lundi 27 mai - par rosemar

Connectés à des machines, nous sommes de plus en plus déconnectés de la nature...

JPEG

Nous possédons tous ordinateur, smartphone, et pour certains, d'autres objets connectés... nous passons de plus en plus de temps devant des écrans... tant de temps que nous en oublions l'essentiel : toutes les beautés et toutes les merveilles de la nature...

 

Une nature que nous malmenons à tort et à travers : pollution des sols, de l'air, pollution des fleuves, des océans, des mers, extinction de certaines espèces...

Une nature si belle pourtant, mais enfermés dans nos blocs de béton devant des écrans, nous ne la voyons même plus et nous la négligeons.

 

Connectés à des machines, de plus en plus nous sommes déconnectés de la nature...

Nous sommes de moins en moins sensibles aux chants des oiseaux, au déroulement des saisons, aux splendeurs de ce monde...

Il nous faut retrouver "une alliance avec la forêt, l'océan, les champignons qu'on va aller cueillir, et la rivière où l'on se baigne. Avec les chamois qu'on surprend en passant la crête et l'empire inouï de ce qui pousse quand on en prend soin... retrouver ce bonheur exigeant d'accorder nos attentions croisées à tout ce qui vit... en être émerveillés, et bousculés, et nourris... retrouver une vitalité transversale que tout être sait déployer à sa manière. Manger le soleil comme un arbre, croire aux fauves, plonger en pleine mer et habiter en oiseau.", comme l'écrit si bien Alain Damasio dans son ouvrage Vallée du Silicium.

 

Et il rajoute : "Je critique la technologie parce qu'elle nous dévitalise en nous donnant l'illusion de faire plus de choses... qu'on fait pourtant moins bien. Je la critique parce que j'ai la conviction que ce qui a forgé la noblesse de notre humanité a tenu à cette confrontation constante (que nous n'avions jamais esquivée jusqu'à peu) avec l'altérité : l'altérité du minéral et des formes de vie, si multiples, celle de l'étranger qu'on apprivoise, et du phénomène inconnu qu'on va finir par décrypter, l'altérité radicale de la mort, du dehors et de l'incompréhensible."

 

Nous cédons ainsi trop souvent à la tyrannie du divertissement que nous offrent les écrans... Les conséquences sont terribles : addiction, abêtissement, inculture, isolement, obésité...

 

"Notre modernité technique est à l'inverse de l'altérité, c'est l'empire de l'identique. Home est son biotope. Elle a fermé la porte et allumé les lumières. Elle a mis sous nos fesses des sofas. Tout est contenu et appli, tout sonne réplique et copie, du pareil au mime, et puis du mime au même, et puis du même au mème...", écrit encore Alain Damasio.

 

Ouvrons nos portes et nos fenêtres ! Retrouvons le bonheur de toutes les splendeurs du monde !

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2024/05/connectes-a-des-machines-nous-sommes-de-plus-en-plus-deconnectes-de-la-nature.html

 



55 réactions


  • ZenZoe ZenZoe 27 mai 17:26

    Nous... nous... nous... C’est qui ce nous ? Pas moi en tout cas, je ne suis pas accro aux écrans et je vis en symbiose avec la nature, alors vos généralités...


    • Sirius Sirius 27 mai 17:51

      @ZenZoe

      ce « nous »-là, ça me rappelle un peu quand je lis : « la France » a fait ceci, « la France » va faire cela : je ne suis pas accro aux médias, et pas du tout en symbios avec « nos » zélites qui ne me représentent pas


    • ZenZoe ZenZoe 27 mai 18:37

      @Sirius
      Du moment que vous ouvrez vos portes et vos fenêtres aux splendeurs du monde !
       smiley


    • rosemar rosemar 27 mai 21:28

      @ZenZoe

      En symbiose avec la nature ? Vraiment ? Par exemple ?


    • Aristide Aristide 28 mai 10:47

      @rosemar

      Très modestement, vous devriez peut-être user de prudence dans le choix vos oppositions. Il ne me semble pas que le fait d’être « connecté » empêche quoique ce soit sur notre sensibilité à la nature.

      Comme vous, j’habite le sud de la France, à l’extrême sud-est. En ce moment, le printemps pluvieux et le retour du beau temps a une conséquence assez évidente à qui prend la peine de regarder la nature. 

