Commentaire de Et hop !
sur Démographie : vu son évolution et ses impacts, cette question ne peut plus être ignorée


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Et hop ! Et hop ! 20 avril 23:04

@Daniel PIGNARD

On ne peut pas prolonger des courbes, que ce soit vers le futur ou vers les origines, il y a un moment où la tendance se retourne, plusieurs même.

Il a pu y avoir des périodes de fortes décroissances, liées aux modifications climatiques énormes comme la glaciation de Wurms, puis la submersion marine qui a suivi. Il a pu y avoir des épidémies.

Dupâquier explique qu’il n’y a pas eu de peuplements par migration de populations mais par une augmentation rapide à partir de la même souche dès que la capacité d’accueil a augmenté pour dses raisons de progrès techniques, ou de dépopulation.

Il montre qu’au Québec, très peu de couples ont proliféréré en peu de temps pour engendrer des millions d’habitants, jusqu’à ce que les capacités du territoires soient saturées.

Il dit que les peuplements autochtones sont beaucoup plus anciens qu’on ne le pense, ils ont eu un étiage très bas pendant longtemps, et ont proliféré quand les conditions climatiques ou techniques ont changé. 

Compte tenu du fait qu’il n’y a que 3 ou 4 générations par siècles, la différenciation des races humaines ne peut pas avoir eu lieu naturelement sans qu’il y ait des isolats de population pendant des très très longues durées, des dizaines ou des centaines de milliers de générations pour remonter à l’embranchement commun entre les Congolais et les Danois.

La Genèse donne des étapes, et un ordre des étapes, dans des processus de différenciation, elle ne donne pas des chronologies absolues. Les 6 jours de la création, c’est six étapes. Les patriarches sont des noms de tribus, des séquences historiques, des dynasties. Hugues Capet a vécu 800 ans.


Voir ce commentaire dans son contexte