mardi 8 août 2023 - par JPCiron

L’ALIÉNATION PARENTALE : son mécanisme implacable et ses effroyables effets

L'objet de cette Note est de lever le voile hypocrito-pudique jeté sur ce phénomène, et d'en expliquer le fonctionnement en m'appuyant sur le livre de JP Cambefort. (1) Je profite également de l'occasion pour pousser quelques coups de gueule en direction de l'ineptie politique et judiciaire.

Bien sûr, toute relation humaine peut amener à influencer le psychisme de l'autre. C'est naturel. En voici quelques exemples, classés intuitivement par ordre de ''puissance'' : le charme, la réputation, l'autorité, la manipulation, l'aliénation. Déjà le troisième niveau cité peut suffire pour violer un enfant et le faire taire.

 

Ce que l'on appelle Aliénation Parentale c'est une forme particulière de grande violence, qui apparaît généralement après la séparation d'un couple. Il frappe l'enfant (éventuellement la fratrie), concerne les deux parents, et s'étend souvent aux proches & amis. JP Cambefort (1) évalue à environ 6% la proportion de cas d'aliénation parentale moyenne ou sévère parmi la population de parents séparés impliquant des enfants de 0 à 12 ans. Cette tranche d'âge représente environ 10 millions d'enfants en France. Comme les familles monopatentales et recomposées y représentent environ un tiers des familles, le nombre d'enfants affectés, dont je parle dans cet Article, représente approximativement 200.000 enfants en France (10 M x 0,333 x 0,06).

Ceci dit, une fois identifié un faisceau d'éléments qui suggèrent la présence d'aliénation parentale de l'enfant (laquelle détruit psychologiquement le parent aliéné et l'enfant), le travail n'est pas fini. Car il est des situations qui peuvent ressembler à de l'aliénation parentale, mais qui correspondent à toute autre chose (sévices, inceste,...) qui sont d'autres formes de violences.

Il peut aussi s'agir d' une situation complexe résultant d' une combinaison de multiples facteurs. Situation qui exige, pour être identifiée-comprise, que la Justice dispose (et soit capable de mettre en œuvre) une série d'outils. Comme l'explique Jean Yves Hayez, pour « appréhender, comprendre et prendre en charge famille et enfant, l’investissement intensif de services judiciaires et sociaux est primordial. » (8)

Et on en est loin du compte ! Notre Justice des Affaires Familiales (JAFs), depuis des décades, ne dispose pas des ressources pour délivrer une justice de qualité. Pour que ça change, il faut prendre le taureau par les cornes. D'abord, nos Politiques-Parlementaires doivent sortir du fromage et se mettre au travail : non seulement l'institution Judiciaire est à la ramasse pour ce qui concerne les JAFs, mais ils n'ont pas assez de psychiatres et pédopsychiatres disponibles pour investiguer. En outre, les Services Sociaux fonctionnent comme des Administrations. Le tout est impropre à délivrer une saine justice.

 

Parlant de l'aspect ''Aliénation Parentale'', l'avocat Jean Pannier martèle : « Il faut revenir inlassablement sur le sujet de ce fléau qui ne se réduit absolument pas bien qu’on le dénonce depuis une vingtaine d’années. Les pouvoirs publics ne savent pas comment le traiter et ne font rien, (...) » (9) 

https://www.village-justice.com/articles/juge-francais-face-alienation-parentale-par-jean-pannier-avocat,33754.html

 

Dans mon Article, je me concentre sur la forme de violence particulière décrite comme ''Aliénation parentale''. Ce qui n'exclut pas les autres, qui doivent aussi être combattues. Sans botter en touche en les opposant.

 

Ouvrage « Famille éclatée, enfants manipulés – L' aliénation parentale » par Jean-Pierre Cambefort – Albin Michel – 2016 (1)

 

Le Phénomène d' Aliénation Parentale (AP) est aussi connu sous le nom de Syndrome d'Aliénation Parentale (SAP).

Ces deux termes parlent de ce que l'on observe. Pour comprendre ce qui se passe il faut étudier les processus situés en amont, qui ont conduit à la situation observée.

Penser ''Processus'' aide aussi à imaginer comment (peut-être) s'en libérer. Là, l'intelligence mais surtout le discernement peuvent aider l'enfant à s'en sortir. Mais certainement pas avant l' adolescence. Ni en cas de conflit de loyauté. Pour les parents, c'est plus compliqué, mais pas complètement impossible.

 

Voici le Plan de l'Article :

 

> L' Aliénation Parentale, c'est quoi ?

> L'Aliénation Parentale : une histoire de fous !

> L'installation de l'Aliénation Parentale.

> Une Justice aux Affaires Familiales 'à la ramasse'.

> Un environnement favorable à l' Aliénation Parentale via les mères.

> Les ''trucs'' qui marchent pour faire rendre l'injustice aux JAFs médiocres.

> Le S.A.P. n'existe pas !?

 

>> L' Aliénation Parentale, c'est quoi ?

Le pédopsychiatre Américain Richard A. Gardner la définit comme « un désordre qui survient presque exclusivement dans le contexte de disputes sur la garde de l'enfant. Sa manifestation principale est, d'une part, la campagne de dénigrement injustifiée de l'un de ses parents par l'enfant (du fait d'un lavage de cerveau) et, d'autre part, l'alimentation que l'enfant lui-même apporte au discours de disqualification du parent-cible que tient le parent aliénant. (...) » (2)

C'est le parent qui a ''la garde'' de l'enfant qui sera le plus souvent aliénant. Le parent aliénant commence donc par dénigrer l'autre parent (appelé parent-cible par Gardner). Ces dénigrement sont peu à peu intégrés-adoptés par l'enfant qui, de passif initialement, va peu à peu prendre parti pour le parent aliénant. Puis, il passera à l'étape suivante : dénigrer lui aussi le parent-cible. Ce dernier se trouvant injustement affublé de nombre de défauts et d'actions critiquables... dont il peut aussi être accusé en Justice... par le parent aliénant ET parfois aussi par l'enfant. Le parent aliéné se trouvant alors dans la position inconfortable de devoir démontrer qu'il n'est pas l'auteur d'un fait qui n'a jamais existé.