      Pour moi, depuis avril, c’est le début des travaux dans mon jardin, la tonte des pelouses, le ramassage du bois mort, la reprise des travaux d’entretien des plantes, le tuteurage des rosiers et le travail le plus près du sol et de la nature : la chasse aux « mauvaises herbes ». Le bouturage à la « sauvage » des géraniums, pas de problème, un coup de ciseau et il suffit d’enterrer le bout coupé pour qu’il reparte…

      Ceux qui veulent faire pousser quelques tomates, poivrons et aubergines sont au travail, celui qui vous casse les reins de bon matin, à la fraiche... Il faut planter sans attendre les plants achetés ou faits maison ... Il faut nettoyer les fraisiers et les framboisiers, Planter quelques plants de salades…

      Pas de symbiose, juste une petite place à côté en essayant de faire au mieux et d’en tirer avantage visuel ou alimentaire… C’est simple et surtout fait du bien à la tête. Même si par ailleurs, j’ai la chance d’être « connecté » ...


    • rosemar rosemar 28 mai 12:26

      @Aristide

      Vous avez la chance d’avoir un jardin... mais ce n’est pas le cas de tout le monde...


    • Fergus Fergus 28 mai 17:58

      Bonjour, ZenZoe

      Merci d’avoir exprimé ce que je m’apprêtais à écrire.

      Ras-le-bol de ces généralités qui me rappellent une autre forme d’abus de langage, du genre « Nous sommes tous derrière l’équipe de France », et autres fadaises.


    • ZenZoe ZenZoe 28 mai 18:48

      @Fergus
      Oui.


    • rosemar rosemar 28 mai 19:43

      @Fergus
      Le temps consacré aux écrans augmente beaucoup chez les plus jeunes. Le temps de navigation sur internet des jeunes a quasiment triplé en dix ans.
      Entre 2011 et 2022, la durée consacrée à internet a quasiment triplé pour les 1-6 ans : elle est passée de 2h 10 à 6h 08 !


    • rosemar rosemar 28 mai 19:54

      @Fergus

      C’est tout de même inquiétant, d’autant que les adultes ne sont pas en reste : pour les Français, 95 minutes en moyenne par jour sur le smartphone, 151 minutes devant la télé, 56 minutes de jeux vidéos, 102 minutes sur les réseaux sociaux !


    • Fergus Fergus 28 mai 22:46

      Bonsoir, rosemar

      Je ne nie pas que « Le temps consacré aux écrans augmente beaucoup chez les plus jeunes », et même dans les autres générations. Et comme vous, je pense que « C’est tout de même inquiétant ».

      Mais cela ne veut pas dire que le fait d’être « de plus en plus connectés aux machines » soit seul responsable du fait que nous soyons « de plus en plus déconnectés de la nature ».

      Car en réalité, c’est l’évolution des modes de vie  dès avant l’émergence invasive du numérique  qui a détaché une part croissante de nos compatriotes de la nature, notamment en concentrant dans les zones urbaines des populations de plus en plus coupées de leurs racines rurales.

      Et l’on peut être des geeks accomplis à certains moments tout en restant très proches de cette nature à d’autres moments.


  • WIMG 27 mai 17:35

    Et ceux qui ne regardent que leur écran pour découvrir la météo du jour.

    Le coup d’oeil par la fenêtre des anciens, avant de sortir, assurait gratuitement le même service.


  • Sirius Sirius 27 mai 17:46

    quand j’entends le mot « nature », je sors... quoi, au fait ?


  • SilentArrow 27 mai 17:53

    @rosemar

    Je parie que vous n’avez jamais foulé le sol moussu d’une forêt à pieds nus. Ni grimpé en haut d’un arbre.


    • rosemar rosemar 27 mai 21:26

      @SilentArrow

      Et vous, vous savez reconnaître les différentes espèces d’oiseaux, leurs chants ?


    • SilentArrow 28 mai 01:13

      @rosemar
       

      Et vous, vous savez reconnaître les différentes espèces d’oiseaux, leurs chants ?

      Oui, et les plantes médicinales ou comestibles aussi. Je vis en montagne, entouré de forêts.

