lundi 30 avril 2012 - par wesson

Choisir son ennemi

La tentative du FN à Gauche contrecarrée par une UMP maintenant à l'extrême droite, et le retour de la Gauche de combat. Tel est le résumé à grand trait du nouveau paysage politique Français après le premier tour.
 
Le 6 mai, il nous faudra choisir notre adversaire.
En 2002 et après le second tour qui a vu l'élection de Jacques Chirac, le FN a fait le constat que sa thématique traditionnelle ne le porterai jamais au pouvoir. Il lui fallait donc trouver des thèmes de campagnes propres à élargir sa base électorale. Naturellement, le choix du FN s’est porté sur l’électorat populaire, une clientèle électorale qui avait été laissée en jachère par un parti socialiste fraichement converti au libéralisme.
 
Mais Jean-Marie Le Pen qui s'était affiché avec l'Ultralibéral Ronald Reagan ne pouvait être crédible aux yeux de cet électorat qui en était la victime. Il a dû s'effacer au profit de sa fille, qui n’avait pas été compromise et pouvait donc reprendre les thématiques économiques et sociales, chères à cet électorat. Plutôt Jaurès que Thorez, c'est Jean-Marie Le Pen qui l'a pensé, et c'est Marine Le Pen qui l'a dit dans les meetings. Et c’est ainsi que petit à petit, le FN est rentré dans le vote populaire, se réclamant même d’être devenu le 1er parti ouvrier de France.
 
Toutefois, même si l'on peut considérer que cette incursion du FN dans l’économie et le social était sincère - et je ne doute pas qu'elle le fut pour nombre de ses électeurs -, celle-ci fut paradoxalement contrecarrée par ... l'UMP. 
 
La présidence de Nicolas Sarkozy se distinguera probablement par l’utilisation systématique des sujets de prédilection de l’extrême droite, à savoir le nationalisme identitaire, les thèmes de l’immigration et de la sécurité. Nous avons eu le fameux discours de Dakar qui a donné le ton, suivi par ce débat indigne sur l’identité nationale, la chasse aux Rroms, la burka, la loi sur le voile islamiste et bien d’autre encore jusqu’à l’apothéose qu’a constitué le débat sur la viande halal et l’affaire Mérah pendant cette campagne électorale.
 
Depuis le début de la campagne, nous avions une situation baroque. En même temps que le FN faisait au moins mine d’innover avec un discours économique et social, le président candidat et son parti ramenait sans cesse les thèmes identitaires, religieux et sécuritaires au-devant de la scène. Il était aidé en cela par une presse toujours très prompte à aborder le sujet. C’est ainsi que le FN, mais pas seulement eux, furent inaudibles sur les autres thèmes qu’ils tentaient d’aborder.
 
Dès lors, la question que l’on peut se poser concernant le 1er tour, c’est – dans le contexte de la crise que nous vivons et avec les boucs émissaires désignés parmi les traditionnels de l’extrême droite – pourquoi le FN n’a-t-’il pas fait un score encore meilleur ?
 
La réponse tient en deux éléments : la crédibilité du FN, et le retour de la Gauche de combat.
 
Le FN ne peut structurellement pas être crédible dans les thèmes économiques et sociaux. D’un côté, il désigne les immigrés, les étrangers, les musulmans comme étant une source importante de problèmes, ou pour le dire autrement, il désigne la strate la plus pauvre et opprimée de la société Française. Et simultanément, il désigne l’establishment, la finance, les banksters dans son nouveau discours économique. Pour le formuler autrement, le FN a comme ennemi à la fois les faiseurs de crise, et ceux qui la subissent le plus durement. Cette contradiction existe dans toutes les extrêmes droites, qui à un moment donné est amené à faire un choix entre les deux. L’histoire a montré que quand elle arrive au pouvoir, l’extrême droite fait systématiquement le choix des plus forts au détriment des plus faibles, et c’est d’ailleurs bien pour cela qu’il s’agit d’une droite.
 
