mercredi 6 mai - par Claudec

Covid-19 - Coup de geule

 

Selon "Notre empreinte écologique" - Éd. écosociété, 1999 – et son mode de calcul actualisé, 7 milliards et demi d’êtres humains avaient consommé, à mi-année 2019, plus de la moitié de ce que la planète les abritant leur offrait pour l’année entière  ; or nous serons bientôt 8 milliards, puis entre 11 et 16 milliards au cours du prochain siècle, si nous allons jusque-là. Et chaque jour, 220 000 Terriens continuent de s'ajouter à la population mondiale !

 

Faut-il qu’une large part d’entre nous soit aveugle, pour ne pas discerner ce que dissimulent ou nient obstinément des dogmes religieux dont l'obscurantisme n’a d'égal que le sectarisme de bien des doctrines et idéologies sociopolitiques. Sans omettre une éthique figée face à la condition humaine, alors que celle-ci évolue avec un environnement qu’elle influence largement.

 

Comme en atteste le tabou dont est frappées toute question de population et a fortiori de surpopulation, bien que la parole tende à se libérer sous la pression d’événements qui ne pouvent être dissimulés, c’est à la prolifération de l’espèce humaine qu’est due, avant toute autre considération, une telle situation ; avec ses conséquences connues et à venir.

Alors que nous savons réguler la démographie des autres espèces, quand leur surpopulation les menace d’extinction ou en met d’autres en danger de maladie ou de mort, faudra-t-il que des pandémies plus radicales que celle que nous vivons ou des catastrophes, naturelles ou non, tuent sous nos yeux nos enfants et à plus long terme nos autres descendants  ? Ou qu’au-delà de la frugalité qui s’impose d’ores et déjà, ils soient promis, à une indigence généralisée au sein d’une fourmilière masquée à vie ?

Les faits nous obligent en tout cas à admettre qu’une régulation de notre démographie s’impose chaque jour plus évidemment et la dénatalité – expliquée et consentie – est probablement le seul moyen d’y parvenir, dans le respect que l’être humain se doit à lui-même.

Moins dommageable pour l'économie que la dénatalité, la régulation démographique mondiale par écrêtement, telle qu'y invite Covid-19 – Plus de 90% de ceux qui en meurent sont âgés de plus de 65 ans –, vaut bien la politique de l’enfant unique, mais mourir n’étant pas "ne pas naître", ce sont les premiers intéressés qui devraient dire ce qu’ils en pensent, plutôt que leurs proches, le Pape ou les gouvernements. Et question comme réponse interpellent quiconque, que ce soit par souci de l’avenir de sa descendance ou à titre personnel.

 



51 réactions


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 mai 17:10

    Il suffit de fixer l’âge auquel on abattra les vieux pour obtenir une population constante. Plus y a de naissances plus l’âge est bas (55 ans parait sage), et en cas de dénatalité, on ajuste vers le haut, histoire d’avoir des figurants pour jouer les rôles de vieux dans les films d’Hollywood. 

    En plus, les jeunes, ils sont plus beaux, ils coûtent moins cher à la sécu, et il n’y aurait plus de problèmes de retraite.

    En y réfléchissant un peu, fixer la barre à 45 ans parait plus judicieux... enfin... pour les autres, hein ... pas pour moi, paskeu c’est pas pareil.


    • foufouille foufouille 6 mai 17:22

      @Séraphin Lampion

      pas pour les politiciens et riches bourgeois.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 mai 17:30

      @foufouille

      ben non, forcément, manquerait pu qu’ça !

      ou alors, on pourrait faire comme pour le service militaire en 1872 un tirage au sort, et les mauvais numéros pourraient acheter les bons numéros à ceux qui les ont tirés, histoire de permettre à ceux de la famille qui restent de manger pendant six mois


    • Abou Antoun Abou Antoun 7 mai 14:45

      @Séraphin Lampion
      Réaction parfaitement crétine. C’est sans doute pourquoi elle bénéficie d’une si large approbation.
      Plutôt que de tuer des humains n’est-il pas plus simple de ne pas en faire (trop) ?


