vendredi 9 janvier 2009 - par vincent p

Appel à la conscience de chacun face aux suicides en France...

Depuis plusieurs mois, malgré le discours officiel, la France reste l’un des pays où l’on meurt le plus par suicide : Aussi bien dans les prisons françaises, que dans la fonction publique, au sein du parti de la majorité, dans le suicide de l’un de ses élus dernièrement, également dans la tentative de Claudie Haigneré vite démentie par l’un de ses proches ça se comprend. L’autre jour un couple d’octogénaire s’est jeté du toit de leur immeuble, et cela revient jour après jour dans les quotidiens, les informations et autres témoignages accablants...

Ne pas oublier non plus le suicide de cette enseignante à bout de force, son mari s’opposant courageusement à la version officielle, cela commence à faire beaucoup. Qu’est ce qui ne va plus parmi les pays de l’OCDE, les taux de suicide sont surtout les plus élevés en France au Japon ( 15 à 20 pour 100.000 ) et encore ce ne sont pas les derniers chiffres, je crains le pire pour les années qui viennent si la crise perdure dans ces valeurs…

Chaque année en France un grand nombre de personnes tentent de mettre fin à leurs jours. Certaines y parviennent d’autres non, ou finissent handicapées à vie malheureusement. Le nombre de suicides dans le pays est plus meurtrier que les accidents de la route, beaucoup de familles inconsolables ne s’en remettent pas toujours. La réalité aujourd’hui c’est que notre société ne se porte pas mieux depuis l’élection de qui vous savez, possible que cela remonte à loin, voire dans ces valeurs que nous recherchons tant à imposer aux autres. C’est inquiétant, nous pourrions dire que cela a toujours été tel, oui peut-être, mais je me demande s’il n’y aurait pas un rapport de cause à effet dans la manière dont les gens sont de plus en plus assujettis au bon plaisir de nos dirigeants ! Encore faut-il accepter de regarder la réalité en face, celle qui vous dérange le moins d’entendre, au culte de la performance médiatique que proclament habituellement nos gouvernants, lorsque nous voyons tant de gens se noyer dans le consumérisme, au sacrifice de toute autre considération comme seul objectif premier le productivisme. Que constatons nous maintenant, la récession, la dépression, le désarroi, il paraîtrait que ce serait principalement dans les gènes, les problèmes personnels, mais jamais bien évidemment de ceux qui poussent tant à bout pour mieux baisser les statistiques, qui ne changent rien sur le fond. En 30 ans, le taux de tentatives de suicide a fortement augmenté chez les femmes n’ayant plus le bon physique de l’emploi, femmes seules, séparées, isolées, ayant des enfants à charge, ou chez les jeunes ou moins jeunes sans qualifications, faute de réelles mesures plus différentes des autres pays à leur égard. Il y a plusieurs types de suicides, le suicide " anomique " par exemple est dû à des réformes socio-économiques survenant trop brutalement, pour des individus n’en trouvant plus le temps de s’adapter aux nouveaux critères moraux. Ne parlons pas de ceux préférant en finir dans l’alcoolisme, la délinquance, la violence, la rue, le froid. Possible que l’omniprésence médiatique de certains dans l’esprit de beaucoup n’arrange pas mieux les choses, celle des valeurs du Sarkosysme ne peuvent encourager les gens à éteindre au plus tôt sans tarder leur téléviseur. Certains se suppriment même sur leur lieu de travail maintenant, que veulent-ils nous dire à travers leurs gestes ? Quelle est donc cette malédiction qui pèse comme une épée de Damoclès sur le monde, sur tous ces malheureux des industries de croissance, quelles en sont ces valeurs si terre à terre, s’insinuant partout, habituellement si répandues parmi les personnes qu’il ne leur vient jamais à l’esprit de les remettre en cause ?

Qu’il est bien vu de nos jours de se conduire comme tant de marchands de sommeil, de dirigeants, à la tendance savamment orchestrée et bien entretenue. Cela revient si cher de nos jours de mieux prendre le temps de soigner l’autre, et puis tant de discours moralisateurs et de propos qui ne mènent à rien. Que penserait Victor Hugo sur ce retour des " Ténardiers " des temps modernes, des petits dirigeant les autres, mais que font-ils en haut ? La pression du commerce mondial en devient si intenable que beaucoup en perdent leur santé, l’équilibre, sans compter que les caisses des Etats n’ont jamais été aussi déficitaires comme les Banques. Ne devrions nous pas Sortir, Sortir, au plus tôt de ces valeurs, afin que nous ayons moins part à ces fléaux ou devons nous répéter plus longtemps ces mêmes faits et gestes dans nos rapports aux autres ? De quoi sont faites toutes ces couches de graisse gouvernementales qui empêchent les hommes de raisonner par eux-mêmes, qui dressent et divisent tant les uns les autres à ne pas les remarquer ? Nous devons bien comprendre, à la mémoire de tous ceux qui ne sont plus là pour nous le dire, que cette programmation nous a été transmise par des dirigeants, des décideurs, qui nous ont mis en tête que sans " le travailler plus pour gagner plus " le monde cesserait d’avancer aux seuls signes extérieurs de richesses devant autrui. Hélas une grande vague approche et nous ne savons plus battre des ailes, ne s’élevant qu’à quelques centimètres du sol, acquérir et posséder toujours plus de choses avec boulets aux pieds. 

