mardi 4 avril - par rosemar

Appel aux candidats à la Présidentielle : il faut restaurer l’enseignement du latin et du grec...

Que serions-nous sans mémoire ? Le passé nous construit et nous aide à vivre le présent... Nous avons tous besoin de connaître nos racines, d'où nous venons, qui sont nos parents, nos grands-parents.
Nous avons tous besoin de cet ancrage qui nous donne des repères essentiels...
 
Notre vie même est faite de mémoire, d'acquis, d'apprentissages divers : nous avons tant appris, tant accumulé de savoirs, tant expérimenté...
Le savoir de ceux qui nous ont précédés nous construit ainsi que leur façon de vivre, leurs pensées, leurs perceptions... Notre culture est faite de lectures, de mots, de sensations, d'idées diverses..
Elle est, elle-même, ancrée dans le passé...
 
La plupart des mots de notre langue nous viennent du passé : le latin, le grec sont le substrat de la langue française...
 
Or, ces disciplines ont été sacrifiées, annihilées par la réforme du collège initiée par Najat Vallaud-Belkacem.
Cette transmission des savoirs essentielle a été mise au rebut.
Pourtant, les humanités sont si formatrices pour l'apprentissage de notre langue, elles constituent le terreau de nos sociétés, nous sommes les héritiers des romains, des grecs, de toutes ces civilisations qui nous ont précédés et à qui nous sommes redevables.
 
Notre monde a tendance à privilégier l'instant, l'intensité des émotions : il faut vibrer devant des films où la violence se déchaîne, il faut se livrer à des jeux de guerre, il faut se défouler dans des parcs d'attraction où la vitesse, la peur sont créées artificiellement...
Il faut s'évader dans l'illusion d'un monde virtuel, éloigné de la réalité et de la vraie vie...


 
Le latin, le grec, l'orthographe, la grammaire sont la mémoire de notre langue, un passé commun qui nous soude et nous structure... 
Ils nous ouvrent un horizon de réflexions, et nous permettent d'envisager plus sereinement l' avenir.
 
Notre langue nous vient du passé et même si elle évolue, si de nouveaux mots apparaissent, ces mots sont souvent constitués de racines anciennes.
Les gens qui nous ont précédés, nos parents, nos grands-parents font partie de notre héritage.
Ils sont présents en nous, nous aident à vivre, à avancer et par delà la mort, ils nous donnent encore des leçons de vie.
 
Oui, le passé est essentiel, comme l'est l'étude de l'histoire.
Quand je vois un monument du passé, un amphithéâtre, un aqueduc, un vieux mur, je me dis que je fais partie de cette humanité laborieuse, pleine de force et d'inventivité...
Je me dis que l'être humain a su bâtir des merveilles d'architecture...
Je me dis que nous sommes les héritiers de tout ce passé qui nous a permis toujours plus de créativité.
 
Quand je m'exprime, j'utilise tant de mots venus du passé, tant de mots issus de ces langues anciennes, le latin et le grec...

Notre culture, nos arts sont imprégnés de ces humanités, littérature, philosophie, architecture, peinture...

Il est important de rendre hommage à ce passé, de l'avoir en mémoire pour mieux construire l'avenir.


Il est important de restaurer ces disciplines, le latin, le grec. 
 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2017/03/appel-aux-candidats-a-la-presidentielle-il-faut-restaurer-l-enseignement-du-latin-et-du-grec.html
 
 
 
Source :
http://www.lepoint.fr/editos-du-point/sophie-coignard/coignard-presidentielle-le-grec-et-le-latin-s-invitent-dans-la-campagne-30-03-2017-2115824_2134.php

 
Des articles sur l'Odyssée :

http://rosemar.over-blog.com/2015/09/les-deux-premiers-vers-de-l-odyssee-tout-un-art-de-la-seduction.html

 

http://rosemar.over-blog.com/2015/04/des-que-fille-du-matin-parut-l-aurore-aux-doigts-de-rose.html



48 réactions


  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 4 avril 18:57

    Rosemar, rosemara, rosemarae, rosemara, rosemarae, rosemaram, rosemarās, rosemarae, rosemarārum, rosemarae, rosemarīs, rosemarā et rosemarīs ! ^^


  • rogal 4 avril 19:11

    Les candidats doivent-ils être interpellés sur tous les sujets, si légitimes soient-ils ? Ce qu’ils pensent de celui-ci comme de mille autres, et quoi qu’ils en disent : que de minimis non curat prætor.