Pendant tout le long processus, l'enfant aura toujours une pensée personnelle, mais 'clivée', et dont le degré d'autonomie se réduit avec le temps.

 

En effet, les mécanismes de survie psychique de l'enfant passent par le clivage et l' amnésie. « Le clivage consiste à scinder le moi en deux parties : l'une tente d'isoler la situation traumatique tandis que l'autre reste connectée à la réalité. (…) L'amnésie arrive ensuite. L'enfant perd son ambivalence. » (6) Il rejoint alors l'état du parent aliénant. Un enfant dès lors très probablement ''perdu'' pour le parent aliéné : « un véritable meurtre psychique » comme le souligne la psychiatre M-F Hirigoyen (6)

 

>> L'Aliénation Parentale : ses manifestations (7)

https://www.thyma.fr/analyse-ethique-du-syndrome-dalienation-parentale-sap-ou-alienation-parentale-ap/

Le psychiatre Américain Richard Gardner décrit huit manifestations chez l’enfant révélatrices du SAP :

  1. rejet et diffamation d’un parent ;

  2. rationalisation absurde ;

  3. absence d’ambivalence normale ;

  4. réflexe de prise de position pour le parent manipulateur ;

  5. extension des hostilités à toute la famille et à l’entourage du parent rejeté ;

  6. phénomène de libre opinion ;

  7. absence de culpabilité du fait de la cruauté supposée du parent adversaire ;

  8. adoption de ''scénarii empruntés''.

 

Quand on en est arrivé là, la situation est très grave. Cependant, un examen psychiatrique et pédopsychiatrique de la famille permettra de vérifier qu'il ne s'agit pas d'autre chose que l'Aliénation Parentale. Car si c'était bien l'AP, il faudrait impérativement soustraire l'enfant au parent aliénant et imposer un/des traitement(s) psychiatrique(s) suivi(s). Mais, s'il s’agissait par exemple d'inceste, la décision à prendre pourrait être toute différente, on le comprend bien. Seul un pédopsychiatre expérimenté peut identifier la véritable source des phénomènes observés/ décrits.

Au lieu de ça, encore de nos jours, dans une affaire de fort conflit de loyauté avéré de l'enfant, une officine en psychologie peut impunément rédiger (sur demande) une attestation qui suggère de considérer négativement la seule partie qu'elle n'a jamais reçu. Ces officines devraient être fermées. ''On'' les laisse prospérer.

 

>> L'Aliénation Parentale : une histoire de fous !... qui, au final, touche les parent et l'enfant/ la fratrie.

 

> Normalement, le parent aliénant ne se rend pas (plus) compte de la souffrance qu'il inflige, car il s'est ''installé'' dans son monde imaginaire, dans lequel il se voit clairement comme une victime. Et tout ce qui contredit ce monde-là est simplement rejeté mentalement, comme si ça n'existait pas. L'aliénation l'habite, et, sans traitement psychiatrique, il n'en sortira probablement jamais.

Notons que certains traumatismes de l'enfance fragilisent le psychisme. Et ils peuvent ''ressortir'' sous différentes formes psychiques à l'âge adulte. Il en est ainsi par exemple de la séparation de ses propres parents qui est en elle-même un traumatisme lors de l'enfance. Traumatisme auquel il convient de rajouter les événements ''associés'' à cette séparation. Le tout plaçant l'enfant dans une situation de victime. Ce sentiment de victime peut facilement se réactiver à l'âge adulte, à l'occasion d'une séparation conjugale, contribuant à mettre ce parent sur la pente d'un ressenti de victime, dont la responsabilité sera projetée sur l'ex-conjoint.

 

> L'enfant, petit à petit, pour 'survivre' psychologiquement, finira par 'choisir' de prendre parti pour la ''victime'' déclarée, qu'il côtoie tous les jours. Et, peu à peu, il adoptera systématiquement ses positions, ses points de vue, et même la ''mémoire'' des faits imaginaires du parent aliénant, devenus dès lors réels pour lui. Il ne ressent pas de remords conscient vis-à-vis du parent aliéné quand il l'accuse de ces faits. Il sépare les deux choses dans sa tête. L'inconscient, par contre, peut l'amener à s'auto-punir. C'est lourd. Car le clivage de l'esprit est profond. Si, adolescent, il s'ouvre l'esprit sur d'autres sphères, et que, de ce fait, le parent aliénant perde sont statut de repère central, il pourrait peut-être s'en sortir de lui-même.

Autrement, le clivage peut lui rester toute sa vie, avec les faits-vérités imaginaires qu'il ressentira toujours comme réels-vrais. Le parent aliéné étant ''mis à mort'' symboliquement et émotionnellement.

 

> Le sort le plus dur est celui du parent-cible, le parent aliéné. Car il doit simultanément interagir dans le monde réel par rapport au monde fictif qui l'agresse dans le monde réel (fictif qui est souvent considéré potentiellement réel par la Justice). Le parent aliénant (et l'enfant) lui demandant de reconnaître ses propres problèmes (fictifs) et d'y remédier...

 

Pour ressentir un peu le monde de fous dans lequel le parent aliéné est plongé (et je compte la Justice et notre Parlement parmi ce monde-là), je recommande le roman (au plus près d' expériences réelles) intitulé « Papa, avoue ! » par Christophe Mieze. (4)

 

>> L'installation de l'Aliénation Parentale.

C'est la plupart du temps une installation lente, continue, crescendo. Il n'y a le plus souvent pas de ''plan'' initial du parent aliénant, car l'aliénation se construit comme une évidence et s'installe via les relations 'de tous les jours'.

Et que se passe-t-il de fondamental dans les relations familiales de tous les jours ? :

 

Vis-à-vis de l'enfant, il y a tout d'abord ce que l'on appelle « amour », qui est ressenti et se traduit par un attachement ''sacré'' parent-enfant et enfant-parent, lequel est en principe incompatible avec l'agressivité ou le rejet. Pour le parent aliénant cela peut induire la sur-protection de l'enfant, parfois ''à tout prix''. Sur-protection qui correspondra, pour l'enfant, à une situation de dépendance lourde.