Et le second élément justifiant ce score finalement pas si exceptionnel du FN, c’est le retour de la vraie Gauche, celle qui n’a pas fait de virage idéologique vers la droite. Celle-là n’a pas d’ambiguïté sur son adversaire, l’ordo libéralisme à la sauce Européenne et le petit 1% le plus riche de la société. Et malgré une presse bien décidé à les passer sous silence, cette Gauche de combat a su imposer un certain nombre d’idées, notamment grâces à ses mobilisations publiques exceptionnelles. Elle a aussi amorcé une réconciliation de la Gauche dans son ensemble avec l’électorat populaire. Ainsi cela a peut-être aidé M. Hollande à déclarer que « Mon seul ennemi, c’est la Finance », et évoquer une tranche d’imposition sur le revenu à 75%
 
Le paradoxe est que même si cette gauche a déçu par rapport aux espoirs qu'elle a suscité, elle s’est installée dans le paysage politique Français, avec de la crédibilité sur des thèmes qu’elle a toujours porté, et un adversaire à combattre unique et cohérent avec son modèle.
 
Mais le fait réellement marquant de ce premier tour, c’est l’inversion du spectre politique à droite. Il est évident depuis Lundi que l’UMP de Nicolas Sarkozy, représente maintenant la droite la plus extrême en France, reprenant tous les thèmes que le FN avait essayé de passer au second plan, derrière les questions économiques qui étaient-elles validées par la crise.
 
Il nous faut faire maintenant un choix, le choix de l'ennemi. Cette élection du 6 mai sera la désignation de cet adversaire que les Français auront à combattre.
 
Pour le Parti socialiste, – au moins dans le discours – c’est la finance, les puissances de l’argent à qui il faut s’en prendre. Certes, le Front de Gauche aurait été plus crédible dans cette tâche, mais les Français en ont décidé autrement.
 
Pour l’UMP, enfin plutôt pour un Nicolas Sarkozy en pleine fuite en avant extrémiste, l’ennemi c’est les assistés, les profiteurs d’aide sociale, les chômeurs « fainéants », les étrangers, et pris dans un sens très large la part la plus pauvre, la plus faible, la plus touchée par la crise de la population Française.
 
C'est pourquoi lors de cette élection le 6 mai, nous choisiront de nous en prendre aux plus faibles en votant UMP, ou aux plus forts en votant PS.
 
Quelles que soient les réserves que l’on puisse émettre sur la sincérité et la crédibilité du PS, et sur l’issue de cette élection, nous ne pourrons faire l’économie de combattre la finance et le libéralisme, qui aujourd’hui sont effectivement les plus fort, mais avec déjà un genou à terre.
 
C’est le bon moment, Le 6 mai, ne nous trompons pas de vote. 


24 réactions


  • wesson wesson 30 avril 2012 10:30

    a la modération, 

    j’ai fait une autre version de cet article mieux écrite à mon sens que j’aurai souhaité publier à la place de celui-ci. 

    J’en profite pour dire qu’il est dommage que l’on ne puisse pas retirer ou amender un article qui n’a pas été encore publié, justement pour pouvoir en corriger les maladresses.

    • pissefroid pissefroid 30 avril 2012 10:33

      Ne vous en faites pas, le message est parfaitement clair.


    • Tall 30 avril 2012 11:34

      Je renchéris sur la demande de wesson, vu que je viens de proposer 3 versions du même article, dont seul la dernière version compte bien sûr. J’aurais aussi bien voulu supprimer les 2 premières versions moi-même.


  • HerveM HerveM 30 avril 2012 11:21

    Urner Molasson après Melenchon, qu’elle idée sordise !
    Vous le feriez en douce, uniquement pour évincer l’excité, passe encore. Mais l’annoncer ici avec tambours et trompettes, ça en dit long sur vos convictions....

    Ayant moi même voté pour un parti frontal, je peux vous assurer qu’il n’y a pas l’ombre d’un doute dans mon esprit : faire gonfler le score de l’abstention est la seule forme de résistance démocratique possible en ce 6 mai face à la farce UMPS.


    • LeGus LeGus 30 avril 2012 11:28

      [MODE IRONIQUE : ON]
      Bravo, voila un discours qui fait plaisir à entendre.
      Petits gars de la Marine, dimanche allez donc à la pêche.
      Merci d’avance.
      [MODE IRONIQUE : OFF]


    • Scual 30 avril 2012 13:20

      Pff de toute façon vous l’avouez vous même à demi mot : vous irez voter Sarko en douce... de toute façon j’attends toujours le score de Sarkozy... il ne dépassera pas 40% du tout puisque les FN ne voteront pas pour lui, c’est ça ?

      Et oui ils nous reprochent depuis un an de voter pour Hollande si c’est lui qui est au deuxième tour, on va voir si ils avaient vraiment des leçons à donner, ces messieurs « il faut faire ça en douce, sinon ça en dit long sur les convictions »... ben ouais quand on fait les trucs en douce effectivement ça en dit long sur les convictions !