    • foufouille foufouille 7 mai 14:52

      @Abou Antoun

      faut le dire à certains comme les africains.


    • Et hop ! Et hop ! 7 mai 16:29

      @Abou Antoun

      Il y a des continents qui en font trop, et d’autres comme l’Europe qui n’en font pas assez.

      Donc il faudrait vous adresser aux Indiens, aux égyptiens et aux Nigérians.

      En France et en Allemagne, il faudrait plutôt un programme nataliste pour équilibrer la pyramide des âges, sans changer sensiblement la population.


    • Claudec Claudec 7 mai 17:29

      @Et hop !

      Si (à quelque chose près), nous consommons moyennement et mondialement le double de ce que nous devrions consommer, ça signifie que nous sommes le double (à quelque chose près) de ce nous devrions être, ou moitié trop nombreux.

      Des plus aux moins peuplés, tous les pays sont concernés et en subissent les conséquences, comme en témoignent des flux migratoires constitués de surnuméraires sachant qu’il existe mieux que là d’où ils viennent.

      Nous sommes tous dans le même merdier démographico-économique que des pouvoirs plus soucieux du nombre que du bien-être de ceux sur lesquels ils se fondent et qu’ils gouvernent, ont encouragé ou laissé s’amplifier. Et ce ne sont pas davantage l’égoïsme, des frontières, des barrières ou des murs qui arrêteront des milliards d’êtres humains en quête de moyens de survivre ; la pandémie aggravant encore le sort de tous, migrants ou non.


    • Et hop ! Et hop ! 7 mai 17:37

      @Claudec

      Vous pouvez pas faire de moyenne entre la quantité de nourriture d’un Yankee obèse et d’un Indien famélique, pour affirmer qu’ils mangent en moyenne 13,645 kilos de viande par an.

      Ca n’a aucun sens, c’est une faute épistémologique.

      C’est la même chose pour tout, par exemple pour la production agricole en France : il y a des régions sur-exploitées (la culture céréalière en Beauce) et des régions sous exploitées (la production d’herbe pour l’élevage bovin dans le Massif central).

      Il y a des régions où il y a des pénuries d’eau, et d’autres où il y a des marécages.


    • Claudec Claudec 7 mai 18:11

      @Et hop !

      Comme la pyramide sociale, le monde est un système clos, dont les composantes sont interdépendantes et indissociables.

      Il y a aussi la moyenne de telle ou telle production agricole, comme les céréales par exemple, à laquelle peuvent être comparées les productions de chaque région.


    • robert 7 mai 19:20

      @Abou Antoun
      Seraphin faisait du 2ème degrés


    • Abou Antoun Abou Antoun 8 mai 09:27

      @robert
      Pas sûr. Il me semble qu’on était en marche pour un point Godwin, comme à chaque fois qu’on aborde le sujet.


  • sylvie 6 mai 17:20

    je vous comprends, cela ne meurt pas assez, quelle déception ! une si belle occasion.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 mai 17:23

      @sylvie
      pourtant, ils y ont mis le paquet les gars ! mais c’est toujours pareil, les gens n’ont pas joué le jeu ! et après, ils vont pleurer : gnin gnin gnin lamentable


  • foufouille foufouille 6 mai 17:22

    va falloir tuer de force de nombreux bronzés noirs et asiatiques vu que ce sont des lapins.


  • Legestr glaz Legestr glaz 6 mai 17:28

    Vous écrivez : « Les faits nous obligent en tout cas à admettre qu’une régulation de notre démographie s’impose chaque jour plus évidemment »


    Mais les faits non obligent aussi à admettre qu’en période de confinement , les plus actifs d’entre nous pratiquent assidûment le sport en chambre.


    Les pharmacies sont débordées par la demande incessante de tests de grossesse. Preuve que le confinement permet aussi de se bidonner, surtout pour les femmes !


