Commentaire de Ecométa
sur Jacques Ellul : L'Illusion politique


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Ecométa Ecométa 14 mai 17:14

Mais quel est le propre de la politique ?

A l’origine, de gouverner, d’organiser la vie sociétale dans la cité, dans la ville et par extension dans la Nation, ceci, dans le cadre , en ce qui nous concerne, d’une Nation Républicaine, d’une République et de ses principes républicains ; de la Res-publica... donc de la chose publique, du bien commun !

Dans un tel cadre institutionnel, institutionnel politique : n’est-il pas normal d’attendre beaucoup de la politique ?

Nous devons attendre beaucoup de la politique et des hommes et femmes politiques qui l’incarnent ! Par contre des « politiciens », qu’ils sont tous devenus, c’est certain, hélas, nous n’avons effectivement pas grand chose à attendre !

Nous avons, là, un vrai problème de « valeur d’usage » de la politique.

Une première valeur d’usage en termes de « finalité démocratique », de gouvernance réellement démocratique, comme plus grand dénominateur commun, qui en tout entendement ;

allie « Ontologie » et « Déontologie », et convient aussi bien au citoyen lambda qu’à l’homme ou à la femme politique pétris de démocrate républicaine.

Puis il y a la « valeur d’usage politicienne, à fins de parvenir au pouvoir et d’imposer son seul point de vue sans aucune considération réellement démocratque ; sans une considération »Ontologique« d’aucune sorte et forcément sans aucune »Déontologie« que celle de parvenir par tout moyens au pouvoir !

En toutes choses, politiques comme économiques, aussi de sciences : nous devons toujours nous interroger, avant tout, en termes d’Ontologie ; sur la vraie »nature« des choses, et ensuite en termes de moyens en adéquation avec cette »Ontologie« , donc forcément en termes de »Déontologie« s’y référant , 

Ainsi, d’un point de vue »Ontologique, la nature de la politique comme d’ailleurs de l’économie, est sociétale, et il serait temps d’en tenir compte ! 


Voir ce commentaire dans son contexte