vendredi 13 août - par Le Cri des Peuples

Article de Vladimir Poutine : De l’unité historique des Russes et des Ukrainiens

Par Vladimir Poutine, le 12 juillet 2021

Source : kremlin.ru

Traduction : Le Saker Francophone

Lors de la récente Ligne directe [échange annuel de Vladimir Poutine avec des citoyens russes], interrogé sur les relations russo-ukrainiennes, j’ai déclaré que les Russes et les Ukrainiens formaient un seul peuple, un tout. Ces paroles n’étaient pas motivées par des considérations à court terme ou par le contexte politique actuel. C’est ce que j’ai dit à de nombreuses occasions et ce que je crois fermement. J’estime donc nécessaire d’expliquer ma position en détail et de partager mes analyses de la situation actuelle.

Tout d’abord, je voudrais souligner que le mur qui s’est dressé ces dernières années entre la Russie et l’Ukraine, entre les composantes de ce qui est essentiellement le même espace historique et spirituel, constitue à mes yeux notre grand malheur et notre tragédie communs. Ce sont, avant tout, les conséquences de nos propres erreurs commises à des périodes différentes. Mais elles sont aussi le résultat d’efforts délibérés de la part des forces qui ont toujours cherché à saper notre unité. La formule qu’elles appliquent est connue depuis des temps immémoriaux : diviser pour régner. Il n’y a rien de nouveau ici. D’où les tentatives de jouer sur la « question nationale » et de semer la discorde entre les gens, l’objectif primordial étant de diviser puis de dresser les parties d’un même peuple les unes contre les autres.

Pour mieux comprendre le présent et envisager l’avenir, il faut se tourner vers l’histoire. Certes, il est impossible de couvrir dans cet article tous les développements qui ont eu lieu pendant plus de mille ans. Mais je me concentrerai sur les moments clés, les pivots, dont il est important de se souvenir, tant en Russie qu’en Ukraine.

Les Russes, les Ukrainiens et les Biélorusses sont tous des descendants de l’ancienne Rus, qui était le plus grand État d’Europe. Les tribus slaves et autres réparties sur ce vaste territoire – de Ladoga, Novgorod et Pskov à Kiev et Tchernigov – étaient unies par une langue (que nous appelons aujourd’hui le vieux russe), des liens économiques, la domination des princes de la dynastie Rurik et, après le baptême de la Rus, la foi orthodoxe. Le choix spirituel fait par saint Vladimir, qui était à la fois prince de Novgorod et grand prince de Kiev, détermine encore largement nos affinités aujourd’hui.

Le trône de Kiev occupait une position dominante dans la Rus antique. C’était la coutume depuis la fin du IXe siècle. Les Contes d’antan ont retenu pour la postérité les paroles d’Oleg le Prophète à propos de Kiev : « Qu’elle soit la mère de toutes les villes russes. »

Par la suite, comme d’autres États européens de l’époque, l’ancienne Rus a été confrontée au déclin du pouvoir central et à la fragmentation. Dans le même temps, tant la noblesse que le peuple percevaient la Rus comme un territoire commun, comme leur patrie.

La fragmentation s’est intensifiée après l’invasion dévastatrice de Batu Khan, qui a ravagé de nombreuses villes, dont Kiev. La partie nord-est de la Rus tombe sous le contrôle de la Horde d’or mais conserve une souveraineté limitée. Les terres russes du sud et de l’ouest sont en grande partie rattachées au Grand-Duché de Lituanie, qui – et c’est le plus important – est désigné dans les documents historiques comme le Grand-Duché de Lituanie et de Russie.

Les membres des clans princiers et des boyards passaient d’un prince à l’autre, se querellant les uns les autres mais nouant aussi des amitiés et des alliances. Le voïvode Bobrok de Volyn et les fils du grand-duc de Lituanie AlgirdasAndrey de Polotsk et Dmitry de Bryansk – combattent aux côtés du grand-duc Dmitry Ivanovich de Moscou sur le champ de Koulikovo. Au même moment, le grand-duc de Lituanie Jogaila – fils de la princesse de Tver – a conduit ses troupes pour se joindre à Mamaï. Ce sont toutes des pages de notre histoire commune, qui reflètent sa nature complexe et multidimensionnelle.

Plus important encore, les habitants des terres russes occidentales et orientales parlaient la même langue. Leur foi était orthodoxe. Jusqu’au milieu du 15e siècle, le gouvernement unifié de l’Église est resté en place.

À un nouveau stade du développement historique, la Rus lituanienne et la Rus de Moscou auraient pu devenir les points d’attraction et de consolidation des territoires de l’ancienne Rus. Il se trouve que Moscou est devenu le centre de la réunification, perpétuant la tradition de l’ancien État russe. Les princes de Moscou – les descendants du prince Alexandre Nevski – se débarrassent du joug étranger et commencent à rassembler les terres russes.

Dans le Grand-Duché de Lituanie, d’autres processus se déroulent. Au XIVe siècle, l’élite dirigeante lituanienne se convertit au catholicisme. Au XVIe siècle, elle signe l’Union de Lublin avec le Royaume de Pologne pour former le Commonwealth polono-lituanien. La noblesse catholique polonaise a reçu des propriétés foncières et des privilèges considérables sur le territoire de la Rus. Conformément à l’Union de Brest de 1596, une partie du clergé orthodoxe de Russie occidentale se soumet à l’autorité du pape. Le processus de polonisation et de latinisation a commencé, évinçant l’orthodoxie.

Par conséquent, aux 16-17e siècles, le mouvement de libération de la population orthodoxe gagnait en force dans la région du Dniepr. Les événements survenus à l’époque de l’hetman Bohdan Khmelnitski ont marqué un tournant. Ses partisans luttaient pour obtenir l’autonomie vis-à-vis du Commonwealth polono-lituanien.

Dans son appel de 1649 au roi du Commonwealth polono-lituanien, l’Hôte de Zaporizijia demandait que les droits de la population russe orthodoxe soient respectés, que le voïvode de Kiev soit russe et de confession grecque, et que la persécution des églises de Dieu cesse. Mais les Cosaques ne sont pas entendus.

