samedi 10 octobre - par Patrice Bravo

Congrès : le retrait du contingent américain d’Allemagne coûterait trop cher

Le comité des forces armées de la chambre des représentants du congrès américain (HASC) s'est réuni pour évoquer le fameux plan du Pentagone concernant le retrait de 12.000 soldats américains d'Allemagne. Aussi bien les congressistes démocrates qui dirigent le comité que les congressistes républicains qui y participent doutent de la possibilité de retirer les troupes dans les conditions actuelles. Un sondage auprès des responsables civils et militaires du comité a révélé qu'il n'existait toujours pas de liste des dépenses pour cette activité. 

"Je ne pense pas que ce plan a été particulièrement bien pensé, et plusieurs aspects de sa mise en œuvre me préoccupent", a déclaré le démocrate Adam Smith, président du conseil. 

"Il faut un plan stratégique général coordonné avec les alliés. Au lieu de cela, nous avons un tas de rationalisations après une décision prise", a déclaré le membre de la chambre des représentants Mac Thornberry. 

"Nous sommes encore en train d'élaborer et de finaliser ce plan", a déclaré aux congressistes pendant la réunion du HASC le sous-secrétaire à la Défense James Anderson. 

Publicité

Les congressistes sont très préoccupés par les dépenses éventuelles pour le renvoi des soldats depuis la base aux Etats-Unis, puis pour leur nouvelle projection en rotation en Europe. Anderson a cité les propos du chef du Pentagone Mark Esper, qui a déclaré que les dépenses s'élèveraient à des milliards. 

James Anderson a également parlé des dépenses pour le renforcement des positions de l'Otan en mer Noire avec la projection de troupes américaines en Roumanie et en Bulgarie, afin de "montrer l'attachement des Etats-Unis au flanc Sud-Est de l'Alliance". 

Pendant l'audience, le républicain Bradley Byrne (Alabama) a déclaré que toutes ces démarches "semblent comme si nous réduisions la présence de nos troupes en Europe" sans avantages flagrants dans la contention du Kremlin. 

Le président du sous-comité du HASC pour la force navale et la projection militaire le démocrate Joe Courtney (Connecticut) doute que le commandement américain en Europe gagnera de cette réorganisation. Il indique notamment que cela pourrait négativement affecter le déploiement de l'infanterie de marine en Norvège. 

D'après les législateurs, sans une analyse des dépenses, des délais et sans arguments au profit du retrait du contingent d'Allemagne ce plan a été très mal noté par le comité qui a le droit de l'approuver ou de le rejeter. Car c'est du congrès que dépend la détermination du financement des activités en matière de défense. 

La décision politique de retirer une partie des forces américaines d'Allemagne a été annoncée par le président américain Donald Trump début juin 2020. Fin juillet, le secrétaire à la Défense Mark Esper a fait part des détails. Selon le plan, 11.900 militaires américains seront retirés d'Allemagne, sachant que 2.500 d'entre eux seront envoyés dans des bases américaines dans les pays tels que la Belgique et l'Italie, et 6.400 rentreront aux Etats-Unis. Mark Esper a parlé du retour prévu du 2e régiment de cavalerie de Vilseck (Bavière) aux Etats-Unis. Cependant, cela ne réduira pas la présence quantitative de l'armée de terre américaine en Europe. Au lieu du 2e régiment de cavalerie, le Pentagone compte déployer une brigade en rotation dans les pays à l'Est de l'Allemagne plus près de la Russie. Cela signifierait un renforcement du contingent de l'armée de terre américaine pour un éventuel déploiement en cas de crise militaire. 

Publicité

Il s'avère à présent que le retrait de troupes américaines d'Allemagne se déroule dans le but de réaliser en Europe la stratégie de "l'usage de la force dynamique" pour faire face à la Russie. Approximativement la même chose la marine américaine et l'armée américaine en général s'apprête à faire par rapport à la Chine dans la région Indopacifique. 

Les audiences du comité sur le retrait des forces d'Allemagne se sont déroulées en parallèle avec l'examen à la chambre des représentants et au sénat du projet de loi sur la défense nationale pour 2021. La version de la chambre des représentants inclut l'interdiction pour l'administration présidentielle de réduire les effectifs des troupes en-dessous du niveau actuel, tant que les dirigeants du Pentagone ne fourniront pas un plan au congrès et ne confirmeront pas que cette réduction ne portera pas atteinte aux intérêts des Etats-Unis ou de leurs alliés.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n'engagent que la responsabilité des auteurs

 

Source : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=2052



1 réactions


  • vraidrapo 10 octobre 16:01
    Congrès : Le retrait du contingent américain d’Allemagne coûterait trop cher

    A ce propos, Aliyev cherche des mercenaires et il a quelques F16 dont il ne sait pas se servir...


Réagir