Commentaire de Mohammed MADJOUR
sur Les Harragas algériens : un drame qui ne dit pas son nom


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 16 janvier 09:08

 @auteur 

Non, le problème c’est vous et ce sont tous les faussaires, tous les ignorants, tous les scribouillards qui polluent le monde avec leurs dissertations foireuses !

«  »Une chercheuse a eu l’audace, il y a quelques années d’interroger un harrag algérien arrivé en Europe par la mer et le convaincre de l’inutilité de son choix, mais la réponse de ce dernier l’a fortement déstabilisée. « J’aime mon pays, lui explique-t-il, mais c’est mon pays qui ne m’aime pas »" ! 


Que cherche donc un « harraga algérien » qui laisse derrière lui une villa, un château, beaucoup de milliards, mais achète un visa ou de faux papiers pour aller s’installer dans les girons de Marianne ? Il faut parler de malédiction.

Une malédiction qui interdit l’indépendance algérienne et refuse la libération de la France hypocrite. 

Laissez de côté les histoires des cafés maures... Les têtes chercheuses Mariannesques n’ont jamais eu l’audace de me demander ce que j’en pense... Et la France qui dissimule mes écrits depuis 2001 l’a eu dans le baba : Elle est devenue un pays clandestin !


Ici : la « Question algérienne »...

https://www.facebook.com/M.A.Madjour


Voir ce commentaire dans son contexte