lundi 29 septembre 2014 - par Eliane Jacquot

Continuez, frères humains, à regarder les fleurs, à rêver les nuages et à marcher vers les cimes, précisément parce que cela ne sert à rien (1)

Oublions un instant la barbarie qui a conduit un homme ordinaire, Hervé Gourdel, à devenir un héros malgré lui après avoir franchi les frontières du royaume des ombres. Et que ces quelques phrases lui apportent un semblant de lumière, lui qui a fait de sa vie une marche vers les altitudes, son appareil photo porté en bandoulière.

JPEG

Passionné de photographie, il partage sur Internet des images de ses randonnées.

Lui qui a arpenté le massif du Mercantour dans les Alpes du Sud, tout au long de son parcours de vie, a dû rencontrer dans cet environnement en perpétuelle évolution, au rythme des saisons,une beauté remarquable et durable. Car la montagne, pour celui qui sait la regarder, est un kaléidoscope d'images, et déborde d'une énergie qui pousse vers les sommets, sans artifice. Le paysage est là, préexistant, mais le grimpeur l'installe en allant vers lui : départ à la naissance du jour, montée vers le soleil, seul ou en groupe restreint, et y revient maintes et maintes fois, à la recherche de nouvelles émotions. Chasseur d'instants éphémères et changeants, le photographe transmet toute la poésie de ce premier langage du monde, celui de la nature. La marche vers les altitudes ouvre d'immenses perspectives et l'air qui se raréfie amène à regarder de plus haut le devenir du monde.

Dans nos sociétés postmodernes et urbanisées, mues par une compétition généralisée et la recherche de l'avoir, l'accélération du temps empêche les individus de s'approprier leur environnement, et de savourer l'instant présent. Le montagnard, lui, vit au rythme des saisons, en harmonie avec la nature qui l'entoure, soucieux de transmettre un mode de vie simple et équilibré, en osmose avec son milieu. Face au fracas du monde environnant, le randonneur, en osmose avec de grands espaces sauvages, respire avec les fleurs, les rochers, les nuages, le vent et la lumière. Vision idyllique du monde ? Le seul fait de rester accroché à ces vallées arides et pauvres mais d'une infinie beauté, représente un sursaut d'humanité, en marge de la course effrénée du monde qui nous entoure. Et l'on regarde avec envie celui qui a pour maison un refuge, et pour tous biens la passion sereine des hauteurs.

Hervé Gourdel est parti faire un trek en Kabylie, vers de nouveaux sommets, de nouveaux ciels, de nouveaux villages, de nouvelles pierres, de nouveaux silences, en citoyen du monde, et il n'en est pas revenu, victime d'une guerre qui lui était totalement étrangère. Il a été enlevé par le groupe djihadiste algérien Jound al-Khilafa, lié à l'organisation de l' État islamique, dimanche soir près de Tizi Ouzou, qui a mis ses menaces à exécution.

Non ce n'est pas partout le Mercantour.

(1)Xavier Fribourg, Parc national du Mercantour, Mars 2013,



4 réactions


  • howahkan Hotah 29 septembre 2014 12:20

    Salut , à propos de cette histoire je ne sais pas les faits réels est le seul vrai fait que je peux avoir.

    je ne sais pas ce qui s’est passé, en ces temps de mensonge global pour gouverner, le doute est partout avec raison..
    sinon j’ai lu ceci :Dans nos sociétés postmodernes et urbanisées, mues par une compétition généralisée.

    non çà n’est pas la société qui est mue par une compétition généralisée mais les hommes, et encore certains hommes ,pas tous !! ce sont les hommes compétitifs donc qui aiment éliminer qui font la société, la preuve, plus d’humains plus de société..
    ça parait futile comme tout ce qui est important mais c’est très profond voir vital...

    ça veut dire que ce qui est la source du mal est l’humain lui meme, chacun d’entre nous, pas le voisin, les autres, les bleus, les blancs ,les noirs les jaunes , les marrons etc mais ce que l’humain lui meme est devenu....la société est une bonne excuse pour cacher sa participation à ce désastre,car c’est bien de cela dont il s’agit non ??et que c’est lui qui va changer..si il change la société suivra ce changement ..


  • Fergus Fergus 29 septembre 2014 16:35

    Bonjour, Eliane.

    Merci pour cet article en forme d’hommage à la nature et à la personne d’Hervé Gourdel, passionné comme je le suis moi-même de randonnées dans les espaces montagneux.

    J’apprécie d’autant plus ce texte que vous vous définissez comme « économiste ». Ce qui prouve que tout n’est pas perdu dans notre société, l’économie n’étant pas incompatible avec le plaisir de la contemplation. Et sur ce plan-là, le Mercantour est, comme l’une de ses vallées les plus originales, un pays de « merveilles ».


  • vesjem vesjem 29 septembre 2014 17:47

    hervé gourdel est l’une des innombrables victimes collatérales du fascisme impérialiste ; ils sont des millions plus Un , hélas ; condoléances respectueuses


  • Eliane Jacquot Eliane Jacquot 30 septembre 2014 15:04

    Bonjour à tous,

    A la suite de vos remarques, je voudrais souligner :

    Le Parc National du Mercantour et le Parco Naturale Alpi Marittime en Italie,jumelés depuis 1987, ont proposés récemment le classement de leurs territoires au « Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’Unesco ».A terme, leur objectif est de constituer un seul parc à vocation européenne, visant entre autres à favoriser les échanges et les liens culturels entre leurs populations au travers d’un Groupement de Coopération.

    L’important est qu’il perdure longtemps des espaces préservés dans nos territoires.

    N’hésitez pas à cliquer sur ce magnifique lien :

    http://www.mercantour.eu/index.php/activites-humaines/vers-un-parc-europeen

    Et merci de m’avoir lue.


Réagir