Vis-à-vis du parent aliéné, le parent aliénant concentre sur lui la responsabilité de ses multiples ressentiments. «  L'aliénation parentale se caractérise par un harcèlement permanent du parent aliéné. » (1) JP Cambefort ajoute que les parents aliénants «  affirment avec un applomb déconcertant que leur croisade est juste, que l'autre parent est irresponsable, immature, incompétent, dangereux, voire violent.  » Dans les cas les plus graves, c'est tout cela en même temps. J'ai pu approcher un de ces cas graves ! C'est inhumain... surtout quand la JAF est en plus aux manettes.

 

Et l'enfant, qui est désormais le principal lien entre les parents, devient un 'vecteur' entre les parents. La relation d'amour du parent aliénant avec l'enfant vient à être teintée-tachée de ce ressentiment, qui sera ''partagé'' avec/par l'enfant. Ce dernier servant au final de véhicule pour atteindre-frapper le parent aliéné (= manipulation). C'est alors que, pour le parent aliénant, « l'amour devient une relation de pouvoir et d'emprise. » (1)

 

Cependant, tout le vécu de l'enfant, au fil des ans, contribue à construire sa propre identité. Une identité dans laquelle une trop grande part aura été ''imposée'' par ce qu'il faut bien appeler une violence psychologique. Et cela crée chez l'enfant une identité hybride-clivée... que le parent aliénant considère être l'identité propre de l'enfant. Et ledit parent défendra le droit pour l'enfant d'exprimer librement ''ses'' propres idées.

On l'a vu plus haut, ne pouvant se soustraire à la violence, le mode de survie de l'enfant par rapport à l'emprise du parent aliénant est de prendre parti inconditionnel pour lui, et appliquer l'amnésie pour les choses ingérables. (6)

 

En pratique, on est en plein dans une logique de secte.

 

>> Une Justice aux Affaires Familiales 'à la ramasse'.

Quand, depuis l'extérieur de la cellule familiale ''infectée'', on est témoin de l'Aliénation Parentale en action, c'est que l'on a quelque proximité avec les uns ou les autres. Et l'on a tendance à voir ici les gentils, et là les méchants. En fait, toute la cellule ''infectée'' est victime, que ce soit l'enfant aliéné, le parent aliéné, ou le parent aliénant.

C'est là qu'en cette matière, la Justice aux Affaires Familiales (JAF) crée plus de dégâts qu'elle n'en répare. Incapable de s'adapter aux changements sociétaux, la plupart des JAFs font plus figure d'intervenants administratifs, incapables de laisser leurs inclinations personnelles au vestiaire au moment du jugement. (Il convient toutefois de saluer les quelques-uns qui font leur job correctement, perçus qu'ils sont comme des OVNIs par les JAFs médiocres. Par leur inertie-ineptie, les politiques se placent aux côtés des médiocres)

 

En 2019, j avais écrit un Article sur « L' Enfant dans le Projet de Loi ''Autorité Partagée et Résidence Alternée'' » :

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-enfant-dans-le-projet-de-loi-219378

Qu'est-ce qui a changé depuis le Rapport de la Chancellerie de novembre 2013 ? Rien. C'est la continuation du bla-bla par des politiques occupés dans leur fromage.

 

>> Un environnement favorable à l' Aliénation Parentale via les mères.

Qu'il soit clair que les mères ne sont pas plus aliénatrices que les pères. Non, le sujet est autre : comme la garde des enfants a été donnée en très grande majorité aux mères, il est normal qu'il y ait beaucoup moins de pères aliénants, puisque c'est le lien créé par la proximité apportée par la garde qui est un des principaux points qui favorisent l'aliénation. (à nouveau précisons que je parle ici de la forme de violence nommée ''Aliénation Parentale''. Et il y a d'autres formes de violence venant de l'un et/ou l'autre parent, qu'il convient également d'affronter)

Le psychologue Hubert Van Gijseghem indique que le parent se trouvant le plus fréquemment impliqué dans l'instauration du SAP sont les mères dans les trois quarts des cas. (10)

 

> La Famille, ce n'est plus ce que c'était. Autrefois, la tradition voulait que la famille (= un père, une mère et leurs enfants) soit sous l'autorité ''juridique'' du père. Ce n'est plus le cas aujourd'hui : « Désormais, les rôles et places entre parents et enfants dans les familles relèvent plus souvent d'une âpre négociation (…). » (1) Aussi, les formes de famille sont à présent nombreuses et variées.

Ces changements ont été ''validés'' sociétalement par la montée de l'individualisme et par la satisfaction des revendication d'autonomie-développement personnel qui vont avec. D'où le progrès des valeurs égalitaires et de l' émancipation des femmes & mères par rapport aux structures traditionnelles précédentes.

 

> Les chiens aboient, l'injustice passe.

L'ennui, c'est que la plupart des JAFs ont voulu comprendre que l'émancipation des mères impliquait qu'on leur ''attache'' leurs enfants. Alors que les textes ne disent aucunement cela. Mais ils le font quand même ''dans l'intérêt de l'enfant'' disent-ils, sans cependant préciser en quoi cela consiste.

Je traite aussi de ce sujet dans l'Article mentionné plus haut : 

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/l-enfant-dans-le-projet-de-loi-219378

 

Ainsi, «  les mères ont acquis très rapidement un pouvoir croissant, surtout en ce qui concerne l'attribution de la garde de l'enfant par les tribunaux qui, dans l'immense majorité des cas, leur accorde ce droit en priorité. » (1) Jean Pierre Cambefort cite la psychanaliste Françoise Hurstel : « On peut parler d'un pouvoir légal des mères et même d'exclusion légale des pères. » (3)

 

> Une loi ''Garde Alternée'' qui compte ''pour du beurre'' pour les JAFs

Depuis la loi de 2002, la Garde Alternée est possible sur le papier. Bien sûr, elle est souvent demandée par les ''nouveaux pères'' qui sont résolus à s'occuper de leurs enfants, des biberons-couches-bains-chansons à l'université. Et ceux qui parviennent à l'obtenir, cette garde, montrent être eux aussi à la hauteur.

Mais cela aurait contribué à accentuer le processus d'aliénation par certaines mères, visant (inconsciemment ?) à maintenir la situation antérieure. (1)

 

>> Les ''trucs'' qui marchent pour faire rendre l'injustice aux JAFs médiocres.

