Commentaire de velosolex
sur Patrick Dewaere en BD !


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

velosolex velosolex 2 mars 11:31

Un grand péteur de plombs. Immature, impulsif, jaloux. Voilà notre héros. Grand acteur ?Comme tant d’autres, dans ce monde du cinéma où les enfants gâtés des stars du show bizz reprennent la boutique de papa maman, avec quelques apparitions tombées du ciel comme Depardieu, repéré dans une boite de nuit par Agnès Varda où il assurait le boulot de gorille.

C’est quand même le boulot qui offre la trajectoire la plus facile entre l’anonymat et la réussite financière décomplexée. Digne des 1001 nuits et de son « Cézame ouvre toi ! » . Le café de la gare a distribué des tickets de confort à tous les copains. Est ce que ça suffit pour être heureux ? .

 Le danger vient du vertige lié à la popularité à la facilité, et de tout ce qui peut amener à une lent éloignement avec les lois communes. On ne paie pas cash ses erreurs, mais à un certain moment elles s’accumulent, et le destin vient vous présenter la facture dans ce thème Faustien. La difficulté du métier d’acteur ne viendrait elle pas plus de la nécessité de redescendre du plateau, plutôt que d’y jouer. « Je dis ça je dis rien ! Comme on dit maintenant. Une formule que Shakespeare n’aurait pas retenue...En ce temps là les acteurs étaient de vrais discriminés, et les hommes choses incroyables devaient jouer les rôles des femmes. 

A quoi tient un destin quand même ? ...Au cadeau saugrenu d’une carabine que Coluche offrit à Dewaere, qui n’avait pas de casque, et même trop une tête très solide dessous. »Et vous trouvez ça drôle" nous disait Coluche !

Finalement, privilégier l’ascension de la vie par la face nord, à mains nus. Plus difficile, mais enivrant. On y croise le soir le prince Bouddah qui s’est échappé du palais où ses parents voulaient en faire un acteur


Voir ce commentaire dans son contexte