samedi 15 mai - par Robert Bibeau

Brésil : l’analyse par la gauche brésilienne de la crise sanitaire

 La crise du COVID-19 au Brésil a atteint un niveau critique, avec 3 000 décès enregistrés par jour en moyenne. Le nombre total officiel de morts a doublé depuis janvier pour atteindre 400 000. Ce chiffre inclut un nombre inquiétant de jeunes, voire d'enfants et de nourrissons, issus pour la plupart de familles pauvres. Les services de santé déjà insuffisants et sous les coupes des politiques d’austérité se sont effondrées. La variante P1 du virus, originaire du Brésil, est devenue une menace grave pour toute l'Amérique latine, voire pour le monde entier.

 

Par Joe Attard. Commentaires par Robert Bibeau Éditeur Les7duquebec.net

 

La responsabilité de ce désastre incombe principalement au président réactionnaire Jair Bolsonaro, qui a passé l'année dernière à minimiser les dangers du coronavirus, à traiter les Brésiliens concernés de "poules mouillées", à lutter bec et ongles contre les mesures de confinement et à semer la panique au sujet des vaccins, allant même jusqu'à suggérer bizarrement qu'ils transformeraient les gens en crocodiles.

(C’est du moins la façon que l’aile gauche de la bourgeoisie brésilienne présente les effets de l’épidémie mondiale en sol brésilien. Pour notre part, nous pensons plutôt que les deux tendances se querellant au sein du grand capital brésilien – les réactionnaires de droite et les opportunistes de gauche – ne sont pas parvenues à un consensus sur la façon d’instrumentaliser l’épidémie aux fins de réprimer le prolétariat brésilien. NDÉ).

Il est aujourd'hui plongé dans une crise politique, avec des sections de plus en plus importantes de la classe dirigeante qui s'opposent à la section que Bolsonaro représente, même si, en réalité, l'ensemble de l'establishment économique et des polichinelles politiques (à gauche comme à droite. NDÉ) ont du sang ouvrier sur les mains.

La dévotion servile de Bolsonaro au capitalisme et sa réticence à fermer l'économie ont condamné le peuple brésilien à cette catastrophe. Les travailleurs et la gauche organisée doivent mobiliser leurs forces pour faire tomber ce régime infâme et prendre les mesures nécessaires pour résoudre cette crise de santé publique.

(Selon nous, la gauche politique opportuniste se démasque en réduisant cette crise systémique du mode de production capitaliste et cette guerre sanitaire à une crise de « santé publique ». Incidemment, dans les pays ou le confinement – le couvre-feu – et les mesures strictes de répression et de suppression des libertés adoptées sous la dictature des riches avec la complicité des partis de droite et de gauche – la « crise de santé publique » est identique. Quinze mois de politique régressive et répressive n’ont pas empêché la diffusion de ce virus concocté dans les laboratoires militaires de recherche « à gain de fonction » NDÉ)

This article is available in 5 languages on this webmagazine : https://les7duquebec.net/archives/263853

Nouvelle variante

La nouvelle souche hautement transmissible du COVID-19 qui balaie actuellement le Brésil est apparue à Manaus, qui a été le centre d'un "massacre" de coronavirus en Amazonie, qui a commencé lorsque la pandémie a frappé le pays. Les autorités locales n'ont pas réussi à verrouiller et à isoler la ville, ce qui signifie que la variante P1 s'est répandue dans tout le pays en quelques semaines.

Selon une étude réalisée par une équipe britanno-brésilienne de chercheurs de l'Université d'Oxford, de l'Imperial College London (sic)  et de l'Université de São Paulo, la variante P.1 est entre 1,4 et 2,2 fois plus transmissible que les autres variantes circulant au Brésil (resic). Elle serait également "capable d'échapper à 25 à 61 % de l'immunité protectrice suscitée par une infection antérieure", ce qui augmente les niveaux de réinfection et peut réduire l'efficacité de certains vaccins.

Ce n'est pas un hasard si de nouvelles mutations dangereuses sont apparues dans des pays comme le Brésil, la Grande-Bretagne et l'Inde, où les gouvernements ont adopté très tôt une attitude laxiste en matière de verrouillage. Les grandes populations non vaccinées constituent un terreau idéal pour ces souches.

