Commentaire de Giordano Bruno
sur Élysée : « Les rats quittent le navire »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Giordano Bruno 5 janvier 12:42

@Fergus
Vous aurez remarqué que je n’ai pas cité Macron. Mon jugement porte sur tous les hommes politiques passés, présents et avenir qui ont besoin d’un nègre pour s’exprimer. Je trouve cela d’une grande indigence intellectuelle. La parole doit être le reflet de la pensée. Si l’on a du mal à s’exprimer, c’est qu’on a du mal à penser.

S’exprimer correctement ne demande pas un temps énorme pour peu que :
l’on sache naturellement s’exprimer avec facilité ;
l’on ait des idées claires ;
— l’on ne cherche pas à enfumer son auditoire.

Ce sont des qualités que l’on est en droit d’attendre d’un Président de la République.

S’ils accédaient au pouvoir, je n’imagine pas des hommes tels que Alain Soral, Frédéric Lordon ou François Asselineau se faire écrire leurs textes.


Voir ce commentaire dans son contexte