jeudi 18 juin 2015 - par Dwaabala

Badinter et Lyon-Caen : - Quelle erreur avons-nous pu commettre ?

Au début du 20ème siècle, August Bebel, dirigeant des sociaux-démocrates allemands a dit : « Quand la bourgeoisie m’applaudit, je me demande quelle erreur j’ai bien pu commettre ».

C'est la question que doivent se poser non pas l’ancien garde des Sceaux Robert Badinter et le professeur de droit Antoine Lyon-Caen coauteurs du livre « Le Travail et la loi » qui savent très bien ce qu'ils font, mais ceux qui les suivent.

Derrière l’argument choc d’un texte devenu trop « complexe », celui du Code du travail, se cache une opération Katioucha réclamée par le patronat depuis des années contre un fondement de l’état de droit : seul un socle minimal de droits serait garanti par la loi, le reste étant renvoyé aux accords collectifs.

Pierre Gattaz estime avoir rallié « deux grands personnages de gauche » à sa croisade contre le Code du travail.

Le gouvernement saute sur l’occasion d’instrumentaliser le propos des auteurs. Emmanuel Macron remercie les deux personnalités pour leur contribution à la mission d’écrire un « Code du travail simplifié ».

En quoi le droit social se trouverait-il simplifié par une usine à gaz de normes établies en fonction des branches professionnelles ou des entreprises ? Le gouvernement a déjà lancé le ballon d’essai en renvoyant la négociation des contreparties du pacte de responsabilité aux branches. Qu’y ont gagné les salariés ? Rien.

Même l’emploi, ce million d’embauches pourtant promis par le Medef, n’est pas au rendez-vous.

Badinter et Lyon-Caen tombent pourtant dans la facilité qui consiste à faire du Code du travail un obstacle à l’embauche.

Ce qui tarit la source de l’emploi est ailleurs : dans les carnets de commandes des entreprises asséchés par des années de crise et d’austérité, dans les banques qui préfèrent la spéculation à l’économie réelle, dans les politiques de régression sociale qui freinent la consommation, dans les profits qui remplissent les poches des actionnaires au lieu de favoriser les investissements.

Le Code du travail, lui, assume encore son rôle de protection du salarié dans le lien de subordination qui le lie à l’employeur. Malgré le nombre de pages qui le font grossir, cette fonction, sinon son nombre de pages, a déjà subi de multiples cures d’amaigrissement.

Le réécrire en défendant les droits établis et octroyant de nouveaux droits au monde du travail serait faire œuvre de salubrité publique..



25 réactions


  • Diogène diogène 18 juin 2015 14:57

    C’est drôle, personne ne trouve le code civil « trop complexe », alors qu’il est bourré d’articles contradictoires


    Il est vrai que c’est cette complexité qui permet aux avocats les mieux rétribués d’y trouver ce qui est bon pour leur client aisé...

    Les jeunes reubeus, eux, n’ont pas les moyens de se payer les ténors du barreau

    • César Castique César Castique 18 juin 2015 16:03

      @diogène

      « Les jeunes reubeus, eux, n’ont pas les moyens de se payer les ténors du barreau. »


      Mais ils ont le Syndicat de la Magistrature et l’inénarrable Taubira* de leur côté, ça compense largement.

      * C’est elle qui refuse de parler de la traite saharienne, antérieure de plusieurs siècles à sa version atlantique, pour ne pas accabler les jeunes Arabes des banlieues.

    • leypanou 18 juin 2015 17:26

      @César Castique
      « Mais ils ont le Syndicat de la Magistrature et l’inénarrable Taubira* de leur côté, ça compense largement.  » : c’est vrai çà, et c’est pourquoi ils sont majoritaires dans les prisons, comparativement à leur nombre dans la société !!!

      C’est à ce genre de logique que l’on reconnait les FNistes.


    • César Castique César Castique 18 juin 2015 17:56

      @leypanou

      « C’est à ce genre de logique que l’on reconnait les FNistes. »


      Votre remarque serait recevable si tous ceux qui devraient y être y étaient. Mais là, on est très loin de compte, et d’autant plus avec l’abandon des peines planchers.

      C’est à votre genre de logique que l’on reconnait les bobos racaillophiles et chtarophobes.

    • hans-de-lunéville 29 juin 2015 11:00

      @diogène
      le meilleur commentaire ...


  • non667 18 juin 2015 15:23

    badinter lyon cohen  ? pourquoi pas nathanyaou ? tout est dit.........