(C’est du moins ce que prétendent les multinationales du Big Pharma pour fourguer leurs vaccins vendues pour des centaines de milliards de dollars aux populations abandonnées par leur gouvernement (de gauche comme de droite). La gauche devrait avoir honte de se faire le commis-voyageur des milliardaires du sanitaire. De nombreux traitements, peu coûteux, sont disponibles pour combattre les coronavirus et leurs variant. NDÉ)

Le virus P1 n'est pas confiné à un seul pays. La pandémie s'accélère dans toute l'Amérique latine, notamment en Argentine, en Bolivie, en Colombie, au Pérou, au Venezuela et en Uruguay, la variante brésilienne étant à l'origine du pic d'infections. La semaine dernière, l'Amérique latine (qui abrite 8 % de la population mondiale) a enregistré 35 % de tous les décès dus au coronavirus dans le monde. (D’où l’intérêt qu’il y aurait à largement diffusé les traitements préventifs – dont notamment – les traitements mis au point en Afrique avec des plantes médicinales peu coûteuses. NDÉ)

À Lima, par exemple, les patients font la queue pour obtenir un lit d'hôpital, les jeunes victimes étant prioritaires, tandis que les plus âgés et les moins aptes à survivre sont abandonnés à leur sort. Rommel Heredia, qui a perdu sa mère, son père et son frère à cause du virus, commente : "Des gens meurent parce qu'ils ne peuvent pas obtenir de lits de soins intensifs", a déclaré Heredia. "C'est comme à la guerre"… (oui, en effet…à la guerre bactériologique et sanitaire : https://les7duquebec.net/archives/263133 NDÉ).

La situation est si grave que l'on rapporte que des médecins acceptent des pots-de-vin pour offrir des lits d'hôpital. "C'était ça ou la laisser mourir", a déclaré Dessiré Nalvarte, 29 ans, une avocate colombienne qui a admis avoir aidé à payer 265 dollars à un homme qui prétendait être le chef de l'unité de soins intensifs d'un hôpital afin d'obtenir un traitement pour une amie de la famille. (Nous le répétons depuis une année maintenant : sous le mode de production capitaliste corrompu, toutes les infrastructures sociales sont corrompues y compris le système médical et sanitaire. Cette corruption fait partie des gènes du système moribond et en décrépitude comme le dévoile cette pandémie. NDÉ) Le système médical est corrompu comme le reste de la société capitaliste (5) : enquête sur une guerre virologique – les 7 du quebec et ici : https://les7duquebec.net/archives/263578

La variante a également voyagé plus loin, notamment aux États-Unis et au Royaume-Uni. De nombreux pays d'Europe ont désormais fermé leurs frontières au Brésil afin d'éviter que le virus P1 ne se propage sur leurs côtes.

Le secteur de la santé s'effondre

Le ministère de la Santé brésilien (qui en est à son quatrième ministre depuis le début de la pandémie) fait l'objet de vives critiques politiques pour son manque total de préparation à cette crise. Le système de santé ne parvient pas à faire face à la situation, alors que les hôpitaux sont inondés de patients atteints du COVID. (Comme en Inde, en France, au Canada, etc. qui pourtant appliquent des politiques répressives draconiennes, inefficaces et liberticides  : https://les7duquebec.net/archives/263814 et https://les7duquebec.net/archives/263701 NDÉ)

Mais la pandémie a également porté un coup de massue à un service de santé miné par des années d'austérité et de mauvaise gestion, notamment un amendement constitutionnel de 2016 du gouvernement de Michel Temer qui a gelé les dépenses de santé pour une période de 20 ans. Même avant cela, sous les gouvernements du Parti des travailleurs (PT) de Lula et de Dilma Rousseff, on a constaté une diminution des investissements dans le service de santé publique.

Puis Bolsonaro et l'ancien ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, ont mené une série d'attaques au début du mandat du président, notamment en démantelant la politique brésilienne en matière de soins primaires, en réduisant les fonds alloués à la recherche médicale et en mettant fin au programme, Mais Médicos ("plus de médecins"), qui visait à faire entrer davantage de médecins qualifiés dans le système de santé publique unifié (SUS), tout en interdisant l'accès au pays aux médecins cubains qui proposaient leurs services au Brésil.

Cette situation a été exacerbée par les attaques générales du gouvernement fédéral contre les travailleurs de la santé en termes d'externalisation, de privatisation et de bas salaires, au point que 45 % des médecins doivent avoir plus d'un emploi pour survivre. De plus, les travailleurs de la santé surchargés dans des hôpitaux surpeuplés sont eux-mêmes très vulnérables à la contagion, le Brésil étant désormais responsable de 23 % de tous les décès d'infirmiers dans le monde. (Pourquoi tous ces gens se privent-ils des traitements préventifs peu coûteux ? NDÉ)

La somme de tout cela est un secteur public de la santé qui s'effondre aux coutures. En revanche, les opérateurs médicaux privés célèbrent des bénéfices nets cumulés de 15 milliards de reals en 2020, soit une augmentation de 66 % par rapport à 2019.

