Commentaire de Kapimo
sur Retour sur l'élection présidentielle de 2017


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Kapimo Kapimo 19 septembre 2019 02:52

@Le421

Si on subdivise les courants politques de notre beau pays en leur attribuant des caractéristiques selon deux axes d’une part sociaux-économiques (libéraux/oligarchiques ou sociaux/populistes) et d’autre part sociétaux (libertaires ou conservateurs), on trouve aujourd’hui (dans les très grandes lignes) 4 grandes familles :

1) les libéraux - libertaires : la Macronie et tout ce qui gravite autour (PS, UDI, Modem, PC, une partie de LR), aujourd’hui au centre du jeu
2) les libéraux - conservateurs : ce qui reste de la droite Filloniste mal en point,
3) les sociaux - conservateurs : le RN, NDA
4) les sociaux - libertaires : FI, PCRF, NPA

Pour déloger Macron, il faudra nécessairement un rassemblement de plusieurs courants d’opposition, qui ne peuvent être que les courants sociaux/anti-oligarchiques : il n’y aura jamais d’union de la « gauche » sur une base sociétale, ni d’union des droites sur un base sociétale (la bourgeoisie de « droite » ou de « gauche » ne votera jamais pour des « populistes » sociaux).
Comme l’union RN-FI est complètement bloquée pour des raisons sociétales (en apparence en tous cas, car nombre d’électeurs FI ont carrément voté Macron, à se demander s’ils ont compris leur vote Mélenchon...), tout est bloqué et on part pour une réelection de Macron.
Ma compréhension est que l’UPR considère que le plus urgent pour débloquer cette situation est de mettre de coté provisoirement les questions sociétales qui divisent, en s’attaquant par contre bille en tête à l’oligarchie (l’UE), c’est à dire en s’attaquant d’abord et en priorité aux questions sociales et démocratiques pré-emptées par notre appartenance à l’UE. Le programme de l’UPR prévoit un traitement ultérieur des questions sociétales (immigration, éthique etc...) par le biais de débats sérieux et référendums.
Ca me semble la seule voie de sortie possible du cauchemar a-démocratique dans lequel nous sommes, et aujourd’hui c’est Asselineau et l’UPR qui portent cette vision d’union d’oppositions à l’oligarchie bancaire internationale qui nous pille et nous détruit.


Voir ce commentaire dans son contexte