Commentaire de Fergus
sur Élysée : « Les rats quittent le navire »


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Fergus Fergus 5 janvier 13:20

@ Giordano Bruno

« La parole doit être le reflet de la pensée »

C’est ce qui se passe avec les « nègres » politiques : ils savent très exactement quelle coloration donner aux discours qu’ils sont en charge de rédiger pour qu’ils collent à la personnalité de ceux qui les prononcent. Ce n’est d’ailleurs pas propre à la politique, on trouve la même chose dans les grandes entreprises. 

Vous parlez d’Asselineau. Mauvaise pioche ! Il est précisément l’exemple de l’homme politique inaudible. Pourquoi ? Parce que son discours est par trop caricatural et surtout beaucoup trop technocratique pour « imprimer » dans l’opinion. Et c’est pourquoi, contrairement à ce qu’espéraient les militants de l’UPR, il s’est lamentablement planté durant le débat du 1er tour de la présidentielle !


Voir ce commentaire dans son contexte