Commentaire de PiXels
sur L'ennemi sans visage


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

PiXels PiXels 8 février 2012 11:29
Bonjour

on a déjà gagné ceci que maintenant vous mettez le PS à la fin...
Si vous le permettez encore un modeste petit conseil : 
PS signifiant « post scriptum » c’est-à-dire « ce que l’on ajoute à une lettre après la signature » (définition Larousse http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/post%20scriptum ), 
« NB » (pour nota bene) eût été plus judicieux.
D’autre part, je vous remercie de ne pas présupposer que les caractères gras, en rouge ou en capitale sont synonymes de « cris ». 
Cet effort est destiné, au même titre que la ponctuation, à fluidifier la lecture ou à mettre en évidence certains propos qui peuvent me sembler mériter une attention toute particulière en vue d’une meilleure compréhension (d’ailleurs si les capitales peuvent avoir pour certains, par convention, cette « vocation », ce n’est absolument pas le cas pour les caractères gras !) 
Si malgré cette précision, ces caractères gras vous provoquent encore des acouphènes , je ne manquerai pas de me départir de cette habitude.

« Relisez bien. Je n’affirme pas que toutes les utilisations du mot »ennemi« sont fausses, je m’inquiète seulement de l’utilisation qui en est faite sur le plan militaire comme sur le plan politique. »
Je vous invite à votre tour à relire attentivement mon commentaire : vous comprendrez certainement ce que je reproche à votre article.
Evidemment que vous n’affirmez pas....mais vous induisez :
nous avons tous constaté qu’ en 1981 les chars soviétiques n’ont pas envahi les Champs Elysées comme annoncé ....ce qui induit que l’affirmation selon laquelle le bloc soviétique était un ennemi est fausse !

Mais ce que j’ai cherché avant tout à vous faire remarquer, c’est que, peut-être involontairement (d’autres le font en toute connaissance de cause !),vous pratiquez l’ « amalgame »  :

vous mettez dans le même sac des notions qui n’ont aucun rapport si ce n’est  leur dénomination commune. 
Pensez-vous que le mot « ennemi » a la même signification quand je parle des « écologistes qui sont les ennemis des chasseurs » et quand je rappelle que « pendant la guerre de sécession les nordistes étaient les ennemis des sudistes » ?
A-t-il la même valeur quand ce mot est utilisé par un français craignant un affrontement militaire avec feue l’URSS et quand un socialiste fustige la finance ?

Essayez avec le mot « ami » (mon ami Félix, Les Allemands sont nos amis, nos amis les animaux, etc.), ou avec le verbe « aimer » (j’aime ma femme, j’aime mon chien, j’aime le chocolat..)
Vous viendrait-il à l’esprit de comparer votre femme à votre chien ou au chocolat au prétexte que vous les aimez les tous les trois ?
C’est ce que vous avez fait dans cet article avec le mot « ennemi » !

C’est cette même utilisation qui est faite du mot « fourre-tout » populiste par certains éditorialistes mal intentionnés pour mettre Mme Le Pen et JL Mélenchon dans un même sac au prétexte que tous deux le seraient (?)...laissant ainsi à penser que les deux se valent et que les idées qu’ils défendent sont identiques...ce qui, cela va sans dire, est un contre-sens total !(amis ça va encore mieux en le disant.)


« VJe ne m’inclus pas non plus dans le clan des ’retors’ puisque je n’adhère pas aux théories de l’ennemi conceptuel. »
Permettez-moi de vous dire que cette affirmation pose un gros problème de cohérence avec le reste de vos propos (j’espère pour vous que vos polars ne présentent pas les mêmes incohérences) :

Vous affirmez en intro « je n’ai pas d’ennemis »
Puis vous dites « Et pour les plus retors, ceux qui ne tolèrent pas qu’on les terrorise et  qu’on les oblige à haïr leurs prochains » 
Si vous n’avez pas d’ennemi, cela implique que vous êtes dans la catégorie de ceux qui ne tolèrent pas qu’on les oblige à haïr leur prochain.
(Si vous aviez toléré....vous eussiez Haï.....et vous auriez donc des ennemis !)

Je persiste donc et je signe :
vous faites donc partie des plus retors (à l’insu de votre plein gré ?) car rien dans votre article concernant cette catégorie que vous avez pourtant créée vous-même, n’implique que ne pas adhérer aux théories de l’ennemi conceptuel écarte de la catégorie « des plus retors » !
Et heureusement car sinon...c’est le bug assuré !

« Bref, j’ignore de qui vous parlez en citant cet ennemi que vous souhaiteriez voir mis hors d’état de nuire [sur] la quasi-totalité de la planète, mais si vous nous éclairiez sur ce point, plutôt que de me faire un procès d’intention, le débat y gagnerait en clarté »
Tout d’abord sachez que ma volonté n’est pas de vous faire un « procès d’intention », ne voyez aucune animosité dans mes propos, juste l’envie de vous donner mon humble avis sur votre article.

Ce n’est pas la terminologie que j’aurais personnellement employée, mais puisque tel est votre choix, je reprends ce vocable :
contrairement à vous qui « n’adhérez pas aux théories de l’ennemi conceptuel » je pense qu’une véritable guerre « économique » (je précise pour ne pas faire à mon tour « damalgame ») est menée par l’oligarchie financière (pour faire simple) à l’encontre du reste de la planète.
Bien que prenant une forme différente, cette « guerre » n’en répand pas moins la mort et la misère !
Afin de ne pas sortir du sujet, je ne développerai pas ce point de vue.
Mais je ne crains pas de vous le confirmer : 
même si cela peut vous apparaître utopique je considère que « aucun être humain ne devrait posséder deux paires de chaussures pendant que d’autres marchent pieds nus. »
J’identifie clairement comme mes (nos) ennemis tous ceux qui par un égoïsme forcené accaparent à leurs seuls profits les ressources et les richesses au détriment de ceux qu’ils font trimer et qu’ils exploitent !
Mais je vous le confesse également volontiers...j’ai le coeur bien à gauche !

Cordialement





Voir ce commentaire dans son contexte