jeudi 12 mars - par Jean Dugenêt

Appel de la coordination nationale du 7 mars 2020

JPEG

Les structures ayant participé à cette 5e coordination interpro nationale sont :

  • L’Université de Paris 7 (pas de mandat)
  • L’AG interpro de Lyon (MANDAT)
  • L’AG interpro 92 (MANDAT)
  • La Maison de la grève (pas de mandat)
  • L’AG de lutte de Rouen (MANDAT)
  • L’AG interpro de Romainville/Les lilas/Le pré (MANDAT)
  • L’AG de l’Université de Grenoble (MANDAT)
  • L’aAG du Travail Social IDF (pas de mandat)
  • L’AG de la fac de Nanterre (pas de mandat)
  • L’AG Interpro du 91 (MANDAT)
  • La Coordination nationale CGT Air Liquide (MANDAT)
  • Radio FPP
  • L’AG interpro du Mans (MANDAT)
  • L’AG interpro de Moselle 57 (pas de mandat)
  • Sud PTT 13 (MANDAT)
  • Sud Rail Saint-Lazare (MANDAT)
  • L’AG Argenteuil Bezons (pas de mandat)
  • Grévistes Interpro Grand Melun 77 (MANDAT)
  • Arguments pour la lutte sociale (MANDAT, sans avoir pris part au vote)
  • L’AG des Territoriaux de Fontenay-sous-Bois (MANDAT)
  • L’AG de la Ville de Paris (pas de mandat)
  • Les Bibliothèques en lutte (pas de mandat)
  • La Coord nationale Education (MANDAT)
  • Le Comité Paris 19 (MANDAT)
  • L’AG interpro de Pantin (MANDAT)
  • Les Gilets Jaunes de Nanterre (MANDAT OBSERVATEURS)
  • L’Union Justice Santé (MANDAT)
  • L’AG Educ interdegrés de Paris (pas de mandat)
  • Les Collectif luttes 10 (MANDAT)
  • L’AG éducation de Mâcon (MANDAT)
  • Sud Spectacle Paris Opéra Garnier (MANDAT)
  • La Coordination des collectifs de Gironde (MANDAT)
  • La Raffinerie Grandpuits (pas de mandat mais vote pour l’appel)
  • L’AG Educ de Pau (MANDAT)
  • L’AG Educ IDF (pas de mandat)
  • L’AG Educ de Melle 79 (MANDAT)
  • Avocats du Barreau de Paris (pas de mandat)
  • L’AG interpro de Bagneux (pas de mandat)
  • SUD Poste 92 (MANDAT)

 *********************

La réussite de la grève du 5 mars dans l'enseignement supérieur et la Recherche,

La persistance de la grève des avocats, les grèves et blocages dans l'éducation y compris du côté des lycéennes et lycéens... montrent que la dynamique de grève et de lutte lancée le 5 décembre continue.

Attendre le 31 mars pour une prochaine date de grève est d'autant moins possible que le gouvernement fait passer en force la réforme des retraites à l'Assemblée avec le 49-3.

Plus que démontrer sa force, le gouvernement accentue ainsi son isolement, les nombreuses actions visant LREM le soulignent et nous appelons à les rejoindre. Cependant, pour vaincre ce gouvernement, construire un plan de bataille est nécessaire. La colère et la volonté de se battre sont toujours là, à nous d'élaborer une stratégie de regroupement.

La journée internationale des droits des femmes le 8 mars va constituer une échéance de la mobilisation contre la réforme des retraites et contre Macron, nous appelons à y former des Cortèges interpros.

Publicité

La journée du 14 mars va revêtir une importance particulière : à la fois montée nationale Gilets Jaunes à Paris et en même temps manif Climat et contre les violences policières, nous proposons que les différents rendez-vous de manifestation convergent et nous appelons également à former un cortege interpro qui fasse passer le message de la nécessité de la grève reconductible pour gagner.

La réussite du 14 mars sera le meilleur encouragement à ce que la semaine de l'entre-deux-tours électoral dès le 16 mars ouvre une brèche pour qu'un maximum d'actions, de piquets, de grèves gagnent les différents secteurs et que des liens de coordination se tissent.

Dans cette semaine, à la suite de la coordination nationale de l'éducation, nous appelons le 19 mars à une journée de grève de la maternelle à l'université, et au-delà à élargir la mobilisation dans un maximum de secteurs. Nous soutenons notamment les salariés d'Air Liquide qui souhaitent bloquer leurs sites de production à partir du 16 mars.

Afin de réunir toutes les forces qui cherchent à construire la grève générale, nous participerons pleinement à la rencontre nationale pour la grève générale du 21 mars en cherchant à nous investir dans sa préparation et dans l'élaboration commune de ses perspectives : c'est en effet en conjuguant les forces des secteurs dits stratégiques, les AG interpros et tous les cadres qui regroupent les grévistes, c'est en étant ensemble dans la rue, dans la grève et dans les blocages que nous déployons toutes nos forces. Nous appelons à généraliser les AG et coordinations interpro au niveau local et régional.

Nous soulignons l'importance déterminante de l'alimentation et de la construction de caisses de grève y compris en amont de la grève reconductible, à l'instar de la caisse de grève interpro Info Com CGT/Sud Poste 92/Cgt Goodyear.

Nous appelons à ce que partout se tiennent des initiatives pour faire en sorte que la date de grève interpro nationale du 31 mars soit massive et qu'elle ait des suites. Organisons le soir du 30 mars 7des meetings qui défendent la perspective de la reconduction et de la généralisation de la grève.

Nous ne nous laisserons pas intimider par de quelconques restrictions ou interdictions de manifester, quel qu'en soit le motif.

Nous tiendrons une prochaine coordination nationale le 5 avril 2020.

