mercredi 11 juillet - par C’est Nabum

L’avidité à toute heure

Les joies des vacances.

Une rue commerçante dans une station balnéaire, les marchands de glace se disputent la bonne place aux vendeurs de confiserie et aux mangeoires immondes. Après des heures passées à choisir la bonne face à bronzer, les vacanciers ont besoin de se remplir la panse. C’est l’autre élément incontournable d’un séjour réussi. Il convient d’avoir toujours quelque chose à la bouche. La liste est longue, elle ne rassemble pas, hélas, ce qui honore la gastronomie tricolore.

Les glaces sont à juste titre, les vedettes de l’été. Elles symbolisent le besoin de se rafraîchir, l’envie de découvrir des parfums improbables, le désir de marcher en jouant les équilibristes avec une montagne de chantilly chimique recouvrant des boules aux couleurs pétantes et douteuses. La version italienne dispose elle aussi de ses fidèles, adeptes du mou et de l’insipide, ils risquent de se tacher à chaque pas, mais qu’importe, ils sont si peu vêtus.

Les goinfres de la crêpe et de la gaufre surprennent quelque peu. Ils semblent être à contre temps. Mais ils revendiquent ainsi leur envie de se faire plaisir en dépit de tous les conseils nutritionnels d’une époque qui jouent des paradoxes. La diététique peut bien attendre, les vacances c’est l’engraissement en plein soleil sans aucune retenue. Après s’être étalé des huiles plus que douteuses sur le corps afin de se préserver des rayons ardents du soleil tout en polluant joyeusement l’eau, ils veulent bronzer en profondeur en se lissant l’intérieur de lipides aux provenances incertaines. Quel soin du détail et de la cohérence !

Quant aux buveurs, ils ne sont pas en reste grâce à l’inventivité inépuisable et intarissable des estaminets et guinguettes en tous mauvais genres. Le rosé continue de se la jouer en ouvrant ses bras à tous les parfums possibles de l’industrie chimique des saveurs. Au pamplemousse, précurseur absurde de cette mode détestable, il convient d’ajouter la pêche, la fraise, la framboise et bien d’autres fruits qui n’ont sans doute jamais existé sous la forme naturelle.

Ça se boit à condition d’apporter une dose non négligeable de sucre, l’élément indispensable à la réussite de ces agents diffuseurs de l'infarctus et de l’obésité triomphante. Curieusement, avant les vacances, les mêmes se sont offerts des mois de régime, en suivant les bons conseils des magazines spécialisés dans le vide cérébral ! Maintenant, ils se rattrapent avec une appétence sidérante. L’été les vaches à lait du mercantilisme ruminent et s’abreuvent…

La bière est d’ailleurs la grande triomphatrice depuis quelques années. Elle investit les réfrigérateurs, ne laissant plus aucune place disponible aux véritables produits frais. Elle envahit surtout les berges, les fossés, les bords de routes et les plages quand elle est vide. Une bonne bière se boit fraîche et se jette n’importe où. C’est là un incontournable des vacances réussies ! Je n’évoque pas la capsule qui se met systématiquement en orbite pour finir toujours par revenir sur terre sans jamais terminer son ellipse dans une poubelle.

Bien sûr, la restauration rapide, car curieusement on doit user de ce vocable pour définir cette chose immonde, a plus que jamais sa place lors des vacances. Profiter de la vie et du temps qui n’a pas d’heure, c’est manger n’importe quoi, n’importe où, le plus vite possible et jeter les emballages pour fournir du travail aux employés municipaux, qui eux, ont la chance d’être au boulot. La vie sans contraintes en somme, le geste de l’été, jeter du mégot à la canette !

Voilà des vacances qui devraient satisfaire monsieur Hulot, le grand ami de tous ceux qui font vivre une économie de pacotille. La course effrénée à la destruction de la planète passe d’abord par nos ventres dépenaillés, des tongues aux pieds fabriquées par des esclaves lointains. Il en va ainsi du Nord au Sud, sur les côtés comme à l’intérieur. Le touriste a besoin de retrouver ses repères, les mêmes produits, les mêmes boutiques, les mêmes comportements ici ou bien là, en France comme partout dans le monde. Car voyez-vous, nous exportons le pire nos comportements délirants en nous prétendant encore membres de ce que nous appelons à tort une civilisation. Bonnes vacances à tous ! Crever la bouche pleine est le plus bel idéal qui soit pour les marchands de soupe.

Voracement leur.



24 réactions


  • Reste pour les initiés de la patinoire, de la glace et du miroir, le nectar. A Bruxelles chez Picard (actuellement un autre nom) : caramel salé, lait d’amande,...https://www.elle.be/fr/49740-quels-les-meilleurs-glaciers-bruxelles.html. Mais tous les Ucclois dans les année 70 allaient CHEZ ZIZI, pour la glace à la banana SPLIT. smiley


  • Les vacances pour beaucoup cette année relèveront de l’exploit et auront un goût a-mer. il y a vingt ans, nous cherchions le dépaysement ; maintenant, aucun lieu sans distributeur automatique, télévisions (même dans les gîtes) branchées sur toutes les chaines,... Question dépaysement, mieux vaut un peu de bordel chez soi. Cela suscite au moins de l’imprévu,...


