jeudi 13 mai 2010 - par Carland

Des cochons, pas des bébés en Bretagne ?

Entre 400 et 500 personnes pour dire NON au projet fou de maternité porcine de Trébrivan (22). Ubu roi en Centre Bretagne

Maternité toujours menacée de fermeture à Carhaix. Projet fou d’ouverture d’une maternité porcine à Trébrivan commune distante de 10 km de Carhaix mais située en côte d’Armor. Casse des services publics d’un coté et cadeaux à l’agro-bizness de l’autre, voilà la situation ubuesque que nous vivons en Centre Bretagne.

A l’appel de l’association "sous le vent, les pieds sur terre", entre 400 et 500 personnes se sont retrouvées à Trébrivan pour dire leur opposition au projet délirant de porcherie industrielle initié par les industriels de l’agro-bizness.

Dans une ambiance sympathique et festive l’après midi a démarré par les prises de parole d’ André Ollivro porte parole de l’association Halte au marées verte suivi du Dr Claude Laisné, du CNRS qui ont brossés le tableau d’une Bretagne victime des méfaits de la pollution engendrée par les industriels de l’agro-bizness. Suivirent le président de l’association Eau et rivière et un représentant de la Confédération Paysanne.

Tous ont rappelé que les mêmes causes entrainant les mêmes effets, il serait illusoire de prétendre lutter contre les algues vertes et tolérer en Centre Bretagne une usine à produire des nitrates et autres polluants que génèrerait ce projet d’un "élevage" industriel de 1 000 truies qui plus est créé de toute pièce (quoi que qu’en disent les industriels pollueurs !) sur une zone de terres humides.

Après les prise de parole, place à Patrick Molard, suivi des frères Morvan et de la compagnie Bococo emmenée par Jean Kergrist et de nombreux autres artistes venus eux aussi soutenir le combat de l’association continueront de se succéder sur scène pour assurer la partie festive de cette journée.

Par sa présence massive à ce rassemblement la population du Centre Bretagne montre sa détermination de refuser de voir Trébrivan et plus généralement le Centre Bretagne devenir la victime d’industriels prêts à tous les saccages environnementaux comme humains pour assurer les profits d’une poignée d’actionnaires.

La vie des cochons industriels plus importante que la sécurité des femmes enceintes ?

Carland



7 réactions


Réagir