      En cette saison, je me réveille chaque matin au chant du garrulaxe hoamy (hwamei chinois) que vous pouvez écouter ici. Ces oiseaux ont un répertoire très riche et individualisé, qu’ils enrichissent parfois en imitant le chant d’autres oiseaux.


    • John John 28 mai 08:32

      SilentArrow salut !

      « Ces oiseaux ont un répertoire très riche et individualisé, qu’ils enrichissent parfois en imitant le chant d’autres oiseaux. »

      Ici nous avons la pie et l’étourneau qui sont capables de reproduire le chant des autres ... Mais sont aussi capables de reproduire la parole humaine ... Quand j’étais môme nous avions une pie qui disait . « salut ça va » ... Des fois elle disait « salut » des fois elle disait « ça va » ... des fois elle disait les deux et elle répétait souvent en boucle ...

      Mais le plus bluffant reste pour moi le geai ... Combien de fois dans les bois je me suis fais surprendre en croyant entendre le vrai alors que c’était lui qui l’imiter ... Le geai il imite tout particulièrement et souvent la buse ...

      Autre infos ... Quand les oiseaux se déplacent toutes espèces confondues en gueulant d’arbre en arbre c’est qu’il y a un prédateur pas loin ... Ça peut être un chat comme un renard au sol, comme une buse ou un faucon perché pas loin ... Ils « s’unissent » face à l’ennemi sûrement pour le faire fuir ... Lui dire qu’il s’est fait repérer ...

      Là, comme qui dirait, la mission du prédateur est plus que morte ... Morte comme celle d’un dragon du 13 qui se ferait choper sans avoir eu le temps de se métamorphosé en taupe ...

      Sinon, bel oiseau le garrulaxe ... Le sourcils peints ... 


    • Seth 28 mai 11:32

      @John

      Chez mon père il y avait un geai qui disait 2 ou 3 mots par contre je ne sais pas pourquoi, mon père détestait les pies... Ma mère toute petite avait eu un corbeau.

      Cette année chez moi il n’y a pas tellement d’oiseaux. Pas de tourterelles qui pourtant se reproduisaient dans un grand cyprès qui est une hlm à oiseaux, yen a à tous les étages. Merles dans le laurier-sauce et ramiers dans le cyprès plus petit mais leur « roucoulement » n’est pas très agréable, plus pinsons et mésanges, mais moins que l’an dernier.

      Pas de bergeronnettes. Quand au piafs, complètement disparus du paysage.


    • Seth 28 mai 11:34

      @Seth

      Sinon dans la forêt il y a beaucoup de piverts et j’ai vu aussi des rapaces non identifiés.


    • SilentArrow 28 mai 12:04

      @John

      Ici, nous avons des corbeaux de Sibérie et des geais. Je n’ai jamais vu de pies. Il y a des espèces d’étourneaux capables de mémoriser des phrases.

      Le garrulaxe se nourit comme les poules : il descend au sol et gratte, ce qui le rend vulnérable aux chats.


    • rosemar rosemar 28 mai 20:58

      @SilentArrow

      Bravo ! Mais la plupart des Français vivent dans des villes et ils sont bien loin de la nature...


  • Sirius Sirius 27 mai 18:04

    "La Nature t’attend dans un silence austère ;

    L’herbe élève à tes pieds son nuage des soirs,

    Et le soupir d’adieu du soleil à la terre

    Balance les beaux lys comme des encensoirs.

    La forêt a voilé ses colonnes profondes,

    La montagne se cache, et sur les pâles ondes

    Le saule a suspendu ses chastes reposoirs."

    /...

    "La distance et le temps sont vaincus. La science

    Trace autour de la terre un chemin triste et droit.

    Le Monde est rétréci par notre expérience

    Et l’équateur n’est plus qu’un anneau trop étroit.

    Plus de hasard. Chacun glissera sur sa ligne,

    Immobile au seul rang que le départ assigne,

    Plongé dans un calcul silencieux et froid."


    Vigny – La Maison du Berger


    • ETTORE ETTORE 27 mai 19:54

      @eau-mission
      « frapper les cieux d’alignement  »
      ........
      Cela tombe bien !
      Rosemar nous dit de regarder autour de nous ! Soit .
      Puis je vous suggérer de regarder au dessus de nous ?
      Nous avons en effet un bel alignement de ( six) planètes
      Mercure, Mars, Jupiter, Saturne, Neptune, Uranus.... jusqu’à samedi.
      A compter du 28/2/2025, sept alignements merveilleux....
      Saturne, Mercure, Neptune, Venus, Uranus, Jupiter et Mars
      De quoi avoir un bon torticolis !