Quand on a affaire à des JAFs médiocre, il y a des 'trucs' auxquels ils mordent volontiers. Souvent car cela leur mâche le travail administratif : avoir des papiers sur lesquels appuyer les décisions pour lesquelles ils penchent.

 

> La violence du père de l'enfant, c'est le truc-bateau.

Statistiquement, en termes de violence physique (envers tout le monde), les garçons sont le plus souvent cités comme violents. On le sait. La plupart du temps, on évoque beaucoup moins le sujet des violences psychologiques.

Le truc, c'est : on l'accuse d'abord, on produit quelques attestations teintées de fiel contre lui, on le laisse se démener avec ça... et on attend le jugement. Ça marche presque à tous les coups. J'ai même pu avoir accès à l'info d'un (rare ?) exemple stupéfiant : celui de la « condamnation à € 1 » : Alors qu'ils s'accusent mutuellement, alors qu'il y a un témoignage visuel que c'est elle qui le frappait et qu'il ne répondait pas, il a été condamné pour violence sans incapacité, avec une dispense de peine et 1 euro de dommages & intérêts. Un jugement que le bon peuple ne comprend guère, de quelque bout qu'il le prenne... Ce qui ne renforce guère la confiance du citoyen moyen dans l'institution... car la condamnation pour violence reste. Et la mère saura le rappeler le moment venu. (voir plus loin les recommandations du Parlement Européen).

 

> Le discernement de l'enfant

A partir de 9 ou 10 ans, il est souvent considéré que l'enfant est en mesure de dire ce qu'il souhaite, et qu'on peut l'entendre. Aussi pour ce qui touche le Droit de Visite et d'Hébergement (DVH).

Pour le parent aliénant, c'est une aubaine, car l'enfant dira au juge ce que le parent aliénant attend de lui.

Côté parent aliéné, c'est comme une lutte avec les bras liés dans le dos. Car c'est à lui de réaliser l'exploit consistant à montrer que l'enfant souffre d'un conflit de loyauté. L'enfant vivant avec un conflit de loyauté ne pouvant avoir le nécessaire discernement...

De la sorte, la Justice travaille là en pratique pour la partie aliénante.

 

Souvent, les avocats de la partie aliénante suggèrent de recueillir des attestations montrant la maturité de l'enfant. S'il a de bons résultats scolaires, on pourra affirmer qu'il a une intelligence nettement supérieure à la moyenne. Pour ce faire, il suffit de passer par une officine de psychologie spécialisée dans la mesure du QI de l'enfant. Il est rare qu'il ne sorte pas avec un parchemin d'excellence... qui sera produit au juge à support de la ''demande spontanée'' que l'enfant aura fait au juge visant, par exemple, à la réduction du DVH.

Ce faisant, on ''invite'' implicitement le juge à assimiler ''intelligence'' à  ''discernement'', qui sont pourtant deux choses bien différentes. Avoir pris parti inconditionnel pour le parent aliénant démontre la non-capacité de discernement. En outre le discernement vient aussi avec les connaissances générales et l'expérience, qui n'apparaissent qu'avec le temps...

 

En outre, il ressort à l'annalyse que ce ''système'' de QI est fort critiquable, pour des raisons objectives que notre législation même condamne, mais que l'on se plaît à ignorer (et à taire).

J'ai développé là-dessus dans l'Article intitulé : « Le Test de QI sur enfant de 10-12 ans servira à inciter un JAF à utiliser la facilité de ce pseudo-avis d'expert pour rendre l'injustice. » :

https://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/le-test-de-qi-sur-enfant-de-10-12-248392

 

> Les Attestations d'officines de Psychologie et de QI

Ces attestations demandées à ces officines par le parent aliénant peuvent mentionner des considérations sur le parent aliéné, sans qu'elles ne l'aient jamais rencontré. Cela empêche-t-il les JAFs de tenir compte de ces pseudo-avis d'experts ? En tout cas, cela ne semble représenter aucun risque pour les officines. Y a-t-il des règles professionnelles qui empêchent de faire n'importe quoi ? Et des sanctions ?

 

Recevoir la parole de l'enfant

La revue THYMA (7) rappelle qu'il convient « d'exiger que l’expert désigné pour évaluer un mineur (auteur ou victime) possède une compétence en pédopsychiatrie attestée par sa formation et par une pratique régulière de la spécialité. » On en est très loin ! Bien des JAFs ne reçoivent même pas personnellement l'enfant qui dit vouloir s'exprimer, et délèguent-abandonnent l'audition à quelque association (de bénévoles ?) dont on ne connaît guère les formations ni les compétences.

Par ailleurs, les recommandations de l'OMS disent « de ne pas porter de diagnostic de personnalité avant l’âge de 16 ans » , ce qui peut être en contradiction avec le fait d'accepter la parole de l'enfant comme du ''pain béni'' à tout âge. Ce qui ne veut pas dire de ne pas l'écouter, mais de le faire d'abord via des structure de pédopsychiatres adaptées.

 

> Se référer aux ''cogitations'' du Parlement Européen (PE)

https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-9-2021-0406_FR.html

 

Le PE nous dit que le père a les mêmes droits que la mère... sauf si c'est contraire à l'intérêt supérieur de l'enfant... en clair, c'est donc selon le sentiment du JAF ... (ou selon son inclination ? )  :

….. (9) «  souligne qu’en principe, la garde partagée et les visites non surveillées sont souhaitables pour que les parents puissent jouir des mêmes droits et exercer les mêmes responsabilités, sauf si cela est contraire à l’intérêt supérieur de l’enfant »

 

Le PE dit aussi que si vous avez un ''passé'' violent (jugement) , ne pas en tenir compte pour déterminer le DVH serait une violation des droits de l'homme  :

….. (10) souligne que la non-prise en considération de la violence conjugale dans les décisions relatives aux droits de garde et aux visites constitue une violation par négligence des droits de l’homme à la vie

 

Et, pour qu'il soit bien clair à tout le monde que le méchant, c'est le père, le PE se fend d'une considération parfaitement sexiste  :

….. (3) « souligne que les auteurs de violences utilisent souvent les procédures judiciaires pour étendre leur pouvoir et leur emprise, et pour continuer à intimider et à effrayer leurs victimes ; souligne, à cet égard, que bien souvent le parent violent manipule l’enfant et se sert de la demande de garde partagée pour continuer à atteindrla mère après la séparation »

On comprend à la lecture du point 3 du PE, que, pour eux, l' emprise (ou Aliénation Parentale) n'existe ''bien souvent'' que pour le père. Dire que l'opposé est ''bien souvent'' possible serait sexiste pour le PE. Pourtant, on l'a vu plus haut, c'est le cas le plus fréquent, pour des raisons historiques.

