vendredi 25 juin 2010 - par Montagnais

Bruno n’émet plus..

Et il n’est pas prêt d’émettre à nouveau Bruno,  le vieux centurion mythique ayant passé sa vie au service de la France, de « sa France », à en juger par les informations en ce jour du 22 juin 2010.. Mais il le savait bien Bruno, Aube, Bigeard.. Il le savait parfaitement.

Debout, immobile, dans la cour d’honneur des Invalides, ce 22 juin 2010, au milieu de quelques centaines de vieux paras venus le saluer pour son dernier voyage, je me rappelai quelques bonnes sorties.

« Je vais casser ma pipe et je ne serai pas mécontent. Car j’ai trop aimé la France pour accepter ce qu’elle est devenue. »

Nulle tentative ici de brosser une énième fois sa carrière, un destin que quelques fidèles auront à coeur, inlassablement, de perpétuer.. Nulle reprise des sempiternels débats sur les faits et actes. On se reportera pour revoir un peu de sa vie à l’excellent texte de Sylvain Rakotoarison sur Agoravox ou même à ce qu’écrit – non sans esprit partisan - le professeur Chems Eddine CHITOUR dans lexpressiondz.com, ou encore se reporter aux sources de qualité proposées par Wikipedia et indiquées ci-dessous.

Bigeard a compté dans l’histoire de la France, ou de ce qu’il en reste, pendant les 60 dernières années. Il comptera encore bien plus dans le futur, à n’en pas douter, il est de la taille d’un Maréchal d’Empire, d’un de Gaulle presque, mais condamné à une grandeur différée, et à qui le destin n’aurait pas épargné les pièges d’une herméneutique du bien et du mal au quotidien..

Sur sa stature, les versions officielles s’accordent, comme en témoigne ce communiqué de "Vivre la Défense".

"Chers adhérents et sympathisants,

Nous sommes tristes car un homme, un militaire, un français qui a combattu pour la France n’est plus.

Il avait démarré simple appelé, il est devenu Officier Général, il avait sauté sur Dien Bien Phu et servit son pays. 

Le Général Bigeard restera dans nos coeurs et nous ferons en sorte que sa France, qui est aussi la notre, ne disparaisse pas. "

"La France.. Ce qu’elle est devenue". "Qu’elle ne disparaisse pas". Là est l’essentiel.

La question désormais posée par le dernier vieux "con" pétri d’amour pour la France est totalement là. Elle envahira l’ensemble du champ politique. Même s’il n’émet plus désormais, la puissance symbolique du héros subalterne, son énergie visionnaire, son accointance avec la dimension tragique des choses et de la condition humaine viennent - ou viendront immanquablement - prendre le relais.

Il a du en chier, comme on disait chez les paras, Bigeard, dés le début, toute sa vie. Il a commencé saute-ruisseau, à la Société Générale. Ou petit employé, enfin, pas de quoi faire rêver. Là commencent aussi les symboles, les coïncidences historiques .. A la Société Générale, comme Kerviel, qu’on juge en ce moment, qui a les honneurs du Spectron à longueur d’émissions. Un génie malfaisant à dit son patron. Mais qui a les faveurs des téléspectateurs et des bonimenteurs, lui le trader. Pas une minute pour Bigeard à « France 2 » ce soir.

La capacité à évaluer, à décider justement et rapidement, il a du l’acquérir très tôt Bigeard. Son père était aiguilleur à la Compagnie des chemins de fer de l’Est, c’est dire. Pas de quoi vous injecter un amour définitif de la France à première vue. Aiguilleur aux chemins de fer de l’Est, c’est pas écuyer du roi Philippe Auguste, comme pour son célèbre prédécesseur en gloire militaire, Charles de Gaulle .. Pas de quoi faire d’un gamin de Toul un affamé absolu des idées de Nation et de Patrie.

Vraiment pas de quoi.. Sauf à écarter les correspondances symboliques que l’esprit le moins attentif ne manquera pas de constater. Car, à l’école, il a du en entendre parler de son illustre compatriote lorraine ; il a du l’imaginer avec précision celle-là, s’imprégner de ses images, de ses convictions, de ses voix, de ses ferveurs. Je ne parle pas de Nadine, bien évidemment, à laquelle vous auriez pu penser malicieusement, tant elle était présente aux funérailles, pimpante, souriante, enjouée, dans la Cour d’honneur des Invalides, comme sortie d’un lipdub de l’UMP. 

