mardi 25 septembre 2018 - par Michel J. Cuny

De gentils patients qui ne seraient que les dindons d’une véritable foire ?

Reprenons le fil de la Préface rédigée par Michel Morange(photographie jointe) pour son ouvrage Les secrets du vivant : Contre la pensée unique en biologie (La Découverte, 2012) dont il faut rappeler qu’il est le fait d’un historien des sciences tout autant que d’un professeur de biologie moléculaire.

Le cancer ayant été défini, par les autorités politiques et médicales, comme un adversaire à abattre par tous les moyens possibles, la question se trouve posée de la marge d’erreur qu’il convient d’admettre dans les différents « bombardements » subséquents dont il faut remarquer qu’ils sont souvent, pour le patient, l’unique chance de sauver sa peau… n’y ayant, à ce qu’il semble, aucune façon de procéder autrement.

Avec Michel Morange, pénétrons au coeur du dilemme :
« Les spécialistes oscillent, sans boussole, entre la recherche de médicaments spécifiques, sans effets secondaires mais à l’action souvent décevante, et des médicaments non spécifiques mais de grande efficacité, aux effets secondaires parfois moindres que ceux qui étaient redoutés.  »

On le constate avec un certain étonnement et avec, aussi, une inquiétude certaine : les à-peu-près paraissent pouvoir bénéficier d’une prime qui résulterait elle-même d’une sorte de loto… Pourquoi donc tellement peaufiner l’armement médical, s’il arrive que, de tenter l’aventure d’un tirage assez fréquent et sur des quantités suffisantes de cibles, cela permet parfois de faire mieux et à bien meilleur compte ?

Certes, cet exercice-là exige que l’obligation de résultat soit mise de côté au profit d’un intéressant processus succès-erreur de forme très élastique. Et puisqu’il s’agit d’une sorte de sport qui n’exige qu’un faible temps de préparation et de réflexion, il est certain que, pour le développer à l’échelle convenable, il faut recruter un maximum de cibles vivantes… Avis aux candidat(e)s pour des essais cliniques qui ne demandent qu’à frapper dans la masse des malheurs annoncés au titre d’un dépistage qui, comme nous le verrons, est tout ce qu’il y a de plus planétaire.

Mais, au point où nous en sommes, d’une part, des contraintes statistiques qui pèsent sur ce type d’expérimentation de fête foraine et, d’autre part, de la pauvreté réelle des diverses panoplies du Cancer Circus, autant croiser les lignes de tir. C’est Michel Morange qui en fait la constatation :
« La diminution de la mortalité associée à certaines formes de cancer résulte le plus souvent de la combinaison adaptée à un type de tumeur de thérapeutiques déjà éprouvées bien que non spécifiques : combinaison de plusieurs principes actifs dans la chimiothérapie, association entre chirurgie et/ou radiothérapie et chimiothérapie. »

C’est bien connu, et sans doute scientifiquement démontré : plus on est de fous, plus on s’amuse.

En l’occurrence, les fous en question sont même un tout petit peu criminels, tant ils ne savent pas vraiment ce qu’ils font :
« Certains des progrès viennent simplement de chimiothérapies plus agressives, rendues possibles par la mise au point de protocoles permettant d’en atténuer les effets secondaires. »

C’est quoi un « effet secondaire atténué  » ? Rien, sans doute, que ce qui ne débouchera pas sur une mort tout à fait immédiate… Tant qu’il y a de la vie – mais si, rien qu’un tout petit peu, et même si ça fait très mal -, il y a de l’espoir… pour le corps médical de faire monter un peu ses statistiques de survie après passage de tant de malheureuses et de malheureux sous les feux croisés de son ignorance…

Pas étonnant, alors, que Michel Morange en arrive à cette première conclusion qui renvoie à leur insanité tous les beaux discours sur la recherche qui viserait le cancer, alors qu’il est pourtant très clair qu’elle ne vise que la personne qui porte cette croix comme la marque de son entrée imminente dans un enfer qui, rendu à sa dimension planétaire, ne laisse plus à celui de Verdun qu’un caractère plus ou moins anecdotique :
« La diminution que l’on peut espérer du nombre de morts par cancer dans les prochaines années résultera plus de la mise en œuvre de mesures préventives, comme par exemple les restrictions apportées à l’usage de la cigarette, que de ces lents progrès thérapeutiques.  »

