mardi 9 mars - par Jean Dugenêt

Demandez le programme !

JPEG

L’AGIMO a proposé un gouvernement provisoire des organisations ouvrières pour faire écho au mot d’ordre des gilets-jaunes : « Macron démission ». Nous indiquions ainsi la voie à suivre pour remplacer Macron et son gouvernement : gouvernement PC/PS/LFI… La question reste d’actualité. Elle est posée maintenant à la fois dans les mouvements sociaux et dans le débat qui se fait jour dans le mouvement ouvrier à la suite de l’annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Cette candidature apparait comme un acte de division. Les milliardaires qui possèdent les grands médias ne s’y trompent pas. Ils se sont empressés de donner micros et caméras à tous ceux qui veulent annoncer leur candidature. C’est pour eux la voie royale pour assurer le succès de leur candidat. Après Mélenchon, se fut Montebourg… Que ceux qui veulent avoir un instant de succès médiatique veulent bien se donner la peine de se présenter au portillon. Ils seront tous dignement accueillis. Déjà, en 2017, nous savons que s’il y avait eu un seul candidat à la place de Hamon et Mélenchon il aurait été élu.

Les irréductibles militants de la LFI cherchent à justifier la candidature de Jean-Luc Mélenchon en nous parlant de son programme. Ils nous reprochent de ne pas avoir de programme puisque nous sommes prêts à accepter n’importe quel candidat du mouvement ouvrier pourvu qu’il n’y en ait qu’un. Nous allons donc préciser notre programme. Il est exact que nous ne posons aucune condition restrictive pour assurer notre soutien à un candidat unique. La meilleure méthode nous semble être de faire des primaires pour tout le mouvement ouvrier et non pas seulement pour le PS comme en 2017. Nous ne demandons pas aux candidats d’exhiber leur programme. D’ailleurs, s’ils faisaient des promesses, nous ne leur ferions pas confiance. Alors ! Que proposons-nous ?

Après l'élection d'un candidat unique du mouvement ouvrier nous demanderons (exigerons) un référendum pour sortir de l'UE. Nous en connaissons l'issue. Donc, ensuite, pendant les quelques mois nécessaires pour réaliser le Frexit, en tenant compte de ce qui s'est fait pour le Brexit, nous demanderons l'application d'une première série de revendications :

• Une seule école pour tous : l'école laïque. Nous demandons l'adoption, comme première réforme de l’enseignement, de la loi Savary qui avait été refusée par Mitterrand.

• La suppression des camps de rétention. Les règles françaises pour les migrants ne doivent pas être plus répressives que celles des anglais. Les migrants ne devraient pas chercher à n'importe quel prix à passer en Angleterre. Réforme des règles actuelles. Si nécessaire, la France devra quitter l’espace Schengen.

• Indemnisation pour les manifestants estropiés notamment lors des manifestations des gilets-jaunes. Amnistie pour tous les manifestants condamnés. Remboursement des amendes.

• Suppression des forces de polices compromises dans la répression et les brutalités contre les manifestants. Remplacement par des brigades de sécurité composées de civils volontaires. Celles-ci seront placées sous l'autorité des directions syndicales.

• Répudiation de la dette. Nous ne devons rien.

• Nationalisation sans indemnités ni rachat de tous les grands médias (télés, radios, journaux, revues) qui sont dans les mains d'une dizaine de milliardaires.

• Réforme de toutes les règles concernant l'information en s'inspirant du programme du CNR et de ce qui a été acquis en Argentine mais en allant beaucoup plus loin pour en finir avec les dogmes imposés et le système de pensée unique. Garantir la liberté d'expression et la possibilité pour chaque courant d'avoir des canaux d'information en respectant des règles de proportionnalité et d'équité.

• Abrogation de toutes les lois liberticides notamment celles de Macron :

-La loi n° 2017-1510 du 30 octobre 2017 renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme.

-La loi asile et immigration du 10 septembre 2018.

-La loi dite anticasseurs publiée au J.O. le 10 avril 2019.

-La loi « sécurité globale ».

Les réseaux sociaux ne doivent faire aucune censure politique.