 ****************************

Publicité

« Contre la répression »

  • 10 mars : 9h rectorat de Poitiers pour les enseignants de Melle
  • 16 mars : 8h30 Guyancourt en soutien à Vincent postier CGT menace de 3 mois de mise à pied
  • 19 mars : 13h 41 rue de Charolais Paris en soutien à Aziz, Jean-Jacques et Jeremy de la SNCF poursuivis en commission disciplinaire
  • 26 mars : 12h rdv place Lachambaudie pour Ahmed (Flandre) et Alexandre (Vitry) RATP

41 votes pour, 1 abstention, 3 NPPV

 ****************************

Commentaires de Jean Dugenêt

La protestation contre la politique d’Emmanuel Macron continue et se manifeste de diverses manières. L’aspiration au « Tous ensemble » est toujours aussi forte et de partout nous entendons qu’il faudrait une grève générale reconductible pour faire céder Macron. Quelques secteurs comme la RATP ont mené une mobilisation exemplaire en essayant de rompre leur isolement mais ils n’ont pas réussi. Le mouvement des Gilets-Jaunes se confond maintenant dans l’unité avec toutes les mobilisations contre Macron. Les calomnies contre les Gilets-Jaunes en même temps que les tentatives de récupération ont échoué.

Les secteurs en lutte essaient de contrôler eux-mêmes leur mouvement. C’est pourquoi, il faut suivre l’appel de la coordination nationale du 7 mars 2020 pour se diriger vers la grève générale.

C’est le refus des organisations syndicales d’engager les mouvements de protestations vers la grève générale reconductible qui a permis jusqu’à maintenant au gouvernement de faire passer ses mesures anti-ouvrières et tout particulièrement la réforme des retraites. De plus en plus le décalage, dans les organisations syndicales elles-mêmes, se fait sentir entre les aspirations des travailleurs et la caste des professionnels du syndicalisme qui ne partagent pas le sort des travailleurs. Pour eux, qu’ils soient en grève ou non ne change rien à leur quotidien et ils sont mal placés dans ces conditions pour distribuer ordres, conseils et consignes surtout lorsque cela va à l’encontre des aspirations des travailleurs. La France est le pays qui a le plus de permanents syndicaux au regard du nombre de syndiqués. Ils sont donc essentiellement payés par l’ennemi de classe et tout particulièrement par la CES (Confédération Européenne des Syndicats). Il est normal qu’ils ne disent jamais que les mesures anti-ouvrières sont exigées par l’UE (Union Européenne).

Sur le plan politique nous subissons aussi la trahison des organisations traditionnelles du mouvement ouvrier. Il aurait d’ailleurs suffi aux élections présidentielles de 2017 qu’il y ait un seul candidat à la place de Hamon et Mélenchon pour qu’il l’emporte et nous n’aurions pas à subir Macron. Les députés d’opposition font du théâtre au parlement avant la mise en œuvre du 49.3 et ils proposent des motions de censure dont les travailleurs n’ont que faire. Ils feraient mieux de lancer la procédure de destitution de Macron ce qui permettrait d’étaler au grand jour la réalité antirépublicaine et antidémocratique de sa politique. Il y a d’ailleurs un énorme problème de démocratie dans les partis ouvriers (PCF, PS, FI) puisqu’ils défendent tous l’UE avec parfois des discours volontairement confus du genre : «  il faut en sortir en restant dedans pour la changer avec un plan A et un plan B en sortant des traités qui sont impossibles à modifier et qu’il faut appliquer sans les appliquer vraiment…  » Et ils promettent tous une autre Europe. Au moment où les anglais sortent de l’UE aucun ne propose la sortie de l’UE alors qu’au moins la moitié des français y serait favorable. Il y a bien là un sérieux problème de démocratie interne à ces partis. Les leaders doivent rendre des comptes : pourquoi refusez-vous d’engager la bataille contre l’UE alors que vous savez que tous les plans anti-ouvriers comme la réforme des retraites viennent de l’UE ? Ils sont tous exigés par l’UE.

Alors, il faut penser à une solution politique. Les manifestants ont assez scandé « Macron démission ». Il faut maintenant savoir comment le remplacer. Il faut exiger un gouvernement provisoire PCF, PS, FI qui organise le Frexit.



28 réactions


  • cettegrenouilleci 12 mars 11:31

    « Il aurait d’ailleurs suffi aux élections présidentelles de 2017 qu’il y ait un seul candidat à la place de Hamon et Mélenchon et nous n’aurions pas à subir Macron. »

    Bonjour Jean

    Rien n’est moins sûr.

    Ce qui est sûr, c’est qu’avec ce candidat unique de la gauche PC FI PS, nous aurions eu exactement la même politique que celle que Macron est en train de conduire actuellement ou que Tsipraz a prise à son compte en Grèce.

    L’expérience de cette énième trahison aurait-elle favorisé en quoi que ce soit l’émergence d’une gauche renouvelée, d’un retour aux fondamentaux d’une politique de gauche, d’un développement conséquent des luttes revendicatives et d’une élévation de la conscience de classe ?

    Rien ne permet de l’affirmer.

    « Alors il faut penser à une solution politique. Les manifestants ont assez scandé ’Macron Démission’. Il faut savoir maintenant comment le remplacer. Il faut exiger un gouvernement provisoire PCF, PS, FI qui organise le Frexit. »

    C’est de la pensée magique. Cela ne peut pas marcher.

    Ce n’est pas en confiant les commandes de la troupe aux officiers qui l’ont délibérément conduite au massacre que l’on peut espérer le moindre pas en avant et encore moins regagner la confiance des combattants et le soutien du peuple et de la nation sans lequel les troupes, les militants- si braves qu’ils soient- ne peuvent lutter victorieusement.

    Aujourd’hui, l’UPR , avec toutes ses qualités et tous ses défauts, est la seule organisation politique à offrir de solides garanties pour réorienter la politique de la France dans le sens des intérêts des travailleurs, du peuple, de la nation.

    C’est donc vers elles que doivent se tourner les militants ouvriers, les patriotes, sans renoncer pour autant -bien au contraire à faire le ménage dans les rangs de leurs syndicats et de « leurs » partis de gauche, ou autres, ces forces étant nécessaires à l’organisation du rassemblement populaire majoritaire qui est nécessaire pour sortir de l’UE, de l’euro et de l’Otan [ préalable incontournable à la sauvegarde de la patrie en danger, au retour au respect de nos principes républicains, à la conduite d’une politique de redressement économique et social, à la préservation des intérêts du peuple et de la nation].

