vendredi 15 novembre 2013 - par Jagermaster

Arrêtons avec le bashing populiste

JPEG - 37.9 ko

Le détournement de l’intérêt médiatique vers des épiphénomènes universels aux républiques occidentales induit le bashing de nos dirigeants.

Le recours au concept du bouc émissaire est une réminiscence incontournable en ces moments troubles.

Étant donné que la crise actuelle va fêter ses 5 ans, plus personne ne veut en entendre parler.

On peut le comprendre, ce serait radoter, et à part quelques obscurs rabat joies, cela n’intéresse plus personne.

La Presse l'a bien compris. Le but n'est plus d'informer sur le phénomène originel de la crise et de nourrir le débat sur les solutions mais de grossir le trait des conséquences. Le risque est d'accélérer l'engrenage de la peur et de l'impuissance qui produit toujours plus de boucs émissaires et conduit inexorablement au populisme et a la violence.

Dans ce système ou chacun se pense victime des autres et cultive son insatisfaction, il n'y a plus personne a convaincre mais tout le monde a satisfaire.

Les médias s'y donnent donc à cœur joie du fait de leur statut commercial, et, influent sur une opinion publique déjà désespérée ; l'Europe, les immigres, les patrons, les banquiers, les pays pauvres ou émergents...tout est danger rien n'est solution.

Cela est vérifiable dans la quasi totalité des pays touchés par la crise

Si j'ai écris ces quelques lignes c'est pour relativiser une réalité qui n'est pas franco-française, mais qui est conditionnée par une presse parfois sensationnaliste (je vous renvoie aux « unes » des médias depuis l'élection de F. Hollande) et vous amener au constat que notre président ne peut pas y faire grand chose.

Lui ou n'importe qui d'autre d'ailleurs.

Ce n'est pas une fatalité pour autant.

La solution n'est pas en France, elle est située à Bruxelles. Une décision SAINE doit être prise ENSEMBLE au niveau européen tant la situation est désespérante. Soit on parle et on décide « Europe » et alors, l'avenir sera radieux, soit on fait chacun dans notre coin comme c'est le cas actuellement, et alors il n y aura pas de contre pouvoir politique à l’impérialisme financier et l'avenir du bashing, du bouc-émissarisme et des nationalismes sera radieux.

Pour finir, je voulais mettre en perspective la crise de 2008 avec la bulle financière de la dette privée turque qui est en pleine croissance. Quand cette bulle explosera, et elle explosera, les conséquences pour les banques seront les mêmes qu'en 2008. Et qui blâmera-t-on ? Erdogan ou son successeur ? Sûrement les deux, mais aura-t-on d'ici la réellement responsabilisé les marchés financiers ?

L'histoire se répétera inlassablement tant qu'on ne n'en tirera aucune leçon.



27 réactions


  • Alpo47 Alpo47 15 novembre 2013 13:50

    Populiste est devenu un terme destiné à faire taire toute critique, y compris constructive. Elle s’adresse notamment aux opposants à l’UE et/ou à l ’euro.


    • Jagermaster Jagermaster 15 novembre 2013 14:03

      En l’occurrence, j’utilise ce terme pour illustrer l’absence d’arguments des basheurs, et la gratuité du lynchage qu’ils instiguent. Leurs but est seulement de taper, en oubliant parfois pourquoi. C’est le consensus du vide. Néanmoins, une critique argumentée ne rentre pas dans la terminologie de mon titre.


  • LE CHAT LE CHAT 15 novembre 2013 14:04

    La solution n’est pas en France, elle est située à Bruxelles.

    c’est un lieu où le peuple n’a pas son mot dire , ça sera plus facile ???  smiley


    • Jagermaster Jagermaster 15 novembre 2013 14:12

      La encore, c’est pour eviter les redondances que j’utilise ce mot. Je pense que la seule issue a la toute puissance financière, c’est une Europe saine, forte de son leadership, où la raison aurait son mot à dire face aux lobbys. Il est clair que tout reste à faire


  • Daniel D. Daniel D. 15 novembre 2013 14:10

    L’avenir du contre pouvoir financier ne passe pas par l’Europe dont la BCE est un des instruments. L’Europe est liée aux banksters, elle est un outil de libéralisation.