Non. Je parle de Jeanne. La Pucelle. Comme elle, Bigeard, il est des Marches de la France, d’une de ces provinces fidèles, Toul est proche de Domrémy. Comme elle il croit très tôt en son destin (il faut y croire n’est-ce-pas, pour s’engager homme du rang à 20 ans). Son destin d’ailleurs, plus tard, il en fera de sombres et belles chansons pour ses guerriers. Comme Jeanne, avec la France, pour la France, c’est l’amour absolu, fou, obsessionnel. Et puis Saint-Michel, l’archange ailé, le Saint-Patron, sur les bannières, sur les poitrines, aux épaules.. Comprenne qui pourra..

Fille de laboureur, fils d’aiguilleur. L’essentiel de Bigeard, c’est d’être chef de guerre. Comme Jeanne. Et puis, tous les paras n’ont-ils pas une pucelle sur le cœur ?

Jeanne faisait prier ses troupes avant de les mener au combat, Bigeard fera de la « prière du para » un chant quasi mystique..

Nous n’en finirions pas. Bigeard aura ses Michelet et ses Quicherat.

Le 22 juin, aux Invalides, une liturgie de restriction

La foule n’était pas immense ce 22 juin à 11 H dans la cour d’honneur des Invalides. A droite en entrant, quelques formations militaires, des parachutistes principalement, en armes, et une poignée d’officiers d’active. A gauche, quelques centaines de civils représentant les associations d’anciens et des réserves, vieux paras des dernières guerres coloniales à qui il manquait parfois une jambe, un bras, anciens officiers, vieux et anciens soldats.

Silence et recueillement. Les « officiels » admis en la Cathédrale Saint-Louis des Invalides se succédaient sur l’allée centrale, jusqu’aux marches. Fillon, Giscard, Morano ont été déposés à l’entrée de l’édifice.

Honneurs militaires à l’arrivée de la dépouille du vieux soldat.

Entre musiques militaires, te deum et oraisons funèbres, Marseillaises rondement enlevées, nous avons pu chanter..

- Si tu crois en ton destin

- Si tu crois au lendemain

- L’ami faut pas hésiter

- ..

Et encore, poussé du fond des tripes, notre mythique et si beau chant écrit par le poète Ludwig Uhland en 1809 et mit en musique en 1825 par le compositeur Friedrich Silcher : J’avais un camarade.. Des musiques de Schubert, des marches militaires, des chants révolutionnaires leur courraient en la têtes mes camarades.

Mais aucune parole foudroyante et superbe, pas d’invocation à celui qui règne dans les cieux et de qui relèvent tous les empires , pas de rappels aux restes des voix qui tombent et des ardeurs qui s’éteignent. Bossuet n’est plus, remplacé par quelque préposé de bonne volonté.

Pourquoi un seul micro pour cette immense cour d’honneur ?

Pourquoi pas une salve ?

Pourquoi des effectifs militaires aussi mesurés ?

Un discours religieux inaudible et inattendu (où fut évoquée « la quatrième dimension ».. Incompréhensible ?)

Un exercice de casuistique "humaniste"

pas de jeunes..

Des vieux en tenue camouflée, rangers pas cirés, coupe de douille style chanteurs de variété.

Nous étions loin des cimes où l’air est plus pur, mais plus rare, et où suffoquent les âmes frêles. 

La France, ce qu’elle est devenue..

Il suffit de prélever au hasard un ou deux échantillons, de produire quelques citations, parmi cent mille dont le sens est concordant. La prolifération anarchique du chaos, l’irruption massive de l’irrationnel dans le débat public, l’amoncellement des menaces et l’irresponsabilité toute puissante de la société marchande (à l’occasion notamment du « désastre national » infligée par « l’équipe de France ») se conjuguent pour dessiner les contours d’une aggravation sans précédent des pathologies du pays.

Abyssale confusion sur les notions de nation, d’identité nationale, patriotisme dévoyé, langage prostitué, toute puissance de l’industrie de la réclame et des entrepreneurs de l’amusement et de la distraction public, innocent et insignifiant jeu de football métamorphosé en hystérie "nationale".. vous font d’un malheureux pays la peinture achevée.

