Commentaire de ETTORE
sur Paraitre au risque de ne plus être, ou les vœux creux de la macronie pour la nouvelle année


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

ETTORE ETTORE 2 janvier 17:42

Je me suis dit en passant devant l’écran  :

« Tiens, ils ont remis nounours et pimprenelle »

Encore un spot soporifique à la solde des hypnotiseurs.

La Boldoflorine Elyséenne, Le champomy de fin d’année. Le dernier Stérimar à la schnouf . Le dépuratif intestinal, Le bifidus (D)anoné. La louche d’huile de ricin.

TOUT à été essayé depuis plus de trois ans, avec le même bonimenteur !

Mais qui va encore croire, cet auto-satis-facteur grolandolesque ? Cet apparat-chic

auto-congratulant, et même auto-bronzant à la carotte, qu’il manie comme on lui a appris chez Roteuchhh...àààà ? (pas à vos souhaits, non !)

Quel monde de débiles, avec une sirène d’alarme, sans queue, qui vous rappelle que si vous « péchez » , la bourriche timbrée Finistère des Finances, seras à135 euros !.

Et vous n’avez pas intérêt à l’ouvrir, comme une huitre, devant la perle de la police, qui ne vous demanderas pas, si vous êtes frais ou périmé, ou vous finirez écaillés .

Sérieux, à voir les gens habitués à scanner tout ce qu’ils mangent.....

A choisir ce qui est le mieux pour leur santé ......

Privilégier le frais, et les trajets d’approvisionnement courts......

Mettre des étoiles, sur tout ce qu’ils vont visiter, juste par opinion.....

S’habiller et choisir des produits non nocifs.....

Hésiter deux heures pour choisir un dentifrice, bio, à régénérescence gengivaire...

Choisir le savon le plus neutre pour leur épiderme, à fleur de peau....

Rouler zonzon, à la prise de courant, pour sauver les grenouilles d’Amazonie....

ET :

Les mêmes acceptent de porter sur leur tronche, au plus près de leurs lèvres, des masques, fabriqués je ne sais où, dans des conditions d’hygiène inconnues chez nous, et même, les réutilisent à gogo, tant qu’ils peuvent respirer leur haleine au travers .

Les mêmes. acceptent de se laver les mains, vingt fois par jour à chaque entrée et sortie de magasin, à chaque caddie, à chaque poignée de tram ou de métro...

Sans qu’ils ne se posent un seul instant, la question de savoir, avec quoi sont fait les différents « gels hydroalcooliques » avec lesquels, ils imitent un Ponce Pilate parkinsonien.

Le summum, réside quand même dans le fait, d’accepter une seringue à pénétrer dans sa peau, certes, pas de celles recueillies dans un parc squatté par des junkies, mais avec un produit, dont personne n’est foutu de nous expliciter, ni sa composition, ni ses possibles conséquences sur la santé, ni sur son efficacité réelle

Alors un état qui nous le fait à l’envers ?

CERTAINEMENT !

.


Voir ce commentaire dans son contexte