    • rosemar rosemar 4 avril 20:41

      @rogal
       « 


       »de minimis ?", comme si la culture était un sujet annexe !

    • rogal 5 avril 08:08

      @rosemar
      Une campagne électorale est-elle le bon moment pour tenter de les en convaincre ?


    • rosemar rosemar 5 avril 09:21

      @rogal


      Pourquoi pas ? L’éducation, la culture devraient être aussi au centre des débats.

    • soi même 5 avril 12:49

      @rosemar, vous êtes en plein confusion mental, votre demande s’adresse non pas aux candidats de la Présidentiel mais aux futurs candidats des législatives qui une fois élus pourront légifères dans se sens.


  • riff_r@ff.93 riff_r@ff.93 4 avril 19:24

    Moi je vote aussi pour qu’il y ait des nouilles à la cantine !
    Je vous charrie Rosemar mais en fait je suis d’accord avec vous. ;)


  • Etbendidon 4 avril 19:33

    Bonjour madame rosemar nul doute que cette question sera posée ce soir sur BFM
    Il y aura une sacrée équipe de foot avec 11 titulaires
    mieux que le PSG
     smiley


    • rosemar rosemar 4 avril 20:43

      @Etbendidon

      Je ne suis pas sûre que cette question des humanités sera abordée, ce soir.
      On verra.

    • sarcastelle sarcastelle 4 avril 21:38

      @rosemar

      .
      je ne suis pas sûre que cette question sera abordée
      .
      Pour une fois que vous ne faites pas un article idiot, il faut que vous y flanquiez une syntaxe détraquée. 

  • Tall Tall 4 avril 19:51

    Oh oui, ce serait bien ... avec le texte taillé dans la pierre comme à l’époque.

    Mais il faudra prévoir une brouette pour ramener la copies à corriger, parce que du A4 en plaque de marbre, c’est quand même 5kg la feuille.


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 4 avril 21:00

      @Tall

      C’est pour ça qu’il faut aussi réhabiliter les tablettes d’argile et l’écriture cunéiforme, sources de notre culture et de notre mémoire.
      D’abord, l’argile, c’est à la portée de tous, ensuite, les tablettes, c’est l’avenir.
      Moi je propose les tablettes d’argiles cunéiformes à écran tactile !

    • rosemar rosemar 5 avril 08:25

      @Jeussey de Sourcesûre

      Ne nous moquons pas de ces supports anciens, ils ont traversé l’histoire et sont des témoignages précieux.
      Le passé est respectable : c’est lui qui nous permet de progresser, nous lui sommes redevables.

    • Louve de France Louve de France 5 avril 12:02

      @Jeussey de Sourcesûre


      A propos des tablette cunéiformes, qui vous font pouffer de rire, savez-vous que Bush a détruit celles de l’ancienne Mésopotamie , dans l’Iraq actuel, sous les tapis de bombes américaines que le FN a sans cesse dénoncé ? 

      C’est monstrueux, et criminel, de détruire ce témoignage historique, même Trump a dénoncé ces destructions du patrimoine de l’humanité, orchestrées par une Amérique que nous ne voulons plus jamais voir. 

      Dieu merci, Trump mettra fin a cette immonde ingérence ! 

  • beo111 beo111 5 avril 08:45

    Le grec pourquoi pas, mais plutôt avec l’espéranto alors.


    • sarcastelle sarcastelle 5 avril 09:21

      @beo111

      .
      L’esperanto quelle pesant machin comme toutes les langues construites. Promouvons comme langue internationale le latino sine flexione, on latin sans déclinaisons de Peano. 

    • rosemar rosemar 5 avril 09:23

      @sarcastelle

      Défendons plutôt notre propre langue, le français et ses racines gréco-latines...