    La seule solution pour sortir de la crise et neutraliser les banksters, c’est de sortir de l’Europe, sortir de l’Euro, reprendre la création monétaire au niveau de l’État, nationaliser toute entreprise ou banque bénéficiant d’aide de l’État (nationalisation a la hauteur de l’aide), reconstruire des barrières douanières cohérentes, quitter l’OMC, interdire les produits dérivés (au minimum) ainsi que les effets de leviers, bref réguler la finance réellement

    Hollande bouc émissaire impuissant ?
    NON, il pourrais être en train de nous faire sortir de la crise, au lieu de se comporter en technocrate psycho rigide aux ordres du système. Il nous enfonce au lieu de nous aider. Nous sommes responsables des conséquences de nos actions et il sait bien que de grands pouvoirs impliquent de grandes responsabilités.

    Qu’il assume !

    Se comporter comme il le fait actuellement est criminel. Ne rien faire pour protéger la population face au cataclysme économique qui se prépare est un choix qui seras lourd de conséquence.


    • Fergus Fergus 15 novembre 2013 17:46

      Bonjour, Daniel.

      « Hollande bouc émissaire impuissant ?
      NON, il pourrais être en train de nous faire sortir de la crise, au lieu de se comporter en technocrate psycho rigide aux ordres du système
      . »

      Sans vouloir défendre Hollande, il est vain de penser que la France pourrait sortir seule de l’UE ou même de l’Euro sans subir de très graves dommages. Hollande ne peut par conséquent rien s’il n’est pas accompagné dans cette démarche par un ou deux grands pays comme l’Italie ou l’Espagne, et de préférence les deux. Un tel scénario aurait le mérite soit de précipiter de facto la fin de l’aventure européenne soit de faire plier tout à la fois Bruxelles et Berlin. Mais encore une fois, Hollande ne peut rien seul !


    • Le421... Refuznik !! Le421 15 novembre 2013 19:34

      @Fergus

      Excellente analyse...
      D’ailleurs, j’aimerais que ceux qui « gueulent » (pas d’autre mot, désolé) Hollande démission, j’aimerais savoir si ils mettraient Ma sorcière bien aimée, Merlin l’enchanteur ou Dynamo le magicien aux commandes...
      Y’a qu’à, Faut qu’on !! Ca c’est du solide...

      P.S. Hollande n’est vraiment pas mon copain, je précise. Mais je suis républicain et je respecte mon pays à travers ses institutions. C’est pour cela que je souhaite une VIème République.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 novembre 2013 19:42

      Fergus,
      Bien sûr que Hollande peut nous sortir de cette usine à gaz ... Article 50 :

      « Tout Etat membre peut décider de sortir de l’ Union ».

      Si la 5e puissance économique du monde ne peut se débrouiller tout seule, les autres pays souverains de la planète n’ont plus qu’à se suicider...

      S’il ne le fait pas, c’est qu’il est Young Leader, européiste jusqu’à la moelle et qu’il préfère continuer à imposer l’austérité pour rembourser la dette illégitime jusqu’à ce qu’on en crève comme les Grecs.

      Redevenir un pays souverain, maîtriser à nouveau la monnaie, dévaluer le franc de 25%, et les problèmes principaux sont résolus :

      Exposés d’Olivier Berruyer et Philippe Murer :
      « Y-a-t-il une vie dans l’euro ? et une vie après l’ euro ? »

      Ou si vous préférez Sapir, qui dit exactement la même chose :

      « Une situation dégradée... des solutions existent »

      Les autres pays qui le souhaitent n’auront qu’à en faire autant.
      Il faut respecter la liberté des peuples à disposer d’eux -mêmes...


