lundi 22 avril 2019 - par rosemar

A l’heure de l’obsolescence programmée, que vaut le patrimoine ?

JPEG

Notre monde vit dans l'immédiateté, l'instantanéité : les objets, les vêtements sont faits pour ne durer que très peu de temps... "jette, achète", tel est le credo de notre société de consommation.

 

Peu importe la qualité de ce que l'on nous propose, ce qui importe, ce sont les apparences...

On nous vend des désirs sans cesse renouvelés : des écrans de télévision de plus en plus grands, des smartphones de plus en plus performants, des ordinateurs parlants, des machines à laver de plus en plus sophistiquées, des vêtements et une mode sans cesse renouvelés.

 

Que vaut le patrimoine face à ce monde consumériste ?

Hélas, il est souvent mis au rebut, mal entretenu, laissé à l'abandon.

Et pourtant, que d'efforts, que de labeur, que de minutie, et d'ingéniosité ont été nécessaires pour bâtir des cathédrales !

 

Bien sûr, il convient de faire des choix et de préserver les monuments les plus représentatifs et les plus intéressants... mais cette préservation n'est même pas assurée.

Notre époque vouée à l'hyper consommation nous fait oublier tous ces vestiges venus du passé que nous avons tendance à négliger.

Bien sûr, ce patrimoine a une valeur touristique, mais il a surtout valeur d'héritage : il nous vient du passé, d'une longue histoire, il nous vient de tous ceux qui nous ont précédés.

Comment pourrait-on le dédaigner ? Ce sont là nos racines.

 André Comte-Sponville déclare justement à ce sujet : " nous ne vivons pas "hors-sol", ni sans relations avec ce qui nous précède. Les déracinés le savent bien, qui en souffrent. Ils ont le mal du pays, comme une envie douloureuse d'y retourner..."

 

D'ailleurs, chacun en a pris conscience lors de l'incendie qui a ravagé la flèche de Notre Dame.

Chacun a pris conscience de l'importance d'un patrimoine qui unit les Français, qui représente l'histoire de notre pays, ses racines profondes.

Il est évident que nos racines sont profondément chrétiennes... que d'églises sont ainsi laissées à l'abandon et se retrouvent dans un état de délabrement extrême !

Cet héritage est précieux, il fait partie de notre culture, nous ne pouvons le négliger.

 

Comme le rappelle André Comte-Sponville, "nous sommes des héritiers, des débiteurs. Cela nous donne moins de droits que de devoirs, dont le premier est de préserver ces trésors innombrables, donc aussi et surtout de les léguer, à notre tour, à ceux qui viendront après nous."

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2019/04/a-l-heure-de-l-obsolescence-programmee-que-vaut-le-patrimoine.html

 



29 réactions


    • UnLorrain 23 avril 2019 13:59

      @Jean De Songy

      Accident ou « accident calculé » nul ne saura ou n’osera savoir.


  • Old Dan Old Dan 23 avril 2019 02:04

    Question d’actualité : Et si la cathédrale avait été complètement détruite ?

    Dans un an, les médias n’en parlaient plus.

    Dans 10 ans, C’était un anniversaire

    Dans 50 ans, un président commémorait

    Dans 100 ans, un vague émoi passager...

    Dans 101 ans, c’était... Bof ! (Voir 14-18, par ex.)

    .

    [ Que d’émotions et blabla futiles, mais rentabilisées un max ! ]


  • Old Dan Old Dan 23 avril 2019 02:13

    Question d’actualité :

    Est si la cathédrale avait été complètement détruite ?

    Dans un an, les médias n’en parlaient plus,

    Dans 10 ans, c’était un anniversaire

    Dans 50 ans, un président commémorait

    Dans 100 ans, un vague historien à la télé (comme 14-18)

    Dans 101 ans, c’est... Bof !

    .

    [ De l’émotion et du blabla... à rentabiliser vite fait ! ]


    • rosemar rosemar 23 avril 2019 11:16

      @Old Dan

      Tout de même, un monument si emblématique, si ancien, si représentatif de notre culture et de notre histoire ! 


    • Old Dan Old Dan 23 avril 2019 21:11

      @rosemar
      « ... représentatif de notre culture, de notre histoire... »
      D’accord, mais pour combien de temps encore ?
      Culture ? L’heure est aux Jeff Coons, aux Buren, à l’art (dit) Contemporain
      Notre histoire ? Les éléphants, les ormes et l’eau propre en étaient aussi...
      .
      [ ... le marché d’Alep, Bamyan, Palmyre... aussi ! Bof... ]


  • monde indien monde indien 23 avril 2019 09:13

    Société de consommation abjecte , oui mais pas pour tous . Et ceux qui vivent dans les cités s ’ en foutent un peu du patrimoine , non ? La culture est surtout quelque chose de vivant qu ’ il faut réinventer chaque jour , quelque chose de la communauté humaine qui doit mériter ce titre de communauté , ce qui n ’ est pas le cas aujourd ’ hui .

    http://mondeindien.centerblog.net/


  • ZenZoe ZenZoe 23 avril 2019 12:10

    Un patrimoine est comme une langue : il est vivant et se transforme au gré des évolutions de la société. Ce qui est utile à un moment ne l’est plus à un autre, et doit être non pas détruit, mais recyclé ou modifié. Rares sont les ouvrages architecturaux qui n’ont pas été modifiés au cours des siècles. Un château fort se fait plus confortable et accueillant à la Renaissance, on ajoute un grand escalier, des ornements, on élargit les fenêtres. Même la cathédrale de Paris s’est fait coiffer par une flèche bien après sa construction. S’approprier son patrimoine, c’est le faire vivre, et s’assurer qu’il dure dans le temps.

    Garder nos racines est indispensable bien sûr, on n’est rien sans elles, mais il ne faut pas tomber dans l’excès en momifiant la France, qui est déjà bien à la peine. Elle regorge de trésors, utilisons-les, plutôt que de se borner à les « préserver ». Ce n’est pas le bon mot. A mon avis, cette attitude est le plus sûr moyen de le faire péricliter à terme pour ne garder que les monuments les plus emblématiques et touristiques, cad ceux qui rapportent. Or la France n’est pas seulement un musée, et un patrimoine s’autodétruit s’il n’est pas utilisé.Tout bâtiment devrait avoir une vraie fonction et être « habité ».

    C’est le seul moyen de le garder.


  • zygzornifle zygzornifle 23 avril 2019 12:38

    Dans patrimoine il y a patrie et il y a moine , une histoire a « pognon de dingue » ....


  • Pierre 23 avril 2019 14:21

    Des monuments finissent par être plus « neufs » que des bâtiments plus récents à force de les restaurer et d’y mettre des nouveaux matériaux pour ce faire. Pour ND, idem mais en une seule fois !


  • L'enfoiré L’enfoiré 23 avril 2019 16:18

    Il reste un principe de base : ce qui rare reste cher.

    Que ce soit du patrimoine ou tout autre chose.

    Si vous voulez réaliser le patrimoine, ce n’est pas chez le petit commerçant, mais chez Sotheby’s.

    Ce n’est pas non plus en vendant les biens du patrimoine aux Chinois.

    Les louer me semble plus judicieux.


Réagir