mardi 28 novembre 2023 - par Dr. salem alketbi

Crise à Gaza  : le donquichottisme ou une politique de réalisme ?

JPEG

Depuis le début du conflit actuel à Gaza, j’ai suivi des centaines d’articles et de points de vue publiés dans divers médias arabes, ainsi que dans les réseaux sociaux, qui ont surpassé les médias traditionnels en exprimant ce que tout le monde a à l’esprit, en particulier dans le contexte de la liberté d’expression disponible dans ces canaux. Au début de la crise actuelle à Gaza, j’ai écrit sur les limites du rôle arabe dans la gestion et la direction de cette crise. Cependant, au fil des événements, les appels se sont multipliés pour que les pays arabes, en particulier les plus importants, adoptent une position plus influente, plus ferme et plus décisive dans la défense du peuple palestinien.

Lorsque nous réfléchissons à ces appels, nous constatons que notre situation en tant qu’Arabes aujourd’hui n’est pas tout à fait différente de celle d’hier, que ce soit dans un passé proche ou lointain. Nous chantons encore des slogans. La question à un million de dollars dans le contexte actuel est la suivante  : Quelle est la décision arabe concrète qui peut influencer de manière significative la résolution du conflit à Gaza  ?

Pour répondre à cette question, nous devons prendre en compte les scénarios proposés par de nombreuses personnes dans notre monde arabe, y compris ce qui nous concerne en tant que pays du Golfe, à savoir l’interruption des livraisons de pétrole. Il convient de noter que la majeure partie du pétrole du Golfe est destinée à l’Orient, en particulier à la Chine, à l’Inde et au Japon, qui sont les principaux consommateurs ou importateurs de pétrole du Golfe.

Les États-Unis, auxquels ceux qui lancent ces appels veulent nuire, ne sont plus en mesure d’être lésés par l’utilisation des ressources énergétiques comme arme politique. Soit parce que les répercussions de ce scénario ne sont pas celles que certains attendent, soit parce qu’on a vu comment l’Europe a réagi lorsque la Russie a coupé définitivement le gaz à ses clients européens à cause du conflit ukrainien, soit parce que les pays producteurs de pétrole eux-mêmes ne peuvent pas se permettre de perdre leurs revenus pétroliers, qui financent de grands projets de développement dans ces pays.

Les pays producteurs de pétrole doivent également agir de manière responsable pour garantir la stabilité de l’économie mondiale, car une perturbation mondiale affectera les pays les plus pauvres avant les plus riches. Nous avons vu que les pays du Sud ont été beaucoup plus durement touchés par les effets de la crise du coronavirus que les grandes économies et les grands pays. Le deuxième scénario préconisé par certains est le retrait des ambassadeurs des pays qui ont des relations officielles avec Israël et l’imposition de sanctions sévères à leur encontre. Cette mesure est théoriquement possible, mais en réalité elle ne produira pas de résultats parce que l’état psychologique d’Israël le rend insensible à l’influence ou même à l’attention de telles décisions dans les circonstances actuelles.

La priorité absolue en Israël est désormais de rétablir le statut de l’institution militaire et de réhabiliter son image, qui a été ternie à la suite de l’attaque du 7 octobre. Par conséquent, le retrait des ambassadeurs et d’autres mesures similaires ne feront que couper les canaux de communication nécessaires avec la partie israélienne. Cela rendrait cependant plus difficile la transmission et l’échange de messages avec Israël à un moment où tout le monde a besoin de communiquer, au moins pour éviter les malentendus qui pourraient ouvrir la porte à l’expansion géographique de la crise en impliquant d’autres parties régionales.

En outre, il y a l’impact des conditions internes dans certains grands pays arabes, conditions dont nous ne devrions pas ignorer l’impact profond sur le rôle et l’efficacité de ces pays, auxquels on ne devrait pas demander plus que leur capacité à se mouvoir et à mener une diplomatie extérieure. Ainsi, le retrait des ambassadeurs, bien qu’il s’agisse d’une action protocolaire de protestation reconnue dans les relations diplomatiques internationales, n’est pas un choix logique dans les circonstances et les priorités actuelles. Il reste une mesure populaire et hautement souhaitable pour les masses, mais en réalité il n’a aucun lien avec les options d’une action diplomatique calme et rationnelle.

