de merde, il a tué et tue tous les jours combien de personnes ?

       


    • Goldored Goldored 26 février 2010 13:48

      Je ne suis pas votre « petit gars ». Encore une fois, ce genre de familiarités ne trompe quant à son pauvre objectif de faire office de poids argumentaire.
      Au Cambodge, ce sont des instructeurs anglais (The Guardian, du 16 octobre 1990) qui ont formé les premiers guérilleros khmer rouges ! Et que leur régime a été renversé par une armée... communiste !
      Par ailleurs, ce n’est pas parce qu’un groupe se réclame de l’idéologie communiste qu’il est communiste. De plus, les courants communistes sont si nombreux que par exemple, les premières victimes de la répression stalinienne furent des communistes dit anti-autoritaires ou libertaires.
      Et si le "communisme’ mène à la ruine, oserez-vous dire que le capitalisme mène au bien-être ?


    • Lucilio Lucilio 26 février 2010 14:20

      C’est celaaa ouiii, mon gentil Goldored... Les Khmers rouges, c’étaient pas des communistes, nooonnn... les maoïstes, c’étaient pas non plus des communistes... ni les soviétiques d’ailleurs... ni Staline... ni Trotsky, lui il était juif... même pas Lénine tiens... Quant à Marx, c’est franchement douteux. On devine que quand les castristes auront finalement été éjectés du pouvoir à Cuba, tu viendras nous assurer qu’eux non plus n’étaient pas communistes.


    • Goldored Goldored 26 février 2010 17:04

      Visiblement trop de subtilité vous perturbe.
      Pourquoi ça ne m’étonne pas ?


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 26 février 2010 18:45

      en plus on est pas à Venise ....


    • anty 25 février 2010 22:07

      Pauvre spécialiste de la chine dictatoriale communiste capitaliste

      bien sûr que c’est un article qui se rapproche de la réalité et beaucoup plus que tes articles béats sur la chine


    • Jean-paul 26 février 2010 02:44

      @hengx47
      Pour vous aider a mieux comprendre Cuba

      www.therealcuba.com


  • Lucilio Lucilio 25 février 2010 16:30

    « ...pourquoi ne parlez vous donc pas également du prix de la médecine cubaine par exemple. »


    Oh.. la médecine à Cuba. C’est vrai, ça coûte pas cher. Mais on n’a rien non plus. Faut apporter soi-même ses draps, ses médicaments, etc. Parce qu’un pays qui connait une pénurie de savon et de papier hygiénique n’a rien à offrir en médecine au peuple - sauf pour la nomenkatura du régime, of course.


    • Lucilio Lucilio 25 février 2010 17:09

      « ... je préfère les gens qui relatent un vécu... »


      Oh... mais je peux te raconter l’odyssée de ce, désormais, ami cubain qui a fui l’île il y a maintenant 15 ans et qui garde toujours en souvenir la chambre à air de la roue d’un camion sur laquelle il a erré deux jour en mer avant d’être repêché par les garde-côtes américains.

    • Goldored Goldored 25 février 2010 18:52

      C’est tellement mieux la médecine américaine ! Celle qui n’exclut personne !
      Rendez Cuba à la mafia et à l’United Fruit ! Vive le capitalisme !


    • L'enfoiré L’enfoiré 25 février 2010 19:25

      hengxi,
       Comme je le disais ci-dessus. J’y ai été à Cuba. Je peux confirmer que ce que j’ai vu à l’époque est bien ce que l’auteur décrit. L’espoir d’un changement est bien présent.
       


    • Jean-paul 26 février 2010 02:51

      hengx47
      Allez sur le blog de la cubaine Yoani sanchez qui elle vit a Cuba .


    • Jean-paul 26 février 2010 03:38

      @hengx47
      Si vous preferez des gens qui relatent un fait vecu ,lisez l’ article de l’enfoire :un cuba libre ,SVP .


