dimanche 10 mai 2020 - par Le Canard républicain

À quel(s) expert(s) se réfère Olivier Véran pour établir la stratégie à suivre lors de cette crise du Covid-19 ?

Quelle importance accorde-t-il à Yazdan Yazdanpanah ?

Dans une interview accordée le dimanche 3 mai au Parisien, Olivier Véran a déclaré que « Le Professeur Raoult est inventif, ingénieux, touche-à-tout. C'est un grand virologue. Mais en termes de prévisions, je préfère me référer à des experts qui ne disent pas qu'il y aura moins de morts du coronavirus que par accidents de trottinette ! [11] Ou qui ne disent pas qu'il n'y aura pas de seconde vague après avoir dit qu'il n'y aurait pas de première vague » [12].

Depuis le 26 février [13], le ministre de la Santé « recadre très fermement » le responsable du Pôle Infectiologie de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille, hébergé au sein de l’Institut Hospitalo-Universitaire (IHU) Méditerranée Infection, ayant reçu à 58 ans « le Grand Prix Inserm 2010 […] pour l’ensemble de ses travaux sur les agents pathogènes et sa découverte des virus géants » [14].

Alors, à quel(s) expert(s) se réfère Olivier Véran pour établir la stratégie à suivre lors de cette crise du Covid-19 ? Quelle importance accorde-t-il à Yazdan Yazdanpanah, directeur du pôle immunologie, inflammation, infectiologie et microbiologie de l’Inserm, ainsi que directeur du consortium REACTing et président du GloPID-R, « une alliance mondiale d’organisations internationales » comptant parmi ses membres la Fondation Bill et Melinda Gates ?

Yazdan Yazdanpanah, expert auprès de l’OMS, a déclaré le 23 janvier qu’« il n'y aura pas d'épidémie » en France [15]. Un jour après, il a indiqué que selon « une équipe de l’Inserm qui a fait une modélisation, c’est entre 5 % à 15 % de risque qu’il y ait un cas en France » [16].

PNG - 318.7 ko
Yazdan Yazdanpanah, Olivier Véran et Jérôme Salomon, le 17 février 2020 à l’hôpital Bichat à Paris
Publicité

Le 11 mars, il intégrait le Conseil scientifique Covid-19 installé par Olivier Véran « pour éclairer la décision publique dans la gestion de la situation sanitaire liée au Coronavirus » [17] et il présentait au cours d’une conférence de presse, l’essai clinique européen « Discovery » en déclarant que « Les traitements ont été choisis selon les recommandations de l’OMS, sur les médicaments qu’elle considérait comme prioritaires ».

Capture d'écran. Inserm sur Twitter 11 mars 2020.

Lors d’une conférence de presse organisée par l’Inserm le 31 janvier, il avait déjà évoqué le Remdesivir, ainsi que le Kaletra, médicament à base de Lopinavir + ritonavir, et l’interféron bêta [18]. En fait, bien avant le 11 mars, les modalités des futurs essais cliniques avaient déjà été données…

Ci-dessous, une petite compilation de certaines interventions [19] de « l’un des acteurs-clés dans la gestion de la crise du Covid-19 » d’après Le Monde [20]  :

J.G.

Article initialement publié sur Le Canard républicain le 10 mail 2020.

Publicité

----------------

LIRE AUSSI...

- Éléments d’information à connaître sur le coronavirus, le Remdesivir et le laboratoire américain Gilead Sciences

---------------

https://www.lecanardrépublicain.net

Nous suivre sur : Facebook | Twitter | YouTube



11 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 mai 2020 10:38

    « Yazdanpanah est passé à la tête du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat, à Paris, au début des années 2010. Mais cette carrière s’est faite tout en menant une progression à l’INSERM, notamment sous la présidence d’Yves Lévy, qui a fait de lui le directeur du programme Reacting. À ce titre, Yazdanpanah oeuvre avec le comité scientifique de Reacting, présidé par une figure que l’on retrouve également dans l’affaire du coronavirus : Jean-François Delfaissy.

    Voici comment Reacting est présenté sur le site de l’INSERM  :

    L’Inserm et ses partenaires d’Aviesan ont mis en place REACTing, un consortium multidisciplinaire rassemblant des équipes et laboratoires d’excellence, afin de préparer et coordonner la recherche pour faire face aux crises sanitaires liées aux maladies infectieuses émergentes. 

    On comprend donc que Yazdan Yazdanpanah est aujourd’hui le leader de la lutte institutionnelle contre les maladies infectieuses telle qu’elle est conçue par l’INSERM et ses obligés.

    Les laboratoires qui financent Yazdanpanah

    L’excellence (mais aussi l’influence) de Yazdanpanah explique que les laboratoires américains s’intéressent à lui et lui attribuent des crédits, à titre personnel, qui ne sont pas négligeables. Nous reproduisons ci-dessus la synthèse des sommes qu’il a déclarées, à titre personnel insistons-y (c’est-à-dire hors des interventions dont les laboratoires où il a travaillé ont pu bénéficier de la part des mêmes laboratoires).

    On s’aperçoit qu’entre 2012 et 2019, Yazdanpanah a officiellement 133.000$ en plus de son salaire, versé par des laboratoires. Il s’agit donc d’une somme proche de 1.500€ mensuels.

    Les principaux laboratoires qui l’ont financé sont : MSD, Johnson & Johnson, AbbVie, Viiv Healthcare, Pfizer, Gilead et Bristol-Myers Squibb.