Bohdan Khmelnitski lance alors des appels à Moscou, qui sont examinés par le Zemski Sobor. Le 1er octobre 1653, les membres de l’organe représentatif suprême de l’État russe décident de soutenir leurs frères dans la foi et de les prendre sous leur patronage. En janvier 1654, le Conseil de Pereyaslav a confirmé cette décision. Par la suite, les ambassadeurs de Bohdan Khmelnitski et de Moscou ont visité des dizaines de villes, dont Kiev, dont les populations ont juré fidélité au tsar russe. Incidemment, rien de tel ne s’est produit lors de la conclusion de l’Union de Lublin.

Dans une lettre adressée à Moscou en 1654, Bohdan Khmelnitski a remercié le tsar Alexei Mikhaïlovitch d’avoir placé « l’ensemble de l’Hôte de Zaporizijia et l’ensemble du monde orthodoxe russe sous la main forte et haute du tsar ». Cela signifie que, dans leurs appels au roi de Pologne et au tsar de Russie, les Cosaques se désignaient et se définissaient comme des orthodoxes russes.

Au cours de la guerre prolongée entre l’État russe et le Commonwealth polono-lituanien, certains des hetmans, successeurs de Bohdan Khmelnitski, se « détachent » de Moscou ou cherchent le soutien de la Suède, de la Pologne ou de la Turquie. Mais, encore une fois, pour le peuple, il s’agissait d’une guerre de libération. Elle se termine par la trêve d’Androussovo en 1667. L’issue finale a été scellée par le traité de paix éternelle en 1686. L’État russe a incorporé la ville de Kiev et les terres situées sur la rive gauche du Dniepr, y compris la région de Poltava, la région de Tchernigov et Zaporozijia. Leurs habitants sont réunis avec la majeure partie du peuple orthodoxe russe. Ces territoires sont appelés « Malorossia«  (Petite Russie).

Le nom « Ukraine » était plus souvent utilisé dans le sens du mot vieux russe « okraina » (périphérie), que l’on retrouve dans des sources écrites du 12e siècle, faisant référence à divers territoires frontaliers. Et le mot « Ukrainien », à en juger par les documents d’archives, désignait à l’origine les gardes-frontières qui protégeaient les frontières extérieures.

Sur la rive droite, qui est restée sous le régime du Commonwealth polono-lituanien, les anciens ordres ont été rétablis et l’oppression sociale et religieuse s’est intensifiée. Au contraire, les terres de la rive gauche, placées sous la protection de l’État unifié, connaissent un développement rapide. Les habitants de l’autre rive du Dniepr s’y installent en masse. Ils cherchaient le soutien de personnes qui parlaient la même langue et avaient la même foi.

Pendant la Grande Guerre du Nord contre la Suède, les Malorossiens n’ont pas eu à choisir leur camp. Seule une petite partie des Cosaques a soutenu la rébellion de Mazepa. Les gens de tous les ordres et de tous les degrés se considéraient comme russes et orthodoxes.

Les officiers supérieurs cosaques appartenant à la noblesse atteindront les sommets des carrières politiques, diplomatiques et militaires en Russie. Les diplômés de l’Académie de Kiev-Mohyla jouaient un rôle de premier plan dans la vie de l’église. C’était également le cas à l’époque de l’Hetmanate – une formation étatique essentiellement autonome dotée d’une structure interne particulière – et plus tard dans l’Empire russe. Les Malorusses ont contribué à bien des égards à la construction d’un grand pays commun – avec son statut d’État, sa culture et sa science. Ils ont participé à l’exploration et au développement de l’Oural, de la Sibérie, du Caucase et de l’Extrême-Orient. D’ailleurs, pendant la période soviétique, les Ukrainiens ont occupé des postes importants, y compris les plus élevés, à la tête de l’État unifié. Il suffit de dire que Nikita Khrouchtchev et Leonid Brejnev, dont le parcours était le plus étroitement associé à l’Ukraine, ont dirigé le Parti communiste de l’Union soviétique (PCUS) pendant près de 30 ans.

Dans la seconde moitié du 18e siècle, à la suite des guerres avec l’Empire ottoman, la Russie a incorporé la Crimée et les terres de la région de la mer Noire, qui sont devenues connues sous le nom de Novorossiya. Elles étaient peuplées de personnes originaires de toutes les provinces russes. Après la partition du Commonwealth polono-lituanien, l’Empire russe a récupéré les terres occidentales de la Vieille Russie, à l’exception de la Galicie et de la Transcarpatie, qui ont fait partie de l’Empire autrichien, puis austro-hongrois.

L’incorporation des terres de la Russie occidentale dans l’État unique n’était pas seulement le résultat de décisions politiques et diplomatiques. Elle était sous-tendue par la foi commune, les traditions culturelles partagées et – je tiens à le souligner une fois de plus – la similitude linguistique. Ainsi, dès le début du XVIIe siècle, l’un des hiérarques de l’Église uniate, Joseph Rutsky, a communiqué à Rome que les habitants de la Moscovie appelaient les Russes du Commonwealth polono-lituanien leurs frères, que leur langue écrite était absolument identique et que les différences dans la langue vernaculaire étaient insignifiantes. Il a fait une analogie avec les habitants de Rome et de Bergame. Ce sont, comme nous le savons, le centre et le nord de l’Italie moderne.

De nombreux siècles de fragmentation et de vie au sein de différents États ont naturellement entraîné des particularités linguistiques régionales, qui ont donné lieu à l’apparition de dialectes. Le vernaculaire a enrichi la langue littéraire. Ivan Kotliarevsky, Grigori Skovoroda et Taras Chevchenko ont joué un rôle énorme à cet égard. Leurs œuvres constituent notre patrimoine littéraire et culturel commun. Taras Chevchenko a écrit de la poésie en ukrainien et de la prose principalement en russe. Les livres de Nikolaï Gogol, patriote russe et natif de Poltavshchyna, sont écrits en russe, truffés de dictons et de motifs populaires malorusses. Comment ce patrimoine peut-il être divisé entre la Russie et l’Ukraine ? Et pourquoi le faire ?

Les terres du sud-ouest de l’Empire russe, la Malorussie et la Novorossiya, ainsi que la Crimée, se sont développées comme des entités ethniquement et religieusement diverses. Tatars de Crimée, Arméniens, Grecs, Juifs, Karaïtes, Krymtchaks, Bulgares, Polonais, Serbes, Allemands et autres peuples y vivaient. Tous ont préservé leur foi, leurs traditions et leurs coutumes.