    • rosemar rosemar 5 avril 09:27

      @beo111

      Notre enseignement est en train de renoncer à la transmission des connaissances, et c’est là un grave problème.

    • beo111 beo111 5 avril 09:59

      @rosemar

      J’entends bien, mais l’espéranto est au latin ce qu’une tête bien faite est à une tête bien pleine.


    • popov 5 avril 10:20

      @beo111

      J’entends bien, mais l’espéranto est au latin ce qu’une tête bien faite est à une tête bien pleine.

      Non. L’espéranto a pour objectif de faciliter les communications entre les vivants ; le latin et le grec à établir un pont entre le présent et notre passé.

      Personne ne songe sérieusement à rétablir le latin comme langue parlée.


    • rosemar rosemar 5 avril 10:31

      @popov

      MERCI pour cette mise au point : le latin et le grec sont des héritages à préserver.

    • rosemar rosemar 5 avril 10:34

      @sarcastelle

      Vous voulez dire « un latin »... attention à l’orthographe !

    • beo111 beo111 5 avril 18:22

      @popov

      Je le répète, l’espéranto est au latin ce qu’une tête bien faite est à une tête bien pleine. Et le fait que ça ne vous plaise pas ne change strictement rien à l’affaire.

      Et surtout, ne voyez vous pas que le français hérite déjà du latin ???

      L’espéranto aussi d’ailleurs, trois quart des racines lexicales en sont issus. Alors je pose la question : qu’est-ce qui fait sens dans l’héritage du latin, les racines lexicales, ou la grammaire ?

      Je vois d’un très mauvais œil cette perspective de financer l’apprentissage du latin avec l’argent de mes impôts, puisque c’est inutile, le français héritant déjà du latin.

      Apprendre une langue morte a une dimension transcendantale je pense, mais du coup c’est un truc pour la retraite. Ne gavons pas les enfants avec ça.


  • Louve de France Louve de France 5 avril 11:54

    Bien évidemment qu’il faut rétablir l’apprentissage des langues mortes. Le Latin, et particulièrement le Grec, nous éclaire sur la construction philologique des mots grâce aux racines. 


    Prenons le mot herpétologie (du Grec Ancien herpetón, « reptile »), quelqu’un qui a fait du Grec, sait directement que c’ est une branche scientifique qui traite des amphibiens. 

    On a plus besoin de dictionnaire quand on a fait du Grec ! 

  • Louve de France Louve de France 5 avril 11:58

    Désolée, mais ceux qui n’ont jamais étudié une langue morte demeurent incultes toute leur vie ! 


    Enfin bon, c’est toujours ceux qui s’imaginent être au-dessus de la mêlée qui en connaissent le moins. 



    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 5 avril 12:02

      @Louve de France

       smiley
      Enlevez votre crête, vous n’êtes pas crédible ^^


    • rosemar rosemar 5 avril 12:41

      @Louve de France

      « ceux qui n’ont jamais étudié une langue morte demeurent incultes toute leur vie... »

      Je pense que la culture est diverse, mais il est certain que les langues anciennes, les humanités apportent, dans nos sociétés de technologie, un humanisme qui a tendance à disparaître.

    • Louve de France Louve de France 5 avril 13:26

      @rosemar


      Bonjour, 

       « Humanisme », je ne sais plus très bien ce que cela signifie aujourd’hui. Tout ce que veulent les gens dans le système actuel c’est profiter de l’autre et jouir sans entrave. Ils se foutent éperdument du sens des mots, et si on les empêche d’assouvir leurs désirs inutiles, ils tapent des crises d’enfants gâtés. Sans doute que cet infantilisme égoïste qui caractérise notre société provient d’un manque profond de connaissances métaphysiques et linguistiques. 

      Les langues mortes apportent une maitrise des mots et une société qui ne trouve plus le sens des mots est vouée a la folie. 

      Les barbares, c’est nous ! Plus besoin d’invasions, nous sommes déjà la. Le mot « Barbare » signifie « qui ne parle pas la langue »

    • rosemar rosemar 5 avril 17:20

      @Louve de France

      Plutôt que l’expression « langues mortes », il est préférable de dire : « langues anciennes », car le latin, le grec vivent encore à travers notre langue...

