Commentaire de Garibaldi2
sur Guerre des 6 jours : que s'est-il réellement passé en juin 1967 ? (Norman Finkelstein)


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Garibaldi2 17 juin 05:25

@Jonas

Ça ne change absolument rien à ce que j’ai écrit, à savoir que l’ONU a partagé le territoire entre Juifs et Arabes locaux, et que ces Arabes ont parfaitement le droit de décider que le nom de cet état est la Palestine.

Vous sortez éternellement le même discours, tout en vous prenant les pieds dans le tapis :

’’Les Palestiniens n’avaient pas le droit au chapitre et comptaient pour rien, d’ailleurs, ils n’ont même pas été consultés’’

Merci de reconnaître que les Palestiniens (dont vous reconnaissez donc bien l’existence), n’ont pas eu voix au chapitre !

Résolution 181 :

https://undocs.org/fr/A/RES/181(II)


’’PLAN DE PARTAGE AVEC UNION ECONOMIQUE


PREMIERE PARTIE

Constitution et gouvernement futurs de la Palestine

A. FIN DU MANDAT, PARTAGE ET INDEPENDANCE

3-Les Etats indépendants arabe et juif ainsi que le Régime international particulier prévu pour la Ville de Jérusalem dans la troisième partie de ce plan,commenceront d’exister en Palestine deux mois après que l’évacuation des forces armées de la Puissance mandataire aura été achevée et, en tous cas, le 1er octobre 1948 au plus tard. Les frontières de l’Etat arabe, de l’Etat juif et de la Ville de Jérusalem seront les frontières indiquées aux deuxième et troisième parties ci-dessous.’’.


L’état indépendant arabe existe donc en droit depuis le 1er octobre 1948. Tous les événements militaires intervenus depuis cette date ne sauraient remettre en cause l’existence de droit de cet état arabe indépendant. L’ONU n’a jamais reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël, ni d’ailleurs l’écrasante majorité des pays, dont la France.


Toujours dans la 181 :


‘’CHAPITRE 3

Citoyenneté, conventions internationales et obligations financière

1.Citoyenneté.

Les citoyens palestiniens résidant en Palestine, à l’extérieur de la Ville de Jérusalem, et les Arabes et Juifs qui, sans avoir la nationalité palestinienne, résident en Palestine à l’extérieur de la Ville de Jérusalem) deviendront citoyens de l’Etat dans lequel ils résident et jouiront de tous les droits civils et politiques, à partir du moment où l’indépendance aura été reconnue.’’.


Voir ce commentaire dans son contexte