    • Auxi 18 juin 2015 20:01

      @non667


      Lyon-CAEN, et non « Cohen ». Quand on ne sait ni lire, ni écrire, on reste avachi devant sa télé et on ne se mêle pas des conversations des grandes personnes. Je crois qu’il y a Mimie Mathy, ce soir, à la télé. C’est de ton niveau, ça devrait faire l’affaire.

    • non667 19 juin 2015 10:52

      @Auxi
      faute volontaire ,tout le monde a compris sauf le naze troll ! smiley smiley smiley


    • Auxi 19 juin 2015 13:37

      @non667


      Désolé, l’humour de maternelle, ça fait un bon moment que j’ai dépassé ça. Ne vous essayez pas à l’humour, vous n’êtes pas doué pour ça.

      Le « naze troll » te chie dans la bouche et te pisse au cul, flaque de merde.

  • hunter hunter 18 juin 2015 19:49

    Salut à tous

    On est là face à une petite stratégie typique des socio-traîtres que j’appelle dorénavant le PNS ( Parti Neo Socialiste) : ils envoient au charbon une pointure (bon faut reconnaître, Robert c’est pas un manchot, mec très intelligent, cultivé...), au charbon, associé à ce qu’on appelait un « mandarin » (lyon-caen, grand spécialiste de Droit, enseigne partout, fait des milliards de bouquins que seuls ses étudiants achètent, a succédé à son paternel, etc.....) : but du jeu :casser le droit du travail !
    Pourquoi :faire plaisir au bossu du MEDEF, et surtout, surtout...préparer les normes du TAFTA, parce que les p’tis camarades, vous croyez que quand le traité va être signé, les filiales des multinationales US vont continer à vous payer vos 5 semaines de congés, vos jours fériés et vos RTT.... ? que nenni !

    Tout ça nuit à leur biz, ça les bloque dans leur compétitivité, donc allez hop, devant le tribunal privé l’Etat français, et va falloir me réduire tout ça !

    Us style les gars : deux semaines de congés par an, RTT raus, et deux jours fériés et plus de 40 heures par semaine !

    Donc pour cette casse abracadabrantesque, vous pouvez pas envoyer n’importe qui !

    Vous envoyez le petit péteux de chez Rothschild, le Macaron, vous avez des émeutes, mais si vous envoyez Robert....... Robert, l’homme qui a fait abolir la peine de mort, Robert l’orateur, le tribun (bon il est bon, faut l’avouer), et surtout...membre de la communauté qu’un ne peut pas nommer !

    Robert Maldanstrois, il est incontestable : tu le critiques...paf, antisémite ! Paf tribunal, condamnation...la CGT va devoir fermer sa gueule, la CGT c’est peanuts niveau pouvoir, face au Crif et à la Licra !

    Attaquer Lyon-Caen, le mandarin, fils de ......pfuittt !Robert montera au créneau, fera sa plaidoirie, les critiques seront lynchés...fascistes, nazis, salopards, FHaine...les zeureslesplussombres......en plus je crois bien que lui aussi appartient au cercle des maîtres du pays, donc inattaquable !

    Toute contestation est dorénavant IM-PO-SSI-BLE !

    Salariés, préparez-vous....votre avenir, c’est le statut du salarié roumain.....et si vous couinez.....ANTISEMIIIIIIIIIIIITEEEE  !

    Ah ils sont forts ces socialos quand même !!!!!

    Adishatz

    H/


  • escoe 18 juin 2015 19:58

    Evidemment le ploutocrate Badinter se garde bien de demander une simplification du code du commerce. C’est que dans son milieu plus c’est compliqué et obscur plus les escroqueries sont possibles.
    Oui, oui, je sais, antisémite toussa...


  • lsga lsga 18 juin 2015 23:58

    L’erreur d’être keynésiens, de défendre le réformisme social néo-fasciste plutôt que la Révolution. 

    Le communisme renverse l’ordre établit, il ne cherche pas à améliorer la vie de ses contemporains en négociant des bouts de ficelles avec les bourgeois. 

    • Dwaabala Dwaabala 19 juin 2015 08:36

      @lsga
      Le communisme, en tant que mouvement politique pratique, ne se dispense pas de l’analyse de la conjoncture.


  • pergolese 19 juin 2015 09:35

    Vous oubliez de dire que les accords collectifs sont l’un des moyens les plus efficaces pour organiser l’inégalité entre les salariés. Egalité devant le Code du travail, inégalité devant le droit du travail..