 

Mais, pour qui travaillent donc ces gens du PE, que nous payons ? Qui prépare leurs textes ? De quelles idéologies s'inspirent-ils ? A qui répondent-ils de leurs actes ?

 

>> Le S.A.P. n'existe pas !?

L'aliénation d'une personne, c'est le fait de la faire devenir progressivement psychologiquement étrangère à elle-même. Un genre de viol psychologique de fond en comble.

 

Sur le SAP, que nous dit le Ministère de la justice ?

https://www.senat.fr/questions/base/2017/qSEQ171202674.html

En fait, il ne semble pas trop savoir quoi dire. La séparation des pouvoirs lui interdit de préconiser ou de proscrire tel ou tel concept. Et si quelqu'un doit apprécier la vraisemblance d'une emprise, c'est au JAF d'en faire son affaire.

C'est une approche bien cavalière ! Qui est en charge de s'assurer que les JAFs ont la compétence (et les outils) pour comprendre les phénomènes situés en amont des faits qu'ils jugent ? Et qui s'occupe de vérifier que leur ''production'' globale de jugements est conforme à l'esprit de la loi ? Et si un écart apparaît, par exemple ''dans l'intérêt de l'enfant'', qui garantit la transparence 'indépendante' sur le pourquoi et le comment du phénomène ? 

Pour le SAP, ils se sont quand même fendus d'une note pour informer les magistrats que le SAP est controversé... qu'il faut être prudents, qu' ils suggèrent de regarder les ''autres outils disponibles''... (je traduis : débrouillez-vous)

 

En fait, le Parlement ''Européen'' a pondu son méga-oeuf de recommandations :

https://www.europarl.europa.eu/doceo/document/TA-9-2021-0406_FR.html

Et ils sont tous tétanisés !

 

Pourtant, si vous preniez un groupe de magistrats, d'avocats et de psychiatres, et que vous leur posiez le problème (ils seraient d'ailleurs mieux à même de poser le problème eux-mêmes), ils vous trouveraient des solutions pragmatiques pour la Justice aux Affaires Familiales. Ils pourraient proposer les axes d'un plan à long terme pour revoir les recommandations, de manière coordonnée, regonfler les divers effectifs/ compétences/ outils, et prévoir la transition. Les politiques, vu les sommes importantes qui seraient à débourser pour rendre effectivement la justice des Affaires Familiales, devraient pour une fois être structurellement créatifs. Car on sortirait d'un monde de masques pour passer à un monde plus véritablement attentif à l'humain. Un autre monde.

Mais y aura-t-il un autre monde ? Car les lobbies savent influer sur les processus de formation des grandes orientations tant nationales que supra-nationales pour l' Europe. Et ils ont toujours été à la manoeuvre dans tous les domaines, aussi depuis l' extérieur de l'Europe. Et cette situation ''envahissante'' concerne aussi l'approche négative vis-à-vis du concept d'Aliénation Parentale.

Ces groupes influents ont des approches ''bien souvent' plus ou moins teintées de fondamentalismes. Ils sont aussi plus ou moins nos amis, et sont modérément bienveillants. Et l'humain n'est pas vraiment au centre effectif de leurs préoccupations, quoiqu'il soit prétendu.

Tandis qu'en France, ''bien souvent'', nos élus préfèrent attendre que quelqu'un décide pour eux, et ils s'adaptent au fait accompli. Soumis.

Tant que nous le tolérons, il n'y a pas de raisons que ça change.

 

JPCiron

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Note : je ne m'oppose pas à ce que mes articles soient republiés (totalement ou partiellement) (traduits ou non), pour peu que soit rappelée l'adresse Web de l'Article concerné.

°°°°°°°°°°°°° NOTES °°°°°°°°°°°

 

.. (1) - Ouvrage « Famille éclatée, enfants manipulés – L' aliénation parentale » par Jean-Pierre Cambefort – Albin Michel – 2016

 

.. (2) – Ouvrage «  The Parental Alienation Syndrome  » par Richard A. Gardner – Cresskill, Creative Therapeutics - 1992

 

.. (3) – Ouvrage « La Déchirure paternelle  » par Françoise Hurstel – PTF, coll. ''L'éducateur'' - 2002

 

.. (4) – Ouvrage «  Papa, avoue ! » par Christophe Mieze – Un autre reg'art - 2023

 

.. (5) – Ouvrage « Séparations conflictuelles et aliénation parentale – Enfants en danger  » par Dr Roland Broca et Olga Odinetz – Chronique Sociale - 2021

 

.. (6) – Ouvrage « Le harcèlement moral , la violence perverse au quotidien  » par Marie – france Hirigoyen – La Découverte hors Collection social – 2003

 

.. (7) – Article de THYMA 2018 « Analyse éthique du Syndrome d'Aliénation parentale (SAP) ou Aliénation Parentale (AP) » sur le livre « Recueillir la parole de l'enfant témoin ou victime. » par G. Lopez – Paris – Dunod - 2013

https://www.thyma.fr/analyse-ethique-du-syndrome-dalienation-parentale-sap-ou-alienation-parentale-ap/

 

.. (8) – Article « L' aliénation parentale : info ou intox ? » par Jean Yves Hayez – Le Journal des Psychologues – 2012/1 (N° 294 p. 33 à 38)

https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2012-1-page-33.htm

 

.. (9) – Article «  Le juge face à l'aliénation parentale. » par Jean Pannier – Village de la Justice – mars 2023

https://www.village-justice.com/articles/juge-francais-face-alienation-parentale-par-jean-pannier-avocat,33754.html

 

..... (10) - Dossier "L'Aliénation parentale, points controversés" par Hubert Van Gijseghem - Divorces & séparations - N° spécial "L'Aliénation parentale" - Loverval - Labor - 2005

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°



21 réactions


  • Adèle Coupechoux 8 août 2023 14:03

    Les juges ne semblent apparemment pas capables de diagnostiquer la maltraitance familiale et encore moins capables d’obliger le parent aliénant à suivre une thérapie.