• Réforme fiscale. Suppression de la CSG. Plus forte progressivité pour les impôts sur le revenu. Impôts sur la fortune avec forte progressivité. 6 taux de TVA : 0% pour les produits de première nécessité, taux réduit de 5%, taux intermédiaire de 10%, taux normal de 20%, taux pour produits de luxe de 35%, taux pour produits de grand luxe de 50%.

• Retour à la limitation de vitesse à 90 km/h au lieu des 80 km/h… Il ne faut rien garder de ce qu’ont amené Macron et ses milliardaires.

L'étape suivante sera la convocation d'une assemblée constituante et, quand on est démocrate, on ne dit pas à l'avance que cette assemblée décidera de mettre en place une 6ème république. Les travailleurs décideront eux-mêmes. Ils voudront peut-être une république des conseils ouvriers...

J’espère avoir ainsi rassuré ceux qui disent que nous n’avons pas de programme et j’espère que nos propositions vont dans le sens souhaité par les militants de la France Insoumise et des autres partis de la classe ouvrière.

Il faut maintenant être plus précis. Le programme en quelques étapes dont nous venons de tracer les grandes lignes correspond à ce que les militants appellent de longue date le programme minimum. Le programme maximum étant la réalisation du socialisme. Mais, en fait, notre programme est le «  programme de transition  » de Trotsky. Celui-ci fait tomber la barrière entre programme minimum et programme maximum. Les revendications que nous avançons ouvrent la voie au socialisme car nous savons très bien qu’il est impossible de marier l’eau et le feu. Nous savons très bien que les milliardaires qui ont réussi en 2017 leur énorme arnaque contre les travailleurs n’accepteront pas, de leur plein gré, de rendre tout ce qu’ils ont pris que ce soit en ce qui concerne les libertés qu’ils nous ont confisquées que les avantages matériels ou le monopole de l’information-désinformation.

Ceux qui laissent entendre qu’ils auraient la formule miracle pour satisfaire les revendications des travailleurs avec l’accord, entre hommes de bonne volonté, tout à la fois des milliardaires français, de la finance internationale et de l’impérialisme américain qui a créé l’UE vous mentent. Ceux qui, comme Tsipras, ont fait croire au peuple grec qu’il pourrait gagner quelque chose sans quitter l’UE mentent.

Nous ferons tout ce que nous pouvons pour qu’il y ait un candidat unique du mouvement ouvrier. Nous avons la certitude, si nous y arrivons, que ce candidat, quel qu’il soit, remportera l’élection présidentielle car l’unité « emporte tout sur son passage » : l’enthousiasme populaire, le ralliement des classes moyennes, la mobilisation des énergies… Comme le dit Jean-Luc Mélenchon : « l’aspiration populaire à l’unité est tellement puissante qu’elle déchiquette ceux qui se mettent en travers de son chemin » (Cf. Bilan raisonné de 1981… 26mn44s). Nous savons que ce ne sera pas notre victoire mais celle de tous ceux qui aspirent à cette unité et ils sont nombreux dans des partis politiques très différents. Nous savons qu’une telle victoire sera source d’espoir pour tous les exploités qui se réjouiront. Nous serons de tout cœur avec eux mais nous ne ferons pas la fête… Nous préparerons les lendemains en sachant que rien ne sera obtenu sans mobilisation ouvrière constante.

Nous savons aussi que si nous ne gagnons pas cette étape, s’il y a comme en 2017 plusieurs candidats des organisations ouvrières, alors les travailleurs subiront une terrible défaite. Nous ne sommes plus dans un régime démocratique. Nous ne sommes même plus dans un régime de type bonapartiste comme l’était la 5ème république créée par De Gaulle. Macron n’a rien d’un Bonaparte. Nous sommes déjà entrés dans un régime de dictature. Les quatre lois liberticides mises en place depuis l’investiture de Macron en sont l’aspect le plus visible. Mais cela ne suffit pas aux capitalistes qui doivent maintenant interdire toute contestation de leur politique. Ils doivent museler la classe ouvrière. La crise sanitaire du Covid masque encore en grande partie la terrible crise dans laquelle nous sommes d’ores et déjà entrés. C’est une terrible misère qui s’abat sur le pays et les puissants veulent être en mesure de mâter toute révolte. Les enjeux de ces élections sont de première importance autant que les mouvements de protestation contre toutes les mesures dictatoriales qui se mettent en place.