Il y a une troisième demande, fortement exprimée par beaucoup, en particulier par les écrivains et les intellectuels arabes, qui concerne l’absence du rôle de la Ligue arabe et son inefficacité totale dans cette crise, ce qui conduit à des appels à sa dissolution et à la fin de son rôle institutionnel. Après tout, ses responsables se sont contentés de décrire la réalité et de suivre l’atmosphère de condamnation et de dénonciation.

Cependant, l’objectivité nous oblige à nous demander  : qu’y a-t-il de nouveau dans le rôle de la Ligue arabe  ? A-t-elle déjà joué un rôle dans les récentes crises arabes, de la Syrie au Yémen, de l’Irak au Liban, de la Libye au Soudan  ?

Tout le monde sait que la Ligue arabe est dans un état comateux depuis un certain temps. Elle est devenue un simple symbole que personne ne veut prendre la responsabilité d’enterrer. La seule consolation est que le monde entier traverse une période de changement, et que de nombreuses alliances et organisations traversent une période de déclin, préparant l’émergence d’un système mondial et d’institutions qui expriment l’état ultime vers lequel les interactions internationales évoluent rapidement.

Ainsi, la fermeture ou le maintien de la Ligue arabe ne changerait rien à la guerre de Gaza ou à d’autres crises arabes. Ne vivons pas dans le donquichottisme et adoptons une vision réaliste, que ce soit dans la crise de Gaza ou ailleurs.



7 réactions


  • papat 28 novembre 2023 08:40

    5000 enfants génocidés .... et il appelle ça une CRISE.


  • Clocel Clocel 28 novembre 2023 09:30

    Les palestiniens ne sont pas de arabes, la preuve, ils savent se battre.


  • microf 28 novembre 2023 10:39

    Un proverbe dit qu´á quelque chose, malheur est bon.

    Ce qui s´est passé le 7 octobre 2023 est ce malheur pour que le bien arrive.
    Aujourd´hui une grande partie du monde condamne carrément Israel et demande que le s comptes soient demandés á israel pour les massacres qu´il est entrain de commettre en Palestine.

    Quand Ari Shavit admet qu’Israël doit mettre fin à l’occupation

    « Israël rend son dernier souffle ! ». C’est sous ce titre que le journal hébreu « Haaretz » a publié un article du célèbre écrivain Ari Shavit dans lequel il déclare qu’Israël semble « confronté au peuple le plus difficile de l’histoire, et il n’y a pas d’autre solution que de reconnaître ses droits et de mettre fin à l’occupation ».

    Il «  semble que nous ayons dépassé le point du non-retour », Israël ne peut plus que mettre fin à l’occupation, arrêter la colonisation et instaurer la paix, ajoute Shavit, notant qu’il n’est plus possible de réformer le sionisme, de sauver la démocratie et de diviser le peuple dans ce pays.

    Si la situation est telle, a-t-il relevé, il n’y a plus de goût à vivre dans ce pays, à écrire ou à lire dans Haaretz. « Nous devons faire ce que Rogel Alpher, auteur et écrivain israélien, a suggéré il y a deux ans, est de quitter le pays », a-t-il dit.

    Et d’ajouter : « Si la judéité n’est pas un facteur essentiel de l’identité, et si chaque citoyen +israélien+ a un passeport étranger, pas seulement au sens technique du terme, mais aussi sur le plan psychologique, l’affaire est entendue. Il faut dire adieu à ses amis et partir pour San Francisco, Berlin ou Paris ».

    Enfonçant un peu plus le clou, il affirme : Il faut regarder calmement l’État d’Israël rendre son dernier souffle : « Nous devons faire trois pas en arrière et regarder l’État démocratique juif sombrer ».