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 février 2010 08:31

      @ l’auteur 


      Défaut de penser par vous même ou de connaitre les faits,vous pourriez, si vous étiez honnête, référer au film Sicko de Michael Moore dont personne n’a mis en dote la véracité des faits rapportés. Mais vous n"êtes pas honnète. Vous êtes un colporteur de troisieme main de ragots made in USA

       Pierre JC Allard

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 février 2010 08:35

      Un ami errant en mer ? Il va nous en parler ? Vous êtes à devenir ridicule . Fermez-la, changer de pseudo et achetez vous une conduite. 


       Pierre JC Allard

    • José Lopez-Martinez José Lopez-Martinez 26 février 2010 08:50

      @ Pierre JC Allard :

      « Un ami errant en mer ? »

      Il ne vous aura pas échapper que Cuba est effectivement une île et qu’on ne peut la quitter que par la voies des airs ou la mer.

      Et ce sont bien des milliers de Cubains qui toutes les années tentent d’échapper à la dictature castriste en se lançant à la mer sur des esquifs de fortune. Bien sûr, une grande partie meurent noyée, deshydratée ou dévorée par les requins en tentant de franchir le détroit qui sépare Cuba de la Floride et où les courants marins sont très puissants. Quand ils ont de la chance, les fuyards arrivent à atteindre la côte ou sont recueillis par d’autres navires.

      Que des dizaines et des dizaines de milliers de Cubains aient tenté et tentent toujours de jouer leur vie à pile ou face pour s’échapper de l’île en dit plus que n’importe quel discours sur la ruine du système socialiste et autant que ces ex-Allemands de l’Est qui se faisaient abattre sur le Mur de Berlin par la police politique de la RDA alors qu’ils tentaient de fuir l’enfer soviétique.


    • xavdr 2 mars 2010 04:39

      @ JP ALLARD


      Vous dites que la véractié de Sicko n’aurait été mise en doute par personne. C’est bien évidemment faux. On trouve même à ce sujet une section entière dans l’article Wikipedia version anglaise sur le film.

      Evidemment venant de vous, troll boiteux communiste qui hante les fils de Rue 89, une telle occultation n’est pas surprenante.

      Pour les lecteurs honnêtes : Sicko est justement décrié pour l’image totalement fausse que ce film rend notamment sur la médecine cubaine qui en réalité vit une situation d’apartheid extrême. 

      A Cuba, la population manque de médicaments et dispose d’hôpitaux insalubres. La nomenklatura et les touristes médicaux disposent d’hopitaux ultra modernes.

      Durant la guerre froide Cuba fut lourdement subventionnée par l’URSS qui suventionnait un tiers du PNB cubain sous forme de ventes de pétrole à bas prix, d’achat de sucre au prix fort, etc. Lors de cette période Cuba prétendument « non alignée » développa grâce aux subventions soviétiques une vitrine du communisme incluant notamment des médecins envoyé dans le tiers monde qu’il s’agissait de séduire. Après la Chute du Mur Cuba connu une période « spéciale en temps de paix », en d’autres terme une disette. La médecine fut reconvertie en source de devise pour touristes médicaux. Accessoirement cette technicité biologique donne à Cuba les moyens de remplacer le parapluie nucléaire soviétique.


      Avec la propagande gauchiste de Sicko le régime castriste a simplement fait un pied de nez aux USA en soignant à l’oeil la poignée de patients de Mickael MOORE. Ce que le film de dit pas c’est que d’autres patients contactés par Mickael MOORE et son équipe ont été refusées. Ce geste des autorités cubaines est une sorte de publicité : le régime cubain soignait quelques personnes amenées par Mickael MOORE, se faisait de la publicité sur ses équipement ultra modernes à destination des touristes médicaux, faisait un pied de nez à son voisin états-unien, et Mickale MOORE en échange faisait de la publicité pour la médecine socialiste chère à ses gauchistes américains qui souhaitaient la mettre en oeuvre aux USA.



  • Bardamu 25 février 2010 16:37

    Encore un ici qui aurait mieux fait de s’abstenir d’écrire un article.

    Qu’il essaie plutôt les contes pour enfants, notre génial auteur !... avec de vilains ogres poilus, indubitablement cubains, et de gentilles fées -siliconées et en strings-, forcément américaines !