    Sans compter qu’après qui assure le suivi psychiatrique ? Les services sont saturés.

    « Tension en psychiatrie infanto-juvénile

    Un rapport de la Cour des comptes, publié en mars 2023, s’inquiète de l’offre de soins en pédopsychiatrie. En effet, si au global, le nombre de psychiatres augmente, le nombre de spécialistes en pédopsychiatrie est lui en forte diminution, en raison des départs en retraites. Cette situation intervient alors que les jeunes Français subissent une vague inédite de dépressions. »

    https://www.ouest-france.fr/sante/psycho/six-graphiques-pour-mesurer-la-situation-de-la-psychiatrie-en-france-011657ac-debc-11ed-8876-51122d90141b



    • JPCiron JPCiron 8 août 2023 15:37

      @Adèle Coupechoux

      Bonjour, et Merci pour votre utile contribution.

      Votre lien vers le Rapport de la Cour des Comptes est sans appel.
      https://www.ccomptes.fr/system/files/2023-03/20230321-pedopsychiatrie.pdf
      Il dénonce explicitement « une gouvernance peu opérationnelle’’. C’est ce que j’appelle ’’être à la ramasse’’.
      C’est aussi ce que l’on comprenait déjà il y a dix ans à la lecture du Rapport de la Chancellerie de nov. 2013 ! Qu’ont-il fait depuis tout ce temps ? Le Rapport de la Cour des Compte nous décrit les mêmes incompétences dans la gestion des problématiques. Aucun progrès ! Nos dirigeants sont proprement nuls !

      D’autant que, pour changer les tendances en pédo-psychiatrie, il faut bien plus de dix ans !

      Les juges ne semblent apparemment pas capables de diagnostiquer la maltraitance familiale >

      Oui, c’est ce que j’appelle des ’’ »Juges aux Affaires Familiales médiocres«  » ; Et il y en a plein !
      Franchement, mon sentiment est que la justice aux AF serait globalement mieux rendue (et à moindre coût) en introduisant les jugements par pile ou face.
      Car la tendance depuis vingt ans, c’est bien de faire travailler les avocats et les ’’officines de psychologie’’ pour faire produire des attestations inutiles ou malhonnêtes qui permettent au juge de s’appuyer sur des paperasses sans valeur pour rendre les décisions correspondant simplement à leur inclination. Une justice de masques !

      Au final, ils sont tous dans leur fromage.
      Les gens (et surtout les jeunes), ils s’en moquent. 
      Ce qui est terrible, c’est, année après année, de voir des enfants se faire détruire psychiquement, alors que, tant avocats que tenanciers d’officine psychologique savent ce qui se passe. Ils savent aussi la médiocrité de la plupart des JAFs. Et ils gèrent leur petite affaire.

      Pour finir, je tire mon chapeau aux quelques JAFs soucieux du bien public qui, contre vent et marée, se démênent pour vraiment rechercher les vérités alors que l’Etat ne leur donne pas les moyens de le faire.


  • quijote 8 août 2023 20:54

    Enseignement obligatoire de la psycho à l’école dès la petite enfance. J’ai dit la psycho, la vraie, pas le « Bien » de certaines associations dans l’air du temps. Pas de militantes féministes, pas de lgbt, pas de wokes, etc.

    Résultat : dans 30 ans, des parents qui savent choisir un peu plus correctement, c’est-à-dire un peu plus sagement, leur partenaire et qui, en cas de divorce, savent ce qu’est l’intérêt authentique du ou des enfants et le font passer avant le leur. Et ces derniers, au moins à partir d’un certain âge, sachant que ces choses peuvent arriver, capables de se rendre compte si ça tend à dériver et d’influer sur le cours des événements pour ne pas se laisser manipuler. Ou moins, en tout cas.

    Sans parler des JAFs ou de toute autre personne impliquée qui, eux aussi, comprendraient mieux ce qui se joue avant de prendre des décisions importantes.

    Bref, apprendre à se comprendre pour comprendre les autres. et faire des choix globalement un peu plus sains.

    Quel que soit le domaine considéré, je fais le pari que bien des problèmes seraient évités grâce à une réforme de cette nature. Les seuls qui pourraient avoir à s’en plaindre : les psys eux-mêmes. Encore que... Le travail de cabinet serait remplacé par les cours. Mais là, c’est peut-être eux qui ne voudront pas : ça peut être beaucoup plus pénible que la séance conventionnelle...


    • JPCiron JPCiron 9 août 2023 12:17

      @quijote

      Bonjour,


      La psychiatrie est une discipline médicale.

      Elle est construite sur trois bases :

      > Sciences Médicales

      > Sciences du Cerveau

      > Sciences Humaines

      Elle recherche les troubles mentaux et prodigue des soins


      La psychanalyse me semble plus de nature philosophique, qui se pratique comme un Art.

      https://www.wikipnl.fr/index.php?title=Grands_courants_en_psychologie


      Autant j’irai facilement vers un psychologue pour me consoler de mon prochain chagrin d’amour, autant, pour les problèmes plus lourds, j’irais plus certainement consulter un psychiatre.


      Aussi, avant d’enseigner à l’école, sans doute faudrait-il déjà ’’traiter’’ (lourdement) nos ministres et Administrations... une tâche surhumaine... car, à côté de cela, les écuries d’Augias étaient un champ de roses...


    • alinea alinea 9 août 2023 12:49

      @quijote
      Tout ce programme, que vous proposez, relève du cerveau rationnel, du Manomaya Kosha des Indiens, et je vous garantis que ce savoir ne peut pas déboucher sur un changement de comportement, de caractère, de compréhension du monde..c’est l’artifice des temps modernes, l’illusion de la maîtrise.
      Non il n’y aura pas de miracle, la psychologie enseignée c’est bien gentil mais ça donne des recettes ( nous vivons au temps des recettes ) ; il faut d’abord que les femmes n’aient pas recours à la magistrature pour régler leurs problèmes ; rien dans les études de droit ne touche de près ou de loin à la complexité des relations humaines, autant faire la justice aux dés jetés !