  • Jeekes Jeekes 6 mai 17:56

    ’’Les faits nous obligent en tout cas à admettre qu’une régulation de notre démographie s’impose chaque jour plus évidemment’’

     

    Quelle évidence, bon dieu, mais c’est bien sûr !

     

    Alors, puisque vous avez identifié le problème, et qu’il semble que le sort de l’humanité vous préoccupe au plus haut point...

     

    Me semble qu’il ne vous reste qu’à joindre l’utile à vos convictions.

    Et donc, de montrer l’exemple.

     

    Du coup, quand est-ce que c’est que vous allez vous suicider, vous et les vôtres, femmes, enfants, parents à tout degrés ?

     

    Là vous aurez fait un grand geste pour l’avenir de l’humanité et pour la sauvegarde de la planète. Nan ?

     

    Ou alors, c’est oui mais non, pas moi, juste les autres...

     

     


    • Jeekes Jeekes 6 mai 18:57

      @Jeekes
       
      Tiens, y’a un homo-bobo-égoïstus qui m’a moinsé.
      Anonyme, sans argumenter.
      Il a du se reconnaitre, mais, normal, comme il n’a pas de couilles...
       
      Bouarfff, s’il savait comme je m’en branle !
      C’est pas ça qui en fera un homme responsable, il n’est et ne restera que juste une serpillière.
      Ce qui, après tout, est sa raison d’être...
       


  • ASTERIX 6 mai 18:17

    MR PATRIAT président blanchi pourtant sous le HARNAIS fait dans sa« culotte » quan il entend parler de forets et de cotes « ouvertes » MR PAT« IAT PRESIDENT LREM/ MARCHARRIERE AU SENAT CE papy de 85 ANS pense que les plages ca peut se faire mais »digues et jetées«  ne SONT PAS ASSEZ LARGES POUR SE CROISER !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    LES MARCHEURS APPRENEZ A COURIR PARCE QU’ A LA RENTREE les gilets rouges et jaunes les soignants et autres gens d’en bas vont vous courir après pour vous »cassez vos gueules ET +

    ARRETEZ DE VOUS FOUTRE DES SALARIES QUI DOIVENT PAYER A PARIS COMME LES TRAVAILLEURS PAUVRES SOIT UN LOYER DE 800 EUROS POUR UN T1 INSALUBRE OU ALORS DANS LEUR PETITE VOITURE

    a ca ira ca ira les « marcheurs » a la BASTILLE LES ARISTOS MARCHARRIERE ET LEURS AMIS FINANCIERS ON LES AURA !!!!!!!!!!!!!!


  • Imhotep Imhotep 6 mai 18:27

    Qui peut croire une seconde cette énorme stupidité qu’à mi 2019 on aurait consommé tout ce que la terre peut produire en une année ? Je me demande si ce serait en sixième ou en cinquième qu’un élève pourrait déjà démonter cette connerie. Un calcul simple (6ème) : il y a 5 ans on a consommé disons, pour faire simple, en six mois l’année entière. À la fin de l’année moins 5 on a consommé toute l’année moins quatre. Lors des six premiers mois de l’année moins 4 on a consommé toute l’année moins quatre plus toute l’année moins trois. À la fin de l´année moins quatre on a consommé toute l’année moins trois mais aussi moins deux etc. En 5 ans on aura consommé tout ce que peut produire la terre des cinq années suivantes. Et comment y fait pour vivre le monsieur si déjà les cinq années sont bouffées ? Il se serre la ceinture pendant cinq ans ? Y sera un peu maigre à la fin. Ce genre de calcul de gourou écologique est d’une stupidité sans nom.

    Quant à la surpopulation j’ai juste une suggestion à vous faire. Non deux : la première arrêtez immédiatement d’écrire des articles car vous consommez de l’énergie, et la seconde, si la loi m’autorisait cette suggestion, pour dépeupler - ce que je m’interdis de faire - de commencer par vous-même (et vos amis) et faire comme à Jonestown.