Et le spectron, la presse stipendiée enchaînent. Tout le système politique de Zébulon lui-même, les « parlementaires », les « Experts » reprennent et commentent à l’envi la sombre réalité, l’amplifie, la magnifie, sans lui redonner son sens. Des dizaines de milliers de jeunes au Trocadéro, des centaines de drapeaux, des pleurs, des rages, des litanies sur l’ « humiliation de la Nation », des heures et des heures de télévision, des milliers de pages ineptes tartinant à l’infini l’émotion mise à la portée des caniches zombifiés.

« La France a perdu » ?

Oui la France a perdu.

  • Et même que les Chinois sont obligés de manifester à Belleville pour déplorer la violation de leur droit et les menaces qui pèsent sur leur sécurité.
  • Perception du problème au travers d’une citation de Libération du 21 juin : « Florence habite le 19e arrondissement, contigu à Belleville : « Cela fait des années que ça dure, depuis 2002. J’ai assisté plusieurs fois à des agressions, à des insultes… Trois fois, en 2003, j’ai appelé la police qui a refusé d’intervenir. Ça fait longtemps qu’ils sont au courant mais qu’ils ne font rien. »
  • Sur un blog, à propos de Finkelkraut : "Celui qui affirme ne pas aimer ceux qui n’aiment pas la France souhaite publiquement la défaite de l’équipe de France. Une belle leçon de patriotisme, en effet."
  • Et la réponse tout aussi inspirée d’un lecteur : "Toutes mes pensées vont vers les familles de ces joueurs victime d’un profonde injustice et eux bien sur,je pense trés fort à eux." (sic)

Meaningless.

Ah ! Une dernière sortie du « Héros accessible », que nul ne songera à lui reprocher : « J’en fais un (de bouquin – ndr) qui se lira après ma mort. L’éditeur est d’accord. Si je claque, il le sort. ».

Et si Bruno émettait encore ?

 

  • Fall, Bernard B. (1966), Hell in a very small place, Da Capo Press (published 2002), ISBN 978-0-306-81157-9 ;
  • Horne, Alistair (1977), A Savage War of Peace : Algeria 1954–1962, New York Review Books (published 2006), ISBN 978-1-59017-218-6 ;
  • Singer, Barnett ; John Langdon (2004), Cultured Force : Makers and Defenders of the French Colonial Empire, The University of Wisconsin Press, ISBN 0-299-19904-5
  • Windrow, Martin (2004), The Last Valley : Dien Bien Phu and the French Defeat in Vietnam, Weidenfeld & Nicolson, ISBN 0-297-84671-X ;


17 réactions


  • Jude 25 juin 2010 12:01

    Bel hommage


  • Massaliote 25 juin 2010 12:17

    Quant on pense que l’Elysée avait prévu des obsèques NATIONALES pour un chanteur alcoolique et cocaïnomane ! Bigeard était trop grand pour une société de minables, d’arrivistes et d’apatrides. Sans oublier la pression de la dhimmitude imposée au plus haut niveau de l’état à la population. smiley


    • Massaliote 25 juin 2010 12:24

      @ l’auteur, merci pour cet article. La pression de la dhimmitude explique sans doute ce « service minimum » pour les obsèques d’un héros.


  • morice morice 25 juin 2010 12:37

    Bigeard a compté dans l’histoire de la France, ou de ce qu’il en reste, pendant les 60 dernières années. Il comptera encore bien plus dans le futur, à n’en pas douter, il est de la taille d’un Maréchal d’Empire, d’un de Gaulle presque, mais condamné à une grandeur différée, et à qui le destin n’aurait pas épargné les pièges d’une herméneutique du bien et du mal au quotidien.. 


    PROPAGANDE POUR LA TORTURE. Texte d’extrême droite patent.

    Non. Je parle de Jeanne. La Pucelle. Comme elle, Bigeard, il est des Marches de la France, d’une de ces provinces fidèles, Toul est proche de Domrémy

    le même discours que LePen !

    , Alistair Horne, pro-cBushiste et partisan de qui ?
    « On the whole, my sympathies have instinctively been with Israel. »

    Horne, fan d’israel et .... parlant du « lobby sionniste » ; y« a pas , vos références c’est quelque chose !! à l’extrême droite, on n’en rate pas une !