    • HerveM HerveM 30 avril 2012 14:50

      @ LeGus

      Les frontistes nationalistes iront tous à la pêche, les autres retourneront là ou ils étaient en 2007, c’est à dire dans l’escarcelle du moins « à gauche » des deux candidats du mondialisme.

      @Scual

      Je n’urne jamais en douce. Et la dernière fois ou j’ai urné un mondialiste, c’était en 95 en la personne de Mr Jacques Chirac. Mais quand on a 20 ans, on vous fait facilement prendre des vessies pour des lanternes, n’est ce pas ?


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 30 avril 2012 11:44

    Bonjour Wesson,

     " Pour l’UMP, enfin plutôt pour un Nicolas Sarkozy... ...l’ennemi c’est les assistés, les profiteurs d’aide sociale, les chômeurs « fainéants », les étrangers, " et lui : http://www.leparisien.fr/societe/video-fahim-11-ans-sans-papiers-et-champion-d-echecs-29-04-2012-1976927.php merci Michel.
    Notre ennemi, les tentacules de la CIA sur le pouvoir en place, main dans le panier de la FINANCE FORTE et sa planche à billet étendue à la BCE, assassins de Kennedy, de Boulin et Bérégovoy (?), et pourfendeurs de DSK, l’heure et donc grave. Pas de multitudes de casseroles derrière Hollande, pensons y pendant qu’il et encore temps.

    Bon choix monsieur, bon choix madame !


  • Valeska 30 avril 2012 11:45

    Bonjour Wesson. Je ne pense pas le moins du monde que le PS va s’attaquer à la finance (il ne faut pas rêver), tout ce que je demande au capitaine des éléphants roses c’est de s’asseoir sur le trône pendant 5 ans et d’en faire le minimum, ce qui sera très bien.

    Alors que le fou furieux va tout faire pour détruire nos acquis sociaux, poursuivre l’exploitation de salariés et la privatisation. Comme on peut le voir, il commence déjà à s’attaquer aux syndicats, si il n’y a plus de syndicats, il n’y a plus de manifs et à partir de là, il pourra appliquer toutes les mesures qui lui passeront par la tête.


    • wesson wesson 30 avril 2012 17:46

      Bonjour Valeska, 


      Je suis d’accord avec toi, mais là le danger, c’est l’UMP. Et tu l’as bien vu, si il passe, il va terminer son programme. En 5 ans on aurait effectivement plus de syndicats, mais plus de droit du travail non plus, une santé totalement privatisée et des retraites par répartition réduites à leur portions congrues, et un paquet de loi sur les immigrés. Et je parle même pas du fait que nous serions probablement en guerre contre l’Iran...

      Au moins, on peut considérer comme positif que nous n’ayons pas eu DSK, encore moins susceptible de se gauchiser que Hollande.

    • Valeska 30 avril 2012 19:51

      C’est certain qu’avec l’abominable homme de l’UMP, le slogan « la France Morte » prendrait toute sa signification.

      Concernant l’Iran, avec Poutine de retour au pouvoir, les amerloques n’oseront pas bouger.


    • Scual 30 avril 2012 13:32

      Oui et Marine LePen au bal des nostalgiques du troisième Reich, ça aussi c’est anachronique, ça n’a aucun sens n’est-ce pas ?

      Désolé mais certaines choses sont effectivement anachroniques, mais d’autres non. Les idées de Ronald Reagan sont toujours d’actualité et n’ont absolument aucun rapport avec la guerre froide contrairement à ce que vous prétendez. Aucun rapport.

      Ronald Reagan est une des figures de proue d’un néolibéralisme aujourd’hui toujours à l’œuvre. L’ampleur de l’échec de cette idéologie en dit long sur la vista du père LePen... qui ne s’est pas contenté d’un petit passage mais a soutenu toutes ces idées jusqu’à son retrait de la tête du FN il y a peu.

      Alors oui ça a bien un gros rapport puisqu’on parle d’idées et pas de géopolitique. Les idées ne sont pas une question de mode ou d’époque mais d’intelligence.


    • Scual 30 avril 2012 13:34

      Vous savez pas lire ou quoi ?

      Il dit le contraire...


    • Scual 30 avril 2012 20:54

      le contraire de ça :

      « les immigrés, les étrangers, les musulmans comme étant une source importante de problèmes »


  • Fergus Fergus 30 avril 2012 13:06

    Bonjour, Wesson.