Je ne vais pas idéaliser quoi que ce soit. Nous savons qu’il y a eu la circulaire Valuev de 1863, puis l’Oukase d’Ems de 1876, qui ont restreint la publication et l’importation de littérature religieuse et sociopolitique en langue ukrainienne. Mais il est important de tenir compte du contexte historique. Ces décisions ont été prises sur fond d’événements dramatiques en Pologne et de la volonté des dirigeants du mouvement national polonais d’exploiter la « question ukrainienne » à leur avantage. Je dois ajouter que des œuvres de fiction, des livres de poésie ukrainienne et des chansons populaires ont continué à être publiés. Il existe des preuves objectives que l’Empire russe était témoin d’un processus actif de développement de l’identité culturelle malorusse au sein de la grande nation russe, qui réunissait les Vélikorusses, les Malorusses et les Biélorusses.

Dans le même temps, l’idée d’un peuple ukrainien en tant que nation séparée des Russes a commencé à se former et à gagner du terrain parmi l’élite polonaise et une partie de l’intelligentsia malorussienne. Comme il n’y avait pas de base historique – et qu’il ne pouvait pas y en avoir – les conclusions étaient étayées par toutes sortes d’idées disparates, qui allaient jusqu’à affirmer que les Ukrainiens sont les vrais Slaves et que les Russes, les Moscovites, ne le sont pas. Ces « hypothèses » ont été de plus en plus utilisées à des fins politiques, comme outil de rivalité entre les États européens.

Depuis la fin du XIXe siècle, les autorités austro-hongroises se sont emparées de ce récit, l’utilisant comme contrepoids au mouvement nationaliste polonais et aux sentiments pro-moscovites en Galicie. Pendant la Première Guerre mondiale, Vienne a joué un rôle dans la formation de la « Légion des tirailleurs ukrainiens du Sich » . Les Galiciens soupçonnés de sympathies pour le christianisme orthodoxe et la Russie ont été soumis à une répression brutale et jetés dans les camps de concentration de Thalerhof et de Terezin.

L’effondrement des empires européens, la guerre civile féroce qui a éclaté sur le vaste territoire de l’ancien Empire russe et l’intervention étrangère ont constitué d’autres événements.

Après la révolution de février, en mars 1917, la Rada centrale a été créée à Kiev, destinée à devenir l’organe du pouvoir suprême. En novembre 1917, dans son Troisième Universal, elle a déclaré la création de la République populaire d’Ukraine (RPU) en tant que partie de la Russie.

En décembre 1917, des représentants de la RPU sont arrivés à Brest-Litovsk, où la Russie soviétique négociait avec l’Allemagne et ses alliés. Lors d’une réunion le 10 janvier 1918, le chef de la délégation ukrainienne a lu une note proclamant l’indépendance de l’Ukraine. Par la suite, la Rada centrale a proclamé l’indépendance de l’Ukraine dans son Quatrième Universal.

La souveraineté déclarée n’a pas duré longtemps. Quelques semaines plus tard, les délégués de la Rada ont signé un traité distinct avec les pays du bloc allemand. L’Allemagne et l’Autriche-Hongrie étaient à l’époque dans une situation désastreuse et avaient besoin du pain et des matières premières ukrainiennes. Afin d’assurer un approvisionnement à grande échelle, elles ont obtenu le consentement pour envoyer leurs troupes et leur personnel technique à la RPU. En fait, cela a servi de prétexte à l’occupation.

Pour ceux qui ont aujourd’hui abandonné le contrôle total de l’Ukraine à des forces extérieures, il serait instructif de se rappeler qu’en 1918, une telle décision a été fatale pour le régime au pouvoir à Kiev. Avec l’implication directe des forces d’occupation, la Rada centrale a été renversée et l’hetman Pavlo Skoropadsky a été porté au pouvoir, proclamant à la place de la RPU, l’État ukrainien, qui était essentiellement sous protectorat allemand.

En novembre 1918 – à la suite des événements révolutionnaires en Allemagne et en Autriche-Hongrie – Pavlo Skoropadsky, qui avait perdu le soutien des baïonnettes allemandes, a pris une autre direction, déclarant que « l’Ukraine doit prendre la tête de la formation d’une Fédération panrusse ». Cependant, le régime ne tarde pas à changer à nouveau. C’est maintenant l’époque du « Directoire ».

À l’automne 1918, les nationalistes ukrainiens ont proclamé la République populaire d’Ukraine occidentale (RPUO) et, en janvier 1919, ont annoncé son unification avec la République populaire d’Ukraine. En juillet 1919, les forces ukrainiennes ont été écrasées par les troupes polonaises et le territoire de l’ancienne RPUO est passé sous la domination polonaise.

En avril 1920, Symon Petlioura (présenté comme l’un des « héros » de l’Ukraine actuelle) a conclu des conventions secrètes au nom de la direction de la RPU, cédant – en échange d’un soutien militaire – les terres de Galicie et de Volhynie occidentale à la Pologne. En mai 1920, les Petliourites entrent à Kiev dans un convoi d’unités militaires polonaises. Mais pas pour longtemps. Dès novembre 1920, suite à une trêve entre la Pologne et la Russie soviétique, les restes des forces de Petlioura ont capitulé devant ces mêmes Polonais.

L’exemple de la RPU montre que les différents types de formations quasi-étatiques qui ont émergé dans l’ancien Empire russe au moment de la guerre civile et des turbulences étaient intrinsèquement instables. Les nationalistes cherchaient à créer leurs propres États indépendants, tandis que les dirigeants du mouvement Blanc prônaient une Russie indivisible. Nombre des républiques créées par les partisans des bolcheviks ne se voyaient pas non plus en dehors de la Russie. Néanmoins, les dirigeants du parti bolchevique les ont parfois carrément chassées de la Russie soviétique pour diverses raisons.

Ainsi, au début de 1918, la République soviétique de Donetsk-Krivoï-Rog a été proclamée et a demandé à Moscou de l’incorporer à la Russie soviétique. Elle s’est heurtée à un refus. Lors d’une réunion avec les dirigeants de la république, Vladimir Lénine a insisté pour qu’ils fassent partie de l’Ukraine soviétique. Le 15 mars 1918, le Comité central du Parti communiste russe (les bolcheviks) a ordonné directement l’envoi de délégués au Congrès des soviets ukrainiens, y compris ceux du bassin de Donetsk, et la création d’« un gouvernement pour toute l’Ukraine » lors du congrès. Les territoires de la République soviétique de Donetsk-Krivoï-Rog ont ensuite formé la plupart des régions du sud-est de l’Ukraine.