     »Bush, an honourable man, might have made a good President - without Iraq. His fault was to heed too often the voices of the Zionist lobby in Washington. Never before has the Israeli tail wagged the American dog quite so vigorously ; the results threaten to prove as disastrous for Israel as for the Western alliance."

    Singer, Barnett : super, un fin historien : auteur d’une bilographie de.... Brigitte Bardot.

    enfin Martin Windrow super choix aussi, pas du tout orienté Jean-Marie : 

    His description of the Berber tribesmen of Morocco also reveals some disturbing modern parallels : the formidable guerrillas of the 1920s were inspired by an Islamic fundamentalist who was adept at using the world’s media to further his cause. 

    comme quoi, à l’extrême droite on utilise toujours les mêmes vieilles ficelles, à aller repêcher quelque part une info pour la transposer : du révisionisme, quoi....

    • Massaliote 25 juin 2010 16:44

      Morice, lui, a des témoins fiables. Son plus beau fleuron est Ighilahriz. « Violée » par un homme qu’elle a vu « avec des yeux verts » et qui est selon elle « mort en 1958 ». Le capitaine Graziani qu’elle accusait nommément est décédé en 1959 et avait les yeux noirs. Sa soeur dont elle « entendait les hurlements » était détenue à 15KM. Et Morice accuse les autres de révisionnisme... Cherchez l’erreur smiley


    • eric 25 juin 2010 19:45

      A mr Morice, tout a fait insultant  ! Extrême droite est un mot inventé par la gauche pour désigner ses enfants maudits. Du fachisme au national socialisme, on a affaire à des mouvements idéologiquement de gauche, anti chrétien, anti capitaliste, anti républicians, anti démocrate sectaires et intolérant. Il n’y a que des gens eux eux même à gauche qui parviennent à les distinguer. Toute leur histoire est faite de passage de personnalité de l’un à l’autre et de luttes fratricides.
      Bigeard, homme de droite, croyant, républicain, ouvert, tolérant, humaniste ne saurait en aucun cas être confondu avec un homme d’ extrême gauche. Encore moins avec la version de la gauche qualifiée par vous d’extrême droite.
      Vous tentez de vous inventer des ennemis à votre image, intolérant, sectaires, limite antisémite parfois,

      Dans les grandes victoires que nous autres démocrates libéraux chrétiens républicains de droite avons remporté au x20 émé siècle contre les fous furieux bolchevico fachisto communisto quelque chose, et qui ont permis de les rejeter assez largement dans les poubelles de l’histoire, de la pensée et de l’intelligence, des hommes comme Bigeard ont eu une place éminente qui devrait au moins permettre qu’on ne les confondent pas avec des gens comme vous !
      Oui nous étions adversaires. Oui nous avons gagné. Oui c’est parce que nous avions raison et vous tort, parce que nous étions avec le peuple et vous contre. Oui vos idées en sont réduites à un public ou les pathologies personnelles l’emporte sur les idées politiques et je comprends que cela soit un peu triste, mais vous pourriez être un peu plus fair play dans la défaite.


    • Hieronymus Hieronymus 25 juin 2010 20:01

      Morice ex membre du Parti Communiste ?
      en tout cas cela y ressemble furieusement ..
      y a comme une rigidite psychologique qui y fait penser
      avec chez lui d’un cote le Bien, tout le bien et de l’autre le Mal


  • jaja jaja 25 juin 2010 12:46

    Bruno n’émet plus....

    Bof, un petit coup de gégène et ça repart...


  • morice morice 25 juin 2010 13:46

    Ne vous montez pas le bourrichon l’extrêmiste Pasou : l’espèce destinée à disparaître, en démocratie, c’est bien la vôtre...


    Si Bigeard est un héros, les valeurs de l’armée démocratique sont bafouées. Un véritable militaire ne peut se reconnaître dans ce forban inculte, plus intéressé par les médias et son image de marque que par la conduite des hommes. Il ne peut être montré en exemple : il ne savait pas diriger et n’avait aucune vision de sa mission militaire. C’était comme je l’ai dit, un exécutant, qui a beaucoup trop exécuté.

    L’auteur, par ses REFERENCES, démontre avec brio qu’il est lui aussi d’extrême droite : ses LECTURES sont éloquentes. Bigeard, admiré par ceux qui ont conduit à Abou Grhaïb : il n’y a rien d’étonnant à cela...