L’AGIMO entend jouer pleinement son rôle dans cette situation. Nous avons expliqué qu’il n’y a plus de trotskistes en France. C’est dire que nous-mêmes ne nous considérions pas comme trotskistes. Mais l’AGIMO est actuellement en pleine mutation. Nous voulons reprendre le combat pour la construction d’un parti révolutionnaire qui ne peut être qu’un parti mondial de la révolution. C’est tout l’héritage de Marx, Engels, Lénine et Trotsky qu’il faut reprendre. Nous avons donc décidé de prendre contact avec plusieurs organisations internationales dans cette perspective. Nous en reparlerons. Nous voulons nous lancer dans cette démarche sans aucun sectarisme. Beaucoup d’autres militants se sont posés les mêmes questions que nous dans diverses organisations. Nous voulons discuter avec tous. La politique qui est la nôtre au niveau national, avec ce combat pour un candidat unique du mouvement ouvrier, est un point essentiel de notre programme. Nous espérons que ce combat sera repris par un grand nombre de militants dans de nombreuses organisations.



30 réactions


  • Lampion Séraphin Lampion 9 mars 17:37

    Vous écrivez :

    « Ils nous reprochent de ne pas avoir de programme puisque nous sommes prêts à accepter n’importe quel candidat du mouvement ouvrier pourvu qu’il n’y en ait qu’un »

    Et plus haut, vous écriviez :

    « Nous indiquions ainsi la voie à suivre pour remplacer Macron et son gouvernement : gouvernement PC/PS/LFI…  »

    Classer le PS dans le mouvement ouvrier est de la haute voltige.

    Avec des bases pareilles, on ne peut rien construire de solide. On ne bâtit pas sur du sable mouvant.



    • Xenozoid Xenozoid 9 mars 17:42

      @Séraphin Lampion

      Classer le PS dans le mouvement ouvrier est de la haute voltige.


      c’est pire que ça c’est une provocation...lol


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 9 mars 18:17

      @Séraphin Lampion
      « Classer le PS dans le mouvement ouvrier est de la haute voltige. »

      Cela mérite en effet discussion et réflexion. Je défends là le point de vue strictement marxiste. Les organisations ouvrières sont celles qui ont été créées au fil de l’histoire du mouvement ouvrier pour faire la révolution socialiste : 1ere, 2ème, 3ème et 4ème internationales. Nous considérons que la 2ème internationale est « passée définitivement du côté de l’ordre bourgeois » en 1914 quand les socialistes de tous les pays ont accepté d’envoyer les ouvriers s’entretuer et la 3ème est à son tour « passée du côté de l’ordre bourgeois » en 1933 quand elle a permis l’accession au pouvoir d’Hitler. Quand à la 4ème elle s’est désagrégée et doit donc être reconstruite. Nous ne tenons nullement compte avec ses définitions de la composition sociale des organisations que ce soit le PS ou le PC.
      Les marxistes font donc une différence fondamentale entre ce qui se passe aux USA avec les démocrates et les républicains et ce qui se passe en Angleterre avec les conservateurs et les travaillistes. Les marxistes considèrent qu’aux USA ce sont deux partis bourgeois et qu’en Angleterre le parti des conservateurs est un parti bourgeois alors que celui des travaillistes et un parti ouvrier.
      Bien évidemment, il y a des forces dans tous les pays qui visent à transformer les partis socialistes en partis bourgeois c’est-à-dire en partis gestionnaires du capitalisme. Ces forces sont d’ailleurs internes et externes. Mais c’est la même chose pour les PC depuis qu’ils ne sont plus inféodés à la bureaucratie russe même si cela est moins visible. En fait, les marxistes depuis Lénine parlent des partis ouvriers (par leur origine) qui sont « passés du côté de l’ordre bourgeois » en disant que ce sont des « partis ouvriers-bourgeois » afin de bien faire ressortir qu’il y a une contradiction dans ces partis qui sont souvent dirigés par de fieffées crapules réactionnaires. Le destin personnel des cadres ne peut pas être un critère. On a vu des socialistes et des communistes devenus des fascistes (Déat et Doriot). On a vu un courageux trotskiste devenir gaulliste (David Rousset). Il y a fort heureusement eu des évolutions dans l’autre sens (Jean Jaurès et Victor Hugo).