« Lents progrès thérapeutiques »… Et pourtant… que de promesses !…

Mais, tiens, la cigarette ?… Que vient-elle donc faire en pareille galère ?…

Clic suivant :
Cancer, oh cancer !… Mais dis-nous donc qui tu es !…



19 réactions


  • troletbuse troletbuse 25 septembre 2018 08:46
    Cigarette = vache à lait de l’état
    cancer : vache à lait des laboratoires
    Entre autres

  • lala rhetorique lala rhetorique 25 septembre 2018 09:16

    Il s’agit, et le capitalisme c’est cela, de spéculer et on peut spéculer sur tout et partout. Et bien entendu, la maladie est un terrain de jeu idéal ! Un peu comme le faisait à ses débuts orange, on crée un virus pour vendre l’anti virus.... Car les leçons de morale style faut pas boire ni fumer etc, ne vont servir qu’aux caisses de maladie et mutuelles, à refuser de rembourser des soins à ces salopards qui fument, boivent etc... et le peuple dira :oui c’est normal ! Alors qu’on nous empoisonne chaque jour avec les pesticides et autres merdes, créant de nouvelles maladies et cancers inconnus jusqu’à présent, qui vont encore enrichir l’industrie pharmaceutique et les chirurgiens et médecins. C’est qui qui trinque hein ? D’autre part, je pense souvent au sketch des nuls sur l’hôpital/clinique, où le Docteur dit « le client, euh patient.... » et pourtant ce sketch date de plusieurs dizaines d’années.


  • foufouille foufouille 25 septembre 2018 09:35

    c’est l’histoire d’un mec qui a lu un livre écrit par un dieu vivant qui sait tout mieux que les autres et sans aucune preuve.


    • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 25 septembre 2018 09:57

      @foufouille
      Sans doute...
      Voici donc quelques-uns des ouvrages que j’ai publiés...
      Vous m’indiquerez sans doute les vôtres, monsieur je-sais-tout... « et sans aucune preuve ».


    • foufouille foufouille 25 septembre 2018 10:11

      @Michel J. Cuny

      manifestement tu as mal lu, le mec c’est toi qui parle de ce livre ..........


    • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 25 septembre 2018 10:40

      @foufouille
      Et moi je réponds par mes livres... Où sont les tiens ?


    • l’alsacien 25 septembre 2018 17:07

      @Michel J. Cuny

      ‘’il faut remarquer qu’ils sont souvent, pour le patient, l’unique chance de sauver sa peau… n’y ayant, à ce qu’il semble, aucune façon de procéder autrement.’’

       

      Dans un précédent de vos articles j’avais parlé de Hamer. Je pense que c’est une piste intéressante.

      Il y a d’autres noms, Beljanski entre autres ;

      La médecine officielle ne se préoccupe pas de rechercher la cause. Elle dit ‘’c’est multifactoriel’, puis après avoir dit cela c’est : chirurgie-chimio- radiothérapie pour tout le monde.

      On dit que ‘’Dans la Chine ancienne, le médecin chinois était payé quand les gens étaient en bonne santé et il tombait en disgrâce quand les gens étaient malades.’’

      Vrai ou faux ?

      Peu importe. Cela fait penser à deux attitudes

      La médecine moderne : plus il y a de malades et plus les médecins ont du travail.

      Une autre médecine serait d’agir pour que les personnes gardent la santé.

      C’est la prévention.

      Il y a un proverbe chinois : ‘’Il ne faut pas attendre d’avoir soif pour creuser un puits’’


    • foufouille foufouille 25 septembre 2018 17:16

      @Michel J. Cuny
      ce n’est par ce que un prof de biologie écrit un livre qu’il est vrai surtout des milliers de publications médicales écrit par des docteurs en médecine disent le contraire.


    • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 25 septembre 2018 17:42

      @foufouille
      Merci pour votre commentaire.
      Comme vous l’avez vu, j’ai écrit : « à ce qu’il semble »...
      Pour le reste, je partage votre avis. J’espère pouvoir, peu à peu, en dire plus, ici ou ailleurs.


    • devphil30 devphil30 26 septembre 2018 11:12
      @foufouille

      Cuny ne sait pas lire , il fait juste de copier coller avec des liens vers un site de venet de livres à son nom.