    « Je mets mon doigt dans les yeux de Netanyahou, Lieberman et des néonazis, pour les réveiller de leur délire sioniste, que Trump, Kushner, Biden, Barack Obama et Hillary Clinton ne sont pas ceux qui mettront fin à l’occupation« , souligne encore l‘écrivain.

    Pour lui, ce ne sont pas les Nations unies et l’Union européenne qui mettront fin aux colonies, la seule force au monde capable de sauver Israël, ce sont les Israéliens, en créant un nouveau langage politique qui reconnaît la réalité que les Palestiniens sont enracinés dans cette terre.

    Depuis qu’ils sont arrivés en Palestine, les « Israéliens  » ont réalisé qu’ils sont le résultat d’un mensonge créé par le mouvement sioniste, au cours duquel il a utilisé toutes les tromperies sur le caractère juif tout au long de l’histoire, renchérit il.

    Il poursuit en ce sens : En exploitant ce qu’Hitler a appelé l’Holocauste, le mouvement a pu convaincre le monde que la Palestine est la « Terre promise » et que le prétendu temple se trouve sous la mosquée Al-Aqsa. C’est ainsi que le loup s’est transformé en agneau allaité par l’argent des contribuables américains et européens, jusqu’à devenir un monstre nucléaire.

    Les « Israéliens » se rendent compte qu’ils n’ont pas d’avenir en Palestine, car ce n’est pas une terre sans peuple comme on leur a menti. Voici un autre écrivain qui reconnaît, non seulement l’existence du peuple palestinien, mais plutôt sa supériorité et sa suprématie – Gideon Levy, le sioniste de gauche, lorsqu’il dit : « Il semble que les Palestiniens aient une nature différente du reste de l’humanité. Nous avons occupé leurs terres et nous avons traité leurs jeunes de prostituées et de toxicomanes. Nous avons dit que quelques années passent et qu’ils oublieraient leur patrie et leur terre, puis leur jeune génération a explosé lors de l’Intifada de 1987. Nous les avons mis en prison ».

    « Des années plus tard, alors que nous pensions qu’ils avaient retenu la leçon, ils sont revenus avec un soulèvement armé en 2000, dévorant la terre. Nous avons dit que nous démolissons leurs maisons et que nous les assiégerions pendant de nombreuses années, mais ils ont alors extrait des missiles impossibles à utiliser pour nous frapper, malgré le siège et la destruction. Nous avons donc commencé à prévoir des murs et du fil de fer barbelé« , reconnaît l’auteur.

    « Puis ils sont venus par les souterrains et les tunnels, jusqu’à ce qu’ils nous tuent lors de la dernière guerre. Nous les avons combattus avec notre esprit, puis ils se sont emparés du satellite israélien (Amos), ils font régner la terreur dans tous les foyers d’Israël en diffusant des menaces, un scénario semblable à celui produit lorsque les jeunes palestiniens ont réussi à prendre le contrôle de la chaîne israélienne Channel 2 », ajoute-t-il.

    Pour conclure : « En résumé, il semble que nous soyons confrontés au peuple le plus difficile de l’histoire, et qu’il n’y ait pas d’autre solution que de reconnaître ses droits et de mettre fin à l’occupation ».


  • sylvain sylvain 28 novembre 2023 10:39

    c’est logique. C’est une logique de commercant, mais c’est logique.


    Quelle est la décision arabe concrète qui peut influencer de manière significative la résolution du conflit àGaza  ?

    Ecraser israel. C’est ce que vos peuples esperent, demandent a leurs dirigeants.


    • titi titi 28 novembre 2023 20:45

      @sylvain

      "C’est ce que vos peuples esperent

      "
      Vous vous êtes rendu récemment dans un pays arabe ?
      Vous avez posé la question aux habitants ?


  • Clocel Clocel 28 novembre 2023 15:07
    Ce qui se cache derrière les mensonges de Benjamin Netanyahu et les esquives du Hamas

  • roby roby 29 novembre 2023 11:15

Réagir