Commentaire de Une contradiction
sur Les prophéties extraordinaires de John Glubb


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Une contradiction 24 juin 17:38

Quel blabla indigeste...

A vrai dire, j’ai très envie de reprocher à « l’occident » d’avoir, fort de ses succès, cru et fait croire que ses quelque 500 ans de domination (impitoyable) seraient éternels et que son existence serait indispensable. 

Les dogons du Mali, les aborigènes d’Australie ou les aztèques du côté du nouveau monde etc. ont tous vu leur monde à eux s’écrouler comme un château de cartes, Et ils n’avaient rien demandé à personne... On n’en fait pourtant pas tout un fromage...

Alors pourquoi devrait-on si souvent ces dernières décennies supporter les jérémiades de ces enfants gâtés d’une civilisation qui au fond n’a été que l’actrice de son effondrement" ? Une énième fois nous avons donc une personne l’auteur) qui avec force citations et démonstrations alarmistes amène l’occident chéri à prendre conscience de faits qui au fond ne relèvent que d’un juste retour des choses. 

J’ai donc dû j’ai arrêter de prendre cet article et son auteur au sérieux à la fin de la lecture du paragraphe qui suit...

"Beaucoup d’immigrants étrangers appartiendront probablement à des races initialement conquises et absorbées par l’empire. Alors que l’empire connaît son plein vent de prospérité, tous ces gens sont fiers et heureux d’être des citoyens impériaux. Mais quand le déclin s’installe, il est extraordinaire de voir à quelle vitesse le souvenir des guerres antiques, peut-être des siècles auparavant, est subitement ressuscité."

Et en plus avec la photo « Black Lives... » pour l’illustrer, dois-je rire ou pleurer ? Dans quel monde ces noirs ont-ils jamais été « fiers et heureux d’être des citoyens impériaux » ? Le souvenir de ces « guerres antiques » n’a en plus jamais été éteint. Seulement il refait toujours surface lorsque la poigne de l’oppresseur parait moins sûre. Le syndrôme de Stockholm ce n’est pas pour tout le monde.

"Il est ironique de constater que le général De Gaulle est, à l’aune des critères de Glubb, celui qui engagea la France sur la voie du déclin avec l’abandon de l’Algérie française puis des colonies d’Afrique alors même qu’il est célébré par beaucoup comme l’architecte de la grandeur française."

Et il était surement écrit dans le ciel que l’Algérie française ou les colonies d’Afrique étaient des terres dont la grande France devrait disposer comme bon lui semblerait ? Mais enfin pourquoi cette suffisance ? N’est-pas ici un reliquat du racisme abject qui a facilité le vol et le viol de ceux que l’on disait inférieurs ?

"L’empire dominant est heureux d’être généreux, certain de rester pour toujours au sommet de sa puissance : « Les droits de citoyenneté sont généreusement accordés à toutes les races, même celles qui étaient autrefois assujetties, et l’égalité de l’Humanité est proclamée ». Toute ressemblance … 

Hin hin hin. La suffisance, toujours. On impose par la force la langue et la culture française à Mayotte dans l’éducation. Et on s’étonne que le mahorais aspire à etre plus qu’un simple faire-valoir ? Pathétique. 

 

 Un conseil cher auteur. Adoptez la doctrine stoïcienne. Elle vous évitera bien des tourments. Défaites-vous aussi de ces autres illusions qui me paraissent puériles, parce que non, le Japon ne voudra pas de vous, du touriste oui, mais pas du faux sympathique en quête de sens qu’ils auront vite fait de qualifier d’envahisseur après vous avoir demandé mille fois ce que vous faites chez eux... Et vous vous rendrez aussi compte en parcourant la Pologne et la Hongrie qu’eux meme aussi s’occidentalisent, lentement peut-être mais sûrement.

Autrement je n’oublierais pas de vous adresser mes salutations sincères, parce que je pense réellement qu’un grand nombre d’événements (que vous qualifierez de preuves du déclin mais que mes semblables qualifieront de cours normal des choses) se produiront, et les vôtres dans vos bunkers surarmés et remplis de boites de conserve le vivront bien mal. Du courage !


Voir ce commentaire dans son contexte