" Inquiétude dans l’acquisition, Car ces biens ne viennent pas se présenter d’eux-mêmes ; il faut les rechercher, et ce n’est pas sans peine qu’on les trouve. Mille obstacles s’opposent aux desseins qu’on forme, mille accidents les dérangent et les arrêtent. Cependant la passion d’avoir sollicite, presse, ne peut souffrir de retardements, tant elle est précipitée ; ne peut se contenter de rien, tant elle est avide. De là donc les troubles et les agitations. On se surcharge de travail, d’affaires, d’entreprises. L’une terminée, on s’engage dans une autre, et souvent même on les embrasse toutes à la fois. On y pense la nuit, on s’en occupe le jour ; on y sacrifie son repos, on y altère sa santé, on y expose sa vie. A force de vouloir se procurer un prétendu bonheur que l’imagination fait consister dans l’opulence, on se rend malheureux, et l’on consume ses années dans un tourment que la mort seule finit." Louis Bourdaloue

Ce que tout citoyen " normal " devrait absolument pérenniser, s’en faire même davantage violence en soi comme en l’autre. Lorsque nous étions jeunes, crédules par le biais du discours entendu, que nous devions produire en nous ce même sentiment d’insécurité, sans cesse croissant, si exemplaire au niveau comportemental, comme si le monde ne correspondait pas suffisamment à ces modèles ! Il faudra bien un jour ou l’autre que certains fassent leur examen de conscience. Songeons avec quelle habileté ceux qui nous gouvernent persistent à le faire croire… Quelles sont ces valeurs qui font, paraît-il, tant le bien de l’homme au comble de leurs agissements ? Que font les gens sans espoir, n’ayant plus d’autres choix que de les subir au quotidien et bien ils s’en rendent davantage malades, voire pire. Une bonne action gouvernementale n’est jamais aussi bonne tant que " nous avons la prétention de la poser, c’est notre mérite à l’antenne " ! N’est-ce pas ce qu’on leur répète continuellement : Ne vivre et se conduire que pour cela pourquoi si peu de joie dans les cœurs ? A quoi bon un parlement, des députés, des sénateurs, une chambre basse, des élections, un suffrage universel, des corps intermédiaires, des magistrats indépendants, si vous êtes convaincus que vous avez toujours raison et que les autres ont tort, vous jetez bien évidemment les bases à ce que davantage de personnes se sentent mal, en vous imposant comme seule valeur incontournable.

"On veut être riche ; voilà la fin qu’on se propose et à laquelle on est absolument déterminé. Des moyens, on en délibérera dans la suite ; mais le capital est d’avoir, dit-on, de quoi se pousser dans le monde, de quoi faire quelque figure dans le monde, de quoi maintenir son rang dans le monde, de quoi vivre à son aise dans le monde ; et c’est ce que l’on envisage comme le terme de ses désirs. On voudrait bien y parvenir par des voies honnêtes, et avoir encore, s’il était possible, l’approbation publique ; mais, à défaut de ces voies honnêtes, on est secrètement disposé à en prendre d’autres et à ne rien excepter pour venir à bout de ses prétentions." Louis Bourdaloue

Peut-être ce désir gouvernemental qui nous retient tant de raisonner de façon claire et lucide, tellement de jeunes déboussolés sortant des écoles se suicident faute de ne pouvoir supporter cette pression infernale. Cette folle course contre le temps, la montre, au seul progrès d’être riche, celui du commerce mondial, d’une folle civilisation suicidaire, tel un train fou lancé à pleine allure, principal responsable des maladies de cœur et de l’hypertension, de crises cardiaques, de cancers et j’en passe… Les hôpitaux en sont pleins qui en débordent, accidents de travail, maladies professionnelles… Tant d’hommes que l’on contraint constamment à tendre l’échine, à s’épuiser corps et Ames pour cette grande meule du commerce mondial, mais ça n’a pas de sens que les nations se conduisent partout ainsi, lorsque tant de gens meurent déjà de ces fléaux. Et puis cette impression de plus en plus pesante, pénible, d’être conduit par des affairistes, marchands d’armes et autres banquiers véreux à vos côtés pour mieux paraît-il voir un monde nouveau, dans la possession sans cesse, sans fin.

" Inquiétude dans la possession. Il n’en coûte pas moins pour conserver que pour acquérir. Ce qu’on aime, on craint de le perdre ; et plus on l’aime, plus les alarmes sont fréquentes : car on les prend aisément. Une perte qui arrive chagrine, et est capable de désoler un homme à qui néanmoins il reste d’ailleurs beaucoup plus qu’il ne lui faut pour être en état de porter le dommage qu’il a souffert. Parce qu’on est âpre sur l’intérêt, on ne veut rien laisser inutile, mais on prétend que tout ce qu’on a profite, et ce sont toujours pratiques nouvelles, toujours nouvelles fatigues. On ne veut rien céder, rien relâcher de ses droits ; on les exige à la rigueur, et de là les contestations, les démêlés, les procès. Il n’y a là-dessus qu’à interroger tant de riches du siècle, et qu’à les faire parler. Leur convoitise les dévore ; mais s’ils savaient la contenir et la régler, avec une fortune un peu moins ample, ils vivraient beaucoup plus tranquilles, et cette paix vaudrait mieux que toutes leurs richesses." Louis Bourdaloue