Malnutrition

Pour témoigner de l'ampleur de cette catastrophe, 86 % des Brésiliens connaissent désormais quelqu'un qui est mort du virus. Dans le plus grand cimetière du pays, à São Paulo, où il y aurait normalement 30 à 40 enterrements par jour, il y en a maintenant 90. Fait inquiétant, la proportion de victimes plus jeunes, et par ailleurs en bonne santé, a augmenté de 28% en février.

(Preuve indubitable que le Brésil – comme le reste de la planète vivant sous le mode de production capitaliste moribond – fait face à une crise systémique englobant une crise médicale et sanitaire que les « vaccins » des multinationales du Big Pharma ne pourront éradiquer. NDÉ). https://les7duquebec.net/archives/263807

Les femmes âgées de 20 à 39 ans étaient cinq fois plus susceptibles de mourir du coronavirus en février qu'en novembre et décembre. Et en avril, on estime que plus de 2 000 enfants de moins de neuf ans, dont 1 000 nourrissons, sont morts du virus. Cette situation ne peut pas être expliquée par la seule souche mutante. Une étude d'observation menée par la faculté de médecine de São Paulo a identifié des vulnérabilités socio-économiques comme facteurs de risque de décès liés au COVID-19 chez les enfants. "Les plus vulnérables sont les enfants noirs, et ceux issus de familles très pauvres", a déclaré le Dr Fatima Marinho de l'université de São Paolo.

"Ce sont les enfants les plus exposés au risque de décès par malnutrition", a-t-elle ajouté. "Nous sommes passés de 7 millions à 21 millions de personnes sous le seuil de pauvreté en un an. Les gens ont donc aussi faim. Tout cela a un impact sur la mortalité."

(Voilà pourquoi nous crions notre indignation face aux godillots de gauche et aux polichinelles de droite qui présentent cette crise systémique du régime capitaliste qui organise la famine comme une crise sanitaire dont les États totalitaires corrompus détiendraient la « solution vaccinale » au nom de leur patron du grand capital. NDÉ) https://les7duquebec.net/archives/263761

Le problème de la malnutrition est de plus en plus grave. Lors de la première vague de coronavirus l'an dernier, le gouvernement a lancé à contrecœur un programme d'aide d'urgence. Dans le cadre de ce programme, 67 millions de chômeurs et d'employés informels, empêchés de travailler par les confinements, pouvaient prétendre à un salaire mensuel ("coronavouchers") de 600 réais (107 USD) d'avril à août 2020, qui a été réduit à 300 réais en décembre dernier.

Mais aujourd'hui, comme l'a admis Bolsonaro au début de l'année, "le Brésil est fauché", la dette publique atteignant environ 90 % du PIB. Le programme de bons d'achat a été suspendu, puis réintroduit à 250 réais en moyenne par personne, avec beaucoup moins de personnes éligibles.

(Voilà la triste réalité qui attend le peuple travailleur qui écoute et succombe aux sirènes de la gauche opportuniste et complice qui réclame que l’État des riches impose le confinement dément - puis distribue des aumônes - que les travailleurs devront rembourser sous peu par leurs taxes et leurs impôts. NDÉ)

Résultat : 117 millions de personnes (plus de la moitié de la population brésilienne) ont été confrontées à l'insécurité alimentaire en 2020, contre 85 millions au cours des deux années précédentes. Et 19 millions de personnes se sont retrouvées sans nourriture, soit presque le double de 2018. (Le virus, ses variant, et la crise sanitaire n’ont rien à voir avec cette famine imposée par l’État totalitaire au service de l’économie capitaliste en décrépitude. À bas les confinements déments. NDÉ). Le manque de nourriture rend ces communautés encore plus vulnérables au coronavirus, ce qui, ajouté à la distance sociale limitée (sic) et au manque d'accès aux soins médicaux, signifie que le fardeau de cette pandémie pèse lourdement sur les pauvres.

La débâcle des vaccins

La politique criminelle de Bolsonaro à l'égard du virus a notamment consisté à flirter avec le scepticisme à l'égard des vaccins. Bien que des milliers de Brésiliens aient été des cobayes pour des essais de vaccins, le gouvernement a traîné les pieds pour acquérir son propre stock.