    • c’est pas grave 15 novembre 2013 20:05

      pour ceux qui n’ont pas le temps , voici ce que dit Sapir d’une sortie de l’euro par la France

      (à partir de 21’26 )

      http://www.dailymotion.com/video/x11xmux_faut-il-sortir-de-l-euro-jl-melenchon-et-jacques-sapir-en-debattent_news


    • Tetsuko Yorimasa Tetsuko Yorimasa 15 novembre 2013 20:34

      Encore mieux que de voir la France, l’Espagne et l’Italie sortir de l’euro, ça serait d’éjecter l’Allemagne.


    • c’est pas grave 15 novembre 2013 23:37

      les Allemands ayant bien compris que pour maintenir une zone euro , il leur faudrait supporter le poids du transfert de quelque 10 % de leur PIB au profit des autres pays de la zone pendant plusieurs années, le scénario de plus en plus probable est l’auto-éjection de l’ Allemagne elle-même

      les carottes seront tout à fait cuites lorsque les exportations allemandes, seul vrai moteur de leur économie , commenceront à donner des signes de fatigue dans un contexte de décroissance mondiale , et singulièrement chinoise
       
       


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 16 novembre 2013 08:11

      c’est pas grave,

      L’Allemagne a cumulé les atouts économiques, pour jouer en solo, en fait, contre les intérêts des autres pays de l’ UE.

      * Elle est leader mondial de la machine outils et des voitures haut de gamme.
      * Elle a mis en place les lois Hartz qui ont baissé les salaires de toutes les tranches.
      * Elle utilise plein pot les délocalisations de sous- traitants dans les ex-pays de l’ Est.
      * Elle utilise l’absence de SMIG et les directives Bolkeinstein
      * Elle profite du fait que l’euro soit pour elle, 25 ou 30% moins cher que si elle avait gardé le mark.

      Mais la médaille a sont revers, comme il n’y a plus de change, au lieu de recevoir des marks de la part des acheteurs européens, elle reçoit... des euros-lires venant d’Italie, des euros-francs venant de France, des euros-drachmes venant de Grèce etc...

      Plus les fortunes privées des pays du sud qui se réfugient dans les banques allemandes.

      La Bundesbank accumule des sommes énormes, 70% de ses dépôts si ma mémoire est bonne, qui peuvent ne plus valoir un kopeck si les économies du sud, étranglées par l’austérité, s’effondrent.

      Ressurgit en Allemagne le spectre de l’effondrement du mark, quand il fallait une brouette de billets pour aller faire ses courses...

      Toutes ces questions sur la monnaie sont expliquées dans cette vidéo : « La Tragédie de l’euro »


    • @lbireo @lbireo 18 novembre 2013 21:55

      tant que vous y êtes

      sortir de la politique, sortir de l’énergie, sortir de l’agriculture, sortir de la civilisation et revenir à la préhistoire où certes, ces problèmes n’existaient pas mais où on passait beaucoup de temps à courir pour ne pas se faire bouffer.

      en fait la plus grosse partie de nos problèmes ont commencés quand l’homme a inventé l’argent.

      vous voulez revenir en arrière ? libre à vous. mais assurez-vous d’abord qu’il n’y ait pas de risques de le regretter plus tard !

      tout ce que vous proposez fera-t-il aussi baisser l’inflation ? le coût de la vie ? expliquez donc comment. si possible avec des chiffres et des calculs (e=mc2 et 42 ne sont pas des réponses valides)


    • @lbireo @lbireo 18 novembre 2013 22:11

      @ fifi

      aucun système n’est parfait. il aura toujours des personnes qui en profitent et d’autres qui le subissent.

      sortir de l’Europe et de l’euro ne garantit pas que notre prochain système sera meilleur, tout dépendra de ceux qui le créeront. et il est peut-être préférable de faire au moins des ébauches avant de partir pour pouvoir faire une transition en douceur plutôt qu’en douleur.

      l’Europe n’a pas eu que des impacts négatifs, doit-on aussi renoncer à tout ?


  • Alexis_Barecq Alexis_Barecq 15 novembre 2013 14:14

    Les soit-disant élites politiques, vendues à l’oligarchie qui les paye, ne méritent pas mieux...


