Commentaire de Eliane Jacquot
sur L'autre Rimbaud. D'un frère à l'autre !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Eliane Jacquot Eliane Jacquot 12 janvier 17:50


Je souhaite poser ici , à propos de Rimbaud quelques phrases de la Lettre d’Arthur Rimbaud à Paul Demeny, dite lettre du « voyant » qui introduit le « je est un autre »

Extraits 

Je dis qu’il faut être voyant, se faire voyant...

Et aussi 

Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d’amour, de souffrance, de folie ; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour n’en garder que les quintessences. Ineffable torture où il a besoin de toute la foi, de toute la force surhumaine, où il devient entre tous le grand malade ...— Car il arrive à l’inconnu !

 

Le « je »du poète n’est pas le « moi » . Il prête voix à ce qui d’ordinaire est silencieux : les désirs , les aspirations, les rêves et étend les domaines du possible .

Ecrire de la poésie, c’est travailler sur le langage , le poète se sert de l’ensemble des potentialités d’une langue dans le rapport au sens de ce qu’il souhaite dire ou signifier ...au travers d’images ,de correspondances , de pensées saugrenues, voire surprenantes .

 

Aube, Les illuminations 

J’ai embrassé l’aube d’été ...

En haut de la route, près d’un bois de lauriers, je l’ai entourée avec ses voiles amassés et j’ai senti un peu son immense corps.L’aube et l’enfant tombèrent au bas du bois.

Au réveil il était midi. 



Voir ce commentaire dans son contexte