Lorsque tant de personnes se rendent bien compte qu’elles ne peuvent plus faire autrement, des échéances de plus en plus insupportables qui s’enchaînent. Ne parlons pas de ceux ayant un intérêt, un handicap gouvernemental trop intéressé pour s’en défaire, mais qu’apprenons nous de la part de nos gouvernants si affairés à faire le bien, vendre des armes ? N’avez-vous jamais pris conscience de l’absurdité de tout ceci, travailler plus pour gagner plus ? Nos gouvernants ont même l’impression que s’ils ne s’affairent pas tout le temps, ils n’avancent pas ! Evidemment à force de courir de ci de là, cela ne solutionne jamais rien, quand bien même vous en pousserez davantage à vous suivre, ou de ceux ayant encore un peu de mal à vous suivre aveuglément, vous courez si vite à réformer le monde. Etonnant d’ailleurs qu’il n’y en est pas davantage qui se rendent malades, mais jusqu’à quand le supporteront-ils ? Vous en avez bien de l’impudence d’agir à votre guise, lorsque vous dites " Je suis la voie droite " sans erreur possible, parce que j’ai le pouvoir, je suis si riche et puissant, j’ai trop de gens à mes bottes, je suis en haut et non en bas l’orgueil humain sans fin sur terre. Je suis la " voix " dans laquelle il n’y a ni vices ni défauts à relever, j’ai tant de mérites dans le seul travail affiché du dehors, je suis la " voie " de celui qui trône sur terre.

Le tragique de notre société est de vouloir tout réformer dans l’empressement, ce besoin continuel de réforme ne trompe plus personne, ne mène nulle part. C’est une illusion de croire que plus nous nous empressons, et plus nous progressons devant toutes ces choses produites de nos mains, et plus les problèmes seront résolus, vouloir continuellement se précipiter dans l’action humaine, pour mieux paraît-il faire œuvre de bien ! Si seulement vous cessiez de vous évertuer à le faire croire, voir à quel point cela ne change rien, d’en faire le précurseur à l’image. Mais bon ce n’est pas grave, tant qu’il est encore possible de passer les fêtes avec Félicie à Vénitie, carnaval et confettis au pays des délices et du pays enchanté, loin du pays et des petites gens que vous n’aimez guère pour leur vécu si différent du votre, des gens si peu méritants. Beaucoup se suicident parce que l’on prend un malin plaisir à les pousser, les presser dans l’abîme, au comble même de l’iniquité. Pour les honneurs d’une position, achetez, vendez, spéculez, amassez, buvez et gardez tout, mais ne donnez jamais rien de ce qui vous est donné du ciel, ce serait trop perdu cela vous appartient, faussez les balances, soyez changeurs, trompeurs, changez les lois, la justice, les écritures, faites vous un nouvel évangile, qui corresponde davantage à l’homme pressé que vous êtes devenu le portable à la main, c’est-à-dire en vérité bien loin de l’esprit communautaire des premiers Apôtres, faites-vous un capital de l’asservissement des êtres que vous n’aimez guère voir se conduire autrement, payez les au centime près, sinon c’est le chantage d’un choix qui n’en est pas un, plus vite c’est bien, plus lentement c’est mal votre morale, comme ca lorsque la grande crise surviendra vous en verrez davantage se noyer dans vos valeurs si prétendument porteuses de gilets de sauvetage pour tous. Hélas ce qui est un remède pour certains est poison violent pour d’autres : L’argent vite gagné dans l’impatience, plus important que le soin apporté à l’autre dans la patience et la charité. L’impatience gouvernementale est toujours une erreur, un faux mérite bien entretenu, qui ne change en rien une société. Combien se tueront en 2009, 2010, 2011 ? Votre mérite : Faire baisser les chiffres coûte que coûte, quelle que soit la méthode employée même en période de crise, en pleine déroute mondiale dans la compensation.

"S’enrichir par une longue épargne ou par un travail assidu, c’était l’ancienne route que l’on suivait dans la simplicité des premiers siècles ; mais de nos jours on a découvert des chemins raccourcis et bien plus commodes. Une commission qu’on exerce, un avis qu’on donne, un parti où l’on entre, mille autres moyens que vous connaissez, voilà ce que l’empressement et l’impatience d’avoir a mis en usage. En effet, c’est par là qu’on fait des progrès surprenants ; par là qu’on voit fructifier au centuple son talent et son industrie ; par là qu’en peu d’années, qu’en peu de mois, de la poussière où l’on rampait, on s’élève jusque sur le pinacle." Louis Bourdaloue

Comme si ce n’était pas suffisant , faute de réels repos dans les cœurs, les esprits, les corps ! Là où tout ce que les efforts effrénés de nos dirigeants peuvent mener, c’est la présomption d’avancer dans la précipitation d’une société, la leur, faire croire à tant de gens qu’ils ne valent plus que cela pas la réelle confiance ou compréhension de l’autre, ni le changement réel d’une société dans l’attention ou la réelle acceptation d’autres valeurs, ce qui est bon pour Caïn n’est pas forcément bon pour Abel. Ces politiciens et dirigeants, qui veulent tant maintenir jusqu’au bout leur emprise sur les êtres et les choses, au risque même d’en pousser davantage, à un conditionnel d’existence de plus en plus invivable, intenable, afin que nul ne puisse plus faire autrement, qui font peser sur tant d’êtres leurs contraintes et exigences, c’est ce type de violence gouvernementale qui s’élève dans l’esprit d’un bon nombre en désaccord avec ces fausses valeurs de vie, lorsque leur conscience voit davantage le mal que leurs contemporains refusent de voir ou d’entendre, Il ne faut bien sur pas vraiment aimer son pays, sa culture, son histoire, ses origines, pour se conduire autant de la sorte mais quel grand déshonneur de conduite pour certains …



36 réactions


  • Hieronymus Hieronymus 9 janvier 2009 14:09

    je ne vois pas pourquoi a partir de qq faits divers tragiques vous en deduisez que la France est un des pays ou l’on se suicide le plus, c’est totalement faux, rien qu’au plan europeen on se suicide en proportion 2 a 3 fois dans les pays Baltes par exemple, voyez les statistiques ..