  • Marais 15 novembre 2013 15:27

    Une Europe saine ? Aujourd’hui, l’Europe va très mal, de la Grèce à l’Allemagne. L’Europe n’est pas démocratique, l’Europe ne crée pas d’emplois, l’Europe, ne nous rend pas puissants, l’Europe provoque l’immigration... en 1979 les socialistes faisaient campagnes aux élections européennes pour changer d’Europe.

    Et puis quelle Europe saine ? Le Royaume-Uni a la City, l’Allemagne a les salaires de misère, l’Espagne a le chômage, l’Italie a la mafia... Vous voudriez donc réformer l’ensemble des pays européens. Pour quel résultat ?

    Non, je n’y vois que mépris pour les pays européens et les peuples européens. Car faire croire qu’un Français a plus en commun avec un Letton qu’avec un Québécois, c’est prendre les gens pour des imbéciles... Et de là qu’il pourra agir avec le Letton pour améliorer la situation alors qu’ils sont dans des situations radicalement différentes.

    Mais l’auteur a raison sur un point : l’histoire se répète. Et toutes les monnaies communes (l’euro est une monnaie commune, pas unique) se sont effondrées. L’euro va s’effondrer, ce n’est qu’une question de temps...


  • arnulf arnulf 15 novembre 2013 16:36

    « Étant donné que la crise actuelle va fêter ses 5 ans » !!!!! Qui est ce Môssieur qui écrit ça !!!
    Vous vous moquez du monde ! 5 ans !!
    Les enfants qui ont 20 ans aujourd’hui en ont toujours entendu parler. Dès Giscard on en parlait ! J’arrête de lire là car vous n’êtes pas crédible. Vous êtes malhonnête.


    • Jagermaster Jagermaster 15 novembre 2013 17:06

      Les supbrimes vous connaissez ? Leurs conséquences sur les banques ? Cela s’est passé en 2008. 2013 - 2008 = 5 ! Où est-ce malhonnête ? Peut etre ne parlons nous pas de la même crise ? De la à me prêter des intentions que je n’ai pas, je vous prierais de modérer vos propos et de vous ouvrir un tantinet l’esprit.


  • Pere Plexe Pere Plexe 15 novembre 2013 17:06

    Gonflé cet article par les temps qui courent...
    Gonflé et salutaire.Bien sur que la critique est recevable.Elle est même souhaitable en démocratie.Encore faut il qu’elle doit être un minimum cohérente ! 
    Dénoncer le porc allemand et réclamer des aides pour le poulet...c’est un peu comme râler contre taxes et impôts et réclamer des aides publiques.Il est tellement commode d’oublier que les subventions des uns sont les impots des autres !


    • Le421... Refuznik !! Le421 15 novembre 2013 19:41

      Oui !!
      Les manifs bretonnes récupérées par la bande à Le Pen ont perdu beaucoup de crédibilité sur le fond. Les portiques écotaxe sont devenues des cibles principalement parce que les éleveurs intensifs font transiter leurs animaux par les abattoirs allemands ou des pauvres types immigrés sont payés à la cerise.
      Le reste n’a été que récupération malhonnête de part et d’autre.
      Même les bonnets rouges ne sont pas fabriqués en Bretagne. Le dernier des idiots se serait demandé comment une petite boite peut produire instantanément une telle quantité d’un produit spécifique. Les journalistes d’investigation de water-closet télévisuels ont fait le reste...


  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 novembre 2013 19:58

    L’auteur n’a pas tort de souligner qu’il s’agit d’une fronde de droite, mais sans expliquer les raisons du Hollande Bashing...

    Ce qui se trame entre la Droite et le PS, à mon avis, tourne autour de la compétitivité.

    « Compétitivité, l’ OCDE accable la France »

    Comme par hasard, ce rapport, planqué pendant longtemps, sort en ce moment.
    Il explique que le SMIG est trop élevé. Comprenons qu’il faudrait le supprimer.

    Si l’idée était populaire, l’UMP le dirait clairement. La Droite parle donc par circonvolutions :
    « Il faut une autre politique, il faut des réformes structurelles, et couper dans les dépenses ».

    Bref, il faut faire baisser le prix du travail en France...

