Commentaire de Jean-Luc Picard-Bachelerie
sur Pour que rien ne soit plus comme avant, voici ce que vous auriez pu dire !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Jean-Luc Picard-Bachelerie 28 avril 19:45

@zygzornifle
Je vous comprends parfaitement. Selon la pyramide de Maslow, ventre vide s’intéresse peu au reste. Surtout s’il n’a pas de descendance. Personnellement, j’ai trois enfants. Et je suis persuadé que les changements s’accélèrent et que de mon vivant, je verrais les premiers cataclysmes générés par le réchauffement climatique. A commencer par les réfugiés climatiques. 
Ce qu’il faut se dire, c’est que la crise est globale. La crise sociale s’origine au même endroit que la crise écologique ou la crise démocratique : le capitalisme.
Alors, me direz-vous d’ici à ce que le capitalisme tombe, on aura crevé de faim avant. Peut-être. Et malheureusement, on ne pourra régler une crise sans résoudre les autres. Nous sommes dans un monde interdépendant et ce que nous consommons en France, nous le prenons à d’autres, en Afrique, en Asie. Et ce qu’en France nous n’avons pas, c’est parce que les riches nous le prend. Nous sommes toujours le riche d’un pauvre ou le pauvre d’un riche.
Vous savez mieux ce que vous avez à faire pour boucler la fin du mois. Il suffit juste de ne pas ajouter au grand chambardement écologique dans la mesure de votre possible. Chacun à sa mesure pourvu qu’on prenne sa part. 


Voir ce commentaire dans son contexte