    • Dwaabala Dwaabala 19 juin 2015 09:42

      @pergolese
      L’idéal pour le capitaliste serait d’avoir à négocier le contrat de travail avec le salarié isolé. L’égalité entre les salariés serait alors parfaite : tous démunis devant le patronat.


    • escoe 19 juin 2015 10:00

      @pergolese

      Vous oubliez qu’il y a un hiérarchie des normes et que jusqu’à aujourd’hui la loi prévaut sur le contrat ou l’accord collectif. Bon, avec les Faufialos et Macron ça ne devrait plus durer très longtemps.


    • Dwaabala Dwaabala 19 juin 2015 10:56

      @escoe
      Très juste, et c’est précisément la hiérarchie des normes que l’ouvrage de Badinter attaque.


  • Spartacus Spartacus 19 juin 2015 10:21
    1. Personne ne peut le code du travail en entier, donc :
    •  au fil des additions, il finit par présenter des incohérences, ce qui entraîne des débats stériles aux prudhommes,
    •  si les dirigeants des grandes entreprises peuvent tabler sur un service spécialisé pour décortiquer le code et les conseiller sur les risques juridiques inhérents à leurs projets, ce n’est pas le cas des petites entreprises. Si un chef de petite entreprise viole sans le savoir un article du code, il peut le payer très cher.
    1. Il est entièrement conçu par des hommes politiques qui n’ont jamais mis le pied dans une entreprise, sous la pression de syndicats nationaux qui ne représentent plus que quelque 7% des travailleurs et en plus représentatifs de travailleurs de sociétés liées à l’état.
    1. Il ignore l’équité. Sous le prétexte de défendre les travailleurs, il est systématiquement biaisé contre les entreprises, voire en faveur des employés qui commettent des fautes contre l’entreprise.
    1. Il est un frein à l’embauche du fait des risques qu’il fait courir à l’entrepreneur de bonne foi. Or l’essentiel des embauches proviennent des petites entreprises en voie de développement, celles dont les dirigeants n’ont pas les moyens de maîtriser le code.

    • Crab2 19 juin 2015 10:58

      @Spartacus

      Ne racontez pas de salades : ils ne manquent pas de petits mafioso qui s’organisent pour créer une entreprise de vente de drogues au lieu de se creuser le citron pour offrir des services ou encore des produits, biens de bonnes qualités et surtout durables


    • Auxi 19 juin 2015 13:28

      @Spartacus

      Personne ne peut le code du travail en entier, donc

      Spartagugusse, tu ne sais toujours pas écrire ! Retourne à l’école et ne te mêles pas des conversations des grandes personnes. Quand on aura besoin de l’avis d’un tocard analphabète, on appellera « pot de chambre », et tu pourras sortir de dessous le lit, où ne se cache aucun « bolchevique », pauvre merde.

  • Crab2 19 juin 2015 10:39

    Les entreprises, sauf pour ceux qui attendent depuis plusieurs millénaires un miracle, ne tombent pas du ciel - il faut bien que des personnes ou ex-salariés les crées – quand ’’ on ’’ ne veut pas avoir à se plaindre des dirigeants ou cadres d’entreprises on crée une société coopérative au lieu de pleurnicher à longueurs d’années...et si possible pour produire intelligent


  • Ruut Ruut 19 juin 2015 16:45

    Les conventions collectives c’est le meilleur moyen de museler les travailleurs.
    Et de crées des sous travailleurs.


    • Dwaabala Dwaabala 19 juin 2015 19:04

      @Ruut
      L’idéal pour le capitaliste serait d’avoir à négocier le contrat de travail avec le salarié isolé.
      L’égalité entre les salariés serait alors parfaite : tous démunis devant le patronat.
      C’est-à-dire des super travailleurs.


    • hans-de-lunéville 29 juin 2015 10:59

      @Ruut le collectif Ruut, le collectif... une société sans collectif n’est qu’un assemblage de règles fiscales.


  • Crab2 23 juin 2015 16:41

    M.Valls avait déclaré : je respecte tous les textes « sacrés »
    Si nous faisons la démonstration que l’islam, sous toutes ses formes, est compatible avec la démocratie, la laïcité, l’égalité hommes-femmes,dixit Valls
    Contrairement aux déclarations mensongères de M.Valls pour que l’islam soit compatible avec …

    Suites :

    http://laicite-moderne.blogspot.fr/2015/06/le-mensonge-de-valls.html

    ou sur

    http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2015/06/23/le-mensonge-de-valls-5644852.html


Réagir