    • L.S.B 9 janvier 2009 14:25

      Je ne sais pas si la France est championne du monde en matière de suicide mais je sais qu’elle l’est en ce qui concerne la prison. Taux de suicide 10 fois plus élevé à l’intérieur de la prison qu’à l’extérieur (120 par an pour 60 000 détenus). C’est peut-être que les détenus en France sont plus fragiles ... ou plus certainement que les conditions pénitentiaires du pays des droits de l’homme relèvent du moyen âge.


    • vincent p 9 janvier 2009 19:54

      qq faits divers tragiques dites vous...

      On voit tout de suite que vous ne vous intéressez guère à ces faits, je n’ai cité que des exemples actuels, sans compter cette mère de famille qui s’était défenestrée faute de pouvoir s’acquitter de ses dettes. C’est vraiment malsain de votre part d’écrire que mes sources sont totalement fausses, vous vous fiez à des statistiques qui, vous le savez, ne sont plus fiables, avec des chiffres erronnés pour mieux masquer la précarité dans laquelle notre pays a basculé. On voit déjà comment les chiffres du chômage sont maquillés pour ne pas trop déplaire à nos dirigeants, alors ceux du suicide n’en parlons pas.


    • Hieronymus Hieronymus 9 janvier 2009 20:26

      @ l’auteur
      je ne nie pas la realite du probleme du suicide ni tous les drames affreux que cela represente
      mais vous faites ds le sentimentalisme facile qd partant de qq cas particuliers parfois hyper mediatises qd il s’agit de personnes connues, vous pretendez decrire une situation generale..
      en France vivent plus de 60 millions de personnes, 60 000 000 individus !
      pensez vous qu’il soit possible de projeter qq cas individuels si tragiques soient ils sur 60 millions ?
      cela n’a evidemment aucun sens mais a l’heure des medias, de la star ac et de la tele realite, c’est ce que les journalistes font regulierement ..
      ainsi lors de campagnes electorales, on veut accentuer la peur et le climat d’insecurite ?
      aucun probleme : chaque jour sur un pays de 550 000 km2 apporte son lot quotidien de faits divers d’agression, il suffit de braquer les cameras, c’est grace a cette manip de l’info que le Pen est arrive au 2eme tour..
      le suicide est un reel probleme mais il est faux de dire que cela concerne particulierement la France


    • dalat-1945 9 janvier 2009 21:27

      @ LSB,

      C’est totalement faux. Il y a de l’ordre de 15 suicides par an en France dans les prisons. Vous êtes un affabulateur.

      Donnez moi les noms et les dates de ces supposés suicides en prison depuis un an. 120 par an, vous dites, cela ferait 10 par mois !

      Totalement faux,

      vous êtes le plus grand des menteurs !


    • L.S.B 9 janvier 2009 22:57

      Je suis certain que c’est vous qui vous vous trompez fortement et hallucinez Les chiffres sont les suivants :
      2007 - 120 suicides
      2008 - 108 suicides
      et je crois qu’en 2006 c’était entre 100 et 105
      Je vous précise par ailleurs que pour la seule semaine qui vient de s’écouler, il y a eu 5 suicides en prison.

      Revisitez vos statistiques SVP. Consultez l’observatoire des prisons ou le site prisons.org


    • Naja Naja 10 janvier 2009 10:51

      Bonjour,

      Au sujet des suicides en prison, le chiffre glané en une minute sur internet (recherche "suicide prison" sur google) est de 115 pour 2008.

      Quelques sources  :
      www.lepoint.fr/actualites-societe/115-suicides-en-prison-en-2008/920/0/303534
      tempsreel.nouvelobs.com/depeches/societe/20090105.FAP6596/marseille_su icide_dun_prisonnier_a_la_prison_des_baumet.html
      www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/01/05/01016-20090105ARTFIG00398-deja-deux-suicides-en-prison-pour-.php
      etc. etc.

      Plus précis et en temps réel, le site www.prison.eu.org/rubrique.php3
      Il comptabilise les suicides et morts suspectes par prison et par année.

      Cordialement,
      Naja


  • lapalette 9 janvier 2009 14:28

    Il y a au moins 2 fois plus de personnes qui se suicident que de morts sur la route :
    Pour la route on a construit une legislation hyper-répressive qui ne se rencontre presque nulle part ailleurs.
    En ce qui concerne le suicide, on tente de camoufler les stats et on élude...
    Vous y voyez une logique ? Moi, non.


    • dalat-1945 9 janvier 2009 22:25

      C’est vrai, il y a 2.5 fois de morts sur les routes qu’il y a 5 à 6 ans. Il y avait sensiblement auparavavant, le même nombre de suicides et de morts sur la route.
      Mais ceci est grace à une reéelle prise de conscience et de bonnes décisions prises pour aller dans le bon sens.Il n’est pas possible de faire la même chose pour le suicide, qui n’est pas lié à des dérives purement techniques du comportement. Les drives psychologiques ne se traitent malheureusement pas toujours par la loi.

      Merci Nicolas Sarkozy. Même le plus stupide de vos adversaiores ne peut pas contester cela.


    • vincent p 9 janvier 2009 20:03

      J’aurais bien voulu vous suivre dans l’humour des pieds nickelés mais là c’est un sujet trop grave.
      Si vous vous autorisez à rire de tout comme nos dirigeants, ce n’est pas mon cas...