    Assez d’accord avec le commentaire de Valeska ci dessus.

    Cela dit, je ne crois pas très productif que tu écrives « une UMP maintenant à l’extrême-droite » car ce n’est évidemment vrai sur le fond que pour une partie de ses effectifs, même si l’on peut condamner le silence des modérés de ce parti face aux dérives puantes de Sarkozy. Mais c’est humain : chacun tente de sauver sa peau, et cela explique pourquoi les élus UMP préfèrent se boucher le nez.

    Sarkozy battu, si cela se confirme, et l’UMP balayée aux législatives, nous devrions voir une importante recomposition à droite, probablement accélérée par les accords locaux que pourraient passer les membres de la Droite populaire avec le FN. Une recomposition qui pourrait voir émerger une nouvelle force de droite modérée, en rupture avec les ultras. Nous verrons bien...

     


    • wesson wesson 30 avril 2012 17:37

      Bonjour Fergus, 



      Je n’enlève rien à mon propos, tout en étant en accord avec le tient. 

      Les dictatures pour s’installer ont surtout besoin du silence des démocrates. Il y a bien sûr des gens modérés à l’UMP, mais personne ne moufte. 

      Et alors que tout l’état Sarkozy semble sombrer sous des affaires de corruption sans précédent, il n’y a non plus personne pour demander que la justice soit saisie, en toute indépendance. C’est intolérable de la part d’un parti qui se dit démocratique.

      La droite modéré ou non cautionne une dérive à la viktor Orban, et peut-être une crapule ! Effectivement si Sarkozy perds (ce que je n’estime pas encore acquis), il y aura à l’UMP une formidable gueule de bois. Mais si il gagne c’est adieu berthe : qui sait ce qu’il serait capable de faire pour se maintenir et échapper à la justice. 

      On attendait l’extrème droite par le FN, elle arrive par l’UMP. C’est ce que mon article veut dire !


    • Fergus Fergus 30 avril 2012 19:59

      @ Wesson.

      Je ne peux malheureusement qu’approuver ce commentaire : l’UMP est actuellement caractérisée par le bal des lâches !

      Bonne soirée .


    • mrdawson 30 avril 2012 14:06

      Cool Mel vous racontez avec beaucoup d’aplomb beaucoup de bêtises. Ce qui peu arriver à tout le monde, mais réveillez vous : jamais le FN ne présidera la France et jamais ils n’auront la majorité à l’assemblée.
      Il y a de nombreux autres courant politiques en France à part l’UMP et le PS (que je n’ose plus appeler droite et gauche) et il y a peu de chances que « les futurs cocus du flambysme » se rabattent sur le FN - tout comme les cocus du gaullisme ne sont toujours pas chaud pour voter Marine.
      Le FN est une cause perdue : c’est déprimant de voir que les 18% de l’électorat existent encore mais, à moins qu’un jour l’école ne soit plus obligatoire, ils ne feront jamais plus.


  • Iren-Nao 30 avril 2012 14:19

    Ce qui est prioritaire c’est de virer Sarko.

    Hollande aura bien le temps de décevoir, mais il ne peut faire pire que l’autre.

    Une voix pour Hollande c’est aussi une voix de moins pour Sarko. C’est donc 2 points

    Faudrait voir a se mouiller un peu les gars les filles

    Vous pouvez aussi bouder, tout le monde s’en cague.

    A arrivée c’est l’un ou l’autre.

    Si on reprend un tour de nabot, venez pas chialer.

    Iren-Nao
    Reactionnaire Souverainiste de Droite


  • clercobscur 30 avril 2012 15:14

    « C’est pourquoi lors de cette élection le 6 mai, nous choisiront de nous en prendre aux plus faibles en votant UMP, ou aux plus forts en votant PS. »

    Que vous ne puissez pas encadrer Sarko, fort bien, c’est également mon cas. Mais cela ne justifie en rien les inepties que vous proférez !

    Un zeste de discernement suffit à comprendre que ce vote de second tour n’a guère d’intérêt. Hollande ne combattra pas la finance... Tout comme Sarko, il est soumis à Bruxelles, aux agences de notation, au FMI, à l’OMC, aux marchés financiers. Et tout comme Sarko, il obéira.
    Quant à son impôt à 75%, laissez-moi rire ! Ses sbires préparent déjà les nombreuses ficelles qui permettront de contourner cette hausse, et au bout du compte personne ne paiera.