    Allez, au dodo le marmot !


  • Julius Julius 25 février 2010 16:39

    Je n’ai jamais été personnellement à Cuba. Mais mon père était là à plusieurs reprises. Et non pas comme un touriste. La Tchécoslovaquie a construit des centrales électriques cubaine (comme une aide à « des frères dans une lutte contre imperiallism »).

    Et je peux vous dire que vous seriez horrifié de voir les hôpitaux cubains (ceux pour les Cubains, pas ceux pour touristes).

    Si Cuba a un meilleur système de santé aujourd’hui, c’est parce qu’elle a toujours été comme ça. Déjà avant le putch castriste. Le système de santé cubain est relativement bon pas « grâce aux communistes », mais « malgré les communistes ».


    • taktak 25 février 2010 16:43

      Mais c’est bien évident.

      C’est pas un peu pile je gagne face tu perd votre raisonnement.

      Où quand la mauvais foi se conjugue à la débilité


    • L'enfoiré L’enfoiré 25 février 2010 19:28

      Julius,
       J’ai vu. Depuis la chute du communisme, cela pouvait même être pire.


    • Julius Julius 25 février 2010 19:43

      Le système de santé cubain est en fait assez similaire au système que je connais dans les pays communistes européens : Les toubibs assez profesionels, se battant constamment avec le manque de médicaments, les hôpitaux dans un état catastrophique. Et les hôpitaux spécialisés pour la nomenklatura.


    • Jean-paul 26 février 2010 02:56

      Et surtout grace a leurs docteurs qui ont la pssion de leur travail malgre un salaire de 25 dollars par mois .


    • Jean-paul 26 février 2010 03:44

      Julius
      Sans parler des docteurs cubains qui ont fui le pays mais dont la famille (femme et enfants )est prisonniere du gouvernement ( pas de visas delivres pour sortir du pays ),personne n’en parle .


  • Lucilio Lucilio 25 février 2010 16:49

    « Si Cuba a un meilleur système de santé aujourd’hui, c’est parce qu’elle a toujours été comme ça. Déjà avant le putch castriste. »


    Tout à fait. Les cocos aiment bien nous bassiner avec cet aimable conte selon lequel le régime castriste aurait apporté la médecine au peuple cubain. Balivernes que tout cela : avant 1959, Cuba avait déjà le taux de mortalité infantile le plus bas d’Amérique latine et était même en meilleure position que des pays comme la France, l’Allemagne, la Belgique, l’Italie, l’Espagne ou l’Australie. En nombre de médecins par habitant, Cuba se trouvait au 3e rang de l’Amérique latine, juste derrière l’Argentine et l’Uruguay, et devançait déjà les États-Unis ou était comparable à la Grande-Bretagne ou aux Pays-Bas.

    • Lucilio Lucilio 25 février 2010 17:23
      « ...je n’avais pas remarqué à prime abord qu’il s’agissait d’un article de propagande ! »

      Pour ceux qui aiment les chiffres :

      INFANT MORTALITY :
      (DEATHS PER 1,000 LIVE BIRTHS)
      ___________________________________________________________________
      1957 ; 1995-2000 ; % OF DECREASE
      ___________________________________________________________________
      Cuba ; 32 ; 9 ; -71.9%
      Portugal ; 88 ; 9 ; -89.8%
      Greece ; 44 ; 8 ; -81.8%
      Israel ; 39 ; 8 ; -79.5%
      United States ; 26 ; 7 ; -73%
      New Zealand ; 24 ; 7 ; -70.8%
      Spain ; 53 ; 7 ; -86.8%
      Italy ; 50 ; 7 ; -86%
      Belgium ; 36 ; 7 ; -80.6%
      Denmark ; 23 ; 7 ; -69.6%
      United Kingdom ; 24 ; 7 ; -70.8%
      Ireland ; 33 ; 7 ; -78.8%
      Luxembourg ; 39 ; 7 ; -82%
      France ; 34 ; 6 ; -82.4%
      Austria ; 44 ; 6 ; -86.4%
      Australia ; 21 ; 6 ; -71.4%
      Canada ; 31 ; 6 ; -80.7%
      Netherlands ; 18 ; 6 ; -66.7%
      Finland ; 28 ; 6 ; -78.6%
      Switzerland ; 23 ; 6 ; -73.9%
      Germany ; 36 ; 5 ; -86.1%
      Norway ; 21 ; 5 ; -76.2%
      Sweden ; 18 ; 5 ; -72.2%
      Iceland ; 16 ; 5 ; -68.8%
      Japan ; 40 ; 4 ; -90%
      ____________________________________________________________________