      On peut également saisir autre chose de la part de Louis Bourdaloue...que vous ne connaissiez certainement pas n’est ce pas ? Il est vrai qu’il est bien loin des vaines valeurs actuelles du Sarkosysme.


    • vincent p 10 janvier 2009 09:42

      De quoi me parlez vous de réalisation personnelle sur ce sujet ?

      La force, la plus brutale, en écrasant l’autre, ne réalise pas mieux une société. Si vous comptez sur Sarko pour ne serait ce qu’apporter un peu de changement dans votre manière de voir les choses en société, alors dans 50 ans vous en serez encore à le suivre dans ces prétendus valeurs de bien.


    • Atlantis Atlantis 10 janvier 2009 11:53

      @ l’auteur : apparemment vous n’avez pas la moindre idée de ce dont il parle. Vous n’avez pas passé l’éveil, donc restez dans la caverne à hurler avec la meute.


  • JoëlP JoëlP 9 janvier 2009 14:30

    Et vous n’avez pas peur que des lecteurs d’Agoravox se suicident après avoir lu un tel article moralisateur ? 

    En tout cas si cela devait arriver, pensez à envoyez une bouteille de champagne au club des joyeux rédacteurs pour qu’on rigole un peu.


    • vincent p 9 janvier 2009 20:18

      La bouteille de champagne je préfère la garder au frais, au club des personnes qui commencent à ouvrir de plus en plus les yeux sur ces fausses valeurs (bling bling, Fouquet’s, augmentation de son salaire hors normes...).

      Et vous n’avez-vous pas peur que davantage de personnes se suicident lorsqu’elles sont uniquement poussées à vivre dans ces valeurs, c’est vraiment irresponsable, lorsqu’on leur fait tant la morale à longueur d’antenne...


  • licorne 9 janvier 2009 17:41

    il y a plus de 10 000 sucide en france et plus de 100 000 tentative.... le sucide tue beaucoup plus que les accident de la routes c’est une certitude... mais on en parle pas parce que l’on ne peux pas accuser quelqu’un ou faire culpabilisé qui que ce soit.... et puis quel repression mettre en place pour le limité tout en remplissant les caisse de l’etat ?

    C’est un sujet qui devient de plus en plus tabou en france car nous connaissons tous ses drame qui sont trop proche de nous, et surtout pourquoi certain arrive a vouloir mettre fin a leur jour ? Peut etre par manque d’espoir, parce qu’ils en on marre de vivre dans une société individualiste...

     


    • vincent p 9 janvier 2009 20:10

      Bonsoir,

      Merci de votre commentaire, c’est en effet difficile à aborder, j’ai eu des difficultés à me procurer des statistiques, le site de l’INSERM n’est d’ailleurs pas très bien organisé afin de prendre connaissance d’informations surtout sur les derniers mois, certains document remontant à 2 ans. C’est vrai que c’est un sujet tabou, encore plus lorsqu’on tente d’établir un rapport de cause à effets directs ou indirects entre ceux qui ne peuvent plus vivre tant ces valeurs martèlent les esprits, alors oui un sujet "surtabou" surtout si celui-ci est trop dérangeant !


    • licorne 9 janvier 2009 20:27

      malheureusement comme on peux le constater, ce sujet n’attire pas les defenseur du code de la route, pourtant il y plein d’accident mortel qui sont des sucides mais qui sont classé dans les accident mortel....(j’ai tristement connu un cas) de meme les anti tabac qui prone qu’il faut empecher les gens de ce nuire ne viennent pas en courant la fumée les derange mais les cadavres semble les faire taire (je sais dit comme ca c’est cinique)

      Je pense que ce qui derange c’est les question qu’oblige de ce poser un tel probleme, quand au reponse a y apporté.... Et puis y a pas de loi sur le sucide donc les pro du faut respecter la loi ne savent plus quoi dire, il doivent attendre une reponse du parlement sur le sujet.... 


  • raymond 9 janvier 2009 18:00

    @l’auteur
    vous avez raison sur ce sujet, le suicide est tabou en france
    j’ai obtenu il y a 10 ans des archives un texte avec les lllex-chiffhorbitants de 10.000 décés en france seule
    ajoutez à cela la montée vertigineuse de sucicides en prison et celle d’adolescents voire d’enfants.....
    Par contre pour les "pit bulls" ya la loi qui va bien.
    Ce qui reste inquiétant cependant c’est que dans les états "propres" genre Suéde, il y a aussi beaucoup trop de suicides...


    • dalat-1945 9 janvier 2009 21:36

      Savez-vous qu’en temps de guerre les suicides sont divisés par 2 ou par 3 ? Pourquoi ? Demandez aux psychiatres. Ils vous expliqueront alors pourquoi en temps de paix, il y a autant de suicides.En temps de paix, les vrais valeurs sont reléguées aux oubliettes, ce qui n’est pas le cas en temps de guerre !


    • Bois-Guisbert 10 janvier 2009 10:41

      En temps de paix, les vrais valeurs sont reléguées aux oubliettes, ce qui n’est pas le cas en temps de guerre !

      Je crois aussi que quand les gens éprouvent de vraies préoccupations, clairement identifiées, ils ne se laissent pas submerger par une accumulation de "bricoles".


  • vincent p 9 janvier 2009 19:32

    A l’origine le titre de l’article était le suivant lorsque je l’ai posté hier soir à minuit, mais apparamment celà n’a pas plus à certains : Appel à la conscience de chacun avant le désastre du Sarkosysme ...