    • Xenozoid Xenozoid 27 mai 20:02

      @ETTORE

      A compter du 28/2/2025, sept alignements merveilleux....
      Saturne, Mercure, Neptune, Venus, Uranus, Jupiter et Mars
      De quoi avoir un bon torticolis !

      • ça dépend du point de vue
      •  si bien pensé = pas troticolis
      • c’est de l’humour aussi

    • rosemar rosemar 27 mai 21:45

      @eau-mission

      Merci pour la chanson !


    • Gasty Gasty 28 mai 08:29

      @ETTORE

      Pour bien les situer dans le ciel voici un très bon logiciel : https://stellarium.org/fr/


  • ETTORE ETTORE 27 mai 19:19

    Pourtant pour vous lire, rosemar, j’y suis bien devant cet écran à décérébrer . ?...

    Et cette réponse peut être faite à l’infini, puisque, désormais, chacun réclame le droit, à l’existence de lecture, de ses écrits .

    Il est loiiiiiiin, le temps de la missive, à la plume d’oie, marquée au sceau de cire, et colportée à dos de cheval, et dont la temporalité du message, devait être du même ressort des évènements, soumis au même dictat, celui du temps long :

    Réception, lecture, réponse, acquisition !Lu en privé, ou par crieur public

    C’était bien, pour les messages d’amour, mais pour les affres de la guerre ?

    Nous sommes devenu « le timbre poste » de ces missives électroniques.

    Le seul autocollant à léchouiller l’écran, qui ne bouge pas d’un pouce, mais qui voyage, voyage sur sa fibre sensible.....Et se pose si peu de questions, sur ce qu’il survole avec autant d’indifférence.


  • Gasty Gasty 28 mai 08:04

    « les chamois qu’on surprend en passant la crête  »

    N’empêche que depuis l’avènement du smartphone, ils sont tranquille chez eux ! Ça m’étonnerait qu’ils s’en plaignent.

    Les champignons aussi.


    • rosemar rosemar 28 mai 22:12

      @Gasty

      Pour le moment, les chamois ne sont pas menacés par le changement climatique, mais de nombreuses autres espèces sont en danger...


    • chantecler chantecler 29 mai 07:16

      @rosemar
      Peut être !
      Les chamois je ne sais pas : leur lieu de vie c’est la montagne .
      Mais les marmottes , hein rosemar , tu y penses aux marmottes ?
      Elles se pensent bien tranquille dans leurs terriers et pendant ce temps le réchauffement climatique les met en danger , noyées par le CO2 !


  • zygzornifle zygzornifle 28 mai 08:24

    Comme le disait Einstein cela fera des générations de crétins ....


  • zygzornifle zygzornifle 28 mai 08:27

    Ils regardent une vidéo sur Youbulberachidien « comment réchauffer un plat au micro ondes » ...


  • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 28 mai 19:05

    « La pente naturelle de la machine consiste à rendre impossible toute vie humaine authentique » Orwell


    • rosemar rosemar 28 mai 21:01

      @Francis, agnotologue

      Merci pour cette citation d’Orwell, qui se vérifie de plus en plus...


    • Fergus Fergus 28 mai 22:52

      Bonsoir, Francis, agnotologue

      Ce n’est pas faux. Mais ce processus ne date pas d’hier : il est né avec l’évolution des chasseurs-cueilleurs !


  • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 29 mai 07:56

    « Une nature si belle pourtant »

    Tout est dit dans cette phrase, une utopie tatalement débile erigée en idéologie.


    Dans le monde réel (autre que l’imagionaire bobo) la nature est monstrueuse, terriblre.


    Pendant des miliers d’années nous avons connus le raport a la nature le monde féodal, ça a donné des famines, des cruautées et une vie misérabiliste.


    La concurence marchande des comptoirs de Venise et Gène ont créé le capitalisme. La motivation a didtribuer pour la satidfaction des autres les biens et créations humaines..

