Commentaire de Cyril22
sur « KRIEG MACHT FREI » ou les hoquets d'un passé qu'on espérait révolu


Voir l'intégralité des commentaires de cet article

Cyril22 24 juin 10:48

’’L’orthodoxie militaire est pour l’attaquant d’être à trois contre un’’

Le potentiel militaire russe est très supérieur à 3 contre 1 par rapport au potentiel militaire ukrainien, toute attaque se fait avec des forces jugées nécessaires en fonction de l’objectif et de l’adversaire, un accroissement de l’effort est opéré si nécessaire.

Ce qui détermine les frontière d’un état, ce sont les différents traités, or l’ensemble de ceux établis lors de la chute de l’URSS englobent la Crimée et le Donbass dans l’Ukraine. Des crises et évènements ont conduit d’abord à la réannexion de la Crimée par la Russie et ensuite au conflit séparatiste du Donbass. Les responsabilités sur les causes sont partagées, mais on voit qu’à la fin il y a dans les deux cas une annexion militaire russe, c’est donc le seul bénéficiaire de la situation. Le prétexte d’aide à une population impliquée dans une guerre civile dans le pays voisin ne tient pas, vu l’ampleur des destructions et victimes de l’opération en cours (l’armée russe elle-même a perdu davantage de combattants en quelques mois que le total des victimes dans les deux camps de huit ans de guerre civile, qui était un conflit quasi-gelé, où les forces ukrainiennes étaient tenues en échec).

On notera à propos du parallèle avec le Kosovo que les puissances intervenantes n’ont absolument tiré aucun avantage territorial (ni aucun autre du reste), ce qui constitue une différence significative, même s’il s’était également agit d’un démembrement illégal par la force d’un état souverain.


Voir ce commentaire dans son contexte