Commentaire de Attila
sur Un grand ponte de la médecine fout les pieds dans le plat


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Attila Attila 23 juin 12:09

@alinea et les lecteurs adultes (s’il en reste !)
Il est puéril de juger l’action de Perronne à l’applaudimètre et à celui qui aura la plus grosse pétition.
Celle de Nathan Peiffer-Smadja est surtout signée par des médecins.
Dans un monde que vous ne connaissez pas, celui des adultes, il y a des règles. Ces règles doivent êtres comprises et appliquées et il y a des instances chargées de les faire respecter.
Or, de plus en plus, ces instances démissionnent de leurs responsabilités :
C’est le cas de l’Agence Nationale de Santé des Médicaments critiquée par des associations de patients sur le non-respect de la loi dans les recherches cliniques :
Avant de pouvoir débuter, un essai clinique est soumis à un double examen approfondi, celui de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM), mais également celui du CPP. Depuis l’origine de la réglementation relative aux Essais Cliniques (Loi Huriet-Serusclat de 1988), le protocole doit obtenir l’autorisation de l’ANSM et, depuis 2012, un avis décisionnel du CPP. La loi a donc mis sur le même plan d’égalité la vision scientifique et la vision éthique grâce aux CPP et à leur composition pluridisciplinaire. « 
Qui protège les citoyens participant à une recherche clinique ?
.
 » que des associations de patients, des usagers de santé en arrivent à rappeler à un organisme officiel qu’il doit remplir son rôle, voilà qui en dit long sur le degré de déliquescence de certaines autorités sanitaires dans notre pays. « Lien
.
C’est le cas du Conseil de l’Ordre des Médecins interpellée par la pétition de Nathan Peiffer-Smadja sur les graves manquement à la déontologie par Perronne :
 » Il nous semble par conséquent que Christian Perronne contrevient à l’article 39 du code de déontologie médicale (article R.4127-39 du code de la santé publique) qui stipule que « Les médecins ne peuvent proposer aux malades ou à leur entourage comme salutaire ou sans danger un remède ou un procédé illusoire ou insuffisamment éprouvé.  » « Lien
Pétition ou pas, de toute façon les choses ne vont pas en rester là car de nombreux médecins sont très »remontés" contre l’inaction de leurs instances.

.


Voir ce commentaire dans son contexte