    • JL JL 6 mai 18:35

      @Imhotep
       
       ce qu’il faut en comprendre, c’est qu’en 6 mois, la population planétaire a déjà consommé ce que la terre peut suffisamment produire de façon renouvelable.
      Au delà, la terre s’épuise irrémédiablement.


    • Claudec Claudec 6 mai 19:00

      @Imhotep

      Plus facile de douter et de contester sans le moindre argument, que de se renseigner et sortir de pensées fondées sur le dogme, l’idéologie, voire l’habitude.


    • Claudec Claudec 6 mai 19:04

      @JL

      J’aurais même pu préciser ... ressources « connues », sachant que celles qui restent à découvrir ne seront utiles qu’à repousser une échéance inéluctable, pouvant au demeurant se trouver avancée de bien des manières..


    • Le Sudiste Le Sudiste 6 mai 19:26

      @Imhotep
      « Ce genre de calcul de gourou écologique est d’une stupidité sans nom. »
      Je viens d’en lire un autre qui m’a beaucoup amusé avec ses courbes et ses chiffres. Mais c’est sûr, ses chiffres à lui, ils sont vrais !


    • Le Sudiste Le Sudiste 6 mai 19:28

      @Claudec
      Avez-vous fait valider vos chiffres par Apple et la Fnac ?


    • Imhotep Imhotep 6 mai 20:19

      @JL

      Et donc ? Qu’est que cela change ? Jusqu’à preuve du contraire la nourriture ce n’est que du renouvelable, donc en un an la terre crève de faim puisqu’en six mois elle a déjà bouffé toute sa nourriture (renouvelable) de l’année.

      Un enfant de cinq ans sait que la nourriture c’est du renouvelable et presque rien d’autre (on peut toujours essayer de fabriquer de la viande à partir du pétrole mais comme il s’épuise.

      Mon Dieu, me sortir argument qui se suicide : Le renouvelable.

      Parfois le simple bon sens évite d’être doctrinaire et manipulateur.

      Oui je le répète c’est une connerie sans nom et ce n’est pas moi qui me cache les yeux ce sont les écolos durs qui fabriquent des outils fallacieux pour leurs démonstrations en fait pour s’auto-convaincre, se rassurer, s’auto-endoctriner


    • Imhotep Imhotep 6 mai 20:29

      @Claudec

      Ça c’est la réponse qui tue. Sans arguments ? Vous pensez à vous là non ? Quels sont vos arguments d’il vous plaît ? Et jusqu’à preuve du contraire un simple calcul mathématique à partir des données fournies par cet article (à la moitié de l’année on a épuisé la production d’une année de la terre) est une démonstration et si cette démonstration est juste elle est incontestable et donc plus forte qu’un argument.

      Petit calcul de sixième : vous avez 900 litres d’eau pour les trois ans à venir, soit 100 litres par an pour étancher votre soif. À six mois vous avez bu 100 litres (votre renouvelable), à la fin de l’année vous avez à nouveau bu 100 litres (votre réserve de l’année suivante) et mi deuxième année vous avez bu les derniers 100 litres. Vous n’avez plus rien pour les 18 mois qui suivent. Mais je suis gentil là, puisque au bout d’un an vous êtes déjà mort. Ne pas comprendre ça est fascinant comme est fascinant le peu de recul devant de telles affirmations car elles vont dans le sens que l’on veut qu’elles aillent.


    • Imhotep Imhotep 6 mai 20:32

      @Le Sudiste

      Lisez le livre et vous y trouverez les sources, notamment le site coronavirus.app qui compile toutes les données y comprises celle d’Hopkins. Les chiffres pour les régions sont accessibles. Allez les vérifier. Pas compliqué, peut-être trop pour vous.


    • Le Sudiste Le Sudiste 6 mai 20:41

      @Imhotep
      Mais qui décide de quoi est mort celui-là ou celui-ci ?
      D’autant qu’on ne sait ni quand a réellement commencé cette épidémie, ni quand elle se finira.
      Ceux qui s’empressent en ces circonstances d’en tirer des conclusions sont des guignols. Pas compliqué, peut-être trop pour vous.