    Dans mon article il n’était pas question d’évoquer ou d’énumérer uniquement les taux de suicides mais de partir de ce sujet grave dans le but de mieux montrer en quoi le martélement de certaines valeurs peut indirectement faire du tort moral à une société, voir à des gens ne se montrant même plus capables de suivre toutes ces folles réformes faites en vitesse. Le comité de rédaction de votre site est-il encore bien indépendant je me pose la question alors que tant de médias sont déjà sous sa coupe ?

    Permet-il aux auteurs de s’attaquer aux premiers qui nous inculquent ces fausses valeurs de vie en société ? En tant qu’auteur de cet article j’estime avoir un droit de regard sur un changement de titre et que souvent certains d’entre vous publient des articles dénonçant les abus du sarkosysme sans que les titres soient changés car ils sont très explicites, j’en appel de nouveau à la conscience de chacun.


    • Bois-Guisbert 10 janvier 2009 11:07

      "... le martélement de certaines valeurs peut indirectement faire du tort moral à une société, voir à des gens ne se montrant même plus capables de suivre toutes ces folles réformes faites en vitesse."

      C’est sans doute aussi ce qui explique qu’au cours de la période 1979-2002*, c’est pendant les années Mitterrand que les taux de suicides ont été les plus élevés avant qu’une régression très nette ne soit enregistrée sous l’inconsistant Chirac...

      http://www.sante.gouv.fr/drees/etude-resultat/er488/er488.pdf


  • maharadh maharadh 9 janvier 2009 21:15

    @licorne,
    Comme quoi il faut tourner 7 fois sa langue...................il me semble malsain de vouloir opposer les associations ou institutions qui s’occupent de prévention qu’elles quelle soient, du suicide ou de prévention routière, des accidents de la vie,etc... le problème n’est pas là.

    Effectivement le suicide est un tabou dans notre société comme dans toutes les autres.

    Le mal être semble surtout frapper les populations riches ou les populations privées d’avenir par leurs élus corrompus sans oublier les peuples dont on a effacer volontairement la mémoire de leurs racines,amérindiens,aborigènes etc.......

    En ce qui concerne notre pays : Un suicide toutes les 40 minutes
    Environ 160 000 tentatives de suicide
    Plus de 11000 morts par an

    Source : www.infosuicide.org/

    A la constatation des nombreuses victimes de la route dans les années 80 les proches des victimes ont
    réagis en se battant et en constituant des lobbis afin de faire réagir nos élus avec le succès que l’on connaît des milliers de vies épargnées et des millions d’Euros économisés par la société , je suggère que l’on fasse le même travail en ce qui concerne les suicides.
    Même si celà sera plus difficile les tabous sont diffiçiles à abbattre.




    • licorne 9 janvier 2009 21:30

      je ne cherche pas opposer les association qui s’occupe des accident de la route ou autre, Je deplore que les association qui essai de parler du probleme du sucide n’arrive pas a ce faire entendre, certes elle ne parles pas toutes d’une meme voix mais je constate que le sucide est un tres gros tabou de notre societe car comme vous le dites :

      "Le mal être semble surtout frapper les populations riches ou les populations privées d’avenir par leurs élus corrompus sans oublier les peuples dont on a effacer volontairement la mémoire de leurs racines,amérindiens,aborigènes etc......."

      Ce qui veux bien dire qu’il y a un serieux probleme dans notre société et que le sujet fait (excusez moi l’expretion) "ressortir la merde de la fosse ou essai de l’oublier"... 

      Le sucide semble toucher toute les CSP en france et toute les tranche d’age ce qui me pousse a dire que le probleme n’est ni generationnel ni un probleme de categorie sociale... Pour ma part tout les amis ou connaissance qui sont passer a l’acte avait un point commun : ils avez tous perdu espoir en l’avenir, ce qui veux tout dire et pas grand chose a la fois je vous l’accorde.... Moi meme, l’idée d’en finir mai passer par la tete mais heureusement j’avais encore des chose a mettre dans la balance pour ne pas passer a l’acte...


  • bernard29 bernard29 9 janvier 2009 23:29

    je ne comprends pas pourquoi, vous ne parlez pas dans un article sur la déprime du fait que la France est

    • - le pays champion du monde de consommation d’antidépresseurs ..
    •  
    • - le champion d’europe en nombre de policiers et gendarmes confondus
    •  
    • - dans les plus mauvais dans les enquêtes concernant le moral des populations.

    avec tout ça, il y a de quoi se suicider. Et on s’y suicide en effet....


    • vincent p 10 janvier 2009 10:25

      Oui, vous avez raison je ne voulais pas rentrer dans des considérations trop médicales, je me suis surtout basé sur toute ces infos qui reviennent un peu trop souvent ces derniers temps, effectivement la France est bien la Championne du monde de la consommation des anti-dépresseurs et autres psychotropes ajouté à cela ce que nous vivons actuellement cela donne un cocktail alarmant. J’espère néanmoins à travers la rédaction de cet article que davantage de personnes en France ouvriront les yeux en toute conscience et responsabilité, car nous faisons réellement fausse route.