    Les statuts de l’UPR permettent d’agir avec l’UPR pour la sortie de la France de l’UE, de l’euro et de l’Otan en conservant ses convictions politiques personnelles et son éventuel engagement dans tel ou tel parti politique, de gauche, du centre , de droite, ou autre, vert, rouge, bleu ou blanc, comme cela était le cas avec le Conseil National de la Résistance qui avait su fédérer toutes les forces décidées à libérer la nation de l’occupant nazi et de son rêve d’une Europe Impériale construite avec le soutien de l’oligarchie apatride, contre les peuples, et à coups de canon.

    Bien cordialement

    Gérard


    • eddofr eddofr 12 mars 11:55

      @cettegrenouilleci

      Pour changer les choses, ils faut être élu.

      Pour être élu, il faut être crédible.

      Qui va croire que l’UPR peut passer 0,41% à 51% des votes ?


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 mars 13:14

      @cettegrenouilleci

      Aujourd’hui, l’UPR, avec toutes ses qualités et tous ses défauts,
      Ses qualités sont de dénoncer l’UE,

      Ses défauts sont de s’y soumettre et d’exiger que les autres partis s’y soumettent.

      Ses défauts sont d’accepter les PV automatiques violant les droits de l’homme de 1789,

      Ses défauts sont d’accepter les taxes violant les droits de l’homme de 1789,

      Ses défauts c’est de ne pas croire au choc des civilisations, Asselineau explique dans ses conférences qu’il est pour la reprise du projet EURABIA des années 1970, c’est-à-dire une fusion de l’Europe et du Maghreb, et donne des conférences dans les mosquées radicales des Frères Musulmans.

       

      Comment faire confiance à Asselineau, qui considère que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel auteur de l’attentat de Nice revendiqué par Daech ayant fait 86 morts et 458 blessés en juillet 2016, n’est pas un terroriste islamiste ?

      Ecouter sa conférence suite à l’attentat de Nice à ce propos.

      Vous faites : Asselineau attentat de Nice et vous tombez dessus.

      A 6 minutes, « On fait croire au peuple français que la France est attaquée par l’Islam. »

       

      Et proposer un référendum pour savoir si oui ou non on accepte une invasion de masse étrangère à notre race, à notre culture, à notre religion est déjà en soi une trahison de ce qu’est la France. Un Français est un Européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.


    • Captain Marlo Captain Marlo 12 mars 13:26

      @eddofr
      Qui va croire que l’UPR peut passer 0,41% à 51% des votes ?
      .
      Les médias ne parlent, dans cette campagne électorale que des listes FN, et des listes des Partis qui sont dans le gouvernement de Coalition de Macron : PS/ LREM/ UDI/ Républicains.
      .
      Pour les autres listes, nada, wallou, rien du tout !
      Seuls les journaux locaux en parlent.
      Comme cet article de Nice Matin, sur le candidat UPR à Cannes.


      Sinon, c’est la censure, comme à Bordeaux, où FR3 a refusé au candidat UPR (9% dans les sondages), de participer au débat ...
      La discussion avec le journaliste de FR3, a été enregistrée.

      Qui a pris la décision de censure ?
      FR3 ? l’Elysée ? la Préfecture ? le Ministère de l’Intérieur ?
      Pas de débat avec « les petits Partis » !

      Quand on connaît l’importance de la télé dans le résultat des élections, on comprend qu’il ne doit pas y avoir d’alternative connue des électeurs... !


      C’est la 2e fois que FR3 nous fait le coup.
      La fois précédente, c’était dans le Lot, pour la Législative partielle, pour remplacer Cahuzac : interdiction pour Asselineau de participer au débat !
      .
      A2 aussi, avait essayé en 2017, d’évincer les candidats qui ne ne lui plaisaient pas. C’est le CSA qui les a imposés.

      Voilà comment le service public, payé par nos impôts, viole l’article 4 de la Constitution et la liberté d’expression politique... Pourquoi se gênerait-ils ?
      Les Partis politiques trouvent très bien que des candidats soient censurés, ça fait des concurrents en moins !
      .
      Si Asselineau disposait du temps de télé donné au FN, au PS, à UDI, aux Républicains, ou à LREM, il y a longtemps que les 51% seraient atteints !

      .
      Les Français n’ont droit de voir à la télé, que les Partis « utiles au pouvoir ».
      Ils ne doivent pas être informés qu’il y a une alternative possible.

      Quant aux faux culs de tous bords, qui font semblant de s’attrister des résultats électoraux de l’UPR, les électeurs qui votent pour leurs Partis, feraient bien se poser des questions sur les libertés publiques.
      .
      Quand on ne se bat pas contre la censure politique dans l’opposition, il y a peu de chances que ces Partis, une fois au pouvoir, garantissent les libertés publiques...

    • Captain Marlo Captain Marlo 12 mars 13:34

      @Daniel PIGNARD

      Les doutes sont permis, et pas seulement pour l’attentat de Nice ! Pendant la guerre froide , les armées secrètes de l’OTAN, GLADIO, ont organisé des attentats, attribués à la Gauche, pour l’empêcher d’arriver au pouvoir.
      .
      Aux USA, le FBI a poussé des musulmans à commettre des attentats, pour justifier le Patriot Act et des mesures liberticides.
      .
      Si vous êtes naïf, c’est votre droit d’avaler tout rond ce que racontent les médias, mais après de tels faits, les doutes sur les commanditaires de tous les attentats, sont permis....
      .
      Et si l’UPR prévoit de consulter les Français, après des débats contradictoires sur l’immigration, en quoi cela vous dérange ?? 


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 mars 13:42

      @Captain Marlo

      Et si l’UPR prévoit de consulter les Français proposant que Captain Marlo doive verser ou non 1000 € à chaque Français en quoi cela vous dérange ?? 


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 12 mars 16:28

      @cettegrenouilleci
      Bonjour Gérard,
      Je vais essayer de répondre à toutes les questions que tu soulèves.
      Je te signale un autre article tout de suite sur AgoraVox qui pose des questions intéressantes à propos de l’UPR. Titre : « Moi milliardaire (deuxième partie) ». Il faudrait aussi que Captain Marleau y fasse un tour.