    • JPCiron JPCiron 9 août 2023 16:11

      @alinea

       le cerveau rationnel ne peut pas déboucher sur un changement de caractère >
      Je confirme complètement. Depuis toujours, je ne supporterais pas de travailler sous une femme. Je sais parfaitement que c’est idiot.
      Aussi, nos enfants ont été éduqués sous l’idée d’égalité. Aujourd’hui, ils font aussi la cuisine et s’occupent à fond de leurs lardons. En entreprise, j’ai ’’poussé’’ des filles brillantes à passer à des postes de responsabilité. Et mon gros problème était alors que les DRH (des femmes !) qui bataillaient pour ne pas les payer à leur niveau (jusqu’à plus que doubler un salaire sur quelques années pour faire progresser une Gestionnaire de Production à un poste-clef en Finance-Trésorerie).

      Mais je suis resté, pour ce qui me concerne, sur l’ancien schéma... et ce schéma sera enterré avec moi. On ne se refait pas.

      Mais ma remarque correspond à la réponse à votre autre question sur les années 80. Ce que je viens de vous raconter sur la promotion des filles s’est passé à plusieurs reprises, dans plusieurs pays successifs, entre 1980 et 2000.

      autant faire la justice aux dés jetés >
      Oui, vu le nombre incroyable d’injustices créées par les JAFs, autant juger à pile ou face. Les injustices ne seraient pas les mêmes, mais, globalement, il y en aurait moins.


    • quijote 9 août 2023 17:41

      @JPCiron @alinea

      Je persiste et je signe. La psycho est bien plus puissante que l’idée que vous vous en faites.


  • zygzornifle zygzornifle 9 août 2023 09:02

    L’école est la pour former des formatés bien utiles au gouvernement ....


    • JPCiron JPCiron 9 août 2023 12:20

      @zygzornifle

      Bonjour,

      Souvent, l’école ne suffit pas à obtenir des sujets dociles...
      ... aussi, nos Médias & Politiques sont là pour biaiser-tronquer le nécessaire, afin les remettre sur le droit chemin du consentement contrôlé...


  • alinea alinea 9 août 2023 13:04

    Bonjour l’auteur,

    Je voudrais savoir à partir de quelle époque tout ceci est né ?

    Je le situe au début des années quatre vingt, et à cette époque là, il n’y avait pas un chat pour défendre les pères !

    Le début des années quatre vingt, on voit tout de suite le début de la fin d’une époque qu’il fallait venger, où c’était les femmes qui, à quarante ans, étaient larguées par leur mec pour une plus jeune et qui recevaient au mieux une petite somme pour finir l’éducation des enfants qu’elles avaient en charge.

    Beaucoup ne payaient pas, c’est vrai, et elles se retrouvaient en galère.

    Mais la vengeance ne répare jamais l’irréparable, elle transfert le pôle du malheureux perdant... les hommes d’aujourd’hui payent et perdent leurs enfants, même s’ils les voient un week end sur deux et quinze jours de vacances : ils ne les élèvent pas, au mieux, s’ils le peuvent, ils les gâtent !!

    Si ça se trouve, ils sont les fils abandonnés par leur père !

    ...


    • JPCiron JPCiron 9 août 2023 16:22

      @alinea

      les hommes perdent leurs enfants >

      Pour ceux qui ont reçu une formation à l’international et qui y travaillent, cela veut dire, quand la mère réside en France, de choisir :
      > poursuivre sa carrière à l’international et ’’abandonner’’ l’enfant que l’on ne pourrait voir que de manière trop irrégulière pour créer-maintenir une relation solide.
      > Ne pas l’abandonner, changer de métier, et se fixer en France pas trop loin de la mère, pour bénéficier des week-End.

      Si ça se trouve, ils sont les fils abandonnés par leur père >

      Si ça se trouve, on a aussi des mères qui ont eu une jeune enfance ’’difficile’’, qui les a marquées profondément, qui ont des problèmes de relations, et qui concentrent leurs ressentiments sur le conjoint, puis sur l’ex-conjoint. Une victime qui en crée d’autres.


    • alinea alinea 10 août 2023 23:13

      @JPCiron
      Absolument ! le problème c’est que nous vivons dans une société qui privilégie la vengeance comme thérapie, plutôt que la compréhension des causes. La Justice n’a aucun rôle à jouer et les psychologues gagnent leur vie à encenser leurs clients : rares sont les pères qui vont se faire aider par un psy.
      Je connais un cas très proche de ce que vous décrivez : vous ne parlez pas des grands-parents ; exit.
      En attendant je ne parlais pas d’abandon au sens strict ni d’éloignement physique : même dans le village d’à côté, quand le père ne voit ses enfants qu’un WE sur deux, il n’a rien à dire, rien à faire pour leur éducation réelle:ils ne partagent rien ou pas grand chose.


    • JPCiron JPCiron 11 août 2023 10:03

      @alinea

      vous ne parlez pas des grands-parents >

      ... ils ne sont plus aux manettes...
      Mais ils peuvent être un appui, si besoin, pour leurs enfants.

      Pour les petits-enfants, avoir des contacts avec les grands parents leur permet de se placer dans le temps plus long.


    • alinea alinea 11 août 2023 18:50

      @JPCiron
      Sauf que la mère les met dans le même sac que le père honni ! reste la famille féminin arc-boutée contre le méchant mâle...
      La mère qui jouit de sa toute-puissance dans ce délabrement, oui, il aurait fallu le prévoir , l’anticiper, le soigner, pour l’éviter !

       smiley

    • JPCiron JPCiron 11 août 2023 19:07

      @alinea

      oui, il aurait fallu le prévoir , l’anticiper, le soigner, pour l’éviter >

      Comme vous l’expliquiez, début des années 80, les couples se défaisaient dans une société encore bien patriarcale, et les mères devaient de dépétrer seules avec les lardons, et souvent sans la pension.
      L’Etat aurait dû alors payer les pensions et faire son affaire de récupérer les sous.

      Et le judiciaire est resté en stand-by. 