En vertu du traité de Riga de 1921, conclu entre la République socialiste fédérative soviétique (RSFS) de Russie, la République socialiste soviétique (RSS) ukrainienne et la Pologne, les terres occidentales de l’ancien Empire russe ont été cédées à la Pologne. Dans l’entre-deux-guerres, le gouvernement polonais a mené une politique active de réinstallation, cherchant à modifier la composition ethnique des Frontières orientales – le nom polonais de ce qui est aujourd’hui l’Ukraine occidentale, le Belarus occidental et certaines parties de la Lituanie. Ces régions ont été soumises à une polonisation brutale, la culture et les traditions locales étant supprimées. Plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, des groupes radicaux de nationalistes ukrainiens ont utilisé ce prétexte pour semer la terreur non seulement parmi les Polonais, mais aussi parmi les populations juives et russes.

En 1922, lors de la création de l’URSS, dont la République socialiste soviétique d’Ukraine était l’un des fondateurs, un débat assez vif entre les dirigeants bolcheviques a abouti à la mise en œuvre du plan de Lénine visant à former un État unifié sous la forme d’une fédération de républiques égalitaires. Le droit pour les républiques de se séparer librement de l’Union a été inclus dans le texte de la déclaration sur la création de l’Union des républiques socialistes soviétiques et, par la suite, dans la Constitution de l’URSS de 1924. Ce faisant, les auteurs ont planté dans les fondations de notre État la bombe à retardement la plus dangereuse, qui a explosé dès que le mécanisme de sécurité fourni par le rôle dirigeant du PCUS a disparu, le parti lui-même s’effondrant de l’intérieur. Un « défilé de souverainetés » a suivi. Le 8 décembre 1991, l’accord dit de Belovej sur la création de la Communauté des États indépendants a été signé, déclarant que « l’URSS en tant que sujet du droit international et réalité géopolitique n’existait plus. » Soit dit en passant, l’Ukraine n’a jamais signé ni ratifié la Charte de la CEI adoptée en 1993.

Dans les années 1920-1930, les bolcheviks ont activement promu la « politique de localisation », qui a pris la forme d’une ukrainisation de la RSS d’Ukraine. Symboliquement, dans le cadre de cette politique et avec le consentement des autorités soviétiques, Mikhaïl Grushevskiy, ancien président de la Rada centrale, l’un des idéologues du nationalisme ukrainien, qui, à une certaine époque, avait été soutenu par l’Autriche-Hongrie, est rentré en URSS et a été élu membre de l’Académie des sciences.

La politique de localisation a sans aucun doute joué un rôle majeur dans le développement et la consolidation de la culture, de la langue et de l’identité ukrainiennes. Dans le même temps, sous couvert de combattre le chauvinisme de la grande puissance russe, l’ukrainisation a souvent été imposée à ceux qui ne se considéraient pas comme des Ukrainiens. Cette politique nationale soviétique garantissait au niveau de l’État la constitution de trois peuples slaves distincts : Russe, Ukrainien et Biélorusse, au lieu de la grande nation russe, un peuple trinitaire comprenant les Vélikorusses, les Malorusses et les Biélorusses.

En 1939, l’URSS récupère les terres précédemment saisies par la Pologne. Une grande partie de ces terres fait partie de l’Ukraine soviétique. En 1940, la RSS d’Ukraine incorpore une partie de la Bessarabie, qui était occupée par la Roumanie depuis 1918, ainsi que la Bucovine du Nord. En 1948, l‘île Zmeyiniy (île aux serpents), située dans la mer Noire, fait partie de l’Ukraine. En 1954, la région de Crimée de la RSFSR a été donnée à la RSS d’Ukraine, en violation flagrante des normes juridiques en vigueur à l’époque.

Je voudrais m’attarder sur le destin de la Ruthénie des Carpates, qui a été intégrée à la Tchécoslovaquie après l’éclatement de l’Autriche-Hongrie. Les Rusyns représentaient une part considérable de la population locale. Bien qu’on n’en parle plus guère, après la libération de la Transcarpathie par les troupes soviétiques, le congrès de la population orthodoxe de la région a voté pour l’inclusion de la Ruthénie des Carpates dans la RSFSR ou, en tant que république séparée des Carpates, dans l’URSS proprement dite. Pourtant, le choix de la population a été ignoré. À l’été 1945, l’acte historique de la réunification de l’Ukraine des Carpates « avec son ancienne patrie, l’Ukraine » – comme l’a dit le journal Pravda – a été annoncé.

Par conséquent, l’Ukraine moderne est entièrement le produit de l’ère soviétique. Nous savons et nous nous souvenons bien qu’elle a été façonnée – pour une part importante – sur les terres de la Russie historique. Pour s’en assurer, il suffit de regarder les frontières des terres rattachées à l’État russe au XVIIe siècle et le territoire de la RSS d’Ukraine lorsqu’elle a quitté l’Union soviétique.

Les bolcheviks ont traité le peuple russe comme un matériau inépuisable pour leurs expériences sociales. Ils rêvaient d’une révolution mondiale qui anéantirait les États nationaux. C’est pourquoi ils ont été si généreux dans le tracé des frontières et l’octroi de cadeaux territoriaux. Il n’est plus important de savoir quelle était exactement l’idée des dirigeants bolcheviques qui taillaient le pays en pièces. Nous pouvons ne pas être d’accord sur des détails mineurs, le contexte et la logique de certaines décisions. Un fait est clair comme de l’eau de roche : en réalité, la Russie a été volée.

Pour rédiger cet article, je me suis appuyé sur des documents en accès libre contenant des faits bien connus, plutôt que sur des documents secrets. Les dirigeants de l’Ukraine moderne et leurs « mécènes » extérieurs préfèrent ignorer ces faits. Ils ne manquent cependant pas une occasion, tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger, de condamner « les crimes du régime soviétique », énumérant parmi eux des événements avec lesquels ni le PCUS, ni l’URSS, et encore moins la Russie moderne, n’ont rien à voir. Dans le même temps, les efforts des bolcheviks pour détacher de la Russie ses territoires historiques ne sont pas considérés comme un crime. Et nous savons pourquoi : s’ils ont entraîné l’affaiblissement de la Russie, nos adversaires s’en réjouissent.