      SOURCE : UN STATISTICAL YEARBOOK 1979, NEW YORK, 1979
      pg. 67-188 ; UN STATISTICAL YEARBOOK 2000, NEW YORK,
      2000, pg. 85-91.
      a. FOR 1957, INCLUDES ONLY THE FEDERAL REPUBLIC OF
      GERMANY.

    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 26 février 2010 08:44

      @ l’auteur :


       L’aide est arrivée ? Bravo, on va pouvoir parler plus sérieusement. Citez d’abord vos sources pour 1959 et, pour ne pas alourdir, disons 1979. Ajoutez donc le taux d’alphabétisme. Mettez les USA ou l’argentine, si vous préférez, omme groupe témoin. Mais des références, hein, pas les chiffres de votre ami navigateur sur pneu.

       Pierre JC Allard

    • Lucilio Lucilio 26 février 2010 14:35

      Toujours pour ceux qui aiment les chiffres. Avant 1959, Cuba était déjà en très bonne place parmi les pays latino-américains en ce qui concerne l’alphabétisation (76%) et on observera que des pays qui étaient plus en retard que Cuba en 1959 ont parfaitement rattrapé le retard sans devoir passer par l’étape de la dictature socialiste, par exemple la Colombie (de 62 à 92%) ou le Chili qui a suivi une évolution parallèle à celle de Cuba, sans devoir passer par la ruine socialiste et qui est devenu le pays latino-américain avec le meilleur indice de développement humain.


      LATIN AMERICAN LITERACY RATES (PERCENT)
      ______________________________________________________________________

      1950-53 ; 2000 ; % INCREASE

      Argentina ; 87 ; 97 ; 11.5%
      Cuba ; 76 ; 96 ; 26.3%
      Chile ; 81 ; 96 ; 18.5%
      Costa Rica ; 79 ; 96 ; 21.5%
      Paraguay ; 68 ; 93 ; 36.8%
      Colombia ; 62 ; 92 ; 48.4%
      Panama ; 72 ; 92 ; 27.8%
      Ecuador ; 56 ; 92 ; 64.3%
      Brazil ; 49 ; 85 ; 73.5%
      Dominican Republic ; 43 ; 84 ; 95.3%
      El Salvador ; 42 ; 79 ; 88.1%
      Guatemala ; 30 ; 69 ; 130%
      Haiti ; 11 ; 49 ; 345.5%
      ______________________________________________________________________
      SOURCE : UN STATISTICAL YEARBOOK 1957, pp. 600-602 ; UN STATISTICAL YEARBOOK 2000, pp. 76-82.
      a. DATA FOR 1950-53 ARE AGE 10 AND OVER. DATA FOR 1995 ARE AGE 15 AND OVER, REFLECTING
      A CHANGE IN COMMON USAGE OVER THIS PERIOD.
      b. DATA FOR ARGENTINA 1950-53 IS CURRENT AS 1947 DATA, THE LATEST AVAILABLE, AND REFLECTS
      AGES 14 AND OVER.
      c. DATA FOR 2000 ARE AGE 15 AND OVER.

  • Julius Julius 25 février 2010 16:49

    Vous savez ce qui est terrifiant dans le cas d’Orlando Zapata Tamaya ? Personne en Europe ne parle de lui. La pétition pour sa libération a obtenu 164 signatures. Honte !