      Je maintiens ce que j’ai dit là : « Il aurait d’ailleurs suffi aux élections présidentelles de 2017 qu’il y ait un seul candidat à la place de Hamon et Mélenchon et nous n’aurions pas à subir Macron. »

      Je n’ai rien dit de plus que « Nous n’aurions pas à subir Macron ». Bien évidemment, il y aurait toujours eu les GOPEs et un Président de la République chargé de les appliquer. Néanmoins, cela ne se serait pas fait de la même manière.
      Si on regarde le dossier de l’UPR pour demander la destitution de Macron, on voit bien des griefs présentés contre Macron qui sont propre à sa manière (décidée d’ailleurs probablement plus par Bernard Arnault que par lui) de mettre en application les exigences de Bruxelles.

      Nous savons que la question principale est celle du Frexit. Il ne faut pas dire cependant qu’il y a une totale indifférence au fait qu’il y ait tel ou tel président.

      "Ce qui est sûr, c’est qu’avec ce candidat unique de la gauche PC FI PS, nous aurions eu exactement la même politique que celle que Macron est en train de conduire actuellement ou que Tsipraz a prise à son compte en Grèce.« 

      Nous aurions donc eu un président cherchant à réaliser les mêmes objectifs mais rien ne se serait passer de la même façon. La révolte populaire aurait été probablement du même ordre et la volonté d’y mettre un terme de la part des traîtres la même mais il n’est pas dit qu’ils auraient réussi de la même manière.
      Si on dit que cela n’a aucune importance alors il ne faut pas demander la destitution de Macron.

      Il n’est pas possible d’affirmer ce qui se serait passer.

      La question est plutôt : était-il juste de demander un candidat unique PCF, PS, FI et ma réponse est »Oui« . Je n’ai fait campagne pour François Asselineau que lorsqu’il est apparu que c’était irréalisable mais, de mon point de vue, je privilégierai toujours le FUO (Front Unique Ouvrier). C’est toute la question des mots d’ordre transitoires qui est posée avec en versus le »gauchisme« . Encore que l’attitude 100% gauchiste actuelle consiste même à refuser le Frexit et à dire : faisons d’emblée la révolution socialiste c’est la seule chose intéressante. Si vous refusez cela vous êtes des complices de la bourgeoisie, des contrerévolutionnaires...

      L’attitude qui consiste à dire que la seule chose intéressante c’est de défendre l’UPR pour faire élire François Asselineau est aussi une déviance du même type. Je ne cherche pas d’emblée comme unique solution ni la révolution socialiste ni l’élection de François Asselineau. Par ailleurs, je pense qu’il n’est pas bon pour l’UPR d’entretenir à ce sujet des illusions.
      Imagines-tu les bolcheviks en 1916 demander que les bolcheviks remplacent le Tsar ?

      Quand je dis : »Il faut exiger un gouvernement provisoire PCF, PS, FI qui organise le Frexit.« , je sais très bien que ce sont les dirigeants du PCF, du PS et de FI qui y sont les plus opposés mais c’est précisément ce que je veux. Je veux faire ressortir l’énorme écart qu’il y a entre les aspirations du peuple et la politique des traitres. La classe ouvrière aspire à cette unité de ses organisations car c’est ainsi qu’elle peut se mobiliser en tant que classe et mettre l’ennemi en échec. En même temps je ne laisse passer aucune illusion en disant qu’il faut qu’ils réalisent le Frexit ce que bien entendu les dirigeants ne veulent pas faire. Là encore je mets en lumière la trahison des directions qui refusent toutes le Frexit.

       »Aujourd’hui, l’UPR , avec toutes ses qualités et tous ses défauts, est la seule organisation politique à offrir de solides garanties pour réorienter la politique de la France dans le sens des intérêts des travailleurs, du peuple, de la nation.« 
      Cela est vrai. Ce n’est pas une raison pour refuser les mots d’ordre transitoire.

      Il faut bien voir dans quel contexte j’écris cela. C’est un peu la même situation que lorsque je prépare un trac pour les manifs du mouvement social. Mon intention est d’ouvrir une perspective qui réponde aux questions que posent la situation du moment. Il ne s’agit pas du tout, par exemple, d’un tract pour les élections municipales où je défendrais un candidat de l’UPR.

      Il serait aberrant d’aller expliquer à une tribune d’une coordination nationale de grévistes que la solution à leur problème c’est l’UPR. Qu’au lieu de voter le texte qu’ils ont voté il faudrait qu’ils votent, par exemple : nous ne pourrons jamais nous en sortir sans le frexit, il faut donc que François Asselineau soit Président de la république et c’est ainsi que la question de la réforme des retraites sera réglée.

      J’essaierais de peaufiner mon texte mais il restera dans le même esprit. Par ailleurs, je l’ai aussi envoyé sur »Arguments pour la lutte sociale« et je crois que eux vont refuser de le publier. Ce sont les »Révolutionnaires d’extrême-gauche européistes" et , bien qu’il ne soit pas question de l’UPR c’est pour eux insupportable de parler de Frexit...

      Bien cordialement.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 12 mars 18:15

      @eddofr
      « Pour changer les choses, ils faut être élu. »
      Il n’y a rien de moins certain. D’ailleurs je n’ai que très rarement vu de grands changements advenir à la suite d’une élection. Le Brexit fait partie des exceptions.
      On ne compte plus le nombre de révolutions qui ont été de grand changements. Tous le XIXe siècle en France a été une suite de grands changements de régimes sans que les élections y ait joué un grand rôle (peut-être en 1848).
      Non vraiment, la plupart du temps les élections ne changent pas grand chose. Je n’en conclus pas « élection piège à cons » comme disaient certains maoïstes en 1968 mais il ne faut pas tomber non plus dans le crétinisme électoral du style : « quand on sera au pouvoir » pour dire : « quand nous serons élu », ou le style Mélenchon qui dit : « Quand nous sommes arrivé au pouvoir en 1981 ». Le « nous » désigne qui ?


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 12 mars 18:17

      @Captain Marlo
      Bonjour Captain,
      Merci d’être avec nous.
      Je vous suggère d’aller faire un tour ici. J’y ai laissé un message mais personne ne répond.