    On épinglera d’emblée la nationalité de ces laboratoires :

    MSD (ex-Merck) : USA

    Johnson & Johnson : USA

    AbbVie : USA

    Viiv Healthcare : UK

    Pfizer : USA

    Gilead : USA

    Bristol-Myers : USA

    Ce tableau se passe de commentaires... Dans la stratégie de lobbying auprès des chercheurs, les places sont trustées par les laboratoires américains, et les Français n’ont pas leur place. »

     

    Atlantico 30 mars 2020

    NB : caractères gras ajoutés par le commentateur


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 mai 2020 11:03

      @Séraphin Lampion

      NB :

      Le conflit d’intérêts désigne « toute situation d’interférence entre un intérêt public et des intérêts publics ou privés qui est de nature à influencer ou à paraître influencer l’exercice indépendant, impartial et objectif d’une fonction ». Ce n’est pas une infraction pénale.

       

      La prise illégale d’intérêts sanctionne le fait pour une personne dépositaire de l’autorité publique, ou investie d’une mission de service public ou encore un élu de prendre un intérêt quelconque dans une affaire dont elle assure la surveillance, l’administration, la liquidation ou le paiement au moment de l’acte. Ce délit est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 500.000 € d’amende.


    • Doume65 10 mai 2020 11:50

      @Séraphin Lampion
      En marge de ton intervention, on peut se demander aussi pourquoi la fondation du couple Gates a donné l’an dernier plus de 2 millions de dollars au journal Le Monde.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 10 mai 2020 12:09

      @Doume65

      Ben je sais pas, moi !

      J’ai lu dans Wilipédia que « Bill & Melinda Gates Foundation » (BMGF) est une fondation américaine humaniste philanthropique qui, à l’échelle mondiale, a pour principaux objectifs d’améliorer les soins de santé et de réduire l’extrême pauvreté, alors qu’aux États-Unis, la fondation vise principalement à élargir l’accès à l’éducation et aux technologies de l’information.

      Comme on n’est pas aux Etats-Unis (me trompé-je ?), j’en déduis que les journalistes du » Monde » sont extrêmement pauvres et en mauvaise santé.

      What else ?


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 mai 2020 12:14

      @Séraphin Lampion. En tout cas, Audrey Garric a proclamé qu’elle hait la géochimie et les géochimistes. Pour sa santé physique, je ne me fais pas de souci. Pour sa santé mentale, heu...


    • JC_Lavau JC_Lavau 10 mai 2020 12:29

       Mhouais enfin bof... Les rédacteurs du DSM sont tous inféodés aux pharmaceutiques, et ils ont écrit que tout délire est excusé dès lors qu’il relève d’un communautarisme. Ils sont prudents, et craignent les fusils à lunette. Les délires d’Audrey Garric sont donc tout excusés d’avance, car relevant du communautarisme carbocentriste qui la mandate et la paie.


  • rogal 10 mai 2020 11:37

    Convaincante, la vidéo.

    Ne pas rater la fin ; en dépit de la faible probabilité, il y a bien eu au moins un cas de la maladie en France (et le malade a appris des choses).


  • BA 11 mai 2020 07:04

    Lundi 11 mai 2020 :


    Allemagne : l’épidémie de coronavirus reprend après le déconfinement.


    Pendant le week-end des 9 et 10 mai, une seconde vague épidémique commence à se faire sentir en Allemagne, qui avait fait le choix de débuter son déconfinement dès le 20 avril.


    Ce n’est pas encore la deuxième vague de l’épidémie de coronavirus tant redoutée mais, ces dernières 48 heures, l’Allemagne a découvert plusieurs nouveaux foyers de contamination. Contrairement à ses voisins français et italiens, le pays a été peu touché aux mois de février et mars par le Covid-19. L’Allemagne a fait le choix d’un déconfinement précoce, dès le 20 avril.


    Samedi 9 et dimanche 10 mai, des clusters ont été recensés.


    "L’épidémie reprend dans trois endroits différents en Allemagne, où le seuil d’alerte a été largement dépassé, avec notamment, dans l’ouest du pays, un abattoir. Près de 200 employés ont été contaminés. Au niveau national, les chiffres se dégradent. C’est un indicateur à prendre avec prudence, puisqu’il est très volatil, mais, désormais, chaque malade contamine en moyenne plus d’une autre personne. Cela veut dire que l’épidémie progresse à nouveau", explique le journaliste Laurent Desbonnets, en direct de Berlin, dimanche. 


    En Rhénanie du Nord-Westphalie, un important foyer de Covid-19 a vu le jour à Coesfeld dans une usine de transformation de viande, dont plus de 100 des 1 200 employés ont été infectés.


    Dans le Schleswig-Holstein, une région frontalière du Danemark, un abattoir du canton de Segeberg a de son côté enregistré 109 cas de contamination, jetant la suspicion sur l’ensemble de la filière en Allemagne.


    Dans l’Est, en Thuringe, le canton de Greiz est également concerné avec une flambée de contaminations, notamment dans des établissements pour personnes âgées.


    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/allemagne-l-epidemie-de-coronavirus-reprend-apres-le-deconfinement_3958071.html


    • Le421... Résistant Le421 11 mai 2020 08:45

      @BA
      En Allemagne, c’est pas grave, ils font tout bien !!  smiley
      En trois coups de chope à bière, ça va être réglé...


    • chantecler chantecler 11 mai 2020 09:02

      @Le421
      Nos élites sont admiratives de l’efficacité allemande .
      Et se soumettent.
      Ce qui ne veut pas dire que les Allemands ne tâtonnent pas eux aussi .


  • urigan 11 mai 2020 10:34

    Bizarre, on dirait que le virus éclot au hasard. Bizarre !


Réagir