    • rosemar rosemar 5 avril 17:23

      @Louve de France

      Notre monde voué à la consommation oublie souvent l’essentiel, en effet : le latin, le grec nous ramènent à nos racines, à des mythes anciens pleins de sagesse.

      Bonne journée

    • Louve de France Louve de France 5 avril 17:34

      @rosemar

      Vous avez raison, loin d’être mortes ces langues font vivre notre Science et notre médecine. Toutes les Fac de Science ont Latin Grec obligatoire et j’en suis heureuse. Même moi qui sort d’un cursus d’Histoire de l’Art , j ;ai été obligée de d’y passer et cela m’a ouvert les yeux sur beaucoup de choses. 

      Les racines des mots sont notre origine. 

  • Gogonda Gogonda 5 avril 15:11

    Je suis pour, il est important de connaitre l’origine, l’histoire et les fondements de notre langue.


  • marmor 5 avril 15:52

    Je suis, bien entendu, POUR ! J’essaye, dans la mesure de mes connaissances, de donner l’origine d’un mot à mes enfants, et cela les interesse.


    • rosemar rosemar 5 avril 17:18

      @marmor

      L’étymologie permet de mieux comprendre certains mots, certaines notions littéraires ou scientifiques. 
      Les mots ont une histoire et il est enrichissant de la connaître.

    • rosemar rosemar 5 avril 17:33

      @marmor

      On trouve dans tous les bons dictionnaires l’étymologie des mots et il est important de donner l’habitude aux enfants de les consulter.

  • JP94 5 avril 17:22

    La décision de supprimer l’enseignement des langues anciennes est motivée par le fric : moins d’enseignement, moins de profs ... et tant pis pour les conséquences.

    ça pose aussi un problème à plus long terme : car si le latin est supprimé ( ou juste enseigné par bribes éparses), il n’y aura plus de profs de latins, la source étant tarie, et là le latin deviendra vraiment un objet de connaissances destiné à une petite élite, une oligarchie, qui auparavant se formait à l’idéologie de Cicéron. ( la raison de l’enseignement du latin, à la base, n’était pas forcément le développement d’une culture partagée.).

    Mais le latin nécessite du temps, ce temps lent qui contrevient tellement à la réactivité des marchés financiers : il en devient, de facto, un frein à la soumission envers l’idéologie de la mondialisation...
    Alors Vallaud-Belkacem nous parle d’égalité des chances, ça passe mieux.
    Très vite, on risque d’oublier le latin et le grec.

    Il ne représente pas notre passé mais est un lien avec ce passé, et il éclaire beaucoup sur le fonctionnement de notre démocratie : il y a un bouquin très intéressant à signaler, à propos : 
    L’assassinat de Jules César, par Mickael Parenti, chez Delga.
    Pas besoin de lire le latin pour apprendre de ce livre ...
    Mais tout de même, penser que lorsqu’on traduit du latin, on touche du doigt des textes écrits il y a 2000 ans, plus ou moins : ça a quelque chose de merveilleux, si on y pense, ce voyage dans le temps.

    • rosemar rosemar 5 avril 17:40

      @JP94


      C’est certain : c’est encore une façon de faire des économies.

      Le latin, le grec ne doivent pas être réservés à une élite, tous les élèves devraient y avoir accès.

      MERCI pour la référence et pour ce « quelque chose de merveilleux » qui nous relie au passé.

      La photo en bas de l’article est la reproduction des premiers vers de l’Iliade.

  • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 5 avril 17:38

    Cela compliquerait encore plus la situation de la TOUR DE BABEL DE BRUXELLES de toutes les confusions !


  • Yaurrick Yaurrick 5 avril 19:49

    Personnellement, je préférerais qu’on enseigne les bases de l’économie de marché et le développement d’un esprit critique, je pense que c’est bien plus utile que des langues mortes.


    • rosemar rosemar 5 avril 20:54

      @Yaurrick

      Nous sommes dirigés par des technocrates, des économistes : il faudrait introduire dans leur formation les humanités, le latin, le grec... l’économie serait sans doute plus humaine...

Réagir