    • Captain Marlo Captain Marlo 12 mars 19:31

      @Jean Dugenêt
      Bonsoir,
      Je crois avoir déjà répondu à cette question sur les autres organisations de 2012.
      Ils ont été invités à la soirée Brexit organisée par l’UPR, aucun n’est venu.
      .

      Ce qui clarifie leur position : ils ne veulent pas d’une sortie légale de l’UE.
      A partir de là, on se met d’accord sur quoi ? Sur le sexe des anges ?


      J’ai déjà écrit ce que je pensais sur la situation.
      Il faut appeler les salariés à se réapproprier les syndicats. Ce sont des outils de lutte tout prêts : ils ont des locaux, des finances, une presse et des réseaux.
      .
      Pour les Partis politiques, c’est cuit, ils préfèrent la division.
      Qu’ils soient ou non pour le Brexit, ils ne préparent rien du tout en commun.
      .
      Sinon, ils auraient expliqué depuis longtemps qu’ils avaient fait une alliance !
      Où est l’alliance de ceux qui ont refusé en 2012 de s’allier à l’UPR, et qui attendent le Grand soir ? Nulle part.
      Cela signifie qu’ils ne sont même pas d’accord entre eux !

      Quand à l’Extrême-Gauche, ou « la Gauche Canal historique », pas mieux !
      Elle s’est réunie le 11 Décembre 2019 à la Bourse du travail, contre la réforme des retraites. Il en est sorti une alliance ? Nada, rien, peanuts.
      .
      Le 5 janvier 2020, 60 personnalités signent un appel contre la réformes des retraites. Ont-ils appelé à une quelconque alliance à Gauche face à Macron ?
      Nada.

      Comment veux-tu compter sur des syndicats jaunes + des Partis politiques qui ont choisi la division ?? Les électeurs ont compris. Aux élections européennes, ils se sont détournés de la Gauche, y compris de « la Gôooche révolutionnaire » !
      .
      France Insoumise : 6,4%
      PCF : 2,49%
      Hamon : 3,27%
      Lutte ouvrière : 0,78%
      PRCF : 0,01%

      .
      Soit les électeurs se sont abstenus, soit ils ont voté FN, LREM et les Verts !
      Voilà où nous en sommes. Il n’y a que l’unité qui pourrait redonner confiance dans les Partis de Gauche. Or, ils ont choisi la division.


    • cettegrenouilleci 12 mars 19:51

      @Jean Dugenêt

      Bonsoir Jean

      Merci pour tes observations .

      Je regarderai demain l’article signalé.(Moi, milliardaire partie 2) 

      Je ne crois pas que le front unique ouvrier que tu appelles de tes voeux soit possible dans un avenir proche, ni que ce soit le sésame capable de frayer le chemin à la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan, objectif transitoire dont la réalisation est requise, incontournable, urgente, pour mettre le nouveau pouvoir politique en capacité de servir les intérêts du peuple, des travailleurs, de la nation plutôt que de satisfaire tous les désidérata de l’oligarchie euro-atlantique .

      Je ne sais pas quelles modalités réussiront à se mettre en place au bout du compte pour triompher de l’adversité, sortir de la maison qui brûle, éteindre le feu et reconstruire sur des bases saines sans oublier de punir et de neutraliser les incendiaires.

      Ce dont je suis sûr, c’est qu’il n’est pas possible de changer le cours des choses sans l’engagement conscient es qualité_ de la classe ouvrière dans la bataille. C’est une réalité incontournable, à mon avis insuffisamment prise en compte par tous les partis de l’arc républicain, par les partis de gauche, communistes compris, et même par l’UPR.

      Mais, même rassemblées, les forces de la classe ouvrière ne suffiront pas pour créer le rapport de forces capable de faire prévaloir les intérêts du peuple et de la nation sur ceux des intérêts mafieux de l’oligarchie et de ses valets. La dictature de l’UE est un adversaire de taille qui ne reculera devant rien pour poursuivre sa sale besogne. Les sceptiques n’ont qu’à tourner leur attention du côté de la Syrie, de l’Iran, de l’Irak, du Yemen, de l’Afghanistan, de la Bolivie ...pour le vérifier. Les vrais maîtres de l’UE y sont à l’oeuvre, n’hésitant pas à y lancer des armées de mercenaires et de saboteurs, pour y défendre les intérêts de leur empire mondialiste coalisé autour de l’état profond US. L’armée française et des forces militaires d’autres pays membres de l’Union Européenne sont d’ailleurs présents depuis de nombreuses années sur plusieurs de ces théâtres de guerre.

      [Ces réalités là aussi sont l’affaire des travailleurs et de toute organisation politique, syndicale ou autre prétendant proposer une alternative politique, économique et sociale à la crise dans laquelle la France s’enfonce à une vitesse alarmante.
      Pas de luttes revendicatives efficaces sans mener parallèlement le combat pour la paix et la solidarité effective, pratique avec les peuples en lutte contre le pouvoir de l’impérialisme.]

      Le peuple entier, ou presque, a objectivement intérêt à se débarrasser de la malfaisante et puante dictature de l’Union Européenne, de l’euro et de l’Otan.

      C’est le peuple entier qu’il faut appeler à se mobiliser pour en finir avec la dictature de l’UE et avec cette mainmise de l’oligarchie qu’elle renforce jour après jour dans le pays pour sauvegarder et étendre les privilèges de classe qui sont sa raison d’être.

      La sortie de l’UE ne règlera pas les problèmes du pays et ne n’apportera pas de réponses immédiates aux souffrances du peuples, à la surexploitation des travailleurs, aux difficultés des couches populaires, au saccage de notre environnement, à la liquidation de nos institutions républicaines, de nos services publics et de notre démocratie.

      Mais la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan rendra ces changements possibles. Une partie de ces changements sont d’ailleurs prévus dans le programme de l’UPR comme cela était le cas dans le programme du Conseil Nationale de la Résistance au moment de la lutte contre l’occupant nazi.

      Avec la sortie de l’UE, le peuple retrouvera sa capacité à décider lui-même de son destin. Les conditions objectives de la lutte politique et syndicale pour la sauvegarde de notre nation, de notre démocratie, et pour la défense des intérêts des couches populaires seront nettement plus favorables aux forces populaires parce que nombre des outils de l’adversaire de classe auront été neutralisés ou détruits.