Bien sûr, à l’intérieur de l’URSS, les frontières entre les républiques n’ont jamais été considérées comme des frontières d’État ; elles étaient nominales à l’intérieur d’un seul pays, qui, tout en présentant tous les attributs d’une fédération, était hautement centralisé – ce qui, encore une fois, était garanti par le rôle dirigeant du PCUS. Mais en 1991, tous ces territoires et, ce qui est plus important, ces gens, se sont retrouvés du jour au lendemain en territoire étranger, arrachés, cette fois-ci, à leur mère patrie historique.

Que peut-on répondre à cela ? Les choses changent : les pays et les communautés ne font pas exception. Bien sûr, une partie d’un peuple, au cours de son développement, influencée par un certain nombre de raisons et de circonstances historiques, peut prendre conscience à un moment donné qu’elle est une nation distincte. Comment devrions-nous traiter cela ? Il n’y a qu’une seule réponse : avec respect !

Vous voulez fonder un État qui vous est propre : vous êtes les bienvenus ! Mais quelles sont les conditions ? Je rappellerai l’appréciation donnée par l’une des personnalités politiques les plus en vue de la nouvelle Russie, le premier maire de Saint-Pétersbourg Anatoli Sobtchak. En tant que juriste convaincu que toute décision doit être légitime, il partageait en 1992 l’avis suivant : les républiques fondatrices de l’Union, ayant dénoncé le traité d’Union de 1922, doivent revenir aux frontières qu’elles avaient avant de rejoindre l’Union soviétique. Toutes les autres acquisitions territoriales sont sujettes à discussion, à négociation, étant donné que le socle a été révoqué.

En d’autres termes, quand vous partez, prenez ce que vous avez apporté avec vous. Cette logique est difficile à réfuter. Je dirai simplement que les bolcheviks s’étaient lancés dans le remodelage des frontières avant même l’Union soviétique, manipulant les territoires à leur guise, au mépris de l’avis des gens.

La Fédération de Russie a reconnu les nouvelles réalités géopolitiques : non seulement elle a reconnu, mais elle a fait beaucoup pour que l’Ukraine s’établisse en tant que pays indépendant. Tout au long des difficiles années 1990 et au cours du nouveau millénaire, nous avons apporté un soutien considérable à l’Ukraine. Quelle que soit l’« arithmétique politique » que Kiev souhaite appliquer, entre 1991 et 2013, les économies budgétaires de l’Ukraine se sont élevées à plus de 82 milliards de dollars, alors qu’aujourd’hui, elle ne conserve que 1,5 milliard de dollars de paiements russes pour le transit du gaz vers l’Europe. Si les liens économiques entre nos pays avaient été maintenus, l’Ukraine bénéficierait de dizaines de milliards de dollars.

L’Ukraine et la Russie se sont développées comme un seul système économique au fil des décennies et des siècles. La coopération approfondie que nous avons eue il y a 30 ans est un exemple dont l’Union européenne peut s’inspirer. Nous sommes des partenaires économiques complémentaires naturels. Une relation aussi étroite peut renforcer les avantages concurrentiels et accroître le potentiel des deux pays.

L’Ukraine possédait autrefois un grand potentiel, qui comprenait de puissantes infrastructures, un système de transport de gaz, des industries de pointe dans les domaines de la construction navale, de l’aviation, des fusées et de l’ingénierie des équipements, ainsi que des écoles scientifiques, de design et d’ingénierie de classe mondiale. En reprenant cet héritage et en déclarant l’indépendance, les dirigeants ukrainiens ont promis que l’économie ukrainienne serait l’une des plus importantes et que le niveau de vie serait parmi les meilleurs d’Europe.

Aujourd’hui, les géants industriels de haute technologie, qui faisaient autrefois la fierté de l’Ukraine et de l’Union tout entière, sont en train de sombrer. La production industrielle a chuté de 42 % en dix ans. L’ampleur de la désindustrialisation et de la dégradation économique générale est visible dans la production d’électricité de l’Ukraine, qui a été divisée par près de deux en 30 ans. Enfin, selon les rapports du FMI, en 2019, avant le déclenchement de la pandémie de coronavirus, le PIB par habitant de l’Ukraine était inférieur à 4 000 dollars. C’est moins que dans la République d’Albanie, la République de Moldavie ou le Kosovo non reconnu. Aujourd’hui, l’Ukraine est le pays le plus pauvre d’Europe.

Qui est à blâmer pour cela ? Est-ce la faute du peuple ukrainien ? Certainement pas. Ce sont les autorités ukrainiennes qui ont gaspillé et gâché les réalisations de nombreuses générations. Nous savons combien le peuple ukrainien est travailleur et talentueux. Avec de la persévérance et de la détermination, ils peuvent réussir et obtenir des résultats exceptionnels. Et ces qualités, ainsi que leur ouverture d’esprit, leur optimisme inné et leur hospitalité n’ont pas disparu. Les sentiments de millions de personnes qui traitent la Russie non seulement bien mais avec beaucoup d’affection, tout comme nous le faisons pour l’Ukraine, restent les mêmes.

Jusqu’en 2014, des centaines d’accords et de projets conjoints visaient à développer nos économies, nos liens commerciaux et culturels, à renforcer la sécurité et à résoudre les problèmes sociaux et environnementaux communs. Ils ont apporté des avantages tangibles aux populations – tant en Russie qu’en Ukraine. C’est ce que nous avons considéré comme le plus important. Et c’est pourquoi nous avons eu une interaction fructueuse avec tous, j’insiste, avec tous les dirigeants de l’Ukraine.

Même après les événements de Kiev de 2014, j’ai chargé le gouvernement russe d’élaborer des options pour préserver et maintenir nos liens économiques au sein des ministères et agences concernés. Cependant, il n’y avait et il n’y a toujours pas de volonté mutuelle de faire de même. Néanmoins, la Russie reste l’un des trois premiers partenaires commerciaux de l’Ukraine, et des centaines de milliers d’Ukrainiens viennent chez nous pour travailler, et ils y trouvent un accueil et un soutien bienvenus. Voilà donc ce qu’est un « État agresseur ».

Lorsque l’URSS s’est effondrée, de nombreuses personnes en Russie et en Ukraine ont sincèrement cru et supposé que nos liens culturels, spirituels et économiques étroits allaient certainement perdurer, tout comme les points communs de nos peuples, qui ont toujours eu un sentiment d’unité au fond d’eux-mêmes. Cependant, les événements – d’abord progressivement, puis plus rapidement – ont commencé à évoluer dans une toute autre direction.