    Ils ont créé la prospérité qui fait que le bobo n’a pas alller chercher son poulet en foret pleine de loups et ne pas mourrir de froid dans les émanation d’un feu de bois par le chauffage central pour passer sa soirée devant la TV.

    Ils ont créé un monde ou l’objectif de chacun est la satisfaction de se passer de la nature, ce monstre idéalisé de nos jours et donner la facilité de vivre par la modernisation..


    Demandez aux migrants d’Afrique ce qu’ils pensent de la « nature » du pallu apporté par les moustique, de l’eau imbuvable et de la vie a la production faible qui entraine la famine faute de pesticides et engrais.


    Quand allons nous sortir de ces utopies d’intellos de gauche si bien au chaud dans le monde capitaliste qui ne créent rien, n’investissent dans rien, et formaté dans des ecoles marxistes a vouloir changer le monde alors qu’ils ne comprennent déja pas celui ou ils sont. Tellement décallés des réalités.



    • rosemar rosemar 29 mai 08:47

      @Spartacus Lequidam

      pour ce qui est de l’eau, par exemple :

      Une pénurie d’eau potable peut avoir différentes causes, par exemple la sécheresse, la pollution, les pics de consommation d’eau, les pannes, etc. L’augmentation de la densité de population et la bétonisation peuvent aggraver ce problème....

      Les pénuries d’eau sont aussi dus au changement climatique...


    • rosemar rosemar 29 mai 08:48

      @rosemar

      Je corrige : les pénuries sont aussi dues...


  • Introduction descriptive des armes silencieuses

     
    Tout ce qui est attendu d’une arme ordinaire est attendu d’une arme silencieuse par ses créateurs, mais seulement dans sa manière de fonctionner.

     Elle tire des situations, au lieu de balles ; propulsées par le traitement des données, au lieu d’une réaction chimique ; tirant leur origine d’octets d’informations, au lieu de grains de poudre ; à partir d’un ordinateur, au lieu d’un fusil ; manipulée par un programmeur d’ordinateur au lieu d’un tireur d’élite, sous les ordres d’un banquier au lieu d’un général d’armée.
     

     Elle ne produit pas de bruit d’explosion évident, ne cause pas de dommages physiques ou mentaux évidents, et n’interfère pas de façon évidente avec la vie quotidienne sociale de chacun.

     Elle produit pourtant un immanquable « bruit », cause d’immanquables dommages physiques et mentaux, et interfère de façon immanquable avec la vie sociale quotidienne ; ou plutôt, immanquable pour un observateur entraîné, pour celui qui sait quoi regarder.
     

     Le public ne peut pas comprendre cette arme, et donc ne peut pas croire qu’il est attaqué et soumis par une arme.
     Le public peut instinctivement sentir que quelque chose ne va pas, mais en raison de la nature technique de l’arme silencieuse, il ne peut pas exprimer son sentiment d’une façon rationnelle, ou prendre en main le problème avec intelligence. Par conséquent, ils ne sait pas comment crier à l’aide, et ne sait pas comment s’associer avec d’autres pour se défendre.
     

     Lorsqu’une arme silencieuse est appliquée graduellement, les gens s’ajustent, s’adaptent à sa présence, et apprennent à tolérer ses répercussions sur leurs vies jusqu’à ce que la pression (psychologique via économique) devienne trop grande et qu’ils s’effondrent.
     En conséquence, l’arme silencieuse est un type d’arme biologique. Elle attaque la vitalité, les options, et la mobilité des individus d’une société, en connaissant, comprenant, manipulant, et attaquant leurs sources d’énergie sociales et naturelles, ainsi que leur forces et faiblesses physiques, mentales, et émotionnelles.


  • Eric F Eric F 29 mai 18:59

    En remplaçant ’’nous’’ trop généralisateur et culpabilisateur, par ’’un nombre croissant d’entre nous’’, les remarques de l’article sont justifiées. Et cela se répand même en zone rurale, ainsi je vois dans le village où j’habite les trentenaires promener leur chien les yeux rivés sur leur smartphone, et les adolescents descendant du bus scolaire ont non seulement l’écran sous les yeux, mais les écouteurs dans les oreilles.

    Bon, c’est pas tout ça, je dois retourner au jardin (eh oui, on est forcément tous ici un peu accroc quand même)


Réagir