      La priorité des priorités pour la classe ouvrière, c’est de sortir le pays de la dictature de la dictature de l’UE.

      Faute de l’avoir compris , la gauche britannique vient de connaître une sévère défaite.
      Avec un front unique ouvrier ou sans lui, la gauche française connaîtra de semblables bérézinas, ou pire encore, tant que son mot d’ordre premier ne sera pas la sortie de la dictature de l’UE, de l’euro et de l’Otan.

      Si la classe ouvrière veut défendre ses droits, elle doit militer pour l’avènement d’un gouvernement où l’UPR détiendra une place significative, ce qui sera une sérieuse garantie pour la suite des opérations et pour la satisfaction effective, le plus rapidement possible, de ses revendications.

      J’essaierai de reprendre prochainement la discussion sur les autres points sur lesquels tu as attiré mon attention.

      Cordialement

      Gérard


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 12 mars 21:33

      @cettegrenouilleci
      Je suis à peu près d’accord avec tout ce que tu dis mais quand j’écris un texte d’une page destinée à un large public qui a une préoccupation immédiate puisque la question de la grève est très concrètement posée je n’écris pas un livre. Quelle est la perspective qu’il est possible de leur proposer pour les faire progresser ? Il faut à la fois répondre à une attente qu’ils n’ont pas exprimée consciemment faute d’avoir l’analyse pertinente et ne rien céder sur les principes en leur donnant réellement des pistes qui les même vers la prise du pouvoir. C’est en effet de cela qu’il s’agit à terme. C’est ce que j’avais expliqué dans mon article : « gauchisme versus Front Unique Ouvrier ».


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mars 09:41

      @Captain Marlo
      Bonjour Captain,

      "Je crois avoir déjà répondu à cette question sur les autres organisations de 2012.
      Ils ont été invités à la soirée Brexit organisée par l’UPR, aucun n’est venu.
      Ce qui clarifie leur position : ils ne veulent pas d’une sortie légale de l’UE.
      A partir de là, on se met d’accord sur quoi ? Sur le sexe des anges ?

      « 

      C’est vrai que tu en avez déjà parlé mais le sujet n’est pas épuisé et il y a du nouveau. D’ailleurs la position de François Asselineau a évolué pour tenir compte des difficultés créées par l’UE pour le Brexit. Je n’ai pas les références sous la main mais je me souviens que dans une vidéo il a dit que puisque c’est comme ça on attendra pas deux ans après la mise en œuvre de l’article 50.

      Nous sommes pratiquement en mesure de rédiger dès maintenant l’accord de sortie de la France en reprenant celui des anglais et en le simplifiant puisque nous n’avons pas la difficulté qu’ils ont eu avec l’Irlande. Comme on sait que les fonctionnaires de Bruxelles font tout ce qu’ils peuvent pour que ça ne marche pas, on sait aussi qu’il faut changer la stratégie.

      Quoi qu’il en soit, il est toujours possible de relancer une démarche publique pour regrouper tous les partisans du Frexit dans un CNRbis. Il n’est pas indispensable pour cela que tout le monde soit d’accord sur la procédure de sortie. Cela ne doit pas être un préalable. Article 50 ou autre, de toute façon nous ne savons pas comment cela va se faire. Nous pouvons sortir à la suite d’un référendum, à la suite d’une élection à la présidence de la république, au cours d’un mouvement social. Nous ne sommes pas devin et nous ne savons donc pas comment la situation va évoluer.

      Voici la liste des organisations qui sont favorables au Frexit : UPR, PRCF, ParDem, POI, POID, Patriotes, clubs : penser la France.

      Remarquons que je n’ai aucune sympathie pour les Patriotes mais il faut être cohérent. Il y avait une organisation »d’extrême droite" dans le CNR.

      J’ai par ailleurs une autre proposition : faire un appel collectif à un référendum. Il y en a eu un de la part du PRCF et des clubs « Penser la France ».

      Je pense qu’il faut que l’UPR se prononce sur ces propositions. Je suis avant tout pour un nouveau CNR. Je suis adhérent à l’UPR parce que je pense que c’est l’organisation qui est la plus engagée sur cette voie et parce que c’est l’organisation qui est la plus ouverte (pas de clivage « gauche/droite » comme dit la charte). Je souhaite que les choses évolue dans le même sens mais il faut effectivement agir dans ce sens. Je crois qu’il faut lancer une proposition concrète en direction des organisations concernées et ne surtout pas mettre apriori un obstacle en fixant des conditions sur la procédure de sortie.

      Pour le FUO, on en a déjà discuté aussi et je n’ai rien à ajouter. Je sais très bien que les dirigeants des organisations se plaisent à ne pas être d’accord et j’ai plein de raison pour les détester tous autant les uns que les autres. Là n’est pas la question du FUO.

      La classe ouvrière aspire à cette unité. C’est pourquoi je la propose. C’est une proposition qui est faite pour mobiliser les militants contre leurs dirigeants.

      Lors de la montée du fascisme en Allemagne, il fallait l’unité du SPD et du KPD (K pour « communiste », P pour « Parti » et D pour « Deutch ». Je simplifie parfois en disant le PCA mais c’est faux). Les militants du KPD avaient encore bien plus de raisons qu’aujourd’hui de refuser l’unité puisque le SPD avait notamment été impliqué dans les assassinats de Karl Liebnecht et Rosa Luxembourg (ils avaient été assassinés par les « corps francs » mais le SPD était derrière). Ce fut pourtant une erreur dramatique de refuser l’unité. Ce fut sans doute la cause principale de la prise du pouvoir par Hitler.


    • cettegrenouilleci 13 mars 11:01

      @Jean Dugenêt

      « Nous sommes pratiquement en mesure de rédiger dès maintenant l’accord de sortie de la France en reprenant celui des Anglais et en le simplifiant puisque nous n’avons pas la difficulté qu’ils ont eue avec l’Irlande. »

      L’accord pour le Brexit peut nous réserver bien des (mauvaises) surprises. Qui est capable de dire aujourd’hui ce que vont être concrètement les nouveaux rapports économiques et militaires entre la Grande Bretagne et l’Union Européenne ?