      Au bout du compte, il n’y a aucune raison fondamentale de faire sur ce sujet des différences entre PC, PS et LFI. Nous considérons la LFI comme parti ouvrier-bourgeois au même titre que les deux autres puisqu’elle est issue des deux autres partis. Elle a été construite à partir d’une fraction du PS suivie d’alliances avec le PC.

      L’examen des politiques menées par ces trois partis confirme l’analyse. La politique de division menée sciemment par JL Mélenchon est un bon élément d’appréciation.


    • Xenozoid Xenozoid 9 mars 18:52

      @Jean Dugenêt

      les sosialiste revolutionaire n’ont rien a vor avec le ps. au pays bas ils s’apellent partij van de arbeit PVDA, parti du travail lol, il. se retrouvent tous dans les banques et assurances


    • Xenozoid Xenozoid 9 mars 19:07

      @jean

      sosialiste=socialiste

      merci d’avoir dégager cyrus


    • cyrus CYRUS 9 mars 19:23

      @Xenozoid

      jean dugenet n’ est pas homme a cautionner tes menace de mort 
      https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-morts-vivants-de-la-covid-231435#forum6005889
      arrete tes connerie .


    • Xenozoid Xenozoid 9 mars 19:28

      @CYRUS

      pov cyrus, je t’avais dis que tu allais morfler


    • cyrus CYRUS 9 mars 19:37

      @Xenozoid

      Continue a me menacer , ca révèle assez bien tes méthodes.
      Sur ce ais au moin la politesse de le faire sur tes articles ,
      pas sur ceux des autre auteurs...


    • Xenozoid Xenozoid 9 mars 19:41

      @CYRUS

      tu as voyager tellement loin dans cette galaxy.qu’on ne peut qu’avoir que de l’admiration pour toi


    • Yann Esteveny 9 mars 21:23

      Message à avatar cettegrenouilleci,

      Je me permets également de faire un rajout à votre liste :
      https://medias-culture-et-patrimoine.com/products/100-autocollants-dictature-sanitaire

      Respectueusement


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 9 mars 21:27

      @cettegrenouilleci
      Bonsoir Gérard,
      Tu as aussi oublié le POI et le POID même s’ils ne sont pas très virulents, formellement ils se prononcent contre l’UE.
      La discussion est parfois difficile mais on avance.
      Bonne soirée


    • babelouest babelouest 10 mars 19:17

      @cettegrenouilleci très bien répondu. Bien entendu chacune des formations qui sont convaincues de DEVOIR quitter Bruxelles a sa façon particulière de mettre en œuvre cet impératif, en toute démocratie. Le plus difficile, je pense, sera de présenter loyalement les propositions de chacun, en évitant à tout prix d’affirmer dès le départ que sa solution est la meilleure. Une coalition se doit de prendre le meilleur de chacun, ensuite un porte-parole devra être trouvé, pas forcément parmi les leaders des formations, pour ménager les susceptibilités : dans les formations réellement progressistes, elles sont souvent vives.


    • Samson Samson 11 mars 11:23

      @Jean Dugenêt
      « Quand à la 4ème elle s’est désagrégée et doit donc être reconstruite. »

      On n’est plus dans la désintégration, mais carrément dans le détournement de label : le $ocialisme n’a de commun avec le Socialisme que son fond historique de commerce électoral !

      Quant au « mouvement ouvrier », qu’en reste-t-il quand du fait de la substitution de l’automatisation et de l’informatisation des tâches à sa force de travail, le prolétariat s’est vu confisqué ses moyens de subsistance pour se voir réduit à à l’actuel précariat ???