    • Naja Naja 10 janvier 2009 11:10

      Bonjour,

      Il me paraît à peu près évident que c’est la souffrance qui mène au suicide (qu’elle se traduise en dépression ou pas). Soit qu’elle devienne si grande qu’il soit insupportable pour la personne de la vivre, et donc de vivre. Soit que la personne perde totalement espoir de se sentir un jour mieux, et perde ainsi l’envie de continuer à survivre.
      L’on peut s’interroger sur les causes de la souffrance. Et si l’isolement n’en est pas toujours à l’origine, je dirais qu’il en est presque toujours un facteur aggravant.
      Les personnes en souffrance sont (ou se sentent) exclues, puisqu’elles perçoivent qu’elles ne collent pas à l’image positive du bon citoyen productif, utile, fort et heureux. Il me semble que notre société, le bien-être se conçoit comme un accomplissement, une réussite sur la base de laquelle on juge en bien ou mal une personne. Au point qu’une personne dont on voit qu’elle souffre est considérée comme faible. On dira par exemple qu’elle "se complait" dans sa douleur et son malheur, qu’elle n’a pas la volonté suffisante à "surmonter l’adversité", etc. Autant de jugements et comportements collectifs qui l’excluent et/ou la portent à tenter de masquer sa détresse.
      Que certaines jouent une mascarade en société pour s’épargner ce regard dévalorisant voire accusateur ne change rien à leur réalité intérieure. Ce qui fait que malgré les apparences, ces personnes se retrouvent seules avec leurs difficultés. Cercle vicieux.

      En cela, je trouve votre article pertinent, quoique laisser entendre que l’exclusion soit l’origine première de la détresse me parait être un raccourci.
      Si le suicide est un sujet tabou, la souffrance et le malheur dérangent car elles font "tâche" dans notre société. Et je dirais que bien souvent, ce sont aussi leurs causes qui sont taboues.


    • Artius 10 janvier 2009 12:16

      Vous avez tout à fait raison de faire le lien entre les suicides et la consommation de psychotropes, fûssent-ils légaux ou non.

      Oui, il y a plus de gens qui meurent par suicide chaque année, que d’accident de la route mais le suicide est encore de nos jours un sujet tabou - héritage d’une pensée judéo-chrétienne ? - d’autant plus qu’il résulte certainement d’un malaise directement lié à l’image véhiculée par notre société de consommation et de paraître qui consiste à faire croire que pour être quelqu’un de bien il faut avoir "réussi", il faut posséder beaucoup, il faut avoir une belle apparence, être connu et reconnu etc etc.

      Autant de va-leurres dans lesquelles beaucoup ne se reconnaissent pas, et se sentant dévalorisés, mettent un terme à une existence finalement jugée sans valeur.


    • vincent p 10 janvier 2009 10:19

      Tiens vous venez de me donnez une idée sur la rédaction d’un article.

      Très humain de votre part de déconsidérer les personnes fragiles qui mettent fin à leur jour faute de ne plus pouvoir entendre dans les médias d’autres valeurs de vie moins liées à la seule acquisition de l’argent ou des richesses en société, ne laissons pas plus longtemps ces gens se suicider pour ces seules valeurs si médiatisées de nos jours pour certaines personnes, pour mieux se faire élire aussi à la tête des autres...



       


    • Bois-Guisbert 10 janvier 2009 10:37

      d’autres valeurs de vie moins liées à la seule acquisition de l’argent ou des richesses en société,

      Il fallait être con comme une Lumière pour croire que les petites gens seraient plus heureux si on les privait des espoirs entretenus par la croyance religieuse...

      P.S. - Je précise que je suis moi-même agnostique, mais que je ne m’estime en rien supérieur à un croyant sincère.


    • lymb lymb 23 janvier 2009 12:38

      Je précise qu’étant athé, je ne me sens pas plus supérieur à un croyant que toi, mais il éxiste de nombreuses autres valeurs que la religion.
      L’éthique, par éxemple, où bien l’humanisme, qui peuvent très bien éxister en dehors de toute religion et qui me parraissent bien plus saines que les appels au meurtre de la plupart des religions, en tout cas des monothéistes.
      Mais ce n’est que mon avis, chaqun à le droit d’avoir son opinion et de l’éxprimer.


  • vincent p 10 janvier 2009 12:06

    Comment survient une plus grande consommation d’anti-dépresseurs, de psychotropes en France lorsqu’il n’est plus possible de penser sa condition humaine autrement avec nos dirigeants, travailler plus pour gagner plus, toujours pour plus d’efficacité sans réfléchir ? Au moment même ou vous dites à une société de ne vivre plus longtemps que pour vos seules valeurs de réalisation personnelle à la tête d’une société, vous ne pouvez que nuire davantage à l’autre.

    Tout laisser dans l’ombre en pleine crise mondiale .


  • dom y loulou dom 11 janvier 2009 12:55

    bien alambiqué pour une constation simple de colonisation arbitraire et meurtrière.

    l’0europe est sous visée coloniale si vous ne l’avez pas remarqué et certains se font un point d’honneur à importer leur guerre chérie et leur racisme de bas étage chez nous.

    Il est urgent de rperendre le flambeau identitaire rassembleur et se souvenir de qui NOUS sommes au lieu de se laisser à se demander si on est pro-juif ou pro-arabe.

    Et vous savez exactement qui nous colonise tous et pervertit absolument tous les liens entre les nations et se met en exergue en massacrant par pure provocation, toujours dans le but de ramener les esprits à une problématique entretenue tous les jours sans qu’il n’y ait aucune volonté d’aboutir à une quelconque paix , mais tout le contraire, amener les moutons européens à saboter eux-mêmes leurs pays en suivant la ligne de division entretenue à coups de millions dans les médias.

    retour aux cathédrales !

    quel rapport ? On nous avolé la terre, l’eau et l’air et l’espace, on nous a volé les coeurs de nos villes, les centres de rencontre où chacun pouvait se rencontrer sous l’aile bienveillante de l’amour universel pour lesquelles les cathédrales ont été bâties, pour servir de maison commune aux sans-abris et de la soupe chaude tous les jours et tout soins gratuits pur les démunis, mariant toutes les activités sociétales jusqu’à la musique dans une maison commune.

    cette maison existe mais elle a été subtilisée par une secte se l’étant appropriée en rempart contre d’autres courants de pensée.