  • LE CHAT LE CHAT 25 juin 2010 15:23

    Merde alors , mais qui va faire fonctionner la gégène ? smiley
    déjà qu’on avait perdu bob Denard !
    c’est terrible , tout ce savoir faire qui va tomber dans l’oubli faute de transmission des savoirs ! smiley


  • mcjb 25 juin 2010 18:06

    merci pour votre article, 

    l’opinion publique percoit souvent le moment present sans se soucier comment se fit 
    le moment present .Mr Bigeard qui servit la France sous des ordres republicains, car depuis la Révolution Francaise, jamais la France n’a declare la guerre elle meme elle n’a fait que se defendre ce que tout le monde semble oublier, ce sont des gens comme mon grand père qui participa a la campagne 1914/1918 , qui eut aussi la chance d’en revenir vivant , ce sont tous ces combattants pour la defense de la patrie en danger qui sont morts dans les tranchees, non il ne faut pas oublier que le combat que nous le menons au quotien pour assurer l’avenir de nos enfants , c’est cette France que l’on ne voit pas qui lutte contre l’ignorance et surtout contre la barbarie dont les journeaux nous relatent quotidiennement les faits,

    nous devons a Monsieur Biguard et l’armee en general sans oublier l’aviation civile et les moyens technique tels le telphone satellitaire installe le 22.06.2011, de garantir a la France au moins la liberte sinon la paix interieure par une defense active et strategique , 

    notre horloge biologique va peut etre un jour se mettre en concordance avec le temps afin que nous puissons enfin apprecier les bienfaits de l’existence et que nous ne craignons plus l’avenir puisque connaissant le passe nous pourrons enfin nous projeter a demain


  • Serpico Serpico 25 juin 2010 19:56

    L’auteur : "On se reportera pour revoir un peu de sa vie à l’excellent texte de Sylvain Rakotoarison sur Agoravox ou même à ce qu’écrit – non sans esprit partisan - le professeur Chems Eddine CHITOUR"

    *********************

    Ça ne manque pas d’air !

    Le premier est excellent.

    Le second est de parti pris.

    On arrête de creuser : on est arrivé au bon sol.

    Vous n’étouffez pas de tant de faux-culisme ?


  • pastori 25 juin 2010 21:18
    Jeanne faisait prier ses troupes avant de les mener au combat« 

     »seigneur donne moi la victoire sur mes ennemis."

    comme chacun sait, Dieu est capable de reconnaitre les siens.
    si l’ennemi englais, (qui croyait aussi en le même Dieu), fait la même prière, il risque d’avoir un cas de conscience à résoudre. mais entre une jolie pucelle et un anglais moustachu son choix a du être vite fait.

    my god !.

  • sunjixav 25 juin 2010 21:53

    Le contraste est flagrant entre la france humiliée par cette équipe d’imbéciles qui ne savent pas ce que porter le maillot bleu veut dire et qui ne chantent pas la marseillaise et la France pour laquelle Bigeard se battait.

    Combien de temps va-t-on encore supporter le fric qui pollue tout, le bling-bling ou le politiquement correct ? Cette société mercantile qui ne sait pas où elle va , sans repère et sans idéal . Le ciel est bas et lourd. Il semblerait que le temps soit venu pour revenir aux vraies valeurs de la république : laïcité, éducation et respect du pays pour lequel certains sont morts .

    Mes respects Mon Général


  • Tang Tang 25 juin 2010 22:57

    Le Général Bigeard est l’officier le plus décoré de l’Armée Française :

    Grand -croix de la légion d’Honneur 
    Vingt cinq citations dont 17 palmes sur les croix de guerres 39/45, des TOE et de la valeur militaire. 
    Médaille de la Résistance 
    Médaille des blessés (cinq blessures de guerre) 
    La Distinguished Service Order Anglaise 
    Grand Officier du Mérite Sénégalais 
    Grand Officier du Mérite Togolais 
    Grand Officier du Mérite Comorien 
    Grand Officier du Mérite Saoudite 
    Commandeur Américan Légion 
    Officier du Million d’éléphants du Laos 

    Pour les principales

    J’espère ne pas avoir été trop long, mais il aurait encore tant à dire sur ..Bruno



  • barrere 25 juin 2010 23:45

    retour de flamme de l’histoire :

    l’algérie algérienne manifestant drapeau français en tête a Annaba le 22 juin dernier


Réagir