samedi 18 janvier - par CHALOT

Sang chaud, nerfs d’acier

« Sang chaud, nerfs d'acier »

roman d'Arto Paasilinna

215 pages

avril 2010

 

 

Publicité

Comme à son habitude, l'auteur, qui manie l'humour comme personne, nous fait passer un bon moment.

Le personnage central, le héros, finlandais, né en 1917, va connaître une vie exceptionnelle, mouvementée mais passionnante.

Il a le temps pour lui puisqu'une devineresse, chasseuse de phoque et accoucheuse a prédit à la mère d'Antti que ce fils allait vivre très longtemps et mourir, vieux, le 12 juillet 1990.

Le garçon, devenu adolescent, va aider son père devenu riche commerçant dans son commerce juteux et illégal de vente d'alcool après la crise de 29.

Opposés aux chemises noires fascistes, lui et son père vont combattre les donneurs de leçons... ils ne sont pas communistes, certes, mais ne supportent pas ces nouveaux venus à la politique et leurs méthodes.

Mobilisé comme soldat, Antti va combattre les Soviétiques quand les troupes finlandaises accompagnent leurs alliés allemands au moment de l'invasion de l'URSS.

Il sait bien que c'est perdu d'avance mais, protégé par la prédiction, il ne tombera pas au combat malgré qu'il mette sa vie en danger.

Publicité

Il était protégé...

«  Cela pouvait sembler étrange, mais n'avait en fin de compte rien de si déraisonnable. Bien des gens croyaient en Dieu, après tout, sans l'avoir vu en chair et en os. Ils en avaient juste entendu parler. »

Arto Paasilinna réussit à nous faire découvrir une partie de l'histoire moderne de la Finlande en nous faisant vivre l'épopée incroyable de cet homme qui deviendra presque champion olympique de tir au pistolet, entrepreneur trafiquant mais très généreux avec les sans rien, puis parlementaire et même ministre tout en élevant sept enfants...

Je ne parlerai pas de sa mort annoncée, c'est le point d'orgue du livre, mais cela rappelle ce vieux chef indien qui monta sur la montagne pour y attendre la mort dans le film Little Big Man...

 

Jean-François Chalot




Réagir