Commentaire de Dudule
sur Dette et générations : ce sordide « générationisme » ultra-libéraliste


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Dudule 13 septembre 2011 19:50

Et bien sûr, c’est de la faute des autres...

Paul Villach à parfaitement raison de dénoncer cette affirmation fallacieuse qui consiste à accuser les générations actuelles de vivre sur le dos des générations futures, et ses arguments sont excellents (ça me surprend un peu, je ne suis pas souvent d’accord avec lui...).

Que vous fassiez parti des générations actuelles, et donc des accusés, ne semble pas vous avoir effleuré.

Par contre, vous en accusez d’autres... « C’est pas moi, c’est l’autre ». Que l’accusation en elle-même soit idiote et malhonnête était le thème de l’article, je vous le rappelle.

Non, la génération qui à eu 20 ans en 68 n’a pas eu la belle vie (globalement), tout comme les plus jeunes (dont je fais parti). Cette génération n’a pas fait qu’être étudiant au Quartier Latin. L’immense majorité à cette époque bossait à l’usine et sur les chantiers, et c’était pas rose. Beaucoup son aujourd’hui au chômage en attente de retraite, licencié par la désindustrialisation. Et les étudiants qui manifestaient n’ont pas tous trahis en devenant pubeux ou politicard libéral, bien qu’on en ait quelques exemples bien médiatiques.

Votre fantasme caricaturale du 68ard aux postes de direction est tout simplement grotesque.

En conclusion, vos clichés à deux balles impliquent que vous n’avez rien compris ni à l’article, ni à son argumentation. Par contre, le réflexe individualiste pavlovien libéral à aprfaitement fonctionné chez vous.


Voir ce commentaire dans son contexte