  • Xenozoid Xenozoid 11 juillet 16:53
    tu sais nabum,pendant la guerre d’espagne(36/39), un mec suivait les executions de républicains et autres anarcho coco,par les phalangistes,il avait flairé le coup, il était boulanger,il vendais ses pains pendant l’exécution....
    il n’y a pas de requin dans la loire ?

  • foufouille foufouille 11 juillet 18:57
    tu as été possédé par l’esprit de rosemar.


  • juluch juluch 11 juillet 20:40

    assez logique...là ou il y a des gens le commerce arrive aussi.


    pour la plupart des marchands de glaces, gaufres ou quoi que se soit, profitent de la période estivale pour faire souvent leurs uniques affaires de l’année.

    ensuite faut savoir QUOI acheter.

    suffit de consulter sur le web les meilleurs marchands qui vendent prés de là ou vous êtes.

    et puis quand je vais sur la plage j’emmène ma bouffe et parfois meme le caoua .... smiley

    Sinon il ya les plages privée ou la jaffe est bonne et le service au rendez vous et surtout la tranquillité....mais ça a un prix.

    Sinon les lacs ou les rivières....je l’ai fait dans le temps quand j’était célibataire et que je cherchai un coin tranquille pour la reproduction sans lendemain ! smiley

  • zygzornifle zygzornifle 12 juillet 08:59

    Parait que le diesel est un grand cru cette année grâce a Mr Hulot , on le voit a son tarif qui grimpe ....


  • sweach 12 juillet 15:56

    Heuuu ...


    Si vous n’aimez pas ce concept rien ne vous oblige à le suivre.

    Pour ma part je ne dirai pas non à une glace pendant les vacances, mais je suis forcé de constater que c’est surtout le prix qui me freine, je me rabats donc sur les grande surface pour ce genre d’article.

    Après Je pourrai éventuellement craquer, si le produit proposé est une glace artisanal sortie tout droit d’une sorbetière et fabriqué à partir de fruit, avec un biscuit cône maison, hors vous faites le constat mieux que moi, on n’en trouve pratiquement jamais.

    Le sucre industriel et les huiles Trans sont un poison pour notre santé, vacance ou non ils ont envahie notre environnement.

    • Spartacus Spartacus 12 juillet 16:48

      @sweach

      Et une bonne crêpe avec une grosse couche du Nutella ?
      Qu’est ce c’est bon !

      Dire que les intellos de gauche n’y ont jamais goutté !
      Produit naturel avec des noisettes, de l’huile du palmier, du cacao, du lait.


    • Jean Keim Jean Keim 12 juillet 20:09

      @Spartacus
      Et un Max de sucre smiley


    • sweach 13 juillet 15:05

      @Spartacus
      *Produit naturel*

      A dire vrai, il n’y a plus grand chose de « naturel »

      Les techniques de production, de la culture à l’extraction en passant par la cuisson, absolument rien n’est respecté.

      Le saccharose est un sucre difficilement trouvable dans la nature, on va le chercher dans la canne à sucre et la betterave pour s’en procurer, avec un procédé de production des plus brutal.

      Le cristal blanc final qu’on utilise est tout sauf naturel, sa dégradation avec un acide (par exemple des sucs digestifs) produits du noir de carbone dont le caractère cancérogène est bizarrement encore mit en doute.

      Donc une bonne crêpe au Nutella, j’adore ça, mais j’ai conscience que je mets ma santé en danger quand j’en mange et je dois fortement compenser cette dérive alimentaire par la suite.

  • Jean Keim Jean Keim 12 juillet 16:02

    La loi de l’offre et de la demande, d’abord l’offre et la demande suit.


  • Spartacus Spartacus 12 juillet 16:44

    C’est quand même très méprisant et condescendant envers nos concitoyens ce texte...

    Très intello de gauche qui prend tous les autres pour des beaufs...

    Sous couvert innocent on ce demande, si vous aimez les gens qui ne vivent pas comme vous.

    Non hélas, il y en a qui ne restent pas a regarder la Loire a jeter des cailloux dedans pour regarder les ronds dans l’eau. 
    Pire tongues au pieds, ils vont boire une bière, regarder le foot, manger un Mac do, et ne jugent pas les autres comme des inférieurs.

    Pire vous rendez vous compte, ils sont heureux ces beaufs. 
    Quels ingrats ! 
    Ils n’admirent pas la Loire et ne se pâment pas devant une lecture de Zola.
    Décidément le monde ne pense pas comme l’intellectuel de gauche.
    A mois que ce soit l’intello de gauche qui ne les aime pas.


Réagir