      S’agit-il d’un Brexit de façade plus sophistiqué dans le mensonge que l’accord négocié par theresa May , ou d’une sortie véritable de l’Union Européenne ?

      Ce qui est sûr, c’est que la Grande Bretagne reste un pilier de l’Otan. Pour défendre les intérêts de qui, et pour préparer quelles guerres ?

      Les lecteurs maîtrisant la langue de Shakespeare ont à leur disposition un stock de lectures édifiantes sur le sujet sur le site « Latest news and comment from the UK Column | UK Column. »

      Brexit ou pas, Boris Johnson et le parti conservateur défendent les intérêts de l’Oligarchie.

      L’accord à trouver pour organiser la sortie de la France de l’Union Européenne ne doit pas être, ne peut pas être un copié-collé de l’accord négocié par Johnson.

      Chacun des termes de l’accord doit être pesé, vérifié, rédigé à l’initiative et sous le contrôle des autorités françaises.

      Concernant les accords de coopération qu’il convient d’établir avec les organisations qui disent vouloir réaliser la sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan, il convient d’accueillir avec beaucoup de circonspection les donneurs de leçon dont le souci principal est de damer le pion à l’UPR, qui est le fer de lance du combat pour le Frexit.

      L’UPR et FA n’ont pas ménagé leurs peines pour avancer dans cette direction. Captain Marlo ( Fifi ) en a déjà parlé très précisément à diverses reprises .

      D’autres, comme le PRCF, entendent faire de ce combat leur croisade personnelle, leur chasse gardée . Il veulent contrôler les troupes qui seront autorisées à livrer bataille, leur dicter le chemin à prendre et le choix de la porte à franchir pour se mêler à cette lutte , et choisir jusqu’à la couleur de leur livrée. Pas de combattant crédible pour le Frexit qui ne souscrive pas d’abord au verbiage anti-capitaliste du PRCF dont le haut-fait majeur est d’avoir appelé à soutenir un acharné du maintien de la France de l’UE à l’occasion de la dernière élection présidentielle plutôt que le candidat du Frexit !

      Cordiales salutations

      Gérard


    • cettegrenouilleci 13 mars 11:20

      @cettegrenouilleci

       ..../...dont le haut-fait majeur est d’avoir appelé à soutenir un acharné du maintien de la France dans l’UE à l’occasion de la dernière élection présidentielle.../...


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mars 14:13

      @cettegrenouilleci
      "L’accord à trouver pour organiser la sortie de la France de l’Union Européenne ne doit pas être, ne peut pas être un copié-collé de l’accord négocié par Johnson.

      Chacun des termes de l’accord doit être pesé, vérifié, rédigé à l’initiative et sous le contrôle des autorités françaises.« 

      L’accord du Brexit c’est à dire l’accord qui permet officiellement de dire que les anglais sont sortis de l’UE avec comme conséquence immédiate qu’ils cessent de financer l’UE a été négocié entre l’équipe de Johnson et les responsables de l’UE qui ont d’abord fait tout ce qu’ils pouvaient pour que ça ne fonctionne pas.
      Je pense que pour l’essentiel nous devrions pouvoir avoir le même accord car il ne règle pas ce que seront les relations avec chacun des autres pays de l’UE. C’est maintenant, après la sortie, que se négocie avec chaque pays de l’UE les accords de l’Angleterre avec chacun de ses partenaires. C’est seulement maintenant qu’il faut pesé, vérifié...

      Dans le premier temps, lors de la négociation avec les kapos de l’UE (ceux qui défendent l’oligarchie en n’étant élus par personne), la seule chose importante c’est de permettre que puisse s’ouvrir après les vraies négociations.

      Je laisse à ce niveau de côté les particularités de l’Angleterre qui est historiquement liée aux USA et donc à l’OTAN ce que les conservateurs vont évidemment vouloir faire perdurer. Cela n’apparaît pas non plus, me semble-t-il dans l’accord de sortie.

       »S’agit-il d’un Brexit de façade plus sophistiqué dans le mensonge que l’accord négocié par Theresa May , ou d’une sortie véritable de l’Union Européenne ?

      "
      Le fait est que maintenant l’Angleterre est sortie. Elle ne paie plus. Tout le reste est à faire et à négocier maintenant.

      Je suis bien d’accord sur le fait que les conservateurs vont faire une politique de conservateurs et qu’il y a lieu à ce sujet d’être inquiet. Là encore cela ne change rien au fait que l’accord de sortie qu’ils ont obtenu peut être considéré comme un modèle, éventuellement modifiable, mais qui permet ainsi de gagner beaucoup de temps. Je rappelle que la question est de ne pas attendre 2 ans, délai maximum prévu par l’article 50, pour arriver à ce premier accord de sortie. Je crois me souvenir que François Asselineau a dit que cela doit pouvoir se régler en moins de 3 mois.

      Je sais que parmi les organisations qui veulent le Frexit chacun a tendance a vouloir défendre sa propre boutique. C’est justement-là que l’on doit voir ceux qui sont réellement pour un nouveau CNR. Cela ne peut apparaître que si une démarche est lancée dans ce sens. C’est alors que les sectaires se manifesteront éventuellement en dictant des conditions qu’ils seront les seuls à pouvoir admettre. On ne peut que gagner en lançant une telle démarche. Cela est exprimé dans l’article que je t’ai signalé.

      Bien cordialement


  • Spartacus Lequidam Spartacus 13 mars 09:04

    Des fonctionnaires privilégiés de l’état et dans l’éducation en grève.

    Quel événement....

    Des statutaires « révolutionnaires ».... Quelle farce.

    Un monde parallèle des réserves a bolcheviques.

    C’est dans leur monde de la révolution devrait se produire. Se poser la question pourquoi ils sont si peu diversifiés. Si ridicules.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mars 11:04

      @Spartacus
      Je ne comprends pas grand chose à ce que vous dites et surtout je ne ressens pas dans vos discours une volonté de discuter mais plutôt d’agresser, de provoquer, d’exprimer de la hargne ou de la rancœur. Je ne vois pas l’intérêt d’une telle attitude et je me demande sincèrement pourquoi vous venez lancer de tels messages sur Agora Vox.