      C’est une arnaque intellectuelle de vouloir le croire écrivain , il fait juste de la publicité maquillé pour ces livres

    • devphil30 devphil30 26 septembre 2018 11:14
      @Michel J. Cuny

       Ca fait déjà beaucoup trop de dit pour rien , il faudrait penser à la retraite

  • jjwaDal jjwaDal 25 septembre 2018 16:57

    Il a parfaitement raison de dire que la façon la plus efficace de réduire LES cancers réside dans le fait de diminuer les cas de cancers, donc la prévention. C’est d’ailleurs documenté dans la littérature scientifique. Mais... Il y a quelques difficultés à la mise en oeuvre, vu qu’une large part de la population préfère se droguer au quotidien avec un cancérigène notoire d’une part et que des intérêts privés énormes existent à la fois pour vendre les cancérigènes et les « soins palliatifs » aux cancers.
    Après, une large part des cancers ne provient pas de choix personnels de vie mais bien de notre environnement et les solutions sont plus difficiles encore à mettre en oeuvre que pour le tabac. Les cancers ont un magnifique avenir devant eux, les cancérologues aussi.


    • foufouille foufouille 25 septembre 2018 17:07

      @jjwaDal

      donc le cancer n’existait pas avant une certaine époque ?
      la radiologie existait en 1500 ?


    • jjwaDal jjwaDal 25 septembre 2018 17:44

      @foufouille
      Les cancers existent depuis toujours, mais il y a juste beaucoup plus de cas que dans la Grèce antique par ex ou l’Afrique pré coloniale, dû à la forte augmentation des cancérigènes et leur large diffusion ainsi que l’allongement de la durée de vie (avant on mourrait avant que la tumeur ne soit visible).


    • foufouille foufouille 25 septembre 2018 17:59

      @jjwaDal

      les instruments permettant de faire le diagnostique n’existantpas toute comparaison statistique est impossible. c’est pareil pour toutes maladies qui nécessite un appareil comme les ECG, EMG, etc.
      d’ailleurs avant c’était souvent imaginaire et ça l’est toujours pour certains médecins.


    • jjwaDal jjwaDal 25 septembre 2018 20:59
      @foufouille
      Comparaisons statistiques fines, sûrement pas mais un cancer évolué (non soigné) est souvent visible. Aujourd’hui encore l’incidence des cancers du sein est le tiers dans une large portion de l’Afrique de ce qu’elle est en Europe et on a pu comparer des échantillons de population (les unes restant au pays les autres émigrant et démontrer que les taux de certains cancers évoluaient vers le taux constaté dans la population du pays hôte chez les nouveaux arrivants.
      Une tumeur au sein très évoluée est difficile à manquer et si l’incidence actuelle chez nous avait été la même dans la Grèce antique ou l’Afrique pré-coloniale, aucun besoin de radio pour ça, la maladie aurait été décrite par ses symptômes sans même qu’on en connaisse l’origine. Ce cancer existait mais était manifestement au vu de ce qu’on sait fort rare.

    • foufouille foufouille 26 septembre 2018 11:21

      @jjwaDal

      ça ne veut toujours rien dire vu que la résistance aux maladies est en partie génétique. to afrique est plus polluée que chez nous. le médecin est 10 fois plus cher qu’ici.
      on ne fait pas non plus des statistiques avec des on dit sinon les amish sont des surhommes comme les végans.


  • covadonga*722 covadonga*722 25 septembre 2018 17:10

    ah agoravox et ses publireportage permettant la publicité au n’auteurs.ça ma manqué a l’hosto 

    je ne remercierais jamais assez les effets secondaires de mes medocs me laissant assez
    de lucidité pour exprimer mon mépris au pisse copie ayant fait leur fond de commerce de la crédulité de gens en déshérence d’espoir : social, clinique ou politique , le triptyque de l’entreprise éditoriale de Cuny 

    • devphil30 devphil30 26 septembre 2018 11:17
      @covadonga*722

      J’approuve totalement votre commentaire.

      Je ne comprends même pas que Cuny soit autorisé à publier des articles car ils font en permanence référence à ses livres 

      Le principe est qu’il lancer un sujet polémique et ensuite de solutionne la polémique par un lien vers ses livres

      De Gaulle , Freud ....etc maintenant le cancer



Réagir