    Ce n’est pas le but dans lequel elles furent construites, mais bien de former un centre de réunion et une identité commune universelle. N’importe qui de n’importe quelle confession a toujours été accueilli en d’autres temps dans les cathédrales, on s’y préoccupait surtout de servir l’amour avant de servir une croyance et cela donnait une grande cohésion et une grande richesse à l’europe, à la chrétienté, une richesse qui nous fait défaut aujourd’hui, celle du coeur.

    Et on nous l’arrache cette douceur en nous obligeant à nous occuper d’une maladie raciale qui n’est même pas ressentie pour la maladie cancéreuse qu’elle est, mais distillée savamment comme des évidences de hiérarchies entre les hommes, certains très élus... on vous fait croire que vous pourriez intégrer ces podiums sur lesquels ils se pavanent alors que dès que vous aurez servi leur intérêt de faire-valoir vous serez jeté aux oubliettes tandis que les autres vous demanderont pourquoi vous avez montré votre cul à tout le monde... et les autres qu’on écrase à coups de matraque et le désespoir rampant.

    Voulez-vous laisser encore le système vous rabougrir à l’état de cochons menés massivement à l’abattoir ?

    Car l’europe EST colonisée, gangrénée par les médias meurtriers qui rigollent et "entertain" laissant croire que la seule joie existant encore chez nous est coincée dans ces télés stupides et des studios réservés à une élite qui est aussi élite que je suis esquimau, car elle entretient absolument tout ce qui est stupide et fait croire qu’il n’y a strictement rien de plus amusant que de s’oublier dans un comportement animal, brutal et instinctif, tout ce qui garantit la mort de la civilisation. 

    des pourri qui s’amusent à nous pourrir et se faire passer pour des européens nous rendant schizophréniques en nous tirant de force dans un conflit qui n’est absolument pas le nôtre, qui montre toute l’étendue de son inhumanité à Gaza et importer cette horreur chez nous et soyez-en certains...

    c’est là précisément leur but. ne pas être eux ceux qui devront assumer leur barbarie intelectuelle, physique et spirituelle... mais... on en a RIEN à foutre de leur racisme primaire !!!

    retour aux cathédrales !! 


  • sonjaline 11 janvier 2009 16:01

    article très intéressant et bien documenté
    oui, trop de suicides en France, beaucoup plus que chez certains voisins
    la cause ? ou les causes ? 
    je ne sais pas
    ce que je sais, la morosité ambiante, le découragement de beaucoup devant un gouvernement qui prend des mesures dictatoriales de bric et de broc, devant une économie qui "fout le camp", devant une école qui ne permet plus la promotion sociale, débordée par des réformes trop fréquentes et non réfléchies en fonction de l’éducation mais en fonction des budgets, de plus en plus restreints (pas trop pour le privé, la laicité est en train de perdre dangereusement du terrain), la peur des autres à la place de la solidarité...
    ne donnez pas trop de chiffres, on peut leur faire dire n’importe quoi, si en même temps que le résultat des statistiques, on ne donne pas la façon dont elles ont été commandées et traitées, or on n’a jamais ces données essentielles (je suis mathématicienne !)
    un excès de médicaments psychotropes ?
    un excès de médicaments tout courts ?
    un excès de confiance dans la médecine et les labos de pharmacie, industriels plus intéressés par leur porte-feuille que par la santé ?
    dans les prisons, un entassement des "victimes" : on revient au temps de jean valjean.. ; voir victor hugo...on emprisonne par excès, en préventive, pour des délits mineurs... mais jamais on n’éduque pour réinsertion, ou si peu...
    un excès de chômage ?
    oui, tout cela contribue à cette déprime des français
    les médias y ont leur part, où on ne lit ou ne voit que des catastrophes, en 1960, on parlait de rubrique des chiens écrasés.. 
    le jour où la tv promouvra les réalisations bonnes, réussies, avec ou sans diplômes, par des hommes et des femmes créatifs, où on éduquera la population avec des documentaires sur tous les sujets au lieu de les abrutir avec des séries trop souvent américaines ou copiées sur les américains, peut-être que le français retrouveront courage et espoir, pour lutter contre les difficultés au lieu de s’y complaire...
    je ne sais pas répondre à la question...


  • sonjaline 11 janvier 2009 16:07

    pas plus de cathédrales que de mosquées ou autres temples, évangélistes, bouddhistes et de toutes les religions !
    les religions sont l’opium du peuple !
    restons éveillés et pas endormis avec un opium ou un autre...ils se valent...
    mais entretenons la culture, la solidarité, le respect de chacun dans la liberté, les valeurs humaines de bonté, d’amour universel, d’égalité, et nous ferons des êtres heureux de vivre, pleins de curiosité et d’esprit critique, pleins d’amour et prêts à lutter pour améliorer notre environnement, tant de la nature que de l’humanité
    à chacun d’agir, les gouttes d’eau forment les grandes rivières... et dans la paix !


    • Bois-Guisbert 11 janvier 2009 18:41

      les religions sont l’opium du peuple !

      En général, lorsqu’elles ne poussent pas à la kamikaserie, elles constituent justement une très bonne prévention contre le suicide !

      Mais bon, on ne va pas se mettre à chercher de la cohérence chez les incohérents...


Réagir