  • Aurelien Aurelien 25 février 2010 16:53

    C’est comme Amnesty International, une bande d’anticommunistes primaires qui mentent à longueur de journée sur le régime castriste. Un rapport en 2003 parle de reprise des exécutions, c’est honteux de mentir à ce point. C’est bien des vendus aux capitalistes américains ! Comme Reporters sans Frontières, rien que des traitres à la cause. Heureusement que le héros Chavez soutient Cuba sans réserve. L’internationale des dictatures communistes s’organise.


    • anty 25 février 2010 22:17

      Avant chavez c’etait les pays de l’est aprés chavez plus personne ne soutiendra la glorieuse république socialiste de cuba qui à l’origine devait se démerder mieux toute seule car elle choisit la bonne voie....sans issue.


    • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 26 février 2010 00:57

      « ...une voie sans issue »

      A parce que le capitalisme nous mènent sur une belle voie ??,

      Une question,vous lisez les journaux économiques ou vous restez concentré sur les « coco » ??


    • Jean-paul 26 février 2010 03:01

      @Camarade Aurelien

      Pourquoi vous n’alez pas vivre a Cuba ou au Venezuela ?


  • Lucilio Lucilio 25 février 2010 17:02

    « Avant 1959, ils vivaient dans l’opulence et la liberté... »


    C’est bien gentil ton homme de paille, mais les faits sont têtus : avant 1959, non seulement les Cubains n’essayaient pas de fuir l’île à tout prix comme aujourd’hui, mais des dizaines de milliers Européens (Espagnols, Italiens, etc.) y émigraient chaque année jusqu’à la veille de la prise de pouvoir par les castristes.

  • eric 25 février 2010 17:50

    Bravo ! nous sommes tellement imprégné des ratiocinations de nos amis de gauche, et puis ils donnent tellement l’impression de souffrir intérieurement quand on leur met le nez dans la réalité, qu’on a des sortes de réticences intérieures, parfois presque des scrupules moraux à dire les choses comme elles sont. Parfois peut être aussi une sorte de découragement. A quoi cela sert-il de toute façon on se fera traiter de facho, de nervis de l’impérailisme américain etc... Grosse fatigue en prévision à chaque fois au spectacle de ces intelligences limités par des idées toutes faites.
    Un bémol à votre article : tous les indicateurs démographiques ’(voir Emmanuel Todd) montrent que Cuba était un pays sortis du sous développement lors de la prise du pouvoir par les castristes et que les soi disant progrés qu’ils ont réalisé étaient en réalité des acquis. En revanche, si l’appauvrissement est réel, la dégradation relative de la situation à Cuba n’est pas aussi dramatique que par exemple en Russie, prouvant à nouveau que les dictatures marxistes peuvent contrôler politiquement asses ivte et assez totalement une société mais qu’il leur faut pas mal de temps pour la « ronger » profondément.


  • rocla (haddock) rocla (haddock) 25 février 2010 17:54

    es disques Calmos ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais,...

    C ’est exactement ce qu’ on fait dans ces pays , du lavage de cerveau .......de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau
    es disques Calmos ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais, ne se rayent jamais,...

    C ’est exactement ce qu’ on fait dans ces pays , du lavage de cerveau .......de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveauC ’est exactement ce qu’ on fait dans ces pays , du lavage de cerveau .......de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveauC ’est exactement ce qu’ on fait dans ces pays , du lavage de cerveau .......de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveauC ’est exactement ce qu’ on fait dans ces pays , du lavage de cerveau .......de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveauC ’est exactement ce qu’ on  fait dans ces pays , du lavage de cerveau .......de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveauC ’est exactement ce qu’ on  fait dans ces pays , du lavage de cerveau .......de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveauC ’est exactement ce qu’ on fait dans ces pays , du lavage de cerveau .......de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveauC ’est exactement ce qu’ on  fait dans ces pays , du lavage de cerveau .......de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveauC ’est exactement ce qu’ on  fait dans ces pays , du lavage de cerveau .......de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau de cerveau

    Vous l’ aurez compris , de cerveau .


Réagir