jeudi 12 septembre 2019 - par BretonEnColère

Arkéa, l’arroseur arrosé  !

C’est fait. Le Crédit Mutuel Massif Central quitte Arkéa, comme il avait annoncé vouloir le faire au printemps dernier ! Une nouvelle preuve de l’inconscience de Jean-Pierre Denis et Ronan Le Moal qui entraînent notre banque au fond du gouffre…

Le navire Arkéa sombre et certains en ont plus conscience que d’autres. Les dirigeants du Crédit Mutuel Massif Central (l’une des trois fédérations qui composent Arkéa) avaient prévenu nos patrons : si Arkéa souhaite quitter le Crédit Mutuel, avec les désastreuses conséquences que cela implique, il est hors de question que le Crédit Mutuel Massif Central fasse de même. Les caisses locales de la fédération ont ainsi voté à l’unanimité pour « Rester Crédit Mutuel ».

Nos caisses locales auraient sûrement fait le même choix, si le vote s’était déroulé normalement, lui qui n’a été qu’un simulacre de démocratie !

À partir du premier janvier prochain, nous passerons donc de trois fédérations, à deux. Si tant est que la fédération du Sud-Ouest n’ait pas la bonne idée, elle aussi, de nous quitter…

Déjà qu’en comptant trois fédérations, les risques pour notre banque (donc nous et les sociétaires) étaient bien réels, maintenant que la fédération du Massif Central a acté son départ, ils sont encore plus grands !

Des risques que nos patrons avaient d’ailleurs été contraints de reconnaître, eux qui cherchaient plus que tout à les cacher. Et qui est en première ligne ? Les salariés et les sociétaires bien sûr !

Car nos patrons, Ronan Le Moal et Jean-Pierre Denis, qui touchent près de 3 millions d’euros par an à eux deux, n’ont pas de souci à se faire. D’autant plus qu’il se murmure que Ronan Le Moal chercherait à aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. En voilà un qui n’est pas du tout concerné par l’avenir des salariés d’Arkéa !

Et si vous en doutiez encore, il suffit de lire le dernier tract de nos camarades de l’intersyndical qui tirent la sonnette d’alarme, car notre direction s’apprête à court-circuiter les élus du personnel afin de mettre ses sbires à la place ! Adieu la défense des salariés. Oseriez-vous vous plaindre à des individus à la botte de Jean-Pierre Denis et Ronan Le Moal ? C’est la porte assurée !

La décadence de notre banque se poursuit et atteint même des niveaux records !

Merci Jean-Pierre Denis

Merci Ronan Le Moal

MERCI PATRONS !

 



4 réactions


  • Spartacus Spartacus 13 septembre 2019 08:20

    La mise en cause, à plusieurs reprises, et publiquement, de la compétence et de la légitimité d’un dirigeant de société constitue une faute lourde.

    C’est pas comme cela que l’on exprime ses litiges avec son employeur. Et écrire ici est encore moins un lieu pour le faire.

    La politique d’entreprise est faite par un conseil d’administration.

    Elles sont prises en fonction de multiples facteurs qui rentrent en compte et qui font partie du secret des affaires et de spécificités du métier de l’entreprise. Elles ne peuvent plaire à tout le monde.

    Un salarié ne doit pas nuire publiquement à son employeur et encore moins se livrer a des attaques ad hominem. 

    Cette absence d’éthique professionnelle est assez affligeante ! 


    • Kapimo Kapimo 13 septembre 2019 18:41

      @Spartacus

      "La politique d’entreprise est faite par un conseil d’administration.

      Elles sont prises en fonction de multiples facteurs qui rentrent en compte et qui font partie du secret des affaires et de spécificités du métier de l’entreprise. Elles ne peuvent plaire à tout le monde.« 

      Oui, il est scandaleux que certains aient pu remettre publiquement en cause la »politique d’entreprise" de Alstom, celle de Pechiney, celle de Usinor, celle de Bull, celle de France Telecom, celle de Lafarge, celle d’Alcatel et j’en passe...

      Les dirigeants oeuvrent pour le bien commun, c’est bien connu. Pas celui des salariés et de l’état, mais on s’en fout, car on s’en fout.


  • BidougN 13 septembre 2019 16:16

    « Le navire Arkéa sombre et certains en ont plus conscience que d’autres. »

    Fait : Les résultats d’Arkea sont encore en progression cette année. 


    « Déjà qu’en comptant trois fédérations, les risques pour notre banque (donc nous et les sociétaires) étaient bien réels, maintenant que la fédération du Massif Central a acté son départ, ils sont encore plus grands ! »

    Fait : le Crédit Mutuel Massif Central ne représente qu’une très petite portion des clients, et malgrés la sortie annoncée depuis longtemps, la notation d’Arkea s’est améliorée.

    « Les caisses locales de la fédération ont ainsi voté à l’unanimité pour « Rester Crédit Mutuel ». »

    Fait : Certaines d’entre elles voulaient rester Arkea mais ont été obligées de revoter.

    Moralité : on aimerait un éclairage plus neutre du sujet, (si seulement cela existe sur agoravox) En tout cas, ce n’est pas le « salarié arkea » BretonEnColere qui nous l’apportera.


  • Cadoudal Cadoudal 13 septembre 2019 16:43
    « Le navire Arkéa sombre et certains en ont plus conscience que d’autres. »

    Je viens d’aller voir mon compte en banque, j’ai de quoi finir le mois...

    Il m’a fait peur le syndicaliste...lol...


    Des résultats à des niveaux records

    https://www.arkea.com/banque/assurance/credit/mutuel/ecb_5021/fr/chiffres-cles


Réagir