vendredi 25 janvier - par Alex

Des larmes de crocodile

 

 Des larmes de crocodile

 

Les larmes peuvent être de différentes natures. Elles peuvent même être attribuées à un saurien que l’on n’a jamais vu pleurer, sauf peut-être à l’heure des repas : le crocodile.

Dans l’expression commune et polycentenaire, c’est une façon de pleurer fausse, visant généralement à obtenir quelque chose ou une grâce en suscitant l’apitoiement de l’autre.

Une légende de l'Antiquité veut que les crocodiles charment leurs proies par des gémissements. Des sortes de sirènes, en quelques sortes.

De tout temps, des individus sans pitié ont ainsi exploité celle des autres.

Ceux qui se seront laissé prendre pleureront à chaudes larmes, à coup sûr.

En fait, on pleure sans arrêt. C’est nécessaire pour lubrifier notre œil. Ce sont les larmes basales. Par réflexe, on pleurera aussi pour protéger nos yeux.

                                      Des larmes de crocodile

Dans ces cas, on parle de larmes réflexes, comme à cause du sulfate d'allyles ou de l'oxyde de thiopropanthial de l’oignon. Ce sont des larmes sans à-propos. L’effet est identique mais décuplé avec les gaz lacrymogènes, qui ont tendance à voltiger beaucoup ces derniers temps, surtout là où il y a du jaune et du bleu.

Grâce au miracle télévisuel, on en vient aux larmes émotionnelles, dont on peut être le spectateur complaisant. Ainsi, bien ancré dans son canapé, on observe le bétail confiné pleurer tantôt de rage, de tristesse, de dépit voire de peur. Parfois il y a des larmes de deuil. Des larmes pour les blessés. Ou simplement, des larmes face au triste constat de la situation telle qu’elle apparait réellement : Marianne blesse ses enfants.

Les larmes émotionnelles seraient réservées aux seuls humains alors que de nombreuses espèces animales pleurent. Disent ceux qui n’ont jamais vu le regard humide et suppliant de Médor lorsque vous êtes en train de déguster un bon gigot au fumet particulièrement engageant.

Dès la sortie du ventre de sa mère, le petit d’homme pleure. A ces débuts, il pleure même beaucoup. C’est aux premiers âges de la vie un mode de communication, à vrai dire assez casse-pied, que seules les mères – et parfois quelques pères intuitifs – sont en mesure de décrypter.

                                     Des larmes de crocodile

Lorsque tout devient trop pénible, on se noie dans un verre d’eau. Peu importe alors la complaisance ou la pitié des autres, d’ailleurs on se sent seul au monde. La tristesse jaillit comme la lave d’un volcan.

Mais dès le jeune âge, l’enfant apprend à manipuler. Par le sourire comme par les pleurs. Il comprend vite que pleurer semble entraîner la compassion et la culpabilité.

Les larmes sont devenues une arme.

C’est fou, cette capacité qu’à l’Homme de transformer tout en l’arme fatale.

Car les larmes sont l’arme des faibles. C’est la méthode favorite des femmes, qui savent qu’à la force brute de l’homme, elles n’ont que peu de répondant, ou celle des enfants, désireux d’amadouer leurs parents.

                                        Des larmes de crocodile

Les fragiles ont donc tendance à user et abuser de cet excellent outil de manipulation. On peut donc pleurer sur commande. Comme dit le comédien Vincent Lacoste : "Pleurer c'est un travail un peu bizarre mais ça s'apprend."

Du coup, on dénie encore toujours le droit aux personnes censées être fortes, les hommes donc, le droit aux pleurs, même si ceux-ci sont purement émotionnels. Ainsi, l’homme demeure convaincu qu’il ne doit absolument pas afficher son émotion. Lequel de ces dignes mâles, pris la larme à l’œil, ne s’est jamais détourné, pour évoquer une poussière gênante ?

La douleur physique peut arracher des larmes, même aux guerriers les plus aguerris.

                                   Des larmes de crocodile

Pleurer comme une Madeleine peut pourtant être salutaire, et libérer des endorphines. Pourquoi ne pas pleurer ensemble, tard le soir, devant un film approprié ?

Ajoutons qu’il est possible d’avoir des larmes de joie. Le bonheur et la tristesse ont ceci de commun d’être une période d’intense excitation émotionnelle.

                                   Des larmes de crocodile

Enfin, on peut pleurer de rire ou rire aux larmes.

Les larmes accompagnent l’humain tout au long de sa vie et de ses états.

 

A.Zeletzki v.P

24 01 2019

 

Pour aller plus loin…

Lire :

-Histoire des larmes d’Anne Vincent-Buffault – Payot (2001)

-Pourquoi les humains aiment pleurer, Michael Trimble, revue Scientific American.

CC photo n°1 : Times of India



9 réactions


  • JL JL 25 janvier 18:43

    ’’Car les larmes sont l’arme des faibles. C’est la méthode favorite des femmes, qui savent qu’à la force brute de l’homme, elles n’ont que peu de répondant,’’

     

    Force brute ? Peu de répondant ? Comme vous y allez ! La violence est plus redoutable que la force physique. Et la ruse ? Vous y avez pensé, à la ruse ?

     


    • Alex Alex 26 janvier 23:03

      @JL
      Apitoyer n’est pas affronter. On attribue plus volontiers la ruse à la femme, même s’il ne faut bien entendu pas généraliser. Et les larmes de crocodiles peuvent être une excellente ruse...


  • math math 26 janvier 08:31

    Aux larmes citoyens..Macron est arrivé !


    • Alex Alex 26 janvier 23:05

      @math Il faut connaître le mode d’emploi, avoir le petit macron de poche, mais mystérieusement, mon article à ce sujet ne sort pas des méandres de l’espace modération...beaucoup de contributeurs macronistes ? Je sens venir une larme...


  • Sergio Sergio 26 janvier 10:16

    Alex

    Bel article, et sans jeu de mots, je cite mes ’sources’, La Solitude de Léo Ferré

    « Biologiquement je m’arrange avec l’idée que je me fais de la biologie : je pisse, j’éjacule, je pleure  »


    • Alex Alex 26 janvier 23:09

      @Sergio Merci. Pas mal de larmes de tristesse, dont certaines reprises à Verlaine : il pleure dans mon cœur Comme il pleut sur la ville...


  • nono le simplet nono le simplet 27 janvier 02:12

    j’avais raté ce bijou ... ça m’inquiète ... bon, il faut dire que j’ai l’alarme facile ...


  • Julien S 28 janvier 09:36

    Quand on est un homme opposé en justice à une femme spécialiste des pleurs, ne pas hésiter à se laisser aller à pleurer aussi. 


    • Julien S 28 janvier 11:19

      @Julien S
      .
      Deux moinssages à mon commentaire de 9 h 36. Je révise donc ma position : 
      .
      Quand une femme en larmes et rouge de pleurer fait son numéro devant un juge, vous qui êtes un homme avez le devoir de rester stoïque, car un homme, un vrai ne pleure pas, merde !


Réagir