En substance, les cercles dirigeants de l’Ukraine ont décidé de justifier l’indépendance de leur pays par la négation de son passé, à l’exception toutefois des questions frontalières. Ils ont commencé à mythifier et à réécrire l’histoire, à supprimer tout ce qui nous unissait et à qualifier d’occupation la période où l’Ukraine faisait partie de l’Empire russe et de l’Union soviétique. La tragédie commune de la collectivisation et de la famine du début des années 30 a été dépeinte comme le génocide du peuple ukrainien.

Les radicaux et les néo-nazis affichaient ouvertement leurs ambitions et de manière de plus en plus insolente. Ils ont bénéficié de l’indulgence des autorités officielles et des oligarques locaux, qui ont volé le peuple ukrainien et conservé leur argent volé dans des banques occidentales, prêts à vendre leur patrie pour préserver leur capital. Il faut ajouter à cela la faiblesse persistante des institutions de l’État et la condition d’otage volontaire de la volonté géopolitique d’autrui.

Je rappelle qu’il y a longtemps, bien avant 2014, les États-Unis et les pays de l’UE ont systématiquement et constamment poussé l’Ukraine à réduire et limiter la coopération économique avec la Russie. Nous, en tant que principal partenaire commercial et économique de l’Ukraine, avons suggéré de discuter des problèmes émergents dans le format Ukraine-Russie-UE. Mais à chaque fois, on nous a répondu que la Russie n’avait rien à voir avec cela et que la question ne concernait que l’UE et l’Ukraine. Les pays occidentaux ont de facto rejeté les appels répétés de la Russie au dialogue.

Petit à petit, l’Ukraine a été entraînée dans un jeu géopolitique dangereux visant à faire de l’Ukraine une barrière entre l’Europe et la Russie, un tremplin contre la Russie. Inévitablement, il est arrivé un moment où le concept « l’Ukraine n’est pas la Russie » n’était plus une option. Il fallait un concept « anti-Russie » que nous n’accepterons jamais.

Les auteurs de ce projet ont utilisé comme base le travail préparatoire des idéologues polonais et autrichiens pour créer une « Russie anti-Moscou ». Et il n’y a pas besoin de tromper qui que ce soit en disant que cela est fait dans l’intérêt du peuple ukrainien. Le Commonwealth polono-lituanien n’a jamais eu besoin de la culture ukrainienne, et encore moins de l’autonomie des cosaques. En Autriche-Hongrie, les terres russes historiques ont été impitoyablement exploitées et sont restées les plus pauvres. Les nazis, encouragés par les collaborateurs de l’OUNUPA, n’avaient pas besoin de l’Ukraine, mais d’un espace vital et d’esclaves pour les seigneurs aryens.

On n’a pas non plus pensé aux intérêts du peuple ukrainien en février 2014. Le mécontentement légitime de la population, causé par des problèmes socio-économiques aigus, des erreurs et des actions incohérentes des autorités de l’époque, a simplement été exploité avec cynisme. Les pays occidentaux se sont directement immiscés dans les affaires intérieures de l’Ukraine et ont soutenu le coup d’État. Des groupes nationalistes radicaux lui ont servi de bélier. Leurs slogans, leur idéologie et leur russophobie agressive flagrante sont devenus, dans une large mesure, des éléments déterminants de la politique de l’État ukrainien.

Toutes les choses qui nous unissaient et nous rassemblaient jusqu’à présent ont été attaquées. Tout d’abord et avant tout, la langue russe. Permettez-moi de vous rappeler que les nouvelles autorités de « Maïdan » ont d’abord tenté d’abroger la loi sur la politique linguistique de l’État. Ensuite, il y a eu la loi sur la « purification du pouvoir », la loi sur l’éducation qui a pratiquement exclu la langue russe du processus éducatif.

Enfin, dès le mois de mai de cette année, l’actuel président a présenté à la Rada un projet de loi sur les « peuples indigènes ». Seuls ceux qui constituent une minorité ethnique et qui n’ont pas leur propre entité étatique en dehors de l’Ukraine sont reconnus comme autochtones. La loi a été adoptée. De nouvelles graines de discorde ont été semées. Et cela se passe dans un pays, comme je l’ai déjà noté, qui est très complexe en termes de composition territoriale, nationale et linguistique, et d’histoire de sa formation.

On pourrait dire que si l’on parle d’une seule grande nation, d’une nation trinitaire, quelle différence cela fait-il que les gens se considèrent comme des Russes, des Ukrainiens ou des Biélorusses ? Je suis tout à fait d’accord avec cet argument. D’autant plus que la détermination de la nationalité, notamment dans les familles mixtes, est le droit de chaque individu, libre de faire son propre choix.

Mais le fait est que la situation en Ukraine aujourd’hui est complètement différente car elle implique un changement d’identité forcé. Et le plus méprisable est que les Russes d’Ukraine sont forcés non seulement de renier leurs racines, les générations de leurs ancêtres, mais aussi de croire que la Russie est leur ennemi. Il ne serait pas exagéré de dire que la voie de l’assimilation forcée, la formation d’un État ukrainien ethniquement pur, agressif envers la Russie, est comparable dans ses conséquences à l’utilisation d’armes de destruction massive contre nous. En raison d’une division aussi dure et artificielle des Russes et des Ukrainiens, le peuple russe dans son ensemble pourrait diminuer de centaines de milliers, voire de millions.

Notre unité spirituelle a également été attaquée. Comme à l’époque du Grand-Duché de Lituanie, une nouvelle ecclésiastique a été initiée. Les autorités séculières, ne cachant pas leurs objectifs politiques, se sont immiscées de manière flagrante dans la vie de l’Église et ont provoqué une scission, la saisie d’églises, le passage à tabac de prêtres et de moines. Même une large autonomie de l’Église orthodoxe ukrainienne, tout en maintenant l’unité spirituelle avec le Patriarcat de Moscou, leur déplaît fortement. Ils doivent à tout prix détruire ce symbole éminent et séculaire de notre parenté.

Je pense qu’il est également naturel que les représentants de l’Ukraine votent encore et encore contre la résolution de l’Assemblée générale des Nations unies condamnant la glorification du nazisme. Des marches et des processions aux flambeaux en l’honneur des criminels de guerre survivants des unités SS ont lieu sous la protection des autorités officielles. Mazepa, qui a trahi tout le monde, Petlioura, qui a payé le patronage polonais avec des terres ukrainiennes, et Bandera, qui a collaboré avec les nazis, sont classés parmi les héros nationaux. Tout est fait pour effacer de la mémoire des jeunes générations les noms des véritables patriotes et vainqueurs, qui ont toujours fait la fierté de l’Ukraine.