    • Cadoudal Cadoudal 6 mai 20:44

      @Le Sudiste
      RIP.

      Âgé de 71 ans il a façonné une œuvre unique dans le monde du rock, et laissé des tubes comme « Golden brown » ou « Always the sun ».

      https://www.sudouest.fr/2020/05/05/rock-disparition-du-clavieriste-des-stranglers-des-suites-du-coronavirus-7460975-4691.php


    • Claudec Claudec 6 mai 20:59

      @Imhotep

      Je pourrais vous suggérer ma bibliographie sur le sujet, mais je ne pense pas que ça servirait à grand chose. 

      Une transition démographique telle, qu’après que la population humaine mondiale ait augmentée, en moyenne, d’environ 10 500 individus quotidiennement depuis le début de notre ère, ce chiffre sera, selon hypothèses haute ou basse des projections de l’ONU, de l’ordre de 125 000 à plus de 300 000 dans moins d’un siècle (220 000 à ce jour). Ça vous parle ?

      250 millions de Terriens au début de notre ère, 7 milliards 2 000 ans plus tard, 8 trente ans après, et 9 de plus au cours des 20 années suivantes, en attendant les 11 passés au début du prochain siècle pour atteindre et dépasser les 16 à la fin ; sauf accident de parcours toujours possible. Ça vous dit rien ?

      50 % des espèces rayées du vivant en quelques décennies, ça vous dit rien non plus ?

      Tout ça à un poil près. Excuses si les décimales n’y sont pas.


    • Imhotep Imhotep 6 mai 21:56

      @Le Sudiste

      Mais bien sûr. À part pinailler et faire le malin avec les courbes des décès qui, eux, sont répertoriés, avec le temps supposé d’incubation et de mortalité on peut savoir grosse modo quand a commencé le phénomène épidémique. Savoir quand et où a été contaminé le patient zéro en France n’a qu’un intérêt pour un épidémiologiste historien. Pour la lutte contre le virus, ou la population, cela n’à tristement aucun intérêt. En résumé on sait avec suffisamment de précision quand cette épidémie a commencé, quand elle a atteint son pic, et quelle courbe elle prend. En conclusion on peut parfaitement tirer des conclusions avec les données que l’on a. Et on peut parfaitement en tirer des courbes comparatives qui, même avec des incertitudes et des imprécisions, nous permettent des comparaisons instructives (formes, durée, hauteur maximale etc.). Effectivement, il faudra attendre un an avec des études de mortalité journalière en les comparant d’année en année pour avoir une idée de l’impact mortel de ce virus.


    • Et hop ! Et hop ! 7 mai 16:39

      @Claudec

      Les problèmes sont différents dans chaque pays, et même dans chaque région, quelque soit le sujet : fertilité des sols, pêche, épuisement ou pollution des nappes phréatiques, surpopulation ou souspopulation, énergies, déforestation, tempêtes, inondations, arridité, marécages, paludisme, guerres,..

      Rien qu’en France, le problème des ressourcs en eau et de frtilité des sols sont différents en Bretagne (Algues vertes), en Provence, en île-de-France, en Lorraine, en Auvergne, en Beauce.

      Il n’y a rien de plus anti-écologique que de considérer les problèmes mondialement.


    • Claudec Claudec 7 mai 17:35

      @Et hop !

      Et il n’y a rien de moins humain et de plus aveuglément égoïste que de ne pas le faire.
      L’écologie est une belle chose, l’humanisme encore plus.


  • slave1802 slave1802 7 mai 13:04

    On en peut pas dire que le calcul aboutissant à cette date soit unanimement jugé pertinent :

    Prendre en compte, par exemple, le taux de rejet de CO² me parait pour le moins fantaisiste quand on parle de calcul de ressource renouvelable...


