samedi 28 mars - par Carlo Gallo

Coronavirus – communication de crise – merci l’ENA

Je me suis juré de ne pas parler de la gestion gouvernementale de la crise du coronavirus. Cependant, dès le début de l’épidémie, le gouvernement est apparu inapte, désorienté et désordonné dans ses explications et dans ses justifications. Il insultait notre intelligence, par-dessus le marché.

Le jeune (président) paraissait, lors son premier discours à la nation, plus enclin à penser à sa réélection en 2022 qu’à la gestion rigoureuse de la crise. Le discours – le fond et la forme – venaient directement des exercices imposés aux élèves de l’ENA : parler bien mais ne rien dire. C’est ce qu’il a fait : un discours empreint d’éléments de langage de gauche (renforcer le domaine de la santé publique, report sine die de la réforme des retraites, etc). Il nous ramenait quelques années en arrière quand la « gauche » social-démocrate était aux anges d’avoir trouvé un remplaçant à Strauss-Kahn… On a vu la suite…

Est venu ensuite, l’épisode des masques de protection, des gants de protection, des respirateurs, des places hospitalières en réanimation, des tests…tous manquants, mais, le gouvernement allaient y remédier, nous a-t-on dit. Trois semaines après, nous sommes toujours, à peu de choses près, au même point.

Et nous avons eu droit à l’hôpital de campagne (je ne minimise pas son utilité, mais il ne fait que masquer la nudité et surtout est instrumentalisé), au discours belliqueux, au déplacement dans la ville martyre de Mulhouse. Là encore de la poudre aux yeux : un discours vide, avec des mots qui sonnent bien, mais sans aucune valeur concrète. Ah, oui ! j’oubliais : nous avons eu droit à une belle trouvaille de communicant : la résilience ! Quel joli mot ! ça sonne bien, c’est savant et en même temps accessible au commun des mortels ! En attendant, rien ! Ah, si, j’oubliais encore : le Premier ministre est venu ce vendredi matin (27 mars) réciter son poème lui aussi : un discours de dix minutes dont sept consacrées aux remerciements aux médecins, infirmières, gendarmes, soldats, travailleurs, etc, etc, tout le monde a eu droit aux remerciements (il faut bien évidemment les remercier, mais le rôle du gouvernement est d’apporter des solutions et de les protéger). Mais, car il y a toujours un mais ! il a encore promis des moyens de protection, des tests, des, des, des… Enfin, il nous a dit qu’il parlerait après pour faire le point sur la situation. Merci du fond du cœur !!!

En gros, ce qu’ils ont tous dit revient à : « Vous allez vous battre avec les moyens du bord et je vais gagner la guerre ». De l’ENA pure est dure, vous dis-je !

 



5 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 28 mars 08:21

    Pour qui roule l’ENA ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 28 mars 08:26

      @Séraphin Lampion

      En tous cas, l’intervention de Philippe vendredi aurait eu sa place à la remise des César pour le prix du meilleur film catastrophe : le réalisateur a remercié tous tes acteurs, figurants et techniciens qui ont participé à la mise en scène. Dommage qu’i n’ait pas révélé l’identité du scénariste.


  • Esprit Critique 28 mars 18:13

    A l’ENA on enseigne quoi ?
    Pas le courage, pas la Franchisse, pas l’Honnêteté, Pas d’en Avoir …
    Non plus l’explication, ni l’argumentation encore moins la démonstration.
    On y enseigne la Manipulation, le Mensonge, la Fuite en avant, la Lâcheté.
    En Prime : La réduction Ad-Hitlerum de celui qui pense librement, autrement, qui ne se couche pas.
    Le reste en découle.


  • izarn izarn 28 mars 18:23

    Le pauvre Macron est débordé par une attaque financière géostratégique dont le fer de lance est le covid-19, institué pandémie par un directeur de l’OMC qui n’est pas même médecin...

    Le confinement est une arme de destruction massive de l’économie française.

    Ce qu’ont compris, chez eux, les chinois. Et qui a force de dépistages et de traitement ; ont confiné le virus géo-stratégique.

    Le Dr Didier Raoult a beau affirmer qu’il n’y a pas péril en la demeure, que statisquement en terme de mortalité, il n’a rien vu à l’horizon....

    Les merdias acharnés crient à l’apocalypse sanitaire....

    Les merdias=Milliardaires....Le Système.

    Vous avez tous compris.

    Il sera désormais trés facile, aprés cette crise, de nommer les charlatans...

    Pour le coup c’est une chance extraordinaire !

     smiley


  • Bernard Dugué Bernard Dugué 28 mars 19:06

    C’est un peu le remake des piètres tacticiens racontés dans l’étrange défaite de Marc Bloch

    Il nous faut des stratèges


Réagir