      Les élus étaient dans leur fromage, travaillant en clans politiciens, petitement. Quand on regarde la moyenne d’âge au Sénat...


  • christophe nicolas christophe nicolas 9 août 2023 19:33

    Les femmes sont aliénées par la société, les pouvoirs humains, médias, etc... parce qu’elles sont sur le mode « aimer » ou « détester », Dieu ayant créé la femme pour défendre la vie qu’elle donne :

    La femme n’est pas pareille à l’homme dans sa formation et dans ses réactions à la faute d’origine. L’homme a d’autres buts pour ses désirs plus ou moins bons. La femme a un but : l’amour.

    http://www.maria-valtorta.org/Thematiques/Femme.htm

    La femme n’aime pas le serpent pour des raisons historiques mais elle est facilement dupée par le contexte collectif à cause de sa nature affective alors que l’homme n’a pas ce souci affectif et ne s’en laisse pas compter par les tricheurs corrompus qui pullulent au pouvoir.

    L’homme est fier de ce qu’il accomplit indifféremment de sa position sans se laisser impressionner par les branleurs... :)

    https://www.tourisme-valdindrois-montresor.com/wp-content/uploads/2022/06/masai-mara-shutterstockrf_778811002.jpg

    https://www.chocolate-machines.com/upfile/images/b7/20150715174146092.jpg

    Si l’homme se dispute avec le collectif pour une raison quelconque et que la femme suit le collectif, l’homme n’a aucune chance donc le mieux est de se taire et se barrer pour préparer sa vengeance en cas de collectif est totalement inique (justice contre le collectif pour revenir le mettre plus bas que terre). Le cas extrême est l’histoire du comte de Monte-christo où le collectif complote contre Edmond Dantes, une histoire basée sur un fait divers réel.

    D’ailleurs, n’est-ce pas ce que Dieu a promis « au monde dont Satan est le Prince » en prophétisant « la fin du Monde » qui succédera à l’époque mariale et la fin des temps.

    Après l’extrême bonté de Marie déléguée par la miséricorde de Dieu qui commence à en avoir ras la casquette comme disent les jeunes, la justice de Dieu aura ses exigences contre ceux qui usent hypocritement du contexte collectif pour enfumer les femmes.

    Ne croyez vous pas que cette époque approche lorsque la médecine injecte des vaccins qui mettent en danger sa progéniture ?

    https://pgibertie.com/2023/08/08/une-femme-sur-quatre-a-souffert-ou-souffre-de-perturbation-du-cycle-menstruel-apres-therapie-genique-adnm-covid-type-vaccin-pfizer-etudes-portant-sur-des-dizaines-de-milliers-de-femmes/

    https://pgibertie.com/2023/06/30/aux-etats-unisplus-de-1000-fausses-couches-ou-mortinaissances-signalees-sont-intervenues-dans-les-heures-qui-ont-suivi-linjection-arnm/

    https://pgibertie.com/2023/07/26/un-injecte-arnm-covid-sur-30-est-bien-victime-dun-incident-cardiaque-1560-etudes-publiees-sur-ce-theme-et-tout-le-monde-s-en-fout-leur-priorite-empecher-les-pets-des-vaches/

    Ne croyez vous pas que cette époque est même bien plus proche qu’on pourrait le croire en écoutant le journal télévisé... :)


    • JPCiron JPCiron 10 août 2023 16:48

      @christophe nicolas

      Bonjour,

      < Les femmes .... sont sur le mode « aimer » ou « détester », Dieu ayant créé la femme pour défendre la vie qu’elle donne >

      C’est une opinion basée sur des hypothèses qui ne tiennent ensemble que par la foi.


      < La femme n’aime pas le serpent pour des raisons historiques  >

      Il n’y a quasi rien d’historique dans la Bible...

      Pour ce qui est de cette histoire de serpent, mon sentiment est qu’ une lecture critique, la Genèse 3 nous apprend que Dieu a créé le serpent rusé et sournois. Et qu’il créa l’homme et la femme crédules et peu avisés. Et non l’inverse. Il créa aussi, à portée de main, un Jardin merveilleux dont il interdit à quiconque de profiter. Ce qui devait arriver arriva : le bonimenteur a embobiné les tourtereaux. Le pauvre serpent n’a-t-il pas joué là le rôle du ’Judas de service’’ ?... Pour permettre d’attribuer à une punition divine un état de l’humanité non parfaite  bien que créée à l’image de Dieu...En outre, remarquons que si le Serpent a reçu une dure Punition c’est qu’il est Responsable : le Serpent a donc Nature Humaine ! (voir Romains 13:5)

      https://www.agoravox.fr/actualites/religions/article/entre-le-libre-arbitre-de-l-homme-223008


  • josy&jacq josy&jacq 10 août 2023 22:57

    Voyons ! Si la pédopsychiatre refuse de se laisser injecter l’immuno-toxique obligatoire, elle est éjectée de son travail et interdite de son activité professionnelle !

    Nous vivons sous un prince soumis à la fraude, et fraudeur addict lui-même.


    • JPCiron JPCiron 11 août 2023 19:13

      @josy&jacq

      Bonjour,

      Nous vivons sous un prince ... > 
      ...que nous avons élu... comme ses prédécésseurs...

      C’est quand même un truc dérangeant... qu’il faudrait approfondir.
      Car trouver une tête de turc n’est pas difficile. Comprendre comment on pourrait mettre un génie à sa place, c’est une autre paire de manches.


    • josy&jacq josy&jacq 14 août 2023 11:44

      @JPCiron. Ah ? Tu ne tiens aucun compte de la fraude programmée dans les ordinateurs du ministère ?
      Jean Yanne nous en avait donné une démonstration dans « Moi y en vouloir des sous ».


  • Vivre est un village Vivre est un village 6 octobre 2023 11:28

    L’aliénation parentale est un concept de psychologie infantile désignant, à des degrés divers selon les auteurs, une relation perturbée entre un enfant et l’un de ses parents, et qui est souvent défini par opposition ou en lien avec le syndrome d’aliénation parentale https://fr.wikipedia.org/wiki/Aliénation_parentale

    ------------------------

    Souvent problème sociologique lié à un problème de chômage et/ou de précarité financière...

    A bientôt.

    Amitié.


Réagir