(Voici que la go-gauche opportuniste se met au service de Big Pharma pour que le Brésil et ses pauvres affamées (117 millions d’individus) expédient leur obole aux milliardaires de la pharmaceutique. Nous réitérons que vingt traitements peu coûteux existent pour soigner les coronavirus : Contre la Covid, on dispose désormais de nombreux traitements qui marchent ! – les 7 du quebec et https://les7duquebec.net/archives/263224 NDÉ)

Monica de Bolle, spécialiste du Brésil à l'Institut Peterson de Washington, décrit : "un manque total de planification. En décembre, ils ont commencé à penser à une campagne de vaccination, mais ils n'avaient même pas assez de seringues. C'était un désordre total". Des rapports ont révélé que le ministère de la Santé a ignoré au moins 11 offres de fourniture de vaccins, dont 70 millions de doses du produit Pfizer en août 2020, qui seraient arrivées en décembre.

 (En ce qui a trait au vaccin PFIZER de nos héros de la gauche brésilienne – voici une opinion contradictoire : https://les7duquebec.net/archives/263761 NDÉ)

Il y a également eu six tentatives infructueuses du gouvernement chinois pour vendre des fournitures de CoronaVac, qui a été testé à grande échelle au Brésil, avant qu'un accord ne soit finalement conclu. Mais nous savons aussi que Bolsonaro était déterminé à obtenir une immunité collective naturelle plutôt que de mener une campagne de vaccination à grande échelle. Selon lui, il faut laisser cette "petite grippe" se répandre dans la population, plutôt que de s'embarrasser de mesures de confinement et de vaccins.

Le gouvernement brésilien a également refusé d'adhérer au programme COVAX dirigé par l'OMS jusqu'à sa troisième invitation, prétendument parce que le ministère des Affaires étrangères considérait que le programme faisait partie d'un programme "mondialiste".

La pression exercée par le principal allié impérialiste du Brésil, les États-Unis pourraient également être un facteur, le gouvernement étant encouragé à refuser la "diplomatie du vaccin" des rivaux des États-Unis, notamment la Russie et la Chine.

Maintenant que le gouvernement fédéral a finalement été contraint de faire avancer son programme de vaccination, sous la pression des masses et de certaines sections de la bourgeoisie elle-même (dont la gauche opportuniste et la droite électoraliste bourgeoise. NDÉ), la recrudescence de la pandémie en Inde (le plus grand fabricant de vaccins au monde), à son tour exacerbée par le nationalisme des pays riches en matière de vaccins, ont entraîné des pénuries mondiales.

Et comme les impérialistes gardent jalousement leurs stocks, le Brésil doit se démener pour trouver des vendeurs. Une autre voie pour les vaccins a été fermée lorsque le régulateur de la santé du Brésil a rejeté les importations du Sputnik V de fabrication russe.

(Preuve s’il en fallait que cette crise – sanitaire – médicale – a servi à ‘booster’ la crise économique – commercial – diplomatique et enfin militaire entre deux grandes alliances hégémoniques mondiales – Alliance Atlantique vis-à-vis Alliance Chine-Russie. La gauche et la droite des États capitalistes ont choisi leur camp et ce n’est pas celui du prolétariat mondial. NDÉ)

Au début du mois d'avril, 15,02 % de la population avait reçu une dose de vaccin et seulement 7,47 % avaient reçu les deux doses. Cela n'aurait pas été le cas si le gouvernement s'était ressaisi l'année dernière et avait obtenu des vaccins lorsque le nombre de cas avait atteint un plateau. Mais leur priorité était de relancer l'économie, et non de se préparer à une nouvelle vague épidémique (dans la guerre sanitaire que se mène les deux alliances impérialistes. NDÉ)

L'implosion du soutien de Bolsonaro

Le peuple brésilien voit clairement que l'irresponsabilité criminelle de Bolsonaro et son refus de prendre le virus au sérieux ont conduit directement à cet état de fait. Selon un sondage réalisé en mars, 54 % des Brésiliens considèrent que la gestion de la crise par Bolsonaro est mauvaise ou affreuse, et 46 % sont favorables à sa destitution, contre 42 % en janvier.

Ces dernières semaines, Bolsonaro a légèrement changé de ton : il a encouragé les vaccinations dans une émission de télévision récente et a parfois porté un masque lors d'apparitions publiques. En plus de la pandémie elle-même, l'impact économique de cette crise est dramatique. Une contraction de 5,5 % du PIB brésilien est attendue au premier trimestre 2021, suivie d'une reprise timide de 1,5 %.