    • jocelyne 11 mars 18:42

      @Le Sudiste
      ça va lapin ?


    • babelouest babelouest 12 mars 11:49

      @Le Sudiste personnellement j’ai un grand ami qui est à la fois FM et au POI, entre autres. La seule formation où nous nous rejoignons, c’est dans l’Association Pour Une Constituante, ce qui ne nous empêche pas de nous considérer mutuellement avec respect. Une petite aventure sympathique nous a encore plus liés....


  • Odin Odin 9 mars 18:19

    Bonjour,

    « notre programme est le «  programme de transition  » de Trotsky »

    « Nous savons très bien que les milliardaires qui ont réussi en 2017 leur énorme arnaque contre les travailleurs »

    J’espère qu’un jour l’auteur ouvrira les yeux pour s’apercevoir que les milliardaires de 2017 étaient les mêmes un siècle plus tôt en 1917 pour financer le bolchevisme. Cadeau : la réalité du financement du bolchevisme par le professeur Anthony Sutton (en 4 parties).

    https://resistance71.wordpress.com/2011/12/12/au-coeur-du-nouvel-ordre-mondial-wall-street-et-la-revolution-bolchevique-professeur-antony-sutton-1ere-partie/

     


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 9 mars 18:40

      @Odin
      C’est la millième fois qu’on me sort cette vieillerie raciste sur le complot judéo-bolchevique. C’était déjà le discours des Russes Blancs puis celui des nazis et il en reste des traces... Ah ! le Sutton ! C’est un marrant ! Il a récupéré tout ce qu’il a pu trouver comme infâmes ragots... mais il a encore des clients.


    • Odin Odin 9 mars 19:00

      @Jean Dugenêt

      Bonjour,

      « Ah ! le Sutton ! C’est un marrant ! Il a récupéré tout ce qu’il a pu trouver comme infâmes ragots... »

      Si ce professeur avait écrit d’infâmes ragots il aurait eu procès sur procès et n’aurait pu être publié.

      Le problème pour ses détracteurs, comme vous, est que tout est basé sur des sources vérifiables et indiscutables.

      Je vous laisse donc avec votre mythologie bolchevique.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 9 mars 20:35

      @Odin
      Ce professeur sait très bien éviter ce qui lui amènerait des procès. Il ne pratique pas la diffamation. Autrement dit il ne s’attaque pas nominalement à des personnes vivantes. Il répète des calomnies éculées dont il ne peut pas être accusé puisqu’il n’est pas l’auteur premier. Mais la plupart des faits dont il parle ne sont pas du tout sourcés. Autrement dit il ne donne aucune preuve.
      Vous affirmez : « tout est basé sur des sources vérifiables et indiscutables ».
      Avez-vous des exemples ?


    • babelouest babelouest 10 mars 19:28

      @Jean Dugenêt
      Marx, Engels, Lénine et Trotsky

       : très bien. Mais quelle importance qu’il s’agisse, paraît-il, de juifs ? Cela n’a, je pense, rien à voir. A moins qu’il ne s’agisse d’une donnée culturelle sous-jacente
      Pour ma part, j’en suis resté à la vieille alliance de la Première Internationale. Celle où passe la grande lumière de Kropotkine. Celle dont le camarade Oulianov s’est souvenu, et Joseph Djougachvilli à sa suite : on ne PEUT PAS faire la révolution dans le monde entier à la fois, cela serait matériellement trop difficile. Il faut grignoter pays par pays, avec constance et abnégation.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 10 mars 20:33

      @babelouest
      « Mais quelle importance qu’il s’agisse, paraît-il, de juifs ? »
      Je ne suis pas certain qu’ils étaient juifs et cela n’a effectivement aucune importance.
      Pour le reste, je n’ai plus rien à dire.


    • Samson Samson 11 mars 11:49

      @Odin
      Vous ne suivez donc pas l’actualité ???
      On n’arrête pas le progrès et en Marche vers Nulle Part, Le complot judéo-bolchévique a maintenant avantageusement cédé la place au « concept » d’islamo-gauchisme ! smiley smiley smiley


  • Bendidon ... voila l'Ankou ! Bendidon 9 mars 19:20

    C’est tout l’héritage de Marx, Engels, Lénine et Trotsky qu’il faut reprendre

    Et ben didon , on n’es pas sorti de la M...