    • Steph87 13 mars 20:39

      @Jean Dugenêt
      Il est vrai que son cas tient de la psychiatrie. Il est paranoïaque et outrecuidant, haineux à souhait, auto-suffisant, de mauvaise foi. Incapable de s’élever, il ne fait qu’éructer. Il a un mental d’adolescent. Il pense qu’il écrit des articles alors que ceux-ci sont sans fond et se font laminés par les commentaires (bien sûr qu’il ne veut pas voir) et il continue tête baissée. Sa stratégie dénote toute sa juvénilité trahie par ses répliques débiles « Les faits sont les faits » ou ses smileys enfantins. Tous ceux qui ne pensent pas comme lui sont forcément bolchéviks ce qui montre toute sa limite intellectuelle. Sans compter ses inversions de langage pour tenter d’arrivée à ses fins (qu’il croit possible). Il passe pour un vrai clown, tant pis pour lui, ça doit faire marrer de lire pareil énergumène.


    • Spartacus Lequidam Spartacus 14 mars 14:12

      @Jean Dugenêt
      Vous ne comprenez pas l’absence de diversité ? 

      Celle qui fait qu’a chaque critique qui vous la fait remarquez vous répondez que celui qui vous le fait remarquer en procès d’intention ad personnam.

      Ca vous interloque pas un peu de voir que les bolcheviques ne sont représenté que par des castes abonnées à la gamelle de l’état et principalement dans l’éducation nationale...


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mars 15:29

      @Spartacus
      Je ne comprends rien à ce que vous dîtes mais il est possible que cela viennent du fait que vous vous exprimiez mal. Je comprends qu’il y ait une diversité de points de vue. Je ne comprends pas ceux qui veulent nier cette diversité, ceux qui la refuse, ceux qui veulent une absence de diversité. C’est vrai je ne comprends pas l’absence de diversité. Je ne comprends donc pas que vous vous interrogiez à ce sujet.
      Je m’arrête là car la deuxième phrase est tout autant incompréhensible et de même pour la troisième.


    • Spartacus Lequidam Spartacus 14 mars 18:10

      @Jean Dugenêt

      C’est vrai je ne comprends pas l’absence de diversité.  smiley   smiley

      Alors pourquoi dans la caste bolchevique n’y a t-il qu’une représentation de fonctionnaires et pas de la diversité de la société ?


    • Steph87 14 mars 19:08

      @Spartacus
      On va t’aider : Les symptômes de la paranoïa :

      • Méfiance exagérée ;
      • Le doute incessant ;
      • La tendance au secret ;
      • Les interprétations négatives des gestes et des paroles ;
      • La rancœur ;
      • L’agressivité ;
      • Le soupçon ;
      • La psychorigidité
      • Une surestimation de soi ;
      • Une sous-estimation des autres ;
      • Un orgueil démesuré ; 
      • Un autoritarisme tyrannique ;
      • L’absence d’autocritique ;
      • Des troubles dans les relations sociales ;
      • Parfois la personne est hypocondriaque ;
      • Dépression.

    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 14 mars 21:04

      @Spartacus

      Je ne peux que répéter ce que j’ai déjà dit : « je me demande sincèrement pourquoi vous venez lancer de tels messages sur Agora Vox. »

      Pouvez-vous préciser votre but ? Qu’attendez-vous ? Qu’est ce que vous voulez comme réponse pour être satisfait ? Où trouvez-vous de la satisfaction ?


    • Spartacus Lequidam Spartacus 15 mars 09:24

      @Jean Dugenêt

      Sortir du hors sujet ad homminem a une question posée est un signe de misère et pauvreté d’arguments et convictions pitoyables...

      La question est tellement gênante que t’a la pétoche, pas le courage d’y répondre et t’es incapable d’assumer de répondre sans te défiler ?

      La question est pourtant claire. 

      Pourquoi les tiens pseudos-révolutionnaires de pacotille sont a 90% des fonctionnaires et bouffeurs de gamelle de l’état et n’ont pas de diversité sociale ?

      Chez les Bolchéviques, on n’accepte pas de se poser des questions sur l’ubuesque sur-représentation de dépendants de l’état qui représentent ces idéos totalitaristes ?


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 15 mars 11:34

      @Spartacus

      Rien de me gêne même pas les fanfaronnades et les insultes. Quand je vois un article écrit par un type plus ou moins facho je ne vais pas mettre des commentaires à la suite de son article. Je discute sur Agora Vox avec le désir de convaincre mes interlocuteurs en développant des arguments. Je n’essaierais pas de convaincre Hitler ou Mussolini.
      Je vois que vous êtes empli de haine à l’égard de ce que j’ai écrit. Je le constate sans même porter de jugement mais la question que je vous ai posée et que je répète c’est : à quoi cela vous sert-il d’exprimer votre haine ? Je ne pense pas que vous essayez de convaincre quelqu’un. Je vois par exemple revenir périodiquement dans vos propos le terme « bolchevik » lancé comme une étiquette sur un peu tout ce que vous détestez. Si j’ai bien compris, pour vous, « la coordination nationale du 7 mars 2020 » dont j’ai publié l’appel était pour vous une assemblée de bolcheviks et ceux qui y répondent ou font grève sont aussi des bolcheviks.
      Pourquoi venez vous racontez cela ? Pensez vous convaincre ? Voulez vous vous battre en duel ? Attendez vous qu’on vous traite de fascho comme vous traitez les autres de bolkcheviks ? Je répète que je ne comprends pas ce que vous cherchez.


  • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 20 mars 10:31

    Bonjour Jean Dugenêt,

    J’ai répondu à votre proposition de déclaration commune. J’ai recopié la réponse dans la deuxième partie et aussi au début des commentaires de la troisième partie de Moi, milliardaire...

    Cordialement.

    Thierry Saladin


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 21 mars 08:15

      @Thierry SALADIN
      J’ai fait la réponse suivante.

      Bonjour et merci de votre réponse.
      Je suis d’accord avec vous. La question qui se pose est : Qui doit prendre la décision de faire une déclaration commune ? Et aussi : Que pouvons-nous faire pour encourager cela ? Ecrire un article sur Agora Vox pourrait-il aider ?


Réagir