(Encore une fois, la gauche se fourvoie comme elle le fait depuis un siècle. Ce n’est pas le coronavirus qui a causé la crise économique systémique et jeté les travailleurs au chômage – à la rue des bidonvilles. La famine qui frappe des millions de Brésiliens et d’Indiens est la conséquence directe du mode de production capitaliste moribond et des politiques de gauche comme de droite des gouvernements corrompus. Il n’y a pas de solution à attendre des dieux gauchistes ou droitistes de la peste. NDÉ Covid-19- Crise sanitaire ou crise économique planétaire ? – les 7 du quebec et https://les7duquebec.net/archives/254133

Outre le gonflement de la dette, l'inflation s'envole, ce qui a contraint la banque centrale à relever ses taux d'intérêt.

(Faillites, chômage et inflation en vue, si l’économie redémarre – les 7 du quebec Au Chili l’État totalitaire se dispute en Chambre des députés de gauche et de droite à propos du pillage des fonds de pension des travailleurs…et pourtant la crise sanitaire n’est pas encore terminée : https://les7duquebec.net/archives/263843 NDÉ).

Les prix ont augmenté de 5,2 pour cent en février, ce qui a fait dire à Maria Izabel de Jésus, une retraitée de 72 ans de l'est de São Paulo, que la nourriture est devenue inabordable. "C'est trop. On ne peut plus rien acheter". S’il y avait demain un krach boursier – inflation ou déflation ? – les 7 du quebec et ici : https://les7duquebec.net/archives/263167

Des divisions au sommet

Outre la colère de l'opinion publique, l'étau politique se resserre autour du cou de Bolsonaro, de larges pans de la classe dirigeante et de l'establishment politique s'opposant à lui. Le Congrès a lancé une enquête sur la gestion de la pandémie par le président. Cette enquête est prévue pour durer 90 jours, ce qui sera d'un maigre réconfort pour les milliers de personnes qui périront entre-temps.

Bien sûr, nombre de ces politiciens dits "anti-Bolsonaro" faisaient partie d'administrations d'État qui ont maintenu en activité des entreprises non essentielles alors que les unités de soins intensifs débordaient pendant la première vague. En outre, des centaines de capitalistes et de chefs d'entreprise brésiliens, dont un ancien directeur de la banque centrale et les banquiers les plus riches du pays, ont signé une lettre ouverte adressée au gouvernement pour demander des mesures plus fermes afin d'accélérer les vaccinations et d'encourager l'utilisation de masques.

(Pendant que 117 millions de Brésiliens meurent de faim et que 100 millions sont au chômage forcé sans le sou et que l’État totalitaire pille les fonds de pension des travailleurs – voici que le Congrès des partis de gauche et de droite coalisés enquête sur l’achat de vaccins auprès de leurs amis du Big Pharma et que l’oligarchie des milliardaires brésiliens exige plus de répression pour forcer l’inoculation de ces vaccins en phase trois des tests sur cobaye humain. La gauche ne devrait pas se compromettre de la sorte ou alors qu’elle accepte d’être rejetée par le prolétariat en colère. Rapport catastrophique sur la vaccination Pfizer en Israël – les 7 du quebec NDÉ)

Ces manœuvres ne sont rien d'autre que l'aile "sensée" de la bourgeoisie qui tente d'écarter une administration erratique et discréditée, en usant Bolsonaro pour préparer le terrain pour les élections de 2022. Ils utilisent également la pression de la crise pour presser le gouvernement afin d'obtenir plus de pots-de-vin des caisses publiques.

Le cercle restreint du président s'effondre également dans les récriminations. Les forces armées, qui ont toujours soutenu Bolsonaro, ont été ébranlées par le licenciement inattendu du ministre de la Défense, le général Fernando Azevedo e Silva. Un jour plus tard, les chefs de l'armée, de la marine et de l'armée de l'air ont tous démissionné en signe de protestation. À la lumière de sa mauvaise gestion de cette situation d'urgence, l'élite politique et économique brésilienne peut voir que Bolsonaro est une force épuisée au mieux, et une présence potentiellement volatile au pire.

Certains envisagent la possibilité de soutenir la figure de proue du PT, Lula, qui est libre de se présenter contre Bolsonaro après l'annulation des accusations de corruption et qui est actuellement en tête des sondages pour la présidentielle. Maílson da Nóbrega, l'ancien ministre des Finances, a déclaré : "Je vois beaucoup de gens qui disent que si la situation est entre Bolsonaro et Lula, qu'ils se boucheraient le nez et voteraient pour Lula".