    Quel programme, franchement j’préfère aller au cirque sans muselière et sans vaccin)

    Là au moins on rigole

     smiley


  • ribouldingue ribouldingue 11 mars 00:47

    Les milliardaires sont la gangrène de ce monde, il faut supprimer l’argent qui est la source de toutes nos emmerdes.

    L’argent engendre les guerres, la famine, les injustices... Soyons fous et redevenons les chasseurs cueilleurs que nous étions à l’aube de l’humanité.

    Privilégions le troc. Supprimons la propriété. Abolissons l’esclavage moderne. Informons nous en lisant des livres comme « l’entraide » de Kropotkine qui nous ouvrent la voie d’un modèle de société où « le marche ou crève » n’existe pas ou tout le monde mange à sa faim.

    Un collectif libertaire « Los Arenalejos » en andalousie a décidé de vivre « l’en dehors » de cette société de consommation, et de corrompus.

    Voilà 12 ans que ça fonctionne et l’idée a fait des émules un peu partout dans le monde. 


  • alinea alinea 12 mars 21:26

    C’est le mouvement prolo de l’UPR ?

    Mais où sont les ouvriers ? Nous sommes une société de service... ah oui, les ouvriers qu’il faudra former pour retourner à une société productrice... donc vos électeurs seront tous ceux qui rêvent d’être ouvriers dans cette nouvelle société ?

    je me moque un peu, mais, franchement...


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mars 07:47

      @alinea
      Bonjour,
      « je me moque un peu, mais, franchement... »
      Je n’ai pas compris où est la moquerie encore moins où est la proposition. En clair, que voulez vous dire ?


    • alinea alinea 13 mars 09:39

      @Jean Dugenêt
      Je veux dire, d’une part que je n’ai pas de solution miracle, s’il y en avait ne serait-ce qu’une, quelqu’un l’aurait déjà trouvée, mais je m’étonne d’entendre que ceux qui disent vouloir l’unité fasse un énième nouveau parti. D’autres sont en route.
      Alors, le parti des ouvriers, plus le parti des travailleurs plus le nouveau parti anticapitaliste plus Marc Jutier, plus Asselineau plus plus...
      c’est diviser ? ou unifier les ouvriers contre les bonnes à tout faire, les serveurs de restaurant, les caissières de supermarché etc ?
      Il y a quelque chose que je n’ai pas compris sans doute ; j’ai mal lu, j’ai perdu mon latin ?


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mars 10:21

      @alinea
      Merci de ses explications.
      Créer une nouvelle organisation n’est pas faire une division supplémentaire dans le cas de l’AGIMO pour deux raisons.
      La première c’est que nous sommes pour le FUO (Front Unique Ouvrier) ce qui signifie concrètement, pour le sujet en discussion, que nous sommes pour qu’il y ait un candidat unique des organisations ouvrières (celles qui sont issues des internationales ouvrières de la 1ère à la 4ème). Nous faisons tout ce que nous pouvons pour cela sans nous soucier de ce que cela « rapporte » à notre organisation. En fait, nous pensons que c’est en étant les meilleurs rassembleurs de la classe ouvrière que nous pouvons attirer les sympathies intéressantes : ceux qui veulent défendre les travailleurs.
      La deuxième raison demanderait de longs développements et j’écrirai probablement des articles à ce sujet. En fait, en créant l’AGIMO nous voulons qu’il y ait moins d’organisations. Nous voulons reprendre le combat pour le rassemblement d’une internationale révolutionnaire. Or, actuellement, il y a trop d’organisations qui se réclament de la IVème internationale et nous prenons contact avec trois d’entre elles que nous n’avons pas prises au hasard (voir « le trotskisme en Argentine ») et nous voulons œuvrer à les faire fusionner. Tout cela mériterait de longs développements.


    • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 mars 10:23

      @alinea
      J’ai oublié le lien sur « le trotskisme en Argentine ».


Réagir