    Pour exporter, dans l’ UE ou à l’extérieur, il faudrait dévaluer l’euro,( ou le franc) pour la France d’au moins 25 à 30%. Ils ne veulent pas sortir de l’ UE et de l’euro.

    Et comme l’euro ne peut être dévalué, la seule solution qu’ils aient dans les tiroirs, c’est d’appliquer les Lois Hartz à la France, de faire « une dévaluation interne », de contracter la masse salariale, en baissant les salaires et en généralisant encore plus les mini-jobs, comme en Allemagne.

    Sarkopipo s’est bien gardé de prendre ces mesures explosives.
    Maintenant dans l’opposition, la Droite somme Hollande de faire comme son compère Schroder...

    « Dévaluer l’euro, facile à dire, (quasiment) impossible à faire »


  • amipb amipb 15 novembre 2013 20:21

    Arrêtons également avec les anglicismes stupides.

    Bashing = dénigrement.

    Le français est une langue très complète, qui n’a pas besoin qu’on remplace ses mots et ses verbes par des mots pompeux.


  • Captain Marlo Fifi Brind_acier 15 novembre 2013 20:35

    amipb,
    Exact, je retire, dénigrement à la place, vous avez raison !


  • ddacoudre ddacoudre 15 novembre 2013 21:07

    bonjour jagermaster

    je partage totalement ton analyse. à une exception prés, cela n’est pas le fruit du hasard.Télévision : de l’info sans infos
    j’ai écris de nombreux article en ce sens.ddacoudre.over-blog.com.


  • Pie 3,14 15 novembre 2013 21:42

    Je n’ai jamais imaginé que les choses se passeraient bien pour Hollande.

    j’ai voté pour lui, je ne le regrette pas du tout, il faut le préciser.

    Il était évident que celui qui gouvernerait en prendrait plein la figure :

    Une croissance en berne prévue pour au moins jusqu’en 2014.
    Un chômage qui ne fera que croître avec une véritable amélioration peu sensible avant 2015.
    Une dette de l’Etat à réduire d’urgence sans autre moyen que le tour de vis fiscal car la fonction publique est déjà à l’os depuis Sarkozy.
    Une société civile exaspérée par déjà 4 années de crise de 2008 à 2012.

    Ajoutons une droite qui considère que la gauche au pouvoir est forcément illégitime ( on parle d’une expérience comme s’il s’agissait d’apprentis sorciers).
    Des journaux bousculés par le net qui se vendent mal, cherchent à se sauver en faisant du bruit, des télés d’infos qui cherchent l’évènement toutes les 3 minutes, du net qui bruisse de rumeurs et une opinion habituée à l’hystérie sarkozyste qui prétendait sauver le monde chaque jour avec un grand plan.

    Imaginez seulement ce que Sarkozy aurait fait s’il avait gagné les élections.
    Les impôts auraient explosés aussi mais seulement les indirects afin d’épargner les plus aisés.
    Les roms seraient devenus les ennemis absolus et les thèmes de l’immigration, de la sécurité, des pauvres qui profitent, des privilégiés ( mais pas les vrais) seraient sans cesse agités.

    Hollande est aujourd’hui un punching ball, c’est un rôle qui lui convient bien et qu’il sait assumer.
    Il fallait un nounours qui sait encaisser pour cette période.


    • Le421... Refuznik !! Le421 16 novembre 2013 03:21

      C’est tout à fait ça...
      Et puis, c’est à la mode !!
      Par contre, peu proposent réellement des alternatives possibles, et surtout, ils sont absents dans les médias.


    • Pere Plexe Pere Plexe 16 novembre 2013 11:36

      Absolument.Et ceux qui soufflent sur les braises du mécontentement devraient commencer à réfléchir aux conséquences probable de leurs actions.

      Je serait bien surpris que le Medef ou la FNSEA qui alimente le feu désirent l’implosion de l’UE ou un gouvernement populiste en France.C’est pourtant se qui menace,en partie grace à eux.

      Pas plus les manifestants de gauche pourront nous faire avaler que ce serait une chance pour faire évoluer la conditions des plus modestes ! 


Réagir