    • wesson wesson 30 avril 2012 18:06

      bonjour clerobscur,


      «  Hollande ne combattra pas la finance... Tout comme Sarko [...] »

      J’en suis conscient. Mais même si il n’est pas d’une très grande sincérité, le discours est sans ambiguïté. Si ça tourne mal, je fait un peu le pari que Hollande se rappellera qu’il est à Gauche, même si il faut un petit peu l’aider pour ça dans la rue.

      Le paradoxe étant que si la finance pouvait effectivement imposer ce qu’elle voulait jusqu’en 2008, maintenant elle ne le peut plus comme avant. A l’exception du 1% le plus riche, toutes les catégories sociales souffrent de la crise. Et même si elles n’en souffrent pas directement, ça touche les enfants qui, c’est une première dans tout le monde occidental, seront moins riches et moins éduqués que leur parents. ça a fortement discrédité le modèle. De plus, a l’évidence son application aux « PIGS » ne marche pas. 

      Avec Sarkozy, vous êtes garanti que on boira toute la potion, avec double dose et à coup de matraque si il le faut. Avec Hollande, je fait le pari que on pourrait au moins éviter le pire.

      En fait c’est juste ça mon article : éviter le pire !

  • non667 30 avril 2012 16:57

    Pouquoi se salir les main avec un bulletin umps ? smiley smiley smiley smiley

     Ce sont bien les législatives qui déterminent le 1° ministre et la politique de la France ?

    Et la majorité sera ps

    Et elle fera une politique gréco/espagnole

    Et elle échouera économiquement ,dette ,chômage …etc…

    Et elle sera balayée en 2017 !

    Et méluch qui l’a cautionné en 2012 n’aura plus qu’a continuer à fermer sa gueule ! smiley smiley smiley

     Et SI l’ump explose  et est désintégrée par les votes de 2012 alors le rassemblement bleu marine  arrivera au pouvoir en 2017 !  smiley smiley smiley smiley

     

    viel ouvrier 68tard je vote fn depuis 1983 date à laquelle le ps a fait un virage mondialo-capitaliste qui perdure depuis ! (baptisé en langue de bois " politique de rigueur ! "

    - dans un combat il vaut mieux avoir l’ennemi en face plutôt qu’un traitre dans son dos !


    pour le 2° tour j’ai gardé un bulletin marine pour voir la tête des umps au dépouillement ! 

     
    alors fn ,fdg ne votez pas blanc ,faites comme moi , revotez comme au 1°tour !et allez les comptabiliser !  smiley smiley smiley


  • kssard kssard 30 avril 2012 21:39
    Bonsoir Wesson, 

    Le discours de Hollande sur la relance fait bouger, Merkel, la BCE, Baroso et tout porte à croire que l’Espagne, l’Italie espèrent maintenant la France va enfin permettre de sortir de la politique de Merkozy qui nous mêne droit dans le mur. 

    C’est la grande habilité de Hollande. Dire qu’il va renogicier le traité sans en donner les modalités, alors même que l’Europe est totalement dans l’impasse avec cette politique qui sert exclusivement les banques et la finance et affame le peuple.


    C’est quand même formidable que sur Agoravox , il devient presque impossible de dire : « Oui je vais voter pour Hollande » car c’est mon candidat, sans risquer de se faire lincher !!!

    Pour ma part, demain j’aurai grand plaisir à défiler pour le 1er mai avec le peuple de gauche, des travailleurs et de ceux qui recherchent un emploi, en opposition avec la fête du « vrai travail » prôné par le nain (pire que Pétain)....



    • wesson wesson 30 avril 2012 23:18

      Bonjour kssard,


      «  il devient presque impossible de dire : »Oui je vais voter pour Hollande« car c’est mon candidat, sans risquer de se faire lincher !!! »


      ahahah, je ne sais pas par qui le risque est le plus grand. Par ceux du FN, de l’UMP ou ... du FDG, duquel je me réclame sympathisant

      Sur l’UMP ou le FN, je ne peut rien dire, je ne suis pas copain.... 
      Pour ce qui est du FDG, c’est vrai que Hollande n’est pas notre choix, mais c’est un homme intelligent, avec ce qu’il faut de faux débonnaire pour endormir son adversaire.Qui sait, il fera peut-être un excellent président, et vu que nous n’avons aucune espèce d’espoir en ce qui le concerne, il ne pourra que nous surprendre !

      En attendant, je ne pourrai hélas pas défiler au 1er mai, toutefois je serai de tout coeur avec ceux qui y sont.

Réagir