Commentaire de Christian Labrune
sur Vincent Lambert, sa vulnérabilité et son droit à la vie bafoué


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Christian Labrune Christian Labrune 15 mai 12:57

 la question de la place de la voix scientifique face a la legislation et celle de la morale religieuse .

=======================================
@LOOK MUM NO GEEK.

La religion n’a absolument rien à faire ici. Sans doute le christianisme est-il opposé à l’euthanasie, mais pas plus que moi. Or, je suis athée autant qu’on peut l’être, et l’euthanasie est infiniment plus grave pour un athée que pour un chrétien.

Le chrétien, s’il croyait vraiment qu’il y eût une vie éternelle après la mort pourrait penser qu’en laissant végéter un grabataire sur un lit d’hôpital on diffère bien inutilement de le laisser entrer dans la Jérusalem céleste. Mourir, dans cette perspective religieuse, ce n’est que passer du monde des simulacres où tout est faux et corrompu au monde des vérités éternelle où l’on voit Dieu en face. C’est donc plutôt une promotion. Evidemment, il y a le premier commandement : « tu ne tueras point », et c’est d’abord cela qui les arrête, mais je ne saurais les critiquer sur ce point parce que sans ce premier commandement, même si les guerres ont très bien su s’en affranchir, aucune civilisation digne de ce nom n’aurait jamais été possible.

Pour l’athée, il n’y a pas d’autre monde, et la mort est un retour au néant tout à fait irrémédiable. Raison de plus de préserver la vie autant qu’il est possible. C’est le premier principe de toute éthique, et plus important encore dans la perspective d’un athéisme bien pensé.


Voir ce commentaire dans son contexte