    Petit florilège des critiques :


     le Breakthrough Institute estime que l’analyse de l’empreinte écologique sous-estime notre surutilisation des ressources de la planète. Leo Hickman, du Guardian, reconnait que c’est une manière assez intelligente et succincte d’exprimer les problèmes combinés auxquels nous sommes confrontés, mais lui trouve plusieurs inconvénients, en particulier parce qu’il semble comparer des choux avec des carottes.

    Le jour du dépassement est vivement critiqué avec des reproches de manque de cohérence, de nomenclature trompeuse et de manque de rigueur.

    Le calcul du jour du dépassement additionne divers éléments qui seraient sans rapport avec une surface ou une consommation de ressources, utiliserait des facteurs multiplicatifs arbitraires

    Il lui est reproché de mêler les émissions de CO2, la production de viande sans distinction d’efficience, les surfaces agricoles sans distinction de rendement, de consommation en ressource ou autre, la production d’électricité, etc ; de sur-évaluer l’énergie nucléaire dans le calcul de l’empreinte écologique ; de ne pas correspondre au concept qu’il prétend présenter ; de mal calculer les ressources consommées par l’homme et les ressources que la planète est capable de régénérer ; de manquer de transparence sur ses méthodes et sur les données choisies. Pour Michael Shellenberger, elle n’a aucun fondement scientifique.


    • Claudec Claudec 7 mai 16:09

      @slave1802

      Tout ça pour nous dire que c’est 7 mois au lieu de 6 ou de 5 !
      Plus ou moins 2 semaines ou une seule ?
      3 jours ou 2 ?
      Et à combien d’heures près ?

      La belle affaire !

      Qu’il y ait manque de rigueur dans une nomenclature et/ou erreurs de calculs, l’important n’est-il pas d’être conscients que le premier prédateur de la planète se comporte comme un imbécile, et qu’il est encore plus stupide de ne pas vouloir l’admettre.


    • Et hop ! Et hop ! 7 mai 16:41

      @Claudec

      Votre chiffre est sorti d’un chapeau, en plus c’est une moyenne entre des pays comme le Sahel et la France, entre l’Alaska et le Mexique, entre l’Inde et la Suisse.


  • rhea 1481971 7 mai 17:23

    7175507991 prédateurs c’est la plafond dans le système solaire.

    Il y aura d’autres pandémies avec d’autres virus nous dépassons.


  • Claudec Claudec 7 mai 17:39

    Demandez des explications ou soyez plus précis.


  • Old Dan Old Dan 9 mai 04:15

    Si la pénurie de ressources tue la moitié de la population mondiale,

    ça autorise ceux qui restent à bouffer le double,et qui ne vont pas se géner !

    Où est l’intérêt global ?

    De même, si raréfier l’énergie des uns permet de doubler la consommation des z’autres, on est dans un bilan à somme nulle

    (c’est « l’effet machin ? », bien connu des démographes depuis 1948, héhé !)


    • Old Dan Old Dan 9 mai 05:00

      (Suite)
      Cet « effet machin (?) » est utilisé par le marketing (cf : Nutella ’nd C°).
      Il évidemment aggravé en « économie libérale dérèglementée »... (cf : les masques ?))
      .
      [... Il s’applique également à la disparition des populations animales et végétales via plusieurs facteurs, dont la consanguinité ]


  • rogerlejardinier 19 juin 11:33

    A mais il y a que des tarés ici, des homophobes, des xénophobes, des antisémites, des racistes, des pédophiles, des climatoscéptiques, des complotistes et des puta*n d’égoïstes.


  • rogerlejardinier 19 juin 11:34

    Et j’en oublie...


    • Claudec Claudec 19 juin 12:10

      @rogerlejardinier Comme le contraire de la sottise et de la stupidité, tolérance, compréhension, altruisme, ... peuvent être considérées comme des richesses qui, comme toute autre, sont distribuées pyramidalement et se partagent de même : 14% de riches pour 86% de pauvres Pour plus de précisions, voir définition et méthodologie de la pyramidologie sociale https://pyramidologiesociale.blogspot.com


Réagir