La classe dirigeante ne veut pas compter sur Lula, et se démène pour trouver un candidat bourgeois traditionnel suffisamment populaire pour battre Bolsonaro et qu'elle puisse soutenir. Mais en l'absence d'autres options, étant donné que Lula est bien placé pour battre Bolsonaro, des sections de la classe dirigeante envisagent de l'utiliser comme une soupape de sécurité pour laisser échapper la colère bouillonnante de la société de manière contrôlée, plutôt que de risquer une éruption incontrôlée.

En fin de compte, l'ensemble de l'establishment politique est responsable de ce cauchemar. Cela inclut le PT et Lula, qui ont mené des attaques contre la classe ouvrière au pouvoir et qui, à chaque étape, ont empêché les masses de se confronter ouvertement à Bolsonaro.

Fora Bolsonaro ! Combattez le COVID par la lutte des classes !

Rien de tout cela n'était inévitable. La variante COVID-19 qui sévit au Brésil et en Amérique latine est le produit de l'irresponsabilité criminelle de Bolsonaro, et des politiques ruineuses et à courte vue de l'impérialisme. Lorsque le mot d’ordre « Fora Bolsonaro ! » (Dehors Bolsonaro !) a été adopté par les manifestations de masse des travailleurs et des jeunes, les dirigeants de gauche ont essayé de le diriger vers les voies sûres et légalistes de la destitution ou de se concentrer sur l'élection de Lula en 2022, en faisant des alliances avec des sections de la bourgeoisie. Les masses ne peuvent pas attendre que des politiciens corrompus écartent Bolsonaro par le biais d'un processus de destitution, ou des résultats d'une enquête, ou des élections de 2022.

 (Voici de quelle façon la gauche opportuniste et électoraliste mine l’unité du prolétariat international en réduisant une guerre de classe contre un système social corrompu et décadent en une joute électorale pour le remplacement d’un godillot par un polichinelle. Ce n’est pas le COVID-19 l’ennemi principal de notre classe – c’est le grand capital qui soutient des laboratoires de recherches d’armes bactériologiques à gain de fonctions – des armes de destruction massive pire que les armes nucléaires. Voilà ce que nous devons détruire. NDÉ) https://les7duquebec.net/archives/263290 et Les armes virologiques de la prochaine guerre mondiale (les coronavirus) – les 7 du quebec https://les7duquebec.net/archives/257512

Par conséquent, une grève générale doit être organisée pour défendre la vie des travailleurs, avec des revendications incluant la fin du gouvernement de Bolsonaro, des lockdowns avec salaire complet, et une campagne de santé publique gérée au niveau national pour traiter et vacciner l'ensemble de la population, payée par les riches.

(On se croirait revenu aux années de Front populaire des années vingt et trente qui ont tracé la voie au social-fascisme et au national-socialisme. Amis gauchistes jamais l’État des riches ne fera payé les riches. Seul le prolétariat par ses luttes grévistes fera payer les riches. À bas la guerre sanitaire et vive la lutte de classes. NDÉ)

Dans le cadre de cette bataille, le 1er mai, nos camarades brésiliens ont lancé leur campagne pour une "Rencontre nationale de lutte : À bas le gouvernement Bolsonaro ! Pour un gouvernement ouvrier, sans patrons ni généraux !". Plus d'un millier de personnes se sont déjà inscrites. Une bataille historique se prépare, non seulement au Brésil, mais dans toute l'Amérique latine, où la pandémie a aiguisé toutes les contradictions sociales de la faim, du chômage, de la pauvreté et de la violence d'État.

En fait, elle a déjà commencé, avec un mouvement de grève au Chili pour obliger le gouvernement à débloquer les fonds de pension, une éruption sociale au Paraguay, le succès électoral d'un dirigeant syndical autoproclamé marxiste-léniniste au Pérou, et une lutte triomphante en Colombie contre le projet de loi fiscale réactionnaire de Duque. https://les7duquebec.net/archives/263843 et https://les7duquebec.net/archives/263850 

Il incombe aux travailleurs et aux jeunes du monde entier d'offrir leur solidarité à ces luttes de travailleurs. Le désastre sanitaire auquel nous assistons en Amérique latine pourrait mettre en péril la lutte mondiale contre la pandémie. (sic)



7 réactions


Réagir