Commentaire de moniroje
sur Sarkozy et les identités dangereuses


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

moniroje moniroje 19 mars 2007 12:12

A la lecture de l’article, j’ai cru lire un xénophobe complètement parano pour tout ce qui peut être étranger !! un FN ???

Et vous jouez sur les mots !! Un ministère de l’immigration et de l’identité nationale ou bien un ministère de l’immigration et de la citoyenneté... c’est du itou !! Certes, par les temps qui courent, se mettre au garde-à-vous au son de la Marseilleise peut faire réac et votre choix : citoyenneté aurait été plus comme il faut, plus... consensuel

En fait, pardon, vous avez raison !!! il y a différence !!! de la citoyenneté laisse entendre qu’il faut essentiellement être citoyen ; si dans 50 ans, la majorité des citoyens français vient de l’Est de l’Europe, le russe sera la langue obligatoire dans les lycées et la vodka ne sera pas de l’alcool. Si dans 50 ans, la majorité des citoyens français est musulmane, toute femme devra se voiler dans la rue par respect etc.

Alors je comprends Sarkozy qui a osé : et de l’identité nationale. Ainsi, il veut préserver ce qui fait notre unicité : toute notre culture (de Molière à Lamartine et Goscinny), notre Histoire, notre façon d’être (râleurs, vantards mais aussi imaginatifs, beaux et intelligents et ardents amoureux, n’est-ce pas ??) : et c’est souvent que l’identité nationale aura à travailler avec l’immigration : apprendre aux nouveaux-venus dans quel pays ils débarquent : les droits et les devoirs de chacun, Français ou immigré, que ici, ce n’est pas l’Algérie ou l’Albanie ou les US, qu’on peut gueuler que Chirac est un con sans disparaître dans une géôle précédant un trou en terre mais qu’on doit respecter autant le SDF que le ministre, la femme que le mâle, etc. Dans la salle d’attente traîneront des albums d’Astérix et Obélix et les immigrés apprendront bien plus vite

que cette chinoise que j’ai vu arriver en France, admiratrice de Mao, méprisante de notre façon de vivre, chialant d’être si loin de sa terre natale. Elle a souffert de voir qu’ici on aimait Mao pour avoir attardé son pays et ainsi pourvoyé à notre richesse ; comment pouvait-on oser penser de telles pensées-crimes sur le Maître ?? Aujourd’hui, elle pique de la pointe du couteau un Maroilles et apprécie le Bourgogne et dit le mot de CAMBRONNE (bravo à vous et aussi au 3° commentaire suivant l’article) et a bien compris cette identité nationale française, très différente de la pensée nationale chinoise.

Mais combien ont compris cette identité nationale française, même après quelques générations ??? parce que personne ne le leur a appris. Avant, il y avait l’école, les institts, des profs amoureux de leur sacerdoce et le service militaire. Aujourd’hui, l’école a perdu de son prestige, les profs sont des copains qu’on tutoie et moleste pour s’amuser en vidéo par un mobile... Le service militaire est mort pour de bonnes raisons mais il y avait du bon qu’il faudrait retrouver : on en sortait en réalisant que le Français pouvait avoir un accent boche tout autant être noir comme la nuit.

Tout cela, je l’ai dit par ailleurs, mais je le redirai chaque fois qu’on insinuera des intentions nauséeuses en déformant les propos d’untel ou de machin-chose.

Oui, veillons à ce que ne se reproduise plus jamais les rafles et les dénonciations d’une époque peu honorable pour la majorité des français d’alors ; mais d’avoir pensé que Sarkozy y ait pensé, c’est aussi d’y avoir pensé soi-même. C’est l’effet que me fait cet article.


Voir ce commentaire dans son contexte