Pour les Ukrainiens qui ont combattu dans l’Armée rouge, dans les unités de partisans, la Grande Guerre patriotique était bien une guerre patriotique car ils défendaient leur foyer, leur grande Patrie commune. Plus de deux mille soldats sont devenus des héros de l’Union soviétique. Parmi eux, le pilote légendaire Ivan Kojedoub, le tireur d’élite intrépide, la défenseur d’Odessa et de Sébastopol Lioudmila Pavlitchenko, le vaillant commandant de guérilla Sidor Kovpak. Cette génération indomptable a combattu, ces personnes ont donné leur vie pour notre avenir, pour nous. Oublier leur exploit, c’est trahir nos grands-pères, nos mères et nos pères.

Le projet anti-Russie a été rejeté par des millions d’Ukrainiens. Le peuple de Crimée et les habitants de Sébastopol ont fait leur choix historique. Et les gens du sud-est ont essayé pacifiquement de défendre leur position. Pourtant, tous, y compris les enfants, ont été qualifiés de séparatistes et de terroristes. Ils ont été menacés de nettoyage ethnique et d’utilisation de la force militaire. Et les habitants de Donetsk et de Lougansk ont pris les armes pour défendre leur foyer, leur langue et leur vie. Ne leur restait-il pas d’autre choix après les émeutes qui ont balayé les villes d’Ukraine, après l’horreur et la tragédie du 2 mai 2014 à Odessa où les néo-nazis ukrainiens ont brûlé vifs des personnes en en faisant un nouveau Khatyn ? Le même massacre était prêt à être perpétré par les adeptes de Bandera en Crimée, à Sébastopol, à Donetsk et à Lougansk. Même maintenant, ils n’abandonnent pas ces plans. Ils attendent leur heure. Mais leur heure ne viendra pas.

Le coup d’État et les actions ultérieures des autorités de Kiev ont inévitablement provoqué une confrontation et une guerre civile. Le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l’homme estime que le nombre total de victimes du conflit du Donbass a dépassé 13 000. Parmi elles, on compte des personnes âgées et des enfants. Ce sont des pertes terribles et irréparables.

La Russie a tout fait pour mettre fin au fratricide. Les accords de Minsk visant à un règlement pacifique du conflit dans le Donbass ont été conclus. Je suis convaincu qu’ils n’ont toujours pas d’alternative. En tout cas, personne n’a retiré sa signature du paquet de mesures de Minsk ou des déclarations pertinentes des dirigeants des pays du format Normandie. Personne n’a initié une révision de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies du 17 février 2015.

Lors des négociations officielles, surtout après avoir été repris en main par les partenaires occidentaux, les représentants de l’Ukraine déclarent régulièrement leur « pleine adhésion » aux accords de Minsk, mais sont en fait guidés par une attitude d’« inacceptabilité ». Ils n’ont pas l’intention de discuter sérieusement du statut spécial du Donbass ou des garanties pour les personnes qui y vivent. Ils préfèrent exploiter l’image de la « victime d’une agression extérieure » et colporter la russophobie. Ils organisent des provocations sanglantes dans le Donbass. En bref, ils attirent par tous les moyens l’attention des mécènes et des maîtres extérieurs.

Apparemment, et je suis de plus en plus convaincu de cela : Kiev n’a tout simplement pas besoin du Donbass. Pourquoi ? Parce que, premièrement, les habitants de ces régions n’accepteront jamais l’ordre qu’ils ont tenté et tentent d’imposer par la force, le blocus et les menaces. Deuxièmement, les résultats de Minsk-1 et Minsk-2, qui donnent une réelle chance de restaurer pacifiquement l’intégrité territoriale de l’Ukraine en parvenant à un accord directement avec la République populaire de Donetsk et la République populaire de Lougansk avec la Russie, l’Allemagne et la France comme médiateurs, contredisent toute la logique du projet anti-russe. Et il ne peut être soutenu que par la culture constante de l’image d’un ennemi interne et externe. Et j’ajouterais – sous la protection et le contrôle des puissances occidentales.

Voilà ce qui se passe réellement. Tout d’abord, nous sommes confrontés à la création d’un climat de peur dans la société ukrainienne, à une rhétorique agressive, à la complaisance envers les néo-nazis et à la militarisation du pays. Parallèlement, nous assistons non seulement à une dépendance totale, mais aussi à un contrôle extérieur direct, notamment la supervision des autorités, des services de sécurité et des forces armées ukrainiennes par des conseillers étrangers, le « développement » militaire du territoire ukrainien et le déploiement d’infrastructures de l’OTAN. Ce n’est pas une coïncidence si la loi scandaleuse sur les « peuples indigènes » mentionnée plus haut a été adoptée sous le couvert d’exercices à grande échelle de l’OTAN en Ukraine.

Il s’agit également d’un déguisement pour la prise de contrôle du reste de l’économie ukrainienne et l’exploitation de ses ressources naturelles. La vente des terres agricoles n’est pas loin, et l’on voit bien qui va les acheter. De temps en temps, l’Ukraine reçoit effectivement des ressources financières et des prêts de certains acteurs, mais à leurs propres conditions et en poursuivant leurs propres intérêts, avec des préférences et des avantages pour les entreprises occidentales. Au fait, qui remboursera ces dettes ? Apparemment, on suppose que cela devra être fait non seulement par la génération actuelle d’Ukrainiens, mais aussi par leurs enfants, petits-enfants et probablement arrière-petits-enfants.

Les auteurs occidentaux du projet anti-russe ont configuré le système politique ukrainien de telle sorte que les présidents, les députés et les ministres changent, mais que l’attitude de rupture et d’inimitié avec la Russie demeure. Atteindre la paix était le principal slogan électoral du président en exercice. Il est arrivé au pouvoir avec ce slogan. Les promesses se sont révélées être des mensonges. Rien n’a changé. Et d’une certaine manière, la situation en Ukraine et autour du Donbass a même dégénéré.

Dans le projet anti-russe, il n’y a de place ni pour une Ukraine souveraine ni pour les forces politiques qui tentent de défendre sa véritable indépendance. Ceux qui parlent de réconciliation dans la société ukrainienne, de dialogue, de trouver une issue à l’impasse actuelle sont qualifiés d’agents « pro-russes ».

Encore une fois, pour de nombreuses personnes en Ukraine, le projet anti-russe est tout simplement inacceptable. Et il y a des millions de ces personnes. Mais elles ne sont pas autorisées à relever la tête. On leur a en fait retiré la possibilité légale de défendre leur point de vue. Elles sont intimidées, poussées à la clandestinité. Elles sont non seulement persécutées pour leurs convictions, pour leurs prises de parole, pour l’expression ouverte de leur position, mais elles sont aussi tuées. Les meurtriers, en règle générale, restent impunis.

Aujourd’hui, le patriote « de droite » de l’Ukraine est uniquement celui qui déteste la Russie. De plus, l’ensemble de l’État ukrainien, dans sa conception actuelle, est destiné à être construit exclusivement sur cette idée. La haine et la colère, comme l’histoire du monde l’a prouvé à maintes reprises, sont une base très fragile pour la souveraineté, avec de nombreux risques sérieux et des conséquences désastreuses.

Tous les subterfuges associés au projet anti-russe sont clairs pour nous. Et nous ne permettrons jamais que nos territoires historiques et les personnes qui nous sont proches et qui y vivent soient utilisés contre la Russie. Et à ceux qui entreprendront une telle tentative, je voudrais dire qu’ils détruiront ainsi leur propre pays.

Les autorités ukrainiennes en place aiment se référer à l’expérience occidentale, qu’elles considèrent comme un modèle à suivre. Il suffit de regarder comment l’Autriche et l’Allemagne, les États-Unis et le Canada vivent les uns à côté des autres. Proches par leur composition ethnique, leur culture, partageant en fait une même langue, ils restent des États souverains avec leurs propres intérêts, avec leur propre politique étrangère. Mais cela ne les empêche pas d’entretenir l’intégration la plus étroite ou des relations d’alliés. Ils ont des frontières très interdépendantes et transparentes. Et lorsqu’ils les franchissent, les citoyens se sentent chez eux. Ils créent des familles, étudient, travaillent, font des affaires. Il en va d’ailleurs de même pour des millions de personnes nées en Ukraine qui vivent aujourd’hui en Russie. Nous les considérons comme nos proches.

La Russie est ouverte au dialogue avec l’Ukraine et prête à discuter des questions les plus complexes. Mais il est important pour nous de comprendre que notre partenaire défend ses intérêts nationaux et non ceux d’un autre, et qu’il n’est pas un outil entre les mains d’un autre pour nous combattre.

Nous respectons la langue et les traditions ukrainiennes. Nous respectons le désir des Ukrainiens de voir leur pays libre, sûr et prospère.

Je suis convaincu que la véritable souveraineté de l’Ukraine n’est possible qu’en partenariat avec la Russie. Nos liens spirituels, humains et civilisationnels se sont formés pendant des siècles et ont leurs origines aux mêmes sources, ils ont été renforcés par des épreuves, des réalisations et des victoires communes. Notre fraternité s’est transmise de génération en génération. Elle se trouve dans le cœur et la mémoire des personnes vivant dans la Russie et l’Ukraine modernes, dans les liens du sang qui unissent des millions de nos familles. Ensemble, nous avons toujours été et serons beaucoup plus forts et plus prospères. Car nous sommes un seul peuple.

Aujourd’hui, ces mots peuvent être perçus par certaines personnes avec hostilité. Ils peuvent être interprétés de bien des manières possibles. Pourtant, beaucoup de gens vont m’entendre. Et je dirai une chose : la Russie n’a jamais été et ne sera jamais « anti-Ukraine ». Et ce que sera l’Ukraine, c’est à ses citoyens d’en décider.

Vladimir Poutine

Traduit par Zineb pour le Saker Francophone



11 réactions


  • roman_garev 13 août 18:45

    Ceci sonne comme une sommation aux nazis ukrainiens. 

    À y ajouter la parution du premier grand film russe sur le Donbass-2014, « Солнцепёк » (« En plein soleil »).

    Surtout n ne pas manquer le regarder ou à télecharger depuis Youtube, tant qu’il est là.

    Très dur, mais la réalité en était davantage.


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 août 19:55

      Il aurait fallu faire cette réflexion historique avant 2014… avant que l’irréparable ne se produise


    • roman_garev 14 août 14:22

      @Olivier Perriet
      L’Histoire ne connaît pas le conditionnel.


    • Rita 15 août 14:34

      @roman_garev

      Merci pour ce film. Très pénible à regarder en effet, d’autant plus qu’il n’est pas de la fiction mais basé sur des faits réels. C’est l’horreur

      Passé l’introduction, l’histoire reprend à partir de 2014 : début de la « Révolution de Couleur », instiguée par les US et... la France (souvenez-vous de ce bonimenteur haranguant la foule à Kiev), qui devait soi-disant apporter la démocratie, la liberté et le bonheur au peuple ukrainien). L’Ukraine qui était un pays assez prospère est maintenant le plus pauvre d’Europe, dirigée par une oligarchie au service de Washington)

      Même si vous n’entendez pas le russe, les images suffisent

      Téléchargez-le avant que CrookTube le censure


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 16 août 15:04

      @roman_garev

      oui, ça ne parle en votre faveur


  • sophie 13 août 19:32

    Ach ! pas d’accès a ytub pour moi, quel dommage.


  • chantecler chantecler 13 août 20:46

    Passionnant .

    Merci .


  • QAmonBra QAmonBra 14 août 19:23

    Merci @ l’auteur pour le partage et @ Zineb pour la traduction.

    Un acte digne d’un des plus grands chefs d’états de ce siècle, un homme politique d’exception s’inscrivant en toute simplicité dans l’Histoire, comme « l’oxydant » n’en génère plus depuis la moitié du XX siècle et, sauf miracle donc hautement improbable, ne peut plus produire car stérilisé à cœur par l’hyper-mafia qui, telle l’araignée tenant les fils de son piège, reste tapie dans l’ombre de sa tanière.

    Le Président russe tend intelligemment la main aux frères slaves d’Ukraine, dont la fameuse âme russe ne pourra y rester insensible, au grand dépit des marionnettes occidentales et, surtout, de leur marionnettiste !

    Comme quoi on peut se croire très malin car « supérieur », mais être aussi très con, ceci expliquant d’ailleurs cela et comprenne qui voudra. . .


  • SilentArrow 15 